L’île des hommes déchus de Guillaume Audru

Aujourd’hui avec Kris, par deux fois  nous venons vous parler d’un jeune auteur français, Guillaume Audru.

D’abord Kris vous a présenté ce matin son dernier roman, Les chiens de Cairngorms. 

Et comme Les chiens de Cairngorms est un titre qui  fait suite à  L’île des hommes déchus, Je vous présente à mon tour ce premier roman que j’ai lu il y a quelques année lors de sa publication et que j’avais beaucoup aimé.

Allez repartons pour l’Ecosse avec Guillaume Audru


 L’île des hommes déchus de Guillaume Audru. Paru le 4 décembre 2013 aux éditions Caïman dans la collection Polars. 12€ ; (237 p.) ; 19 x 12 cm

4e de couv :

Eddie Grist, ancien policier à Inverness, est de retour sur Stroma, son île natale, au nord de l’Ecosse. Il y retrouve ses parents, avec qui il a noué des relations difficiles, ainsi que ses rares amis. Mais à peine a-t-il pris ses marques qu’un squelette est découvert sur le chantier d’une résidence secondaire. Malgré son père, notable influent de l’île, Eddie ne pourra s’empêcher de se mêler à l’enquête… enquête officiellement confiée à Moira Holm, amour de jeunesse d’Eddie, qui a, elle aussi, quelques comptes à régler avec la communauté silencieuse de Stroma…

 

L’auteur : Guillaume Audru est né en 1979 à Poitiers, soit la même année que The Wall ou Highway To Hell. Il est tombé dans la marmite du polar dès sa prime jeunesse, préférant lire Agatha Christie ou Maurice Leblanc plutôt que Oui-Oui. Et ses études dans le domaine de la logistique où il a ingurgité Ellroy plutôt que les lectures obligatoires de Maupassant, n’y ont rien changé. C’est à cette époque qu’il commence l’écriture de ses premiers textes, en dilettante. Le polar était devenu pour lui une telle religion qu’il a créé un blog qui a eu un certain succès : Territoires Polars. De fil en aiguille, il s’est attelé avec bonheur à l’écriture de son premier polar, L’île des hommes déchus et enchaîné avec succès avec Les ombres innocentes. Il travaille pour un grand groupe privé et est aussi vice-président de l’association L’Instant polar.

 

Extrait : 
« Du coin de l’oeil, je scrute les moindres faits et geste de Moira. Je la connais bien ; elle fait tout pour cacher la sphère d’angoisse tapie au fond de son ventre. À la crispation qui dévaste son corps, je sais que sa mémoire lui renvoie toute sa jeunesse. Il va lui falloir suffisamment de caractère pour faire face à la violence de ses sentiments.
Je m’approche, histoire de la sonder. Sentant ma présence, elle se retourne vivement. Moira expose un pâle sourire derrière lequel se dissimule son inquiétude, à la fois nuancée et prégnante.
– Ça va aller, glisse-t-elle entre deux bourrasques.
– Inutile de te le cacher. Tu en frissonnes presque.
Moira contemple rapidement ses mains tremblantes.
– J’ai froid.
– À d’autres, Moira ! Tu as peur, c’est tout. »
 

Le post-it de Ge

Lecture d’Avant

Dans l’île écossaise de Stroma, Moira Holm est chargée d’enquêter sur un squelette découvert sur un chantier de construction. Eddie Grist, ancien de la police d’Inverness, de retour depuis peu dans son île natale, lui vient en aide.

 Voici une belle découverte et un bon premier roman

Un roman policier sombre et inquiétant avec, en toile de fond, une mystérieuse et pittoresque île écossaise.

D’abord le décor. Oui parlons du décor, l’Ecosse, mieux une île écossaise. Une île de 3 km² où tout le monde se connait. Une ïle repliée sur elle même sans véritable activité économique.

Oui il y a le pub, la distillerie aussi, j’allais dire forcément !

Il y a les familles qui habitent là, presque recluses sur elle-même.

Il y en a qui travaille à la conserverie; il y a la pêche, l’atelier de lainage.

Il y a aussi la pluie et le brouillard, la grisaille du paysage, les rochers mais aussi la tourbe.

Il y a cette ambiance lourde propre au milieu insulaire.

Guillaume Audru nous enferme dans cette atmosphère oppressante et il ne nous lâche plus.

On évolue à travers ces paysages avec ses personnages.

Il y a là le père, un vrai îlien attaché à son bout de terre, son bout de caillou devrais-je dire. Rude comme il peut l’être le vieux.  Il y a la mère discrète, trop peut-être presque absente. Et puis la frère et la famille, les cousins, les voisins. Ici tout le monde se connait. Et pourtant ici il y a bien des secrets enfouis. Il y a le curé aussi …Et puis il y a Moïra, la flic restée sur son île et il y a surtout Eddie, l’autre flic qui revient au pays pour mener cette enquête. l y a la les non-dits…

Voilà tout est planté, tout est campé.

Reste une intrigue bien vue et on se laisse emporter au large par ce huis clos angoissant, par ce roman choral judicieusement construit.

Bravo monsieur Audru, maintenant j’attends la suite !

Interview de Guillaume Audru lors du Salon Coup de Polar(2) à La Médiathèque de Nogent Sur Oise (12/04/14).

13 réflexions sur “ L’île des hommes déchus de Guillaume Audru

Répondre à belette2911 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s