Même le scorpion pleure de Guy Rechenmann

Même le scorpion pleure de Guy RechenmannLe livre : Même le scorpion pleure de Guy Rechenmann. Paru le 27 février 2018 chez Cairn dans le collection Polar Cairn.  16€ ; (240 p.) ; 22 x 14 cm

4ème de couverture :

Anselme Viloc est de retour dans le quatrième volet de ses aventures. Un polar mentaliste, comme le qualifie l’auteur, pour trouver la vérité il faut souvent chercher en soi, dans son passé, elle se construit en harmonie avec son environnement, avec le vivant…
Guy Rechenmann, auteur confirmé rejoint les éditions Cairn avec son célèbre héros Anselme Viloc, un flic atypique et obstiné.
Il est des sourires qui camouflent la peine. D’autres cachent la malice, voire le vice, tel celui qu’Anselme Viloc voit se dessiner sur les lèvres de l’une des personnes présentes à l’enterrement de son ami Augustin. Augustin, le colosse, l’indestructible, pourtant mort subitement.
Un viager, une mort inattendue, et ce sourire… Un sourire qui le dérange, le hante même… Anselme, le flic de papier, doit comprendre, mener l’enquête pour chasser cette peine qui l’étreint.

GuyL’auteur : Né le 17/08/1950, écrivain et homme de télévision, Guy Rechenmann avoue être un rêveur et un poète. Le hasard, il n’y croit pas beaucoup préférant parler de coïncidences, son thème de prédilection… Il attendra 2008 pour publier un recueil de poésies et de nouvelles « La Vague » éditions Ecri’mages suivi de cinq romans « Des fourmis dans les doigts » éd. L’Harmattan et « Le Choix de Victor » éd.Vents Salés où se mêlent suspense, poésie et onirisme… Avec « Flic de Papier », « Fausse Note » et « A la Place de l’Autre » ses derniers romans aux éditions Vents Salés, il revisite le genre policier d’une façon nouvelle et inattendue grâce au même personnage Anselme Viloc, un flic atypique et obstiné.. Guy Rechenmann écrit ses romans au Cap-Ferret.

Extraits :
«  Concernant mes racines, l’assistance Publique n’a pas été diserte sur mon cas, pourtant elle a de la bouteille l’institution. Les enfants délaissés sont pris en charge depuis des lustres, depuis le XVIIème précisément, l’époque de Vincent de Paul. De fils en aiguille, de lois en amendements, la lettre X est apparue pour camoufler la génitrice, l’inconnue. L’inconnue froide de l’équation mathématique. Une lettre pour soulager une vie, abréger une souffrance, une lettre énigmatique. »
            « T’es policier ou philosophe ? elle m’interroge le nez en l’ai à la façon maîtresse d’école.
–          D’après toi Lily ?
–          Non, parce que si t’es philosophe, il est tout à fait normal que tu restes planté sur la terrasse à regarder le ballet des mouettes, à écouter le chant des crabes et à méditer sur l’avenir de la presqu’île et éventuellement de la planète, t’es d’accord ?
–          Jusque-là rien à redire.
–          En revanche, si t’es policier et si on dit que ta mère est morte, de manière violente concomitamment ! Elle s’arrête, me scrute, je lui fais signe que je connais le mot, rassurée elle poursuit, concomitamment donc à la minute où tu es né, c’est bien ce que le père Fourras a laissé entendre lors de ta dernière visite, et bien si l’on me dit ça à moi, policière, je vais chercher dans les archives de la police du coin, là-haut dans le Nord [….] Maintenant soit dans le présent de ton passé … »

La chronique Jubilatoire de Dany

scorpion in situ

Plus classique que les précédents dans sa construction, c’est sans doute le roman de Guy Rechenmann où le lecteur  en apprend le plus sur l’intimité de son « flic de papier ». Il va tout mettre de son côté Anselme Viloc,  pour retrouver ses origines nordistes, du thème astral à la régression avec la complicité de son pote David qui lui trouve les bons interlocuteurs dans la clientèle du restaurant de l’Escale.

Parallèlement, une série de morts suspectes frappe les personnes ayant vendu leurs biens en viager. Et s’il s’agissait d’une arnaque immobilière… c’est sans compter avec la géobiologie ! Le bassin encore une fois offre ses paysages grandioses aux amoureux de ces espaces intermédiaires, à la lumière incomparable.

Nous prenons aussi un malin plaisir avec la galerie de seconds rôles à commencer par Lily qui prend de l’âge et de l’assurance s’il en était besoin.

Le dernier né de cet auteur conteur et poète nous procure un bien agréable moment de lecture, même si on ne retrouve pas l’émotion de « fausse note » avec son inoubliable petit violoniste …

Ce roman est le quatrième de la série Anselme Viloc, il peut se lire isolément mais ça serait fort dommage de passer à côté des trois autres …

 

mots clefs :

Origines / viager / arnaque immobilière / thème astral / régression / géobiologie / Feng Shui

 

9 réflexions sur “Même le scorpion pleure de Guy Rechenmann

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s