L’homme qui rêvait d’être Dexter – Stéphane Bourgoin

Le livre : L’homme qui rêvait d’être Dexter de Stéphane Bourgoin. Paru le 5 avril 2018 aux Éditions Ring dans la collection Murder Ballads. 19,95 € ; 269 pages ; 14 x 22 c

4ème de couverture :

Dans les années 1980, un policier de Miami tue en série des trafiquants de drogue avec un rituel particulier. Manuel Pardo JR.  est un bon père de famille et n’éprouve aucun regret. « J’ai rendu service à l’humanité. Je pouvais les truffer de vingt balles et ça ne m’a jamais empêché de dormir comme un bébé ».

Policier à Miami, bon père de famille, aimé par ses proches et serial killer qui sévit pour « une juste cause »… La fiction imite d’autant mieux la réalité que la troisième saison de Dexter nous présente le personnage d’un procureur tueur en série qui se nomme Miguel Prado Jr. , à rapprocher du vrai Manuel Pardo Jr.

Mais la fiction peut aussi nourrir l’imaginaire d’un tueur en série. Pour preuve à Edmonton, Canada, en octobre 2008 : Mark Twitchell, un cinéaste qui a tourné un film hommage à Star Wars l’année précédente, produit un thriller où le héros est un serial killer « à la Dexter » qui attire des inconnus dans un garage pour les tuer et les démembrer. Deux semaines après ce tournage, le réalisateur tend un piège à deux hommes dans ce même garage, où il les attaque le visage dissimulé par un masque de hockey. En parallèle, le meurtrier, qui anime un page Facebook au nom de Dexter Morgan », écrit un journal intime où il exprime ses fantasmes et décri ses crimes dans les moindres détails. Ce document exceptionnel, « SKConfessions », ainsi que son auto-analyse, « Profil d’un psychopathe », sont publiés ici pour la première fois.

L’auteur : Né en mars 1953, Stéphane Bourgoin  est le plus grand spécialiste mondial des tueurs en série. Auteur d’une cinquantaine d’ouvrages traduits dans vingt langues. Stéphane Bourgoin a rencontré à ce jour plus de soixante-dix serials killer.
Extrait : « Après avoir créé tout ce merdier, il est temps pour moi de nettoyer à fond. Je prends mon kit d’outillage, un large couteau à viande pour dépouiller et qui me sera utile pour scalpe, ainsi qu’une scie pour les os. Je possède aussi une grande planche à découper et de puissants ciseaux. Sans oublier un couperet, fruit d’une commande précédente. Je me dis qu’il vaut mieux commencer par les pieds…. »

L’accroche de Miss Aline

 Dans une première partie, Stéphane Bourgoin nous cite plusieurs cas de tueurs en série ayant défrayé la chronique. Ils sont glaçants pas seulement par leurs actes mais également par le fait que ce sont des policiers justiciers pour certains.

Dans une seconde partie, Stéphane Bourgoin va nous parler de ce cinéaste canadien qui lui va rapprocher la fiction de la réalité. Mark Twichell va « s’inspirer » de la série Dexter pour devenir un serial killer.  Il va s’auto analyser et décrire dans un journal intime : «  SKConfessions », sa progression, ses fantasmes. Il y décrit de manière froide et détachée ses meurtres et comment il les met en place. Marié et père de famille sa face cachée est d’une noirceur et d’un détachement incroyable.

Lire Stéphane Bourgoin c’est lire en apnée. Sans cesse tu te dis : c’est la réalité, ce n’est pas une histoire. S’installe un contraste saisissant : tu peux lire un thriller noir (bien noir) sans avoir envie de rendre ton petit déjeuner. Mais tu ne peux lire « du Bourgoin » qu’à la lumière du jour ! Toutefois, tu es happée par ta lecture. Pas que tu veuilles absolument terminer au plus vite. Non. L’auteur a une façon particulière de capter ton attention, de te mettre sur le qui vive. Tu restes sans voix et en même temps mille questions à poser.

Tu ne peux qu’être très respectueuse du travail de Monsieur Bourgoin. Tache qui doit être prenante tant en temps qu’en énergie.

Merci aux Editions RING et à Monsieur Stéphane Bourgoin pour cette immersion dans une réalité terrifiante.

16 réflexions sur “L’homme qui rêvait d’être Dexter – Stéphane Bourgoin

  1. Putain, moi qui pensais que c’était un livre « humour » et que Bourgouin se recyclait dans le roman léger… Sur le cul je suis… J’adore ses livres, c’est toujours clair, net, sans fioritures, sans théories à la porte nawak (Jack the ripper).

    Aimé par 1 personne

  2. Bonne journée 🙂
    Un personnage que je suis à la télé et en tant que lectrice que d’un seul roman jusqu’à présent : « Profileuse », pour savoir comment il fait pour essayer d’aller au-delà de ce qui innommable, monstrueux. J’ai commencé sur Netflix le début de la série qui me semblait avoir un autre titre et qui fut le début par le FBI5 de rendre visite à ces grands serials killers de l’époque. Ces interviews donnent froid dans le dos et montrent comment un seul de ces personnages filmés puissent se vanter de leurs actes, et décrire par « petits morceaux », tous les détails des meurtres. J’ai commencé la série en Belgique. 🙂
    J’ai pas regardé la série Dexter.
    Merci pour cette chronique. Je prends bien entendu note.
    Bisous. Gene

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s