Des nœuds d’acier – Sandrine Collette

 Salut les polardeux

Aujourd’hui j’ai le plaisir d’accueillir un nouveau Chroniqueur.

Et c’est sa première chronique que je vous propose, une première chronique un peu comme un clin d’œil ou comme un cadeau. Car il s’agit ici, du tout premier roman de Sandrine Collette.

Allez, je vous laisse découvrir le ressenti de Jean Paul

Le livre : Des nœuds d’acier de Sandrine Collette.  Paru le 29 janvier 2014 chez Le Livre de Poche.  6€90 ; (261 p.) ; 18 x 12 cm
4e de couv :
Avril 2001. Dans la cave d’une ferme miteuse, au creux d’une vallée isolée couverte d’une forêt dense, un homme est enchaîné. Théo, quarante ans, a été capturé par deux frères, deux vieillards qui ont fait de lui leur esclave. Comment a-t-il basculé dans cet univers au bord de la démence ? Il n’a pourtant rien d’une proie facile : athlétique et brutal, Théo sortait de prison quand ces vieux fous l’ont piégé au fond des bois. Les ennuis, il en a vu d’autres. Alors, allongé contre les pierres suintantes de la cave, battu, privé d’eau et de nourriture, il refuse de croire à ce cauchemar. Il a résisté à la prison, il se jure d’échapper à ses geôliers.
Mais qui pourrait sortir de ce huis clos sauvage d’où toute humanité a disparu ?
Un premier roman d’une intensité stupéfiante, révélation d’un nouveau nom du thriller français.
Sandrine Collette narre avec une maîtrise étonnante un huis clos étouffant. Elle a su, avec une sensibilité rare, par touches, brosser l’escalade de la terreur, l’imagination sans cesse renouvelée des humiliations […]. 
Roger Martin, L’Humanité.
Cet excellent captivity thriller (comme disent les Américains) rappelle les classiques du genre et le Misery de Stephen King. 
Le Figaro Magazine, Philippe Blanchet : 
Vous n’allez plus jamais voir les vieillards de la même façon !
Gérard Collard, Le magazine de la Santé
L’auteure : Sandrine Collette est née en 1970.  

Elle partage sa vie entre ses chevaux,  le campagne et l’écriture.  

Des noeuds d’acier, son premier roman, a reçu le Grand Prix de littérature policière 2013.

Extrait : 
Certains matins de beau temps, la lumière qui filtre par le soupirail de la cave est douce et orangée. Des particules de poussière s’y entremêlent dans une confusion totale. Dans ces moments-là, je rêve de pouvoir m’asseoir devant cette lumière et de me réchauffer le dos d’une infime chaleur.
Adossé au soleil, à m’engourdir en étant presque bien. Les yeux à demi fermés, je me contente d’imaginer ce que cela pourrait être.
Parce que la chaîne est trop, courte.
Au mieux, en tendant le bras j’arrive à sentir cette douceur sur ma main, mais je ne peux pas rester longtemps le bras tendu comme ça.
Alors je le baisse et je recule dans mon coin d’ombre.
……………………

Le “ressenti” de Jean-Paul

Ce roman à obtenu le Grand Prix de littérature policière en 2013, mais pour moi, c’est plutôt un roman noir ou un thriller très bien ficelé…

Encore une fois, c’est une femme qui repousse les limites psychologiques dans une escalade de terreur et de cruauté dans un huis clos particulièrement maîtrisé. Pas un instant de répit. Théo doit survivre dans un univers clos, glauque, enfermé, torturé physiquement et psychologiquement par ses deux bourreaux.

C’est très bien écrit et je me demande ce que j’aurai pu faire à la place pour ne pas sombrer dans la folie ?

Roman qui pour le coup n’est pas adressé à tous les publics mais que je conseille vivement pour ceux qui aiment les histoires étouffantes et angoissantes car c’est un univers vraiment particulier dans la littérature et Sandrine Colette le fait très bien !

J’ai d’ors et déjà tous ses autres romans dans ma PAL !

Sandrine et Jean Paul à Livre Paris le 16 mars dernier où j’ai fait la connaissance de Jean Paul et surtout où je l’ai débauché.

53 réflexions sur “Des nœuds d’acier – Sandrine Collette

  1. Un premier roman in-ou-blia-ble. Je pense enfin passer au suivant dans la chronologie d’écriture.
    Un roman noir, très noir. Âmes sensibles vraiment s’abstenir. Étouffant, huis clos parfaitement maîtrisé pour une écrivain.e. qui a un visage d’ange 🙂 Elle s’est inspirée d’un fait réel et l’a écrit à sa sauce. C’est sadique et même écœurant à certain moment. Je ne pense pas avoir lu un livre décrivant de telles scènes avec autant d’intensités. Une très très belle écriture.

    Aimé par 1 personne

  2. Je confirme … la montée en puissance vers l’angoisse absolue !
    C’est le premier roman que je lis de cette auteure et je lirais les autres assurément mais après un temps de pause nécessaire ! Un huis clos hors du commun.

    Aimé par 3 personnes

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s