Le diplôme d’Assassin de Bernard-Marie Garreau

Le livre : Un flic en soutane Volume 1, Le diplôme d’assassin  de Bernard-Marie Garreau. Paru le 14 octobre 2016 chez Envolume  dans la collection Noir : quêtes et enquêtes. 16€90 ; (184 p.) ; 21 x 14 cm

4e de couv :

Le diplôme d’assassin

Dans les années soixante, le père Jean se situe aux antipodes de la plupart des curés : il croit profondément en Dieu, mais nourrit une solide aversion pour les religions. Et pourtant, il ne défroque pas et continue à enseigner les lettres à Saint-Sigismond. Un crime commis dans son collège le désigne comme suspect numéro un, mais un véritable coup de foudre amical le lie à Marcel, le commissaire qui l’interroge, et transforme son destin. Il devient un justicier atypique et efficace qui règle ses comptes avec le vice et la tartufferie.

Comme le père Jean, Bernard-Marie Garreau a une double vie. D’écrivain. Romancier de littérature « blanche », le voilà qui écrit du noir. Comme le père Jean, il aime les vieilles voitures. Il est incollable sur celles de James Bond : Facel Vega ou Aston Martin. Et comme le père Jean, il jongle avec les registres de langue. Combien de fois avons-nous débattu de la pertinence d’une expression argotique ou d’un présent du subjonctif. Et c’est un nostalgique qui aurait aimé que le temps s’arrête entre 1960 et 1970, l’époque du Diplôme d’assassin.
Pierre Michel Pranville

 

L’auteur :Né en 1949 Bernard-Marie Garreau est universitaire et écrivain. Il a publié des essais, notamment une biographie de Marguerite Audoux couronnée par le Prix de l’Essai de la Société des Gens de lettres, ainsi que des romans et des nouvelles. Avec Le Diplôme d’assassin (Un flic en soutane – Saison 1), il inaugure une série policière où son humour, son goût pour l’écriture et son sens du récit trouvent leur plein épanouissement.

 

Extrait :
Moi qui trouvais qu’il n’arrivait jamais rien dans ce foutu bahut ! Branle-bas de combat dès l’aube ! Saint-Sigismond, rebaptisé Sainte-Nitouche par mes soins, est en émoi : Forgerit a été trouvé égorgé, étendu sur le dos dans sa chambre. Il paraît qu’il était complètement à poil. Nu comme le goret qu’il était ! Ça me donne des haut-le-cœur 

La Kronik d’Eppy Fanny

Le diplôme d’Assassin (un flic en soutane – Saison 1) de Bernard-Marie GARREAU Editions Envolume Noir

 

J’ai rencontré l’auteur lors du salon de Nemours 2017 (Merci Florence Couvreur-Neu).

Rencontre passionnante avec un romancier de littérature Blanche, qui se dévoie en basculant avec délectation dans le Noir.

Il le fait avec talent et humour. Ce roman est jubilatoire en diable, un comble pour une histoire de curé (peu orthodoxe il est vrai).

L’histoire :

Le père Jean, pas très catholique, hors norme, car s’il croit en Dieu, il ne croit pas en ses semblables ; trop conscient des failles et des perversions des hommes, même de ceux censés représenter une religion et servir de guide aux autres.

Extrait page 113

« Mon petit criminel a baissé la tête. On jurerait qu’il prie. Peut-être prie-t-il. Moi non. Je n’y arrive pas. Je n’y arrive plus dans une église. Et pourtant, certains moments de la messe me touchent de près. Mais ce sont les faux-culs qui me bloquent, les faux-culs bénits, mes faux-frères. »

Le voilà qui enseigne à St Sigismond, qu’il rebaptise Ste Nitouche. Voilà qui pose le ton de ce roman. Il est vrai que le père Jean est un touche à tout :

Vie maritale, un enfant, puis séparation avant que le quotidien ne vienne tout abîmer.

Il part et se consacre à Dieu. Traficote un peu pour assurer le quotidien de sa famille délaissée.

Un homme tout en contradictions. Qui aime les voitures, rentre en Franc-Maçonnerie et en ressort aussitôt…

Un prêtre de l’établissement est retrouvé égorgé. Une enquête débute pour trouver le ou les coupables.Dans l’absolu le père Forgerit ne sera guère regretté. Un pédophile reconnu.

La justice Divine serait-elle rendue ?

Cette enquête va permettre la rencontre entre le père Jean et le commissaire Fatty, de son vrai nom Marcel Durand. Une amitié, improbable mais sincère, va lier ces deux hommes. Univers différents, mais une vision humaine commune.

Comme des justiciers des temps modernes.

Et voilà ce tandem improbable qui enquête de concert. Les pistes sont trompeuses. La vérité aussi. Sur ce meurtre, puis d’autres. Et toujours cette vision commune de ce que doit être la justice. Et ça fonctionne !

Le récit se déroule de 1967 à 1969.

Le texte a des relents des films d’Audiard.

On retrouve cette période avec bonheur. D’autant que l’auteur y prend lui-même un plaisir communicatif. Comme une douce nostalgie partagée avec lui et qui ravive nos propres souvenirs (enfin pour les plus de 20 ans comme moi).

Puis il y a tous ces personnages, en particulier « la bande » du père Jean, famille et amis réunis. Une vision de la famille au sens large. Comme j’aime.

Un fils de sang et un fils de cœur. Sans différence.

Je retrouverai avec plaisir Jean et Marcel. Ce duo d’enquêteurs de choc dont les prochaines aventures ne devraient pas tarder.

2 réflexions sur “Le diplôme d’Assassin de Bernard-Marie Garreau

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s