La millième chasse aux livres #18

La millième chasse aux livres #18

Dernier livre d’octobre a être abandonné.

Mais rassurez-vous la chasse se poursuit en novembre,

et les mois qui suivent aussi.


La millième chasse aux livres #18

By Emilie

Quelques indices !

Le livre sera un livre Bourguignon.

Un livre voyageur aussi.

On retourne en Saône et Loire

Dans une de ses sous préfecture

 

Mais ce n’est pas à la sous préfecture de Chalon sur Saône, car vous l’aviez reconnue cette sous préfecture, n’est ce pas ?

Non ce n’est pas à la sous préfecture que notre livre sera lâché .

Je vous l’ai dit ce sera un livre voyageur.

Aussi ce sera à la gare qu’il se verra abandonné.

Ce livre peut donc potentiellement voyagé.

Ce qui est certain c’est qu’il vous fera voyager

Mais voyez plutôt…

Alors ce bouquin c’est lequel ?

Ormuz  de Jean Rolin

C’est par le détroit d’Ormuz que transite de 20 à 30 % du pétrole et du gaz irriguant l’économie mondiale ; ce qui en fait, naturellement, un enjeu stratégique de premier ordre, particulièrement, depuis quelques années, dans le climat de tension croissante engendré par le programme nucléaire de l’Iran. À intervalles réguliers, des escadres de navires américains s’y font voir, surveillées de près par des navires iraniens d’une puissance infiniment moindre que les précédents, mais rompus aux tactiques les plus retorses de la guerre navale dite « asymétrique ». De telle sorte que le moindre incident pourrait entraîner une escalade incontrôlable, et que tous les pays de la région sont engagés dans une course aux armements très propice aux marchands de ces derniers.Il n’est pas indifférent, d’autre part, de noter que les paysages du détroit d’Ormuz, tant sur la rive iranienne que sur la rive omanaise, sont d’une grande beauté, ou d’une grande étrangeté, au moins dans la mesure où la chaleur accablante qui y règne pendant six ou huit mois de l’année ménage des conditions acceptables pour les observer.C’est dans ce cadre, et dans ce contexte, que Wax, un personnage aux contours indécis, plus tout jeune, et sans doute un peu mythomane, a formé le projet de traverser à la nage le détroit d’Ormuz, bien que, même dans sa partie la plus resserrée, jamais moins d’une quarantaine de kilomètres n’en sépare les deux rives. Afin de préparer cette performance par des repérages, des prises de contacts, des analyses plus ou moins fantaisistes de la situation politico-militaire… –, et d’en tenir la chronique, Wax s’est assuré le concours de celui qui dit « je » dans ce récit. Récit dont la trame est formée tant par les tergiversations de Wax que par les pérégrinations de ce narrateur, maritimes ou terrestres, d’abord sur les eaux du Golfe puis sur les deux rives, l’arabe et la perse, de celui-ci. Et si faibles que paraissent ses chances de succès, Wax, pour finir, se lancera tout de même dans cette audacieuse tentative de franchir le détroit d’Ormuz à la nage.

Ormuz  de Jean Rolin. Paru le 10 avril 2015 chez Gallimard dans la collection Folio. 7€20  ;  (196 p.) ; 18 x 11 cm

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s