La GAV : @Nicolas Jaillet sous le feu des flingueuses, 3e audition

La GAV : @Nicolas Jaillet sous le feu des flingueuses, 3e audition

Episode3

Lundi 23 juillet

On poursuit la Garde à vue de monsieur Jaillet

3e interrogatoire par Miss Aline


La GAV, Garde à vue d’un auteur par Collectif polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé)

Allez place à suite de la GAV de monsieur Nicolas Jaillet



Lundi 23 juillet, 05h52

Aline : Bonjour,  Nicolas n’est pas là ?

Ge : Non visiblement il n’a pas été réveillé !

 Lundi 23 juillet, 06h28

Nicolas : Bonjour ! Pardon pour le retard.

Aline et Ge : Bonjour Nicolas

Nicolas : Bonjour, Aline. Bonjour Geneviève
Pardon, j’ai eu une nuit un peu agitée…

Aline : Ça peut arriver à tout le monde. On se lance ?

Nicolas : Je suis à vous.

Geneviève : Bon je vous laisse, j’ai une autre affaire sur le feu, mais je vous surveille dans l’oreillette.

Sylvie : Bonne Gav des bises à tous

NJ : Bonjour, Sylvie.

Aline : Alors commençons par vos rituels d’écriture. En avez vous et en quoi ils consistent ?

NJ : Malheureusement, je suis devenu un auteur à plein temps, et je n’en ai plus guère. Mes rituels d’écriture se limitent à une hygiène de vie minimale : Ne pas commencer à travailler avant de m’être brossé les dents.
Sortir un peu avant d’écrire.
Le geste névrotique de l’auteur, c’est de sauter du lit pour se mettre devant son clavier. Non non. On a de bonnes idées au réveil, mais elle ne font que s’améliorer avec un café.
J’essaye aussi de m’organiser, parce que je peux avoir, dans une journée, plusieurs types de travaux qui ne demandent pas le même investissement
En règle générale : plus c’est payé, moins c’est difficile et fatigant. Il faut donc commencer par les travaux personnels (« mes romans ») et finir la journée par les travaux de commande, qui, en général, sont moins difficiles.

Al : la diversité des types de travaux permet surement de se garder en éveil, de ne pas se lasser.

NJ : Exactement !
Et puis, une activité crée, par contraste, le désir d’une activité autre.

Al : Même sur les travaux commandés vous mettez un peu de vous dedans ?

NJ : Quand je travaille sur une traduction ou une novélisation qui ne me posent pas beaucoup de difficultés, c’est intéressant, parce que ça repose l’esprit. Mais c’est frustrant, du point de vue de l’invention, du geste…
Oui, un travail de commande, c’est aussi un peu un travail personnel.

Al : chaque auteur ne laisse-t-il pas une part de lui dans ses œuvres de manière consciente ou non ? Quelle(s) part(s) de vous laissez facilement transparaître ?

NJ : Mais mes clients ne sont pas très demandeurs de fantaisie, par exemple. Il faut écrire des textes ressemblants. Et la fantaisie, j’aime bien.

Al : la fantaisie c’est un genre qui a des personnages et dans ces personnages un peu de vous ?

NJ : La part personnelle, c’est assez délicat, en ce qui me concerne. J’ai tendance à beaucoup travailler dans la maîtrise, ce qu’exige le genre. Parce que, contrairement à ce qu’on croit, le roman de genre est le domaine où l’on ne peut pas faire n’importe quoi. Alors que dans la littérature « blanche », dominante, on peut faire n’importe quoi.
Mais j’ai découvert récemment, avec « La Maison », que je pouvais, même dans un livre qui ne raconte pas mon histoire, distiller quelques éléments personnels, qui enrichissent le récit.
J’ai envie de ça.

Al : on écrit forcément avec une part de soi, de ses expériences, des ses maux.

NJ : Il faut se méfier de l’autobiographie.
Le roman autocentré, l’introspection, en général, ça ne m’attire pas beaucoup. Sauf chez Proust. Mais ce qui est merveilleux chez Proust, c’est qu’à force de parler de lui, il parle de tout le monde. Quand il évoque les pic niques dans le train, les œufs durs, ce sont des sensations que tout le monde a connu.
Mais,je vous l’accorde, on écrit toujours à partir d’une subjectivité. D’un « moi » qui a ses lubies, ses obsessions…

Al : merci.

NJ : C’est justement la raison pour laquelle il faut s’en méfier. Parce que, justement, c’est au cœur de l’écriture.

Al : certes mais certaines choses peuvent vous échapper, surtout quand le personnage se met à vivre seul, qu’il vous échappe ?

NJ : Ah oui. Ça c’est formidable. C’est le moment de grâce. Le retour à l’enfance.
Quand vous jouiez. « On dirait que »… On ferait comme si… Quand les portes de l’imaginaire s’ouvrent.

Al : c’est un peu ce que vous avez fait dans votre dernier roman… vous disiez que vous avez écrit à la manière de King sans filet ?

NJ : Mais j’aime le genre parce qu’il offre, en même temps que ce retour à l’enfance, cet abandon dans un imaginaire parfois (souvent !) folklorique, une forme d’honnêteté.

Al : il n’est pas question juste de l’enfance et de l’imaginaire mais d’une façon générale de laisser une trace de soi dans chaque œuvre.

NJ : Oui. Mon dernier livre, qui s’appellera peut-être « La Louve » a été conçu de façon beaucoup plus libre que mes précédents. Et j’ai vu ressurgir, çà et là, quelques souvenirs d’enfance, justement, quelques figures qui me hantent un peu. J’en ai écarté certaines en cours de route (je sais, c’est de la triche !) parce qu’elles étaient déjà apparues dans des romans précédents.
Ce qui se passe, en fait, c’est que cette fameuse « part de soi », au départ, elle n’est pas consciente de votre part.

Al : écrire serait une espèce de thérapie ?

NJ : Ce sont des figures récurrentes, qui réapparaissent de roman en roman, et à travers leur récurrence, vous vous dites : tiens, mais ça, ça doit me travailler, parce que j’y reviens toujours.

Al : OK… donc écrire – thérapie ?

NJ : J’espère que non. J’espère qu’écrire n’est pas une thérapie, parce que dans ce cas, je dois soixante euros de l’heure de lecture à tous mes lecteurs, et je suis sûr que c’est au-dessus de mes moyens.

Eppy😆

Al : mais comme le lecteur a surement passé un bon moment de lecture et qu’il est plutôt sympa, il vous fera grâce de la consultation.

NJ : 👍
NJ : Plus sérieusement, je pense très fort qu’un livre, une chanson, un tableau, n’importe quoi, doit s’adresser à autrui. Dans mon cas, il s’agit d’essayer de donner du plaisir, essentiellement, aux gens.
En France, on a un gros problème avec le plaisir.

Al : sans pouvoir être sur quel plaisir il va ressentir !
je voudrais revenir sur les maux que l’on met consciemment ou non dans ses romans
Pensez vous que pour être un bon auteur il faille avoir des blessures, des failles.

NJ : On part du principe qu’un bon livre, c’est forcément un livre difficile à lire. Mais un livre difficile à lire n’est pas un livre difficile à écrire, et inversement. Je suis sûr que Steinbeck a autant sué sur son métier pour écrire « La Perle » ou « Les raisins de la colère », que Dos Santos pour écrire « Manhattant transfert »

NDLR ***************Manhattan transfer c’est de John Dos Passos … gag pour notre mister flingueuse ! **********

qu’est ce un « bon » livre ?
il doit divertir ? dénoncer ?
Je ne pense pas que pour être un bon auteur, il faille avoir ceci ou cela. Un bon auteur, c’est quelqu’un de sincère, qui se remet en question, et qui travaille.
Eppy👍

Al : distraire ?

NJ : Joker pour : « qu’est-ce qu’un bon livre » !
Un bon livre, c’est un livre dans lequel un lecteur se plonge complètement.

Al : joker ? ou ça ? … ah non il n’est pas là.

NJ : Il peut n’y avoir qu’un seul lecteur. Ce sera un bon livre à ce moment là.

Al : le livre vit au moment où il est lu

NJ : Dénoncer, je ne sais pas.
Dénoncer, c’est une attitude.
Dénoncer, ça veut dire : entrer dans une situation en étant d’emblée de parti-pris.
Un bon livre est par-delà le bien et le mal.
Ouille ! Je commence à faire des phrases !
Pardon, je suis un peu fatigué.
Je pense qu’il faut avoir de la compassion pour tous les personnages.
Le jugement appartient au lecteur.

Al : dans un livre il y a forcément du noir et du blanc. Rien n’est jamais que gris. Tout le monde a une part d’ombre avouée ou non .

NJ : Lui seul a le droit de dire : tel personnage est un salaud.
Mais l’auteur ne peut pas dire ça. L’auteur doit saigner avec tous ses personnages.

Al : ça sera un salaud pour lui et le lecteur d’à côté en fera un héros.

NJ : Parce que tout le monde souffre. Tout le monde est blessé. C’est bien le problème.
Alors là c’est le jackpot ! Quand les lecteurs ne savent plus déterminer qui est le bon et qui le méchant.
Malheureusement, je n’ai pas atteint ce stade.
On me parle toujours des mêmes en me disant : ah, lui, quel salaud !
Mais quand on écrit et qu’on a deux sous d’honnêteté, on assume, tour à tour, le point de vue de chacun.

Al : il y a un personnage qui m’a intrigué…

NJ : oui ?

Al : Dans « La maison », la graine (dont l’enfant ) ne dit jamais, à aucun moment dans le livre : maman. Il dit « ma mère » ou il l’appelle par son prénom mais jamais « maman ». Pourquoi ?

NJ : « La Maison » est tirée d’une histoire vraie, et c’est un détail vrai, dans l’histoire. Les deux amis qui m’ont raconté l’histoire de leur mère ne disaient jamais « maman ».
« Maman » est un mot étrange. On dit « Maman » à sa mère, quand on s’adresse à sa mère.
On ne parle pas forcément de sa mère en disant « maman ». On peut appeler sa mère « maman », et ne parler d’elle qu’en disant « ma mère »…

Al : oups je suis un ovni car lorsque je parle de « ma mère » je dis toujours « Maman »
Est il plus facile ou non d’écrire un fait réel qu’une fiction ?

NJ : Ça me semblait juste, de la part du narrateur. Je voulais lui conserver une certaine pudeur, et puis je pense que cette distance, que mes deux amis qui ont vraiment vécu cette histoire avec leur mère, mettaient dans leur récit, ne vint pas de nulle part. Je pense que Martine a été une bonne mère. Elle a fait le taf.
Ge et Aline👍

NJ : Mais c’est une de ces familles où, malgré les efforts de chacun, il reste une distance infranchissable entre les êtres.
Ce petit effet de narration me semblait fidèle à ces liens distendus.
Oui ! C’est pus facile d’écrire l’histoire de quelqu’un d’autre.

Al : je comprends mieux, merci.
Pourquoi est ce plus facile, ça devrait être le contraire , non ? … comment retranscrire au mieux l’émotion, etc, de la personne qui a vraiment vécu la chose etc

NJ : Mais jamais un récit ne m’a porté comme « La Maison ». Du début à la fin, j’ai eu cette intuition que c’était un vrai sujet : une histoire courte, simple, extraordinaire et ordinaire à la fois, qui par son mystère, met en lumière une part de la condition humaine.
Pourquoi est-ce plus facile ?
Je ne sais pas. C’est un paradoxe.

Al : complétement oui

NJ : J’ai fait du théâtre forain, j’ai eu une vie… mouvementée. On m’encourage souvent à écrire sur ma propre expérience. Je n’ai jamais réussi.
Je ne sais pas ce que ma vie raconte.
Si quelqu’un vient vous voir en vous disant : voilà, il m’est arrivé ceci… Vous êtes le premier spectateur de cette histoire. Et vous savez si cette histoire est bonne, et en quoi.

Al : peut être vous faut-il encore grandir pour savoir ce que votre vie raconte !

NJ : Alors que, celui qui raconte sa propre histoire, ne sait pas que c’est une histoire. Il la raconte, parce qu’il en éprouve le besoin, pour se décharger, peut-être, de quelque chose (thérapie).

Al : thérapie 😉

NJ : Oui… grandir, ou mourir.

Al : grandir est une façon de mourir chaque jour on laisse l’être plus jeune derrière pour grandir un peu plus

NJ : 👍
NJ : Et puis, on est de parti-pris dans sa propre histoire. On est de mauvaise foi. On cherche à se défendre, forcément. Et puis, on n’est jamais sûr que cette histoire vaut d’être racontée. Et puis… les autres m’intéressent plus que moi.
Oui, c’est tout à fait vrai. Grandir, c’est mourir un peu.
Et vlan ! Encore une phrase.

Al : vous aviez dit que votre première idée du théâtre c’est devenir adulte tout en continuant de crapahuter dans les bois avec vos potes…. syndrome de Peter Pan… refus de grandir, de mourir. ?

NJ : De grandir. Mourir, ça n’a aucune importance.
Mais refuser de grandir, c’est la garantie de vivre, tant qu’on est vivant.

Al : écrire c’est être vivant pour vous ?

NJ : Ah oui. Très intensément.

Al : pourquoi ? C’est vivre des vies par procuration ?

NJ : Un autre paradoxe. Parce qu’on peut reprocher à l’auteur d’être à côté de la vie, dans la fiction. Mais le réel est tellement prégnant, il faut un tel effort pour s’en extraire, que l’exercice devient intense.
C’est un de ces exercices (il y en a des milliers) par lesquels on parvient à faire exister, à rendre réels, des objets extrêmement concrets, mais qui viennent d’ailleurs. Qui viennent de l’idée, du rêve, et de l’amour.
Des notions qui ne sont pas farouchement mises en avant dans la vie de tous les jours.

Al : je suis d’accord ça manque farouchement ces notions.
Tout  au long de cette GAV vous avez cité des classiques de la littérature : lisez vous vos contemporains ?

NJ : Oui, je viens de lire « Les Mauvaises » de Séverine Chevalier. C’est très beau.
Eric Maneval, c’est très bien.
Antonin Varenne.
Stéphane Michaka.
Laurence Biberfeld.

Ge : Que du bon, et c’est marrant je te retrouve où du moins retrouve ta sensibilité et ton humanisme dans ces auteurs

Al : ok vous êtes aussi contemporains !

NJ : C’est des copains, mais avant d’être des copains, ce sont des gens que j’ai lus !
Oui, je lis tout.
Mais je reviens souvent à des auteurs plus ou moins anciens.
Il ne faut pas perdre de vue l’idée que c’est à ça que sert un livre : survivre.

Al : on revient toujours à ses premières amours ! … C’est à dire ?

NJ : Un livre est un objet d’une extrême rusticité.
C’est beaucoup moins compliqué qu’une tablette.

Al : le livre objet au-delà du temps ? ou part son contenu ?

NJ : Il y a fort à parier que, d’ici quelques siècles, nous n’aurons plus les ressources énergétiques nécessaires pour faire fonctionner des tablettes, des consoles de jeu. Mais nous aurons toujours les moyens de fabriquer et de lire des livres.
Et nous aurons toujours la possibilité de nous raconter des histoires, même si nous perdons l’usage de l’écrit, ce qui est arrivé à des civilisations tout aussi méritoires que la nôtre, par le passé.
Un livre est un objet qui, par définition, nous offre une lucarne sur le passé. Qui fait parler des êtres morts depuis longtemps, comme s’ils étaient là, assis dans votre salon, près de vous.
Il n’y a pas tant de prétention que ça à essayer d’écrire pour des lecteurs qui, éventuellement, nous survivront. Parce que les mauvais livres aussi, hélas ! survivent… Il y en a plein les bibliothèques.

Al : Platon, Molière et tous les autres ont encore de beaux jours devant eux.

NJ : Et peut-être aussi quelques autres, qu’il nous reste à découvrir.

Al : oui surement aussi

NJ : Un type comme Georges Darien, que j’admire beaucoup, et qui a très bien vieilli, a été découvert par André Breton. Il avait complètement disparu.
Il s’en est fallu de peu que nous perdissions le manuscrit du « Maître et Marguerite », et de toutes les pellicules de tous les films de Buster Keaton.
C’eût été grave les boules.

Al : toujours on redécouvrira tel ou tel auteur et une nouvelle interprétations, des nouveaux ressentis, des émerveillements… un jour peut-être votre vie racontée, qui sait!
Je vais vous libérer et vous remercier pour cet échange.
Vous avez rdv ce midi avec Ophélie.

NJ : Ha ha ha ! Merci pour ce moment comme disait une de nos plus belles plumes…
Blague à part, c’était très agréable et passionnant, merci.

Al : Merci à vous.

Eppy et Ge👍

Nicolas : 😍

Sylvie : Passionnant. Merci à vous deux 👍
Nicolas : 😍

Eppy : Bises

 NJ : Bisous.

Eppy😍

Sylvie : Merci Nicolas quel bel échange des bises😘

NJ : J’ai mal pour la personne qui va devoir retranscrire tout ça, mais… j’adore ! À bientôt !

Al : A tout à l’heure avec Ophélie à midi.

NJ : Midi pile.
Promis juré.

Aline👍

Geneviève : Que puis-je dire. Merci monsieur l’auteur et merci les flingueuses pour ce beau moment. Ces beaux moments.
Vivement ce midi pour la suite.
Bon repos à toutes zé tous. A tout de suite
Allez il est temps pour moi de mettre fin à cette audition

Alors Lundi 23 juillet 08h48  Fin de la 3 e audience de la Garde à vue de Monsieur Nicolas Jaillet !

2 réflexions sur “La GAV : @Nicolas Jaillet sous le feu des flingueuses, 3e audition

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s