La vengeance de Gaïa de Jean-Luc Aubarbier 

Le livre :  La vengeance de Gaïa de Jean-Luc Aubardier –  Paru le 04/01/2017 aux éditions City dans la collection Thriller. 17.90 € ; (288 p.) ; 24 x 16 cm

Réédité en poche le 20/06/2018 dans la collection City Poche. 7.60 €  ; 308 pages ; 18 x 11 cm

4ème de couverture :

«Un archéologue est retrouvé assassiné, une lance plantée en plein cœur. Quelques semaines plus tôt, il avait mis au jour une incroyable grotte préhistorique près de Lascaux, en Périgord. Cette découverte pourrait bien révolutionner toutes les connaissances sur l’histoire de l’humanité. Les peintures rupestres racontent en effet la destruction, il y a 11 000 ans, de la civilisation des Cro-Magnon par un gigantesque réchauffement climatique, Un cataclysme qui aurait donné naissance aux légendes du Déluge et de l’Atlantide. Pierre Cavaignac et Marjolaine Karadec, qui participaient à l’expédition archéologique, se lancent sur la piste du tueur. Alors que les cadavres s’accumulent, ils découvrent les milieux les plus secrets de la franc-maçonnerie et de l’extrémisme écologiste… . »

L’auteur : Romancier, historien des religions, libraire dans le Sud-Ouest, Jean-Luc Aubarbier est membre d’une obédience maçonnique française de rite écossais. Dans la série d’enquêtes de Cavaignac et Karadec, il a déjà publié L’échiquier du Temple, Le Testament Noir et Le complot de l’aube dorée (City).  

 « Je suis né à Sarlat, en Périgord, le 26 mai 1955, et j’y réside toujours, ne m’étant absenté de ma cité natale que le temps de mes études à Bordeaux, à l’INSEEC, une école supérieure de commerce bien éloignée de mes préoccupations littéraires, mais où j’ai appris le pragmatisme et rencontré des amis formidables. J’ai aussi beaucoup voyagé. Aujourd’hui, je partage mon temps entre Arcachon, où j’aime aussi écrire, et Sarlat. Après quatre années à travailler comme contrôleur de gestion dans une société commerciale, j’ai repris, avec ma sœur, Geneviève Binet, une librairie à Sarlat en 1983. Au cours de ma première année de libraire, j’ai eu la chance de décrocher un contrat, au culot, auprès des éditions Ouest-France. Il cherchait un auteur pour écrire sur la préhistoire en Périgord; j’ai dit: « je vous le fais ». Pendant vingt ans, j’ai assouvi ma passion pour l’histoire en rédigeant des guides touristiques et des ouvrages sur le catharisme et les Templiers. Je voulais être romancier, mais je ne me sentais pas prêt. Je connaissais aussi les difficultés d’être édité dans la ‘voie royale’ de la littérature. Puis avec l’an 2000, nouveau siècle et nouveau millénaire, je me suis lancé dans la rédaction de mon premier roman, comme on se jette à l’eau. « Les démons de sœur Philomène », publié par les éditions Jean-Claude Lattès, connurent un beau succès. L’ouvrage fut ensuite édité en poche, chez de Borée, et adapté au cinéma. J’avais trouvé ma voie (et ma voix) d’auteur de romans historiques. Travailler des sujets réels en les adaptant à l’univers de la fiction, faire de l’Histoire non pas un simple cadre, mais un personnage du roman, faire chanter une musique qui change avec les époques: « L’Honneur des Hautefort » se déroule au XVIIe siècle, « Le Talisman Cathare » au moyen-âge, « Le chemin de Jérusalem » entre 1920 et 1974. Pour ‘marraine’ de mes romans historiques, j’avais choisi Marguerite Yourcenar; je ne pouvais trouver mieux. »

Source …son site : http://www.aubarbier.fr/ 

Extrait :
« Nous avons provoqué par nos activités le réchauffement climatique qui nous desséchera, nous réduira à la misère, ou nous engloutira sous la puissance des eaux montantes. »
« Je crois que les Français ont beaucoup de retard dans ce domaine [l’écologie politique], reprit le Suédois, toujours prêt à donner un cours magistral. La nature est-elle sujet ou objet de droit ? La question a depuis longtemps été posée en Scandinavie et aux États-Unis. La planète Terre, Gaïa comme la nommaient les anciens Grecs, n’est-elle pas un être vivant à part entière ? Les arbres, les rivières, doivent avoir des droits au même titre que les humains. »

 

La chronique jubilatoire de Dany

La vengeance de Gaïa de Jean-Luc Aubarbier

Palpitante aventure à double détente … la parallèle entre notre époque contemporaine et ce qu’a vécu l’humanité il y a 11 000 ans, quand l’homme est passé de la cueillette et la chasse à l’élevage, est sidérante. Hier comme aujourd’hui, le réchauffement climatique et la remontée des eaux impliquent des migrations communautaires et les gourous imposent leurs religions. Dans cette fresque très réaliste, aujourd’hui des écologistes « intégristes » sont prêts à toutes les extrémités pour faire aboutir leurs idéaux et les archéologues Pierre et Marjolaine, tentent au nom des valeurs humanistes de la franc-maçonnerie de sauver ce qui peut encore l’être.

Extrêmement documenté, il s’agit d’un véritable thriller, sur deux époques qui se ressemblent, qu’on ne peut lâcher avant son dénouement. Est-ce pour autant fini à la page 308 ? Non sans aucun doute, car la réflexion est amorcée avec cette vision philosophique où se confrontent humanisme et humanité, où s’exprime le rôle que consentent les terriens à la nature, exploitée à leur bénéfice ou pas ! C’est bien la question fondamentale qui est posée ici.

Belle découverte que cet auteur rencontré récemment au Cap-Ferret.

Lu en poche

2 réflexions sur “La vengeance de Gaïa de Jean-Luc Aubarbier 

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s