Papote d’auteur : Mark Zellweger soumis à interrogatoire de Oph.

Papote d’auteur : Mark Zellweger soumis à interrogatoire de Oph.

Ophélie a lu le dernier Mark Zellweger.

Les espionnes du Salève

Elle a aimé pour ne pas dire adoré.

Aussi a-t-elle voulu en savoir plus.

Voici donc l’audition de notre auteur par notre flingueuse.


Papote d’auteur : Mark Zellweger soumis à l’interrogatoire de Oph.

 

Monsieur Zellweger, suite à la parution de votre roman « les espionnes du Salève », en France, les flingueuses ont relevé à votre encontre le délit de « roman incontournable ».
Il va donc falloir que vous vous expliquiez sur ces faits et que vous éclairiez nos lanternes!
Malgré la gravité de l’infraction, nous ne vous placerons pas en garde à vue, vos appuis sont nombreux et nous souhaitions éviter une manifestation.

Place donc à votre « audition libre » comme on dit chez nous.

 

– Monsieur Zellweger, tout d’abord présentez vous, identité, âge, parcours scolaire et professionnel:

On dira Mark, monsieur, c’est pour mon arrière grand-père!

Je suis un auteur de polars d’espionnage suisse, originaire du canton de Fribourg où on trouve le bon lait pour du bon chocolat! Je suis né le 3 janvier 1959. J’ai suivi une partie de mes études universitaires à Paris Sorbonne en Histoire romaine avec l’équivalent d’un master. Puis en 1986 j’ai intégré une multinationale pharmaceutique qui m’a payé mes diplômes marketing dans des grandes Business Schools. Je suis resté 35 ans dans l’industrie pharmaceutique internationale comme directeur marketing et vente.

En parallèle j’ai été amené à collaborer avec des services de renseignement de premiers plans mondiaux comme conseiller particulier de certains patron.

 

Miam le chocolat! Les flingueuses sont très gourmandes méfiez vous du hold up! Passer de l’histoire romaine au monde pharmaceutique n’est pas commun!
– Qu’est ce qui, avec votre parcours atypique, vous a entraîné vers l’écriture?

 En fait suite à un gros soucis de santé en 2009 qui a duré quatre année, j’ai mis un terme à ma carrière dans la pharmacie et dans le consulting marketing et je ne savais vraiment pas encore quoi faire. C’est ma femme qui m’a dit un jour; »Puisque tu as collaboré au plus haut niveau avec des services secrets pourquoi tu n’écrirais pas un livre? » j’ai dit non: » Tu sais très bien que je ne parle jamais de cela! » Réponse: « Je le sais très bien, mais tu es parfaitement bien placé pour raconter des histoire d’espionnage plausibles! ». Et voilà comment L’Envol des Faucons est né. Après il a fallut apprendre ce nouveau métier, livre après livre.

 

Alors il nous faut remercier votre épouse! Elle a bien fait de vous y pousser, c’est un peu grâce à elle aussi si nous sommes des lecteurs comblés alors!
– « Les espionnes du Salève », comme vos romans précédents, est un roman d’espionnage. Qu’est ce qui vous a attiré vers ce genre plutôt que le polar classique?

 En fait je lis des romans d’espionnage depuis mes vingt ans. Je suis aussi un fils de 007 par les films et d’un autre point de vue j’ai toujours aimé comprendre le dessous des cartes. Dans mes autres romans j’utilise mon expérience dans le renseignement pour aborder des sujets de géopolitique actuelle dans l’ombre comme les armes bactériologiques, les coulisses du pouvoir, etc.

 

Vous êtes donc passé de sujets actuels à un contexte historique plus lourd.
– Vous détaillez vos recherches dans votre roman, du coup, ce qui nous intéresse davantage c’est votre rapport avec vos personnages. Comment sont-ils nés?

 D’une part, j’ai beaucoup de femmes dans mes romans. Je les trouve fascinantes et bien plus endurcies que certains ne le penseraient. Mes Espionnes sont toutes inventées sauf la secrétaire de Farrel et la sœur du père Favre, Marie. Mais on ne sait rien sur elles, j’ai donc basé mon travail d’écriture sur des traits de caractère de l’époque glané ça et là. Pour les autres personnages qui ont eu un rôle historique, ils ont existé, que ce soit le père Favre, le père Desclouds, Farrel, etc. Par contre en dehors du père Favre on ne connait que très peu de chose sur ces personnage. Alors je les ai ressuscité à ma façon.

 

On sent cet « amour » pour les femmes effectivement! Et quelles belles personnes vous avez créé!
– Personnellement, j’ai eu le sentiment que « les espionnes » vous avaient servi de vecteur pour rendre hommage aux femmes de l’ombre que l’Histoire a trop vite oublié. Vous confirmez ou est-ce plus complexe?

 On sait que la Résistance était composée d’au moins 20% de femmes. Il est tout aussi vrai qu’on parle très peu d’elles. Qui connait aujourd’hui Bertie Albrecht qui s’est pendue dans sa cellule pour ne pas trahir. Qui sait que la soeur de Simone Veil était résistante, etc. Par ailleurs dans mes recherches, j’ai trouvé beaucoup de femmes de l’ombres tant en France qu’en Suisse qui ont fait preuve d’un courage bien égal à celui de nombreux hommes! Alors oui, c’est un hommage à ces femmes, mais aussi à ces hommes qui n’ont écouté que leur cœur.

 

Merci de l’avoir fait, ces personnes de l’ombre méritent d’être mise en lumière.
– Sev, une de vos espionnes, est dotée d’une force de caractère impressionnante.Sa force transpire au travers de vos mots, elle m’a beaucoup touchée. Fait-elle parti des personnages réels de l’histoire ou est-elle née de votre imagination? Et si elle est née de votre esprit, qui ou qu’est-ce qui vous l’a inspiré?

 Ce qu est drôle avec Sev, c’est que son nom est celui de la grand-mère d’une amie journaliste à la radio suisse romande. Elle m’a donné son nom et tout les reste est sorti de mon imagination. Quand Mélanie a lu les passages sur Sev, elle a rit:  » C’est exactement le caractère de ma grand-mère! Comment as-tu fais pour savoir? ». La fiction est rattrapée par la réalité, la preuve!

 

Excellent! C’était un signe alors!
– Il y a énormément de recherches personnelles pour « les espionnes », combien de temps avez vous mis pour rassembler les éléments et écrire l’histoire?

 J’ai mis environ 18 mois pour défricher le sujet et surtout obtenir tous les renseignements vitaux pour mes personnages. La problématique majeure consistait dans le fait que beaucoup d’informations existent, mais elles sont disséminées dans de nombreuses sources. Il faut donc chercher toutes les pièces du puzzle. Et c’est long.

 

Le puzzle en valait la peine… Bravo pour votre détermination!
– Mark, il faut que je vous avoue un secret… Je ne peux vous vouvoyer plus longtemps! J’ai eu la chance de te rencontrer à Nemours, et ce fût une très belle rencontre. J’ai eu ce privilège oui (ne soyez pas jaloux)!

Enfin! Tu en as mis du temps, Oph:-)

Si je t’avais tutoyé de suite il y aurait eu trop de jalouses effronté Et puis il fallait que l’audition soit objective et impartiale! Mais « ouf » me voilà soulagée!
– Qu’est ce qui te plait le plus dans tes rencontres avec tes lecteurs?

 La rencontre avec mes lecteurs existants et les nouveaux, c’est la seule raison qui justifie à mes yeux pourquoi écrire. Chacun peu aimer et ne pas aimer, tous les goûts  sont dans la nature. mais, quand tes lecteurs te disent: « Enfin te voilà, je veux le dernier! » ou bien encore: » j’adore vos personnages! » ce n’est que du pur bonheur!

 

Ta joie était contagieuse à Nemours!
– As tu un secret que tu voudrais nous avouer ici?

 Je n’ai jamais pensé devenir auteur et pourtant, je peux le dire aujourd’hui, c’est ce que j’aurai dû faire dès le début! Je n’ai jamais été autant heureux, de te rencontrer par exemple, ou bien les flingueuses, les copains auteurs. Génial! Je suis enfin un homme heureux!

 

Et c’est beau de te voir heureux! Ne t’arrêtes plus de nous écrire des histoires et surtout nous attendons la suite des Espionnes!
– Un mot pour tes lecteurs et futurs lecteurs?

 C’est grâce à vous que mes livres existent. Mille merci d’être vous. Je vous Aime.

Merci beaucoup Mark pour cet échange et ce temps que tu nous as accordé! En espérant te revoir très bientôt!

7 réflexions sur “Papote d’auteur : Mark Zellweger soumis à interrogatoire de Oph.

  1. J’ai beaucoup aimé aussi les espionnes et j’attends le tome 2.
    Mes parents et grands-parents ont été dans la résistance dans le Nord de la France. Ma grand-mère et ma mère étaient aussi de sacré bonnes femmes !
    A bientôt Mark !

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s