Fantazmë de Niko Tackian

Le livre : Fantazmë de Niko Tackian. Paru le 3 janvier 2018 aux Editions Calmann- Lévy dans la collection Calmann-Levy Noir. 18,50 € ; (263 p.)  13,5 x 21,5 cm

4 ème de couv :

Janvier 2017. Dans une cave du XVIII ème arrondissement de Paris, un homme est retrouvé, battu à mort. Le commandant Tomar Khan pense à un règlement de compte. Le genre d’affaire qui restera en suspens des années, se dit-il. Mais voilà, l’ADN relevé sur les lieux a déjà été découvert sur le corps d’un dealer albanais, battu à mort dans une cave lui aussi. Et bientôt une rumeur court dans les quartiers chauds de Paris, cette d’un tueur insaisissable, un Fantazmë, un « spectre » en albanais, qui s’en prend à la pègre.

 

 

L’auteur : Né à Paris en 1973, Niko Tackian fait des études de droits, d’Histoire de l’art avant de devenir journaliste et rédacteur en chef. Scénariste, réalisateur, romancier Niko Tackian est un touche à tout. Il se défini lui-même comme « un raconteur d’histoire ». Il reçoit en 2015 le prix des lecteurs au Festival Polar de Cognac pour « Quelque part avant l’enfer » avec un thème minutieusement étudié : le phénomène de la mort imminente. En 2016 suivra « la nuit n’est jamais complète » puis « Toxique ». Ce premier volet, paru aux Editions Calmann Lévy, nous amène à suivre le commandant Tomar Khan, que l’on retrouve dans « Fantazmë » en ce début 2018.
Extrait : « le sang sur ses mains s’était volatilisé et il était incapable de dire ce qui tenait du rêve et de la réalité. Bob l’avait clairement mis en garde contre lui-même. Il ne pouvait se résoudre à écouter les mots de son croque-mitaine, pourtant il était obligé d’admettre que quelque chose était en train de se passer »

Chronique croisée de trois flingueuses passionnées…

Avez-vous déjà rêvé d’être une petite souris et de savoir de quoi parlaient nos flingueuses entre elles? Vous savez maintenant qu’elles sont hyper bavardes et ce avant même le levé du soleil… Pour vous parler de Fantazmë, Danièle, Aline et Ophélie ont imaginé un dialogue, un échange autour du livre pour vous parler du dernier roman de Niko Tackian. Installez-vous confortablement, et savourez…

.

Oph : Hello la dream team! Vous aviez raison, Fantazmë est une vraie claque!

Dany : Coucou Oph!
On te l’avait dit 😉 Il faut dire qu’avec « Toxique » il avait déjà créé des personnages attachants. J’ai d’ailleurs particulièrement apprécié la mise en avant d’Ara, la mère de Tomar. L’humanisme et la générosité de cette ancienne peshmerga est davantage mis en lumière dans cet opus et sa relation avec son fils s’est encore renforcée.

Oph: Oui Dany, il a largement étoffé ces personnages et la sensibilité de son équipe. Enfin des flics qui ressemblent aux vrais! C’est assez rare que des auteurs mettent en avant notre réalité, nos ressentis, nos émotions et nos faiblesses. J’ai vraiment beaucoup aimé cet aspect.

Aline : Hello les filles!
Ça ne m’étonne pas de toi Choupinou! D’ailleurs l’enquête de la police des police sur Rhonda et son soutien sans faille à Tomar force le respect. Leur relation a évolué dans le bon sens et pourtant ça ne doit pas être facile de tout mener de front pour cette jeune Lieutenant!
Au fait, vous avez remarqué à quel point la notion de « rêve » est présent dans ce nouveau roman. On savait déjà que Tomar faisait des rêves étranges mais là, ses rêves récurrents dont il est un acteur conscient. Je me demande si Niko Tackian a bossé sur ce sujet cher à Freud!

Danièle : Je plussoie Aline! Il faudra le lui demander lors d’une interview.
J’ai aussi été marquée par ce côté épuisé et fatigué de notre héros! On se demande s’il va craquer, s’il aura assez confiance pour se livrer au médecin et au psychiatre sur ses rêves, enfin plutôt ses cauchemars.

Aline : Ouiiiiii, je me suis même demandé s’il ne perdait pas les pédales, avec ce passé toujours ancré et vivant en lui.

Oph : Dany a raison Miss Aline, c’est une question à poser lors d’une future interview pour Freud!

Ce qui est certain c’est qu’il y a un vrai travail de recherche de la part de notre auteur autour de la notion de spectre, de fantôme, de fantazmë. Que ce soit nos passés que l’on traine comme des casseroles, ou encore ces personnes que nous croisons tous les jours, femmes et hommes en souffrance que nous préférons ne pas voir et à qui nous n’offrons que notre indifférence. D’ailleurs j’ai beaucoup aimé la réflexion autour de la phrase que va avoir Bouvier, le légiste « nous n’existons pas l’un sans l’autre ». Elle m’a fait beaucoup réfléchir autour du fait qu’effectivement ne pas être vu, ne pas interagir, c’est errer comme un fantôme, c’est ne pas exister finalement!

Danièle : Je te rejoins et l’intrigue aussi le montre. Elle m’a interpellée sur notre peur de voir la réalité qui nous entoure, cette indifférence dénoncée par Niko comme étant la maladie du siècle. Et son personnage de Fantazmë l’illustre très bien aussi. Son visage cagoulé, sa rapidité, il est en mode furtif et personne ne semble le remarquer et encore moins savoir « qui » il est! D’ailleurs en parlant d’intrigue, quel scénario! Parce que pour le coup, on sent bien que c’est aussi une casquette de notre auteur. Découvrir au milieu du roman « qui » se cache sous la cagoule c’était un pari risqué! malgré tout on a envie d’aller au bout… Une vraie claque!

Aline : Piouffff tu peux le dire Danièle!
Il y aussi ce Paris post attentats, ces victimes pour lesquelles le monde s’était soudé comme un seul homme et qui sont maintenant oubliées. On les devine sans les voir au fil des pages. C’est comme le sujet de la traite des être humains, ça fait parti du décor. Personne ne voit rien, ne veut rien voir. Encore une fois l’indifférence et l’invisibilité dont tu parlais Oph. Cette notion de « fantôme, traitée tout au long du roman.

Danièle : D’ailleurs en parlant de victimes, que dire sur ces bourreaux d’hier qui deviennent les victimes de notre Fantazmë!!! Mais chuuuut!

Aline : Oui Chuuuuut, il ne faudrait pas que les autres flingueuses et les lecteurs en apprennent trop en nous écoutant! Comme dit notre Cécilette, la découverte est le plus beau des plaisirs.

Oph : En tous cas les girls, j’annonce, Fantazmë est mon premier coup de cœur de l’année!
Allez je file, j’ai un bus qui m’attends, je vais encore être en retard!

Aline: Oui file vilaine! que faisais-tu ici d’ailleurs, je croyais avoir été claire effronté

Danièle: Je file aussi, l’espagnol m’attend!

Et c’est tout les jours pareil chez les flingueuses clin d'oeil
Chaque jours elles échangent sur leurs lectures, leurs bobos etc…

Mais ce dialogue avait pour but premier de vous présenter

Fantazmë de Niko Tackian!

En espérant que nos flingueuses de choc auront éveillé votre curiosité….

125 réflexions sur “Fantazmë de Niko Tackian

  1. Un vrai régal de lire ces flingueuses, j’avais prévu de lire Fantazmë et cette chronique m’a donné encore plus envie, en plus je me suis régalée avec leur dialogue plein d’humour mais aussi très accrocheur. Bravo les flingueuses et bonne journée

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s