Papote d’auteur : Dany était avec Sylvain Forge

Papote d’auteur : Dany était avec Sylvain Forge

Lors du salon du livre de Blaye, Livre en Citadelle.

Notre flingueuse, c’est faite l’envoyée spéciale pour Collectif Polar.

Elle est allée à la rencontre de certains auteurs dont elle avait aimé les bouquins

Elle vous raconte son dimanche à Livre en citadelle ICI

C’est comme cela que Dany s’est retrouvée à interroger Sylvain Forge


Papote d’auteur : Dany est avec Sylvain Forge

Sylvain, merci de répondre à mes questions, tu as accepté d’être la cible  du Collectif Polar et j’ai le plaisir de remplir (d’essayer) cette mission, une première pour moi.

On est amis dans FB depuis janvier 2015, j’ai commencé à te lire avec « un parfum de soufre » ton deuxième roman publié, et ça fait drôle de causer comme ça dès notre première rencontre dans la vraie vie …  Ton actualité, ton prix du quai des Orfèvres, une nouvelle étape dans ta carrière d’auteur.

Dany : Tout d’abord, peux-tu te présenter rapidement ?

Sylvain Forge : Je suis né à Vichy en 1971, après des études de droit, des petits boulots, notamment dans la culture et l’animation, j’ enchaîne des voyages puis je m’installe à Paris quelques années avant de rejoindre Nantes où je conseille les entreprises sur les risques cyber.

Dany : Tu es donc expert en cybercriminalité, de sérieux atouts pour écrire sur le sujet.

Te sens-tu plutôt Auvergnat ou Breton ?

Sylvain : Auvergnat, pur sucre mais nantais d’adoption.

Dany : A l’école quelles étaient tes matières préférées ?

Sylvain Forge : Durant mes études, primaires et secondaires, ma préférence a toujours été le français, l’histoire-géo et l’économie. Bien que réfractaire aux maths et à la physique, je me suis sur le tard intéressé à ces disciplines en raison de leur prolongement social et humain : enjeux de la recherche, de nouvelles technologies de l’information etc.

Dany :  A quel âge as-tu commencé à écrire ?

 Sylvain : Lorsque j’étais étudiant, d’abord, un premier roman resté dans un tiroir et surtout beaucoup de scénarios pour les jeux de rôle.

Dany : Comment ? quelles sont tes sources d’inspiration ?

Sylvain : La presse (je suis abonné à de nombreux magazines, je découpe des articles, monte des dossiers par thèmes), les séries TV, les articles scientifiques, le monde informatique, la robotique… Mes inspirations : l’Histoire et les faits de société, le monde qui change, la société et ses fractures.

Dany : Une série de trois romans avec des héros récurrents, pourquoi ce choix ?

Sylvain : C’est d’abord une sollicitation de l’éditeur (et celle du marché) plus qu’une envie personnelle. A ce jour : une trilogie avec Isabelle Mayet (à Nantes) et une suite à « Sous la ville », probable, avec Marie Lesaux (Clermont-Ferrand).

Dany : Tu affiches une bibliographie déjà bien riche et une production régulière (dans la cadence, la qualité et la documentation). Un roman historique, un thriller écologique :

Sylvain : C’est une question ? non …

Dany : Un constat, tu passes d’un style à l’autre un peu comme Michael Mention, en donnant l’impression d’une égale facilité. Le sujet guide-t-il le choix du « style » ou l’inverse ?

Sylvain : Les deux, je pense. Le roman historique commande un certain clacissisme.

Dany : Dans tes références y a-t-il un super héro ?

Sylvain : Sherlock Holmes, Indiana Jones.

Dany : L’actualité de ton année littéraire : le prix du quai des orfèvres … une consécration après plusieurs tentatives ?

Sylvain : J’avais déjà envoyé deux manuscrits « La trace du silure » et « Un parfum de poudre » et c’est le troisième qui a obtenu le prix …

Dany : Qu’est ce que ça change dans la vie d’auteur ?

Sylvain : Il est encore trop tôt pour le dire mais c’est sûr que le nombre de tirage et les réseaux de distribution sont de suite beaucoup plus importants qu’avec un éditeur moins « lourd ».

D’habitude Fayard, partenaire du prix, édite directement en format de poche 50.000 exemplaires. Ici ils ont choisis de parier sur 100.000 dès le premier tirage (à noter que depuis notre entretien nous avons appris qu’un retirage avait été prévu avant la fin 2017).

Avant le prix j’étais un auteur quasi-inconnu, maintenant, il faut surfer la vague et gérer cette grosse notoriété, destinée à être provisoire. Pas facile…

Dany : Ton changement d’éditeur ? provisoire ou définitif

Sylvain : On ne peut rien dire pour l’instant, il est encore trop tôt !

Dany : Des propositions pour la TV, le cinéma ? Je vois bien tes romans adaptés en séries par exemple.

Sylvain : Rien pour le moment

Dany : Tes romans ressemblent à des enquêtes journalistes d’investigation … tenté par des révélations fracassantes type lanceur d’alerte ?

Sylvain : C’est un genre qui me plaît en effet.

Dany : Est-ce que tu as le temps de lire … quand les jumeaux dorment par exemple ? Que lis-tu ?

Sylvain : J’ai répondu en partie à cette question : presse et revues spécialisées, scénarios de jeux de rôle, rarement du polar.

Dany : Tu nous as promis une suite pour le vallon des parques (réédité en poche ) ?

Sylvain : Oui mais pas de date. L’action se situera après la guerre et parlera du monde du renseignement.

Dany : Et pour 2018 ?

Sylvain : Ca sera la suite de « sous la ville » avec le retour de Marie.

Merci Sylvain d’avoir accepté de passer un peu de temps avec une flingueuse et d’avoir répondu avec sincérité à ces quelques questions. Le collectif polar te souhaite une bonne année 2018, riche en prix et en rencontres !

7 réflexions sur “Papote d’auteur : Dany était avec Sylvain Forge

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s