La nuit n’est jamais complète de Niko Tackian

Aujourd’hui mes Polardeux je vous offre une double chronique .

En effet, Danièle  et Ophélie nous livre leurs impressions sur un même titre.

Ce livre c’est :

La nuit n’est jamais complète de Niko Tackian.

Allez, je vous laisse découvrir leur avis respectif.

Ont-elles été d’accord ?…

 

Les off de OPh 1       versus           chronique jubilatoire Dany



 

La nuit n'est jamais complète de Niko Tackian
Le livre : La nuit n’est jamais complète de Niko Tackian. Paru le 13 avril 2017 en poche aux éditions Pocket.  6€60 ; (250 p.) ; 18 x 11 cm

 

 4ème de couverture :

La route à perte de vue au milieu d’un désert de rocaille. Arielle et Jimmy parcourent le bitume au volant de leur vieille Ford. Mais quand le père et la fille tombent sur un barrage de police et sont obligés de passer la nuit sur place tout dérape… Ils se réveillent abandonnés, naufragés de l’asphalte, avec trois autres rescapés. A quelques kilomètres de là, deux immenses tours métalliques se dressent, cadavres rongés par la rouille et le temps.
Quelques maisons en tôles froissé se serrent pour se protéger du vent. Cette ancienne mine sera leur refuge. Ou leur pire cauchemar… Mais ce voyage au cœur des ténèbres est-il vraiment un hasard ?

niko tackianL’auteur : Niko Takian est né à Paris le 05 avril 1973

De l’écriture à la réalisation, Niko Tackian s’exprime avec le même engouement au cinéma, en bande dessinée, à la télévision et dans les jeux vidéo. Il a écrit une vingtaine de films, publiés plus de trente albums de BD et réalisé le film Azad, primé dans de nombreux festivals à travers le monde.

Il est le co-père pour la télévision d’Alex Hugo, commis avec son pote Franck Thilliez.

Après une minutieuse enquête sur le phénomène de la mort imminente, il écrit « Quelque part avant l’enfer », son premier roman et obtient le prix des lecteurs au festival polar de Cognac 2015. Suivra « La nuit n’est jamais complète » en 2016 puis il change d’éditeur et livre « Toxique« , premier volet des enquêtes du commandant Tomar Khan aux éditions Calmann Levy, dont la deuxième aventure doit sortir en janvier 2018.

« La nuit n’est jamais complète », paru en collection de poche a été à nouveau primé au salon « Lire en poche » de Gradignan (33) en 2017.

 

 

Extrait :

« Le soleil était presque passé derrière les montagnes. Ses rayons orangés donnaient au paysage des allures de monde extra-terrestre. Ils auraient tout aussi bien pu rouler sur Mars. Les interminables champs de cailloux avaient laissé place à une série de petites collines sableuses où l’on apercevait parfois d’immenses structures mécaniques figées dans le silence de la vallée.

– Des machines d’extraction, commenta Jimmy sans perdre la route du regard. Cette région est truffée de mines, un vrai gruyère…

– Oh… On dirait des squelettes de dinosaures.

– Oui, c’est un peu ça en fait. La plupart des carrières ont fermé depuis des années. Elles pourrissent au soleil, comme des cadavres. » …

« Quelques kilomètres en amont, à l’endroit où d’après la carte routière, devait se trouver l’embranchement de routes qu’ils espéraient, se dressait tout autre chose. Une faille gigantesque avait aspiré le paysage. Il n’y avait plus ni désert, ni colline, ni route, juste un abîme monstrueux qui semblait s’étendre jusqu’à l’horizon. » …

« La descente ne dura que quelques minutes, mais elle lui parut interminable. La nacelle s’enfonçait dans les profondeurs de la mine au fil des crans que Jimmy actionnait à l’aide d’un levier. Chaque impulsion lui permettait de descendre une dizaine de mètres, et Jimmy en compta une bonne quarantaine. Il fut soulagé lorsque la plate-forme en acier émit un bruit sourd et se stabilisa sur le sol. Face à lui, l’obscurité était tellement opaque qu’il douta que le faisceau de sa lampe soit capable de la percer. »

 

 La chronique Jubilatoire de Dany

 

Le deuxième roman de cet auteur plus coutumier des plateaux TV, ce qui explique que cette intrigue,  certes psychologique, mais aussi très visuelle, est tout simplement bluffant de réalisme. Plusieurs volets dans le déroulement de cet opus : un véritable naufrage « routier », une aventure au milieu de nulle-part glauque à souhait, qui se dénoue aux derniers chapitres, une catastrophe environnementale, des relations père-fille touchantes, du mystère à la limite du paranormal. Ce que j’apprécie chez cet auteur c’est que ce qui s’apparente au fantastique trouve son explication rationnelle en fin de compte. Du sang et des squelettes, des visions d’apocalypse, des frayeurs au fond des tripes, des trahisons, de l’amitié et au bout du compte un rappel à nos mémoires pour les catastrophes minières qui ont endeuillé l’humanité.
Un très bon thriller captif jusqu’au bout, à lire de nuit et d’une seule traite !

Inspiré par un fait réel, lu en mars 2016 et après plus d’une année je me rends compte de la trace encore très présente, laissée par cette intrigue.

 

La nuit n_est jamais complète de Niko Tackian. GF

 

 Le OPH de OFF

 

Quand j’ai rencontré Niko Tackian ce vendredi à Boulogne, il m’a indiqué que « La Nuit n’est jamais complète » était un thriller psychologique. Je n’ai pas hésité une seconde…
En même temps, un auteur que j’apprécie beaucoup m’avait dit la veille « tu ne peux pas passer à côté, tu dois le lire, c’est exceptionnel ».

J’ai donc entamé « La nuit n’est jamais complète » cet après midi, et l’ai terminé ce soir… Je n’ai pas su le lâcher. Pendant quelques heures, j’ai été seule au monde avec Jimmy et Arielle.

Jamais un livre ne m’avait fait ressentir une telle peur, un tel sentiment d’angoisse et d’oppression, au point de devoir sortir plusieurs fois m’aérer sur mon balcon.
Il y avait l’adaptation de Shining avec Jack Nicholson et il y a maintenant « la nuit n’est jamais complète » de Niko Tackian.

Dans ce thriller psychologique, Niko nous entraîne entre l’Argentine et le Chili, sur les pas de Jimmy et Arielle. Alors qu’ils roulent depuis des heures sur une route désertique, père et fille tombent sur un barrage de police. Ils ne peuvent pas le franchir et devront passer la nuit sur place. À leur réveil, plus rien ne sera jamais pareil…

Difficile de vous en dire plus sans spoiler le livre et il est hors de question de vous gâcher le plaisir de la découverte.

Je ne peux que vous conseiller de vous lancer dans la lecture de ce huit-clos hautement angoissant, des chapitres courts, un rythme qui jamais ne faiblit, une écriture particulièrement fluide mais surtout un roman qui, au final, vous montrera , une fois n’est pas coutume, que le thriller, le noir ou le polar ne sont pas que de « simples histoires ».
Ils sont vecteurs de messages aussi, apportent souvent un enrichissement personnel.
Je meurs d’envie d’en dire plus mais non… juste lisez-le, vous n’en sortirez pas indemne.

Pour ma part il fera parti de mes coups de cœur de l’année!

 

 

Pour info :

Fantazme  Le 3 janvier prochain sort le nouveau polar de Niko Tackian chez Calmann -Levy dans la collection Calmann-Levy Noir

 

Janvier 2017. Dans une cave du 18e arrondissement de Paris, le corps d’un homme battu à mort est retrouvé. Beaucoup d’empreintes et un ADN inconnu sont prélevés sur place. Or, ce même ADN est découvert sur le corps d’un dealer albanais retrouvé lui aussi battu à mort. Pendant que le commandant Tomar Khan mène l’enquête, la rumeur d’un tueur, un Fantazmë ou spectre en albanais, se répand.

33 réflexions sur “La nuit n’est jamais complète de Niko Tackian

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s