Le gang des flingueuses : Les petites nouvelles, épisode 3


Le gang des flingueuses : Les petites nouvelles… épisode 3

Hello les Polardeux,

Le gang des Flingueuses, vous connaissez, maintenant, forcément ?

Il était une fois une bande de passionnée réuni autour de Ge leur porte flingue

J’ai la chance d’être entourée d’une équipe extraordinaire de flingueuses en tous genres. Nous sommes une douzaine à vous proposer nos voix, nos regard et nos émotions autour des littératures policières et de l’imaginaire.

Aussi je me suis fait curieuse une fois de plus !

Et j’ai posé quelques questions à mon gang de Flingueuses.

Aussi aujourd’hui je vous livres les réponses des dernières arrivées. Mais attention vous risquez d’être surpris d’entrée de jeu.

Allez bonne lecture


Questionnaire aux Flingueuses

Les petites nouvelles… épisode 3 :

Isabelle et Sacha

Tu as rejoint dernièrement le gang  Collectif Polar.

 1 – Alors… Pourquoi avoir accepté ma proposition d’être une des nôtres, ou avoir voulu intégrer la team ?

Isabelle : La réponse va être longue, tu l’auras voulu ! J’ai accepté par curiosité, par fierté aussi. J’aime lire des polars depuis toujours. Mais je n’ai découvert ce milieu que tardivement, après avoir écrit mon propre roman policier. Jusqu’alors je ne courrais pas les salons, je ne recherchais pas le contact avec des auteurs. Lorsque j’y ai été invitée, j’ai découvert une ambiance fraternelle, où l’humour et la déconnade sont de rigueur et où se côtoient des personnages de tous horizons. Je m’y suis sentie à l’aise. J’ai alors échangé avec des auteurs, des éditeurs, des libraires… et des blogueurs (es-trices-euses, of course). Sans flagornerie, tu es l’une des premières dont j’ai suivi le travail, Geneviève. J’ai sympathisé avec certains, commencé à participer à des débats dans des groupes fermés, parfois houleux, en particulier sur l’impact des blogueurs sur l’économie du livre, leur degré d’indépendance, le respect des auteurs… Questions essentielles à mes yeux. Bref, la bloguosphère s’interrogeait régulièrement sur ses bonnes pratiques. Un bon point pour elle ! Et donc lorsque j’ai proposé à la médiathèque de ma ville (la MéMO) de créer un festival consacré au polar, j’ai voulu lui réserver une place de choix : une expo, une table ronde, etc. N’ayant pas de bouquin à vendre, je me sentais totalement libre et la MéMO a adhéré à l’idée. Je n’étais pas des vôtres pour autant. Et puis je me suis mise à rédiger quelques chroniques pour Collectif Polar, d’abord pour tes concours, puis à ta demande. Ta proposition m’a stupéfaite. Ainsi, sans le savoir j’étais potentiellement une flingueuse ! Du coup j’ai accepté ta proposition pour voir enfin les coulisses du blog, et pour la fierté d’intégrer la team.

Sacha ; Alors j’ai accepté ta proposition de vous rejoindre sur le Collectif polar parce que tu me l’as demandé déjà! Lol! J’étais loin de me douter que mes retours de lectures t’intéressaient en tant que chroniques! C’est très humblement que je donne mon avis sur les livres qui m’ont plu ou bouleversée. Et je suis très touchée de cette proposition. Même si je ne lis pas autant que je le voudrais! Lol!

2- Comment te sens-tu au milieu de ce groupe de fadas passionnées de polar et de lectures ? 

Isabelle : Mon arrivée est toute récente, il me faut encore trouver mes marques, moi qui suis plutôt un électron libre, par nature. Mais l‘accueil que ces fadas m’ont réservé a été si chaleureux, si spontané que j’abandonne peu à peu ma posture d’observatrice. Les flingueuses (Loup inclus !!) sont généreuses, bienveillantes, bosseuses. A l’image de la porte-flingue, quoi ! Mais est-ce un hasard ?

Sacha : Hey tu parles à une psychopathe là! Mdr! Donc on est sur la même longueur d’ondes! entre frappadingues, on est bien!

3- Qu’attends-tu de notre petite équipe de flingueuses ?

Ce qu’elle donne déjà dépasse mes attentes : réflexions communes sur la littérature noire, bien sûr, mais aussi solidarité, entraide, conseils… On sort largement du cadre de la littérature et j’aime ça !

Sacha : Ce que j’attends de l’équipe de flingueuses? et on a un flingueur aussi non? Des grosses « marrades » comme c’est déjà le cas quand on se voit! Vous avez toutes toujours la patate et j’adore ça!

4 – Te sens-tu une flingueuse à part entière ?

 

Isabelle : Oui, depuis que tu me sollicites pour des idées de concours, mais surtout depuis que j’ai endossé la panoplie de légiste avec Cécile Pellault et avec toi pour l’exquis cadavre exquis.

 Sacha : Oui je me sens une flingueuse à part entière et très fière de faire partie! Mais promis, je sortirai pas le mien, de flingue! Lol

5 – Que t’as apporté cette expérience d’équipe ?

Isabelle : Le plaisir de travailler en complémentarité avec Cécile, d’être parvenues très vite à nous organiser en fonction de nos sensibilités, de nos emplois du temps respectifs. Le bonheur d’échanger nos impressions à la lecture d’un épisode. J’apprécie énormément ces échanges.

 Sacha : Ben je commence tout juste alors on en reparle dans 6 mois! Mdr! J’espère juste que tu regretteras pas ton choix! Muhahaha (rire démoniaque)!

 

6 – Qu’en as-tu tiré ?

Isabelle : Je me sens plus légitime, plus crédible comme flingueuse.

  Sacha : Mon expérience commence seulement, mais ce qui est sûr, c’est que ce ne sera que du positif!

7- As-tu des attentes particulières autour de Collectif Polar ? Et quelles sont-elles ?

J’aime le jeu collectif, qui est l’ADN de ce blog. L’idée de s’organiser pour optimiser notre présence lors d’évènements, pour partager avec celles (ou celui) qui n’ont pas pu venir, pour porter les couleurs de la meute. Lecteur, lectrice, si tu pouvais voir l’incroyable chorégraphie à l’œuvre derrière les GAV, tu hallucinerais… Pourvou qué ça doure et vive le gang !

 Sacha :  Le collectif polar m’a déjà tellement donné en tant qu’auteure! La mise en lumière de l’Emprise des sens a été un élément très important pour moi et je ne te remercierai jamais assez! Donc bonne humeur, échanges et rigolades!

2eme Partie

Enfin, dis-moi,

Tu préfères :

 1- Etre reconnue comme une simple chroniqueuse de Collectif Polar ?

2- Etre une chroniqueuse de Collectif Polar qui se revendique ainsi ?

 3- Être avant tout une flingueuse ?

 4- Juste faire de temps à autre une « chronique de lecteur »

Explique-moi ton ou tes choix ?

Isabelle : J’élimine 1, 2 et 4. Ma participation, je la vois plutôt en recherche d’idées, en aide pour organiser ou couvrir des événements.

Sacha : Une chroniqueuse flingueuse du collectif polar qui fait de temps à autre un Sach’avis sur ses lectures! Mdr!

J’ai moins le temps de lire, mais j’aime toujours ça. C’est important pour moi de lire, de m’évader, d’étudier la manière d’écrire d’autres auteurs, d’en découvrir. Je pense que la lecture améliore mon écriture. Et J’aime partager mon avis sur un livre que j’ai aimé, voire que j’ai adoré!  En revanche, je ne sais pas écrire une chronique. J’ai toujours peur d’en mettre trop sur l’intrigue. C’est pour ça que je me contente d’un avis!  De mon avis!

 

Et en OFF, juste entre toi et moi.

As-tu des regrets, des déceptions à formuler, quelles sont les choses que l’on pourrait améliorer ?

Isabelle : Regrets, déceptions… non, je ne vois pas. Enrichir la maquette, peut-être. 

Sacha ; En off entre toi et moi ma Geneviève, je n’ai pas de regrets, ni de déception, rien du tout! Je trouve que toi et tes flingueuses, vous faîtes un boulot extra, et je te félicite! Je vous aime énormément et je suis encore une fois très honorée de faire partie de l’équipe!

Voilàààààà! Merci tout plein ma Geneviève

 

Quelles améliorations proposes-tu ? Et comment les mettre en oeuvre ?

Isabelle : Peut-être élargir le choix des livres chroniqués à des bouquins qui font moins l’actu. Je sais que tu y es sensible, comme moi. Le dernier Bussi, le dernier Norek seront à coup sûr chroniqués partout… Déplacer davantage le curseur vers l’inconnu, sans pour autant délaisser les best seller, ça doit être possible. Ce que j’ai apprécié d’emblée dans Collectif Polar, c’est de découvrir des premiers romans, ou de lire des itw d’auteurs moins célèbres.

Principes mortels de Jacques Saussey


Jacques Saussey sera avec nous à Saint Maur en poche ce week-end

Alors rendez-vous est pris autour de son stand les 23 et 24 juin

 

Le livre : Principes mortels de Jacques Saussey. Paru le 16 mai 2018 aux éditions Bragelonne . 8.90€ (275 p.) ; 11 x 17.8 cm.

4ème de couverture :

La mort n’a jamais dit son dernier mot.

Été 1979. Franck Servin, 18 ans, fuit le naufrage du foyer familial pour réviser son bac. Il trouve refuge chez son oncle et sa tante, dans une ferme isolée de la Creuse où, quatre ans plus tôt, son cousin Paul, presque son sosie, a trouvé la mort sur une route qu’il connaissait depuis l’enfance. Cette tragédie ronge insidieusement le cœur de ses proches, attendant son heure pour frapper de nouveau. En cet été 2011, elle semble avoir sonné. Franck sait qu’il va mourir. Il a quelques heures, quelques jours peut-être, pour laver sa mémoire et raconter ce qui s’est réellement passé, l’été de ses 18 ans.

 

 L’auteur : Jacques Saussey est un écrivain et un auteur de romans policiers.
Il a commencé à écrire ses premières nouvelles à 27 ans, en 1988. Deux nouvelles ont été primées dans des concours (« Quelques petites taches de sang » en 2002 aux Noires de Pau, et « Alfred Jarry est mort » en 2007) et une éditée en BD (« Le joyau du Pacifique », en 2007).
« La Mante Sauvage » est son premier polar. Son deuxième thriller « De Sinistre Mémoire » est paru en 2010 aux Éditions des Nouveaux Auteurs.

 

Extrait :
« Ferme de la Renardière, Armilliers-sur-Taurion
13 juillet 2011,14 heures
J’ai longtemps cru que je ne pourrais jamais raconter ce qui s’est réellement passé cette année-là, durant l’été 1979. Mais, aujourd’hui, je réalise qu’il est grand temps de le faire, peut-être simplement histoire de laver définitivement ma mémoire de ce qui la souille avant de mourir. Car, je le sais, aussi certainement que la nuit succède à la lumière, je vais mourir. Quelques jours encore, quelques heures…
La décision m’appartient, à présent. J’ai dépassé le temps de l’apitoiement sur moi-même, le temps des remords et de la culpabilité, le temps de la colère. Aujourd’hui est venu celui du renoncement, ou plutôt celui de l’acceptation, ce qui revient en fait à peu près au même…
J’ai choisi d’écrire l’histoire de ces événements tragiques afin qu’il en reste une trace après ma mort. Pour que quelqu’un puisse comprendre ce qui me ronge depuis bientôt trente ans. Pour que toute cette merde ne disparaisse pas totalement dans l’oubli. Pour que tous les miens ne soient pas morts pour rien.
Vous, qui trouverez ce manuscrit, faites-en ce que votre conscience vous dictera. Après tout, cette histoire ne concerne que ma famille et je doute que cela puisse éveiller l’intérêt de quelqu’un d’autre que moi.
Sachez tout de même qu’il m’a fallu avaler la trahison plutôt que l’admettre. Comme un poison insidieux, elle a infiltré toutes les cellules de mon corps avant de m’abandonner, épuisé, comme échoué sur un rivage aride d’où l’océan s’est retiré au loin, invisible entre la ligne d’horizon et le ciel.
Qu’y a-t-il de pire que la duplicité d’un être qui vous est cher ? Qu’y a-t-il déplus déstabilisant que la forfaiture d’une personne que l’on imagine au-dessus de tout soupçon juste parce qu’on l’aime ? Des semaines, des années durant, je me suis heurté à cette idée comme un papillon à une veilleuse, refusant de croire que cette lumière fascinante me brûlait les pattes, avant même que je prenne conscience que j’étais en train d’y carboniser mes ailes.
À présent, je sais qu’il est trop tard pour revenir en arrière, pour espérer pouvoir influer sur le cours des événements. Trop tard pour comprendre, pour réparer et pour éviter que le pire se produise.
Y a-t-il un bon âge pour mourir ? »

L’avis de clémence , de la page « Les lectures de Clémence »

 

Ce bouquin , je l’avais loupé lors de sa sortie en broché… Alors pensez-vous que lorsqu’il est sorti en poche je l’ai directement précommandé !

Ce roman se passe à la campagne , et le paysage nous fait ressentir de la mélancolie …Ce genre de lieu que l’on a tous connu …Ce qui enforce l’atmosphère rcherchée par l’auteur .On sent l’intensité des émotions ressenties par le personnage principal dans cette maison et la diffuclté de celui-ci à mettre de la distance avec ce qui l’attache à ce lieu .

L’auteur nous transporte entre deux époques entre l’été 1979 à celui de 2011. Cet écart de trnete ans , permet à l’intrigue de gagner en intensité et permet d’assurer le suspens .

Le personnage principal est notre narrateur et il distribue habilement les détails au fur et à mesure comme le petit poucet sème ses cailloux …

Ce n’est pour le coup pas vraiment le style auquel nous a habitué Jacques Saussey puisqu’à mon sens ce n’est ni du thriller ni du polar mais plutôt du roman noir .

J’avoue que le final ne m’a pas surprise mais ce n’est pas le genre recherché dans ce récit  mais je vous assure que cet endroit dans la Creuse ne vous laissera pas indéfférent …

 

Et si vous n’êtes toujours pas convaincu voici quelques autres avis

«  Un décor champêtre, une ferme bucolique, un drame familial qui a laissé un foyer brisé et un engrenage infernal qui se met en marche. Jacques Saussey nous emmène à la campagne pour mieux nous montrer le chemin des enfers. Et nous, lecteurs captivés, nous l’y suivons avec enthousiasme.  » Claire Favan

«  Une ferme idyllique et chaleureuse, de beaux souvenirs d’enfance… Jacques Saussey décrit dans ce thriller haletant un monde idéal avant de le déchirer en petits morceaux entre les secrets et les mensonges d’une famille complètement tordue. Une fois que je l’ai eu commencé, je n’ai pas pu le refermer.  » Patricia MacDonald

«  Dans un récit d’une rare noirceur, Jacques Saussey offre une fine analyse de l’âme humaine, un huis clos étouffant où les découvertes sordides se multiplient jusqu’au dénouement… près de trente ans plus tard. L’écriture d’une grande justesse dépeint tout aussi bien l’ambiance néfaste d’une maison endeuillée que la quête d’un jeune homme qui cherche à comprendre un drame dont il ne se remet pas. Comme dans ses autres romans, l’auteur subjugue par l’élégance et la précision de son style.  » Chrystine Brouillet

  «  Subtilement écrit, plongeant au cœur de la noirceur humaine, Principes mortels raconte la vie d’un jeune homme ordinaire à qui il arrive des choses bien peu ordinaires. Morceau par morceau, il débusque la vérité, tapie dans les zones d’ombre du passé. Je l’ai dévoré en deux soirées  : un véritable coup de cœur.  » Argali

«  Un excellent one-shot, différent des autres polars de Jacques Saussey. L’histoire m’a engloutie sans que je me rende compte que les pages filaient. J’ai juste une chose à dire : lisez-le  ! lisez-le  ! lisez-le  !  » Loley

«  Je suis Jacques Saussey depuis ses débuts, je ne peux pas rater un seul de ses ouvrages  ! Avec Principes mortels, il a su une fois de plus me surprendre et m’accrocher. Avec une plume toujours aussi exquise, il manipule son lecteur.  » Boulimielivresque

«  Une histoire machiavélique, un roman noir exceptionnel.  » Marilire