Celui dont le nom n’est plus – René Manzor

Celui dont le nom n'est plus - René ManzorLe livre : Celui dont le nom n’est plus de René Manzor. Paru le 22 mai 2014 chez Kero.20€ ; (390 p.) ; 24 x 16 cm
Celui dont le nom n'est plus - Poche- René ManzorRéédité en poche le 10 septembre 2015 chez Pocket dans la collection Thriller.7€50 ; (443 p.) ; 18 x 11 cm.

 

4e de couv :

Londres, au petit matin. Sur une table de cuisine, gît un homme vidé de ses organes. L’assassin est une vieille dame à la vie exemplaire. Pourquoi cette femme a-t-elle sacrifié l’homme qu’elle a élevé comme un fils ?

Elle est incarcérée. Pourtant, le lendemain, un autre homme est tué de façon similaire. Par la personne qui l’aimait le plus au monde. À chaque fois, les tueurs, qui ne se connaissent pas, laissent derrière eux la même épitaphe écrite dans le sang de leur victime :

Puissent ces sacrifices apaiser l’âme de Celui dont le Nom n’est plus…

Trois destins vont se lier autour de ces meurtres incompréhensibles : ceux de McKenna, vétéran de Scotland Yard, de Dahlia Rhymes, criminologue américaine et de Nils Blake, l’avocat de ces coupables qui ressemblent tant à des victimes. Trois destins, et trois vies détournées à jamais de leur cours.

 

L’auteur : René Manzor est scénariste, réalisateur, et écrivain. Né avec le goût de construire des histoires, René Manzor a d’abord donné corps à cette envie au cinéma. Ses deux premiers films, Le Passage et 3615 Code Père Noël, le font remarquer par Steven Spielberg qui l’invite à Hollywood. Voilà le jeune Français lancé à Los Angeles, scénariste et réalisateur, ghost writer pour les grandes productions. Dans les années 2000, René Manzor quitte les États-Unis et renoue avec le cinéma français (Dédales). En 2012, son premier roman, Les Âmes rivales, a révélé une plume au rythme vif et un univers mystérieux. il a reçu  le prix Polar 2014 du meilleur roman francophone (Festival de Cognac) pour Celui dans le nom

 

Extrait :
« La mort n’est que métamorphose. Aujourd’hui, l’homme dépense des fortunes à soigner son apparence déclinante, de son vivant. il y a cinq mille ans, il était obsédé par celle qu’il aurait après sa mort. Quand on y réfléchit, c’est plus logique. Un mort, ça ne vieillit pas. Et l’éternité vaut bien un petit lifting. « 

 

Le billet de Sylvie K

A Londres, un homme est retrouvé étripé. Son assassin est une vieille dame qui l’avait élevé comme son fils. Le lendemain, un autre homme est tué de façon similaire par la personne qui l’aimait le plus au monde. Et toutes les vingt-quatre heures, un nouveau supplicié apparaît. McKenna, un policier irlandais, mène l’enquête. Polar 2014 du meilleur roman francophone (Festival de Cognac).

Pourquoi tuer d’une manière atroce ceux que l’on aime? Pourquoi un rituel différent à chaque fois? Qui manipule ces assassins qui n’en sont pas… Même ceux qui cherchent sont mis à mal. Cinq sacrifices empêcher le 6ieme?

Les chapitres sont court, l’ écriture rapide, percutante,. On apprends que Scoltland Yard était un lopin de terre, ce qu’est la prison de Wandsworth, l’hypnose, les rituels religieux, l’histoire d’Osiris et de son tombeau et tout cela distillé avec intelligence dans ce thriller haletant.

Ah et surtout on parle de greffe; de greffés, de greffon avec en fin de livre une sensibilisation pour faire un don d’organe Bravo M. René Manzor pour cette belle initiative

15 réflexions sur “Celui dont le nom n’est plus – René Manzor

  1. J’ai lu mon premier Manzor l’année dernière et j’ai fait l’erreur de commencer par « dans les brumes du mal » . J’ai beaucoup aimé mais l’auteur lui-même m’a conseillé de commencer par « les âmes rivales » pour découvrir les personnages au plus profond d’eux-mêmes. Ca sera mon prochain (la semaine prochaine donc …) !
    Merci pour cette chronique !

    J'aime

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s