Ces Dames du noir !Lamia Toumi, papotage entre une bibliothécaire et une libraire.

 Aujourd’hui j’ai la chance de recevoir une super nana, une super libraire en a personne de Lamia Toumi. 

Lamia est une pure passionnée et je vais tâcher de vous faire découvrir son métier à travers son parcourt et sa passion.

Allez c’est parti pour un papotage entre une bibliothécaire et une libraire.

bty

 


GVL : Bonjour Lamia es tu prête à passer sous le feu des question ?

 Lamia Toumi : Prête chef

GVL :Alors pour démarrer tu pourrais répondre déjà ces premières questions.  

Tu es libraire mais depuis combien de temps exerces tu ce métier ?

Et pourquoi l’avoir choisi ?

Quel a été ton parcours en librairie

Ensuite je veux bien que tu me parles de ton arrivée chez Gibert Joseph

Et comment tu es arrivé à t’occuper du rayon polar

 Lamia : Libraire depuis une dizaine d’années. Apres la fac je me suis posée la question de savoir ce que j’aimais faire … La lecture me passionnait et j’aimais partager, aiguillonner les gens vers des lectures qui pouvaient leur plaire … Du coup la librairie était la voie idéale pour moi. J’ai eu la chance de rencontrer un libraire qui m’a donné ma chance ( n’ayant fait aucune fac de lettres ou métiers du livre) Puis j’ai été embauché au Virgin des champs … Quand Virgin a fermé j’étais à celui de Barbès … Gibert Joseph m’a embauché au début en sciences humaines ( plus en rapport avec les études que j’avais faites ) puis j’ai peu à peu mis le nez dans la gestion du rayon polar … Genre qui me passionne depuis que je suis petite !

Et me voilà maintenant responsable de ce rayon que je peaufine sans cesse.

 lamia3

 GVL : Chouette

C’est vrai que tu peaufines, j’en sais quelque chose depuis quelques années tu invites régulièrement des auteurs en dédicace dans ta librairie mais pas seulement
Tu aimes les faire parler de leur univers ?

Oui. Je peaufine en essayant de faire découvrir les pépites du roman noir ou du policier … Et j’essaye de faire le lien entre les auteurs, leur monde et les potentiels lecteurs … Un roman est passionnant mais je trouve tout aussi passionnant de découvrir comment, pourquoi un auteur l’a écrit. Surtout que dans le roman noir en particulier mais aussi dans le roman policier il y a souvent plein de questionnements sur notre société …

GVL : En effet je suis bien d’accord avec toi et je crois par là même que nos boulots se rejoignent

Oui j’ai pensé un temps à devenir bibliothécaire mais d’une part le concours m’a rebutée et d’autre part j’aimais l’idée de nouveautés.

GVL :Lamia j’ai vu dans ta librairie les petits mots du libraire. Tu mets souvent en avant des auteurs moins connus en faisant des petits coups de cœur, des petits post-it comme je les appelle. Toutes les librairies ne font pas, alors pourquoi avoir décidé tout à coup de prendre du temps pour valoriser ces auteurs.
 lamia2

Un libraire ne peut pas toujours être là et disponible pour les clients. Certains clients discrets, n’aiment pas parler avec le libraire ou en ont un peu peur … Les petits mots permettent de les aiguiller. Et puis ils peuvent aussi être le prétexte à une discussion … Le client peut venir en disant ah oui moi aussi j’ai aimé ce roman … Voilà le début d’un bel échange … De plus certains auteurs ou maison d’édition ne bénéficient pas pour diverses raisons d’une publicité dans les différents médias ou supports publicitaires et pourtant ils méritent d’être découverts … Voilà aussi un des rôles du libraire … Encore une fois le libraire doit être un passeur d’émotions et un défricheur de pépites dans la masse de romans édités.

 

GVL : Dis-moi Lamia je disais tout à l’heure tu reçois régulièrement les auteurs dans ta librairie. 

Est-ce que pour toi libraire c’est aussi être modérateur de table ronde ?

Est-ce que c’est le même métier est-ce que c’ est une continuité du métier ?

Pas forcément. Un libraire n’est pas forcément à l’aise pour interroger, pour guider un auteur … Dans mon cas il s’agit avant tout de passion. J’aime tellement ce que je lis que je veux utiliser les différents moyens qui existent pour mettre en avant ces auteurs, ces éditeurs et ces histoires. Je ne sais pas si je suis douée pour ca mais les auteurs acceptent de venir donc j’en profite … Je pense qu’il est important de faire le lien entre auteurs et public mais on peut également faire appel à des professionnels du domaine … Certains libraires sont super doués pour faire des chroniques et les partager sur les réseaux sociaux … C’est un exercice plus difficile pour moi … Il ne faut s’obliger à rien et laisser ses sentiments nous guider … Le rôle du libraire est de faire découvrir, d’orienter, d’être le relai … Qu’importe le moyen dont il le fait

GVL : Mais tu es aussi passeuse quand tu fais les chronique sur les ondes

Car je ne me trompe pas tu as bien participé à des émissions culturel pour parler le polar

Tu ne te trompes pas en effet j’ai eu la chance de participer à l’émission pop fiction sur France inter … Je t’avoue que pour éviter d’avoir le trac j’essayais d’oublier cet aspect la 😝 je me concentrai sur le fait que je passais un bon moment à discuter polar … Un peu comme quand tu discutes d’un roman que tu as adoré dans un lieu public … Il y a toujours des oreilles qui traînent … Si ça peut donner envie ou aiguiser la curiosité tant mieux !

 GVL : C’est vrai que passer ses émotions c’est jouissif aussi

Donc tu fais plein de choses et notamment tu invites des auteurs dans ta librairie mais ça ne t’a pas suffi il a fallu que tu instaures un mois du polar !

Comment, il y a quelques années, t’es venu cette idée ?

Lamia mars&

 

Il n’y a pas de gros festival polar à Paris comme il y en à Lyon ou à Mulhouse par exemple … J’aimais l’idée de promouvoir un genre ( qui n’a pas encore vraiment ses lettre de noblesses pour une partie de gens) , de le mettre en avant ! Pendant un mois tout tourne autour du polar au Gibert de Barbès et ca c’était top. Et j’aime aussi l’idée de montrer qu’il peut se passer des trucs chouettes dans le nord de Paris !

 GVL : J’ai aussi envie de te demander pourquoi le mois de mars ?

Pour être sincère au début c’était surtout un concours de circonstances … Je voulais « préparer » la tenue des quais du polar de Lyon mettre ce festival en avant et donc mettre en avant le polar dans le magasin à ce moment là … Mais pour cela rien de mieux que s’organiser des rencontres … Et voilà peu à peu le mois du polar à Barbès est né et s’étoffe d’années en années.

GVL : Dis moi Lamia, comment prépare-t-on un tel événement ?

A peine l’édition en cours fini je commence à réfléchir à des thématiques qui pourraient plaire, intéresser les gens … Parfois ce sont des thématiques que je n’ai pas pu monter pour les éditions précédentes … Je fais le tri, réfléchi à qui pourrait correspondre … Au fil de l’année et de mes lectures, les idées arrivent… Je passe mon temps à noter des sujets, des axes, des questions … Puis en général au retour des vacances d’été je m’attelle plus sérieusement en faisant le tri, ou en regroupant ces petites notes … Commence alors la partie prise de contact avec les éditeurs et les auteurs … Voir qui seraient intéressés, disponibles … Puis on commence à agencer tout ca et on monte le programme précis …

lamia mars

Enfin quelques semaines avant on commence à communiquer sur les évènements …

Et la dernière phase commence … Le travail pour animer les rencontres …

Le moment arrive et la on se laisse juste bercer par les émotions … Avant de tout recommencer pour l’année suivante !

 GVL : Oui car là aussi tu peaufines

Comment monte-t-on des partenariats?

 Là encore c’est une histoire de rencontres … Que ce soit pour les partenariats ou les éditeurs … Il s’agit avant tout de personnes … Quand on se rencontre, qu’on découvre qu’on a la même envie … Pour le mois du polar ça commence à être un peu connu donc certains commencent à venir vers moi … C’est le cas de la SNCF et du louxor cette année. Pour les éditeurs encore une fois il s’agit surtout de rencontre et de même envie de faire découvrir.

GVL : As tu un budget pour cela ? Les éditeurs sont-ils demandeurs ?

Pour le Budget je n’en avais pas du tout au début ce qui compliquait les choses pour faire venir des auteurs ou pour faire la publicité de l’événement … Les choses évoluent peu à peu mais je n’ai toujours pas un énorme budget et je continue à faire comme si je n’en avais pas du tout la plupart du temps …

 GVL : Alors, Lamia,  quel est le thème de cette année le ou les thèmes d’ailleurs ?

Pas une thématique précisé cette année mais plusieurs selon les rencontres. On commence par la réalité comme source d’inspiration, mais on va aussi parler de comment naît un livre ou des différents prix qui existent dans le polar … Des faits divers et de la criminalité, de l’Histoire et de Montmartre… Comme tous les ans le but est de mettre en avant les différents acteurs et la passion que nous avons tous ! Voilà la thématique récurrente !

Autre particularité de cette année on montre d’autres supports : la bande dessinée avec Alain Bardet et François Toukens éditée par le lombard et les films avec le Louxor et la participation d’Antonin Varenne et François Guérif.

 

GVL : Whoua programme alléchant

Dis moi Lamia je ne résiste pas à te poser les questions rituel
Quelle était la place du livre dans ton milieu familial ?
Comment était perçu le livre ?
Et toi quelques est ton rapport aux livres d’abord et à la lecture ensuite

Ma mère venait d’une famille de professeurs et elle était elle même institutrice en maternelle. Les livres et la lecture étaient omniprésent chez nous. J’ai toujours vu mes parents avec au moins un livre en cours … La lecture était un plaisir on pouvait lire partout, tout le temps. Pour moi le livre est un des objets le plus important de mon quotidien. Il est très rare que je n’en ai pas un avec moi … Je suis du genre à en avoir toujours deux au cas je terminerai le premier avant d’être de retour chez moi. J’aime l’objet et les souvenirs qu’il véhicule même si cela prend beaucoup de place à la maison je ne pourrai pas vivre sans être entourée de livres. De même je ne peux pas passer une journée sans au moins lire une ligne … Je suis une lectrice inconditionnelle, j’ai un besoin viscéral de lire. La lecture reste pour moi avant tout un plaisir …

GVL :  Lamia pourquoi le polar ?

 Un de mes premiers vrais souvenirs de lectrice c’est Alice et les chats persans … Une enquête … Puis les Agatha Christie sont entrés dans ma vie de lectrice … Avant je lisais de tout puis peu à peu j’ai découvert la multitude de styles qui existent dans le polar … C’est un genre tellement riche … Selon mes envies je peux opter pour un thriller, un roman noir, de l’historique, de l’énigme … Bref je peux voyager dans les émotions autant que je le souhaite … Et puis je crois aussi que le fait que pour certains le polar est un sous genre … Je crois que j’avais envie de démontrer que non le polar est un super genre, riche en styles !

Lamia&&

GVL : Tu sais que tu est ma peaufineuse préférée ?

 Merci du compliment !

😝

GVL : Peut-on dire Lamia que l’on partage la même passion ?

 Bien-sûr ! Tu es bibliothécaire et pour toi aussi ton but est le partage et la découverte … La seule différence c’est que toi tu as eu le courage de passer ce maudit concours ! 😜

GVL : Mais aussi que les clients chez moi n’en sont pas mais c’est des lecteurs 😉
Crois-tu qu’à l’avenir il serait possible que nous fassions un partenariat sur ce mois du polar !
Passer d’une rencontre à l’autre du 11e au 18e

Oui mais pour moi il n’y a pas de vraies différences la plupart des lecteurs de bibliothèque sont également des clients de librairie … Donc l’un dans l’autre …on exerce la même passion !

Je ne suis pas contre le partenariat. L’idée est même très chouette mais il faut être conscient que ça demande tout une organisation … Mais il va falloir qu’on creuse l’idée !

GVL : Et pour finir dernière question ! Un coup de coup de coeur et un coup de gueule à lancer. Je t’écoute !

Le coup de cœur … C’est plutôt le mot du cœur … Lisez ! Découvrez ! Partagez ! Je suis sûre que le monde se portera mieux si tout le monde se plonge dans la lecture !

Le coup de gueule … Pas très original mais arrêtez de commander et de faire l’apologie d’amazon … Même si je sais que parfois c’est plus facile il existe plein de manières de se procurer des livres sans passer par eux ! J’aimerai que les gens prennent conscience du vrai danger que cette boîte représente pour l’avenir … Et non ce n’est pas moins cher chez eux ! Et oui les libraires sont menacés … Personnellement je ne veux pas eu ma fille vive dans un monde où il n’y aura plus de diversité, plus plein de librairies et de libraires qui pourront la guider dans ses lectures, dans ses cadeaux, lui faire découvrir de nouvelles pépites … Des peux où elle pourra rencontrer ceux qui la font rêver auteurs, éditeurs etc

GVL : Voilà de belle intention Lamia. Je prends note pour l’an prochain et on reparle d’un partenariat pour 2019.

Et merci, vraiment ! Merci pour ta passion. Merci pour ce beau message que tu fais passer

 Yes. À voir comment se passe celui de cette année … Merci à toi pour tout 😉

Et pour suivre au plus près tes aventures du mois de mars Lamia, je proposerai à mes lecteurs un petit article sur cet évènement en y apportant le plus de renseignement possible

Alors on va faire du bruit autour de tout ça !

8 réflexions sur “Ces Dames du noir !Lamia Toumi, papotage entre une bibliothécaire et une libraire.

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s