Ces dames du noir : quand Ge, notre porte flingue papote avec Nadine Doyelle

ITW dame du noir 

 Ces dames du noir : quand Ge, notre porte flingue papote avec Nadine Doyelle

 

GVL : Bonjour Nadine es-tu prête à passer sous le feu des questions ?

Bonjour, toujours prête, quand il est question de papoter  sur tout ce qui touche les livres.

 

GVL : Si tu es suspectée aujourd’hui c’est que tu es coupable de préparer en douce un salon du polar. Aussi chez les flingueuses nous aimerions comprendre pourquoi ! Mais avant de commencer à répondre sur ce sujet, nous aimerions que tu te présentes à nos lecteurs zé nos lectrices !

1e Partie :

GVL : Alors pour démarrer tu pourrais répondre déjà ces premières questions ?

Allez, c’est parti, j écoute. …

GVL :  Peux-tu décliner ton identité, ton âge, ta profession, tes études…. Tes antécédents, bref tout ton pedigree ?

Je m’appelle Doyelle Nadine, j’ai vu le jour le 14 janvier 1962 à Aubervilliers (à vous de calculer pour savoir mon âge). Je suis l aînée de 4 enfants (2 sœurs et 1 frère). Parlons de ma scolarité, ça va aller vite, je n’ai jamais réussi à trouver ma place dans le système scolaire, j’ai décroché malgré tout un CAP employé de bureau. J’ai voulu entrer dans la vie active le plus tôt possible pour être indépendante… A 18 ans pile, je cumule 2 emplois, agent de transit à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle et 1 jour par semaine (le mercredi) je travaillais à la française des jeux. Je rencontre mon mari sur mon lieu de travail et 17 ans après et 4 enfants, on divorce.  Je refais ma vie avec mon compagnon actuel et un adorable petit garçon à vu le jour. Il y a 6 ans, j’étais chauffeur poids lourd sur l’aéroport de Roissy, mais suite à un accident de travail (putain de camion) je me retrouve handicapée de ma main droite et me fais licencier. Je rame pendant 3 ans pour trouver un emploi.  Et maintenant je suis auxiliaire de vie scolaire dans une maternelle, je m occupe d enfants handicapés, et je peux vous révéler que c est une bouffée de bonheur de s occuper d eux, ils sont bruts de pomme, disent les choses avec leurs mots, et nous font bien rire, ils sont directs.

  

GVL : Questions rituelles maintenant ! Toujours d’attaque pour ce qui va suivre Nadine ?

Oui, oui

 

GVL :  Quelle était la place du livre dans ton milieu familial ?

Dans mon enfance, je lisais beaucoup, surtout Fantômette, le club des 5, le clan des 7, Alice détective et je vais vous révélez un secret, quand le dimanche on allaient chez mes grands parents, je lisais Nous deux, Détective en cachette, mais chut ! Mon père tenait aussi une librairie, le rêve quoi !!

  

GVL :  Comment était perçu le livre chez toi ?

 Très bien car il est indispensable pour apprendre, s évader et surtout comme ça on n étaient pas toujours coller devant la télévision.

  

GVL :  Et toi quelques est ton rapport aux livres d’abord et à la lecture ensuite ?

J’ai un rapport fusionnel avec les livres et la lecture. Ils sont comme des amis, que j apprends à connaître, à aimer ou pas en les lisant   je pars en voyage avec la lecture, tout en restant chez moi ! Je découvre, j’apprends, je m’ouvre l’esprit, je vois les choses autrement. Ça me change la vie.

 

GVL : Lis tu du polar et que du polar ?

 Oui, je suis une inconditionnelle de polar et demain 2 ans j’ai élargis ma palette, je lis de tout.

 

GVL :   pourquoi le polar ?

 Je pense que c’est le fait que dans ma jeunesse, je voulais faire parti de la Police Judiciaire ! Je me voyais résoudre les enquêtes les plus ardues.  Comme cela ne c est jamais fait, je lis des polars pour résoudre les enquêtes avant la fin du livre.  Je me mets à la place de l enquêteur et me triturer le cerveau pour trouver le coupable … 

 

GVL : Combien de livres lis tu par an ou si tu préfère par semaine ou par mois ?

Cela dépend, mais en moyenne 2 à 3 livres par semaine. Bon je l’avoue, je ne regarde pas la télé le soir donc 20h 20h30 et hop au lit, je me mets dans ma bulle et je lis jusqu’à plus soif…

  

GVL : En tant que lectrice fréquente-tu les salons et autres festivals ?

J’écume les salons avec mon amie Stéphanie et oui j’ai besoin d’un chauffeur car je ne peux plus conduire maintenant.

  

GVL : Depuis combien de temps traînes-tu dans ce genre d’endroits ?

Depuis 1 an

 

GVL :  quel a été ton premier salon ?

Le salon d Egreville

  

GVL : Que t’apportent ces salons ?

 Un bien fou, je suis comme une petite fille devant des millions de cadeaux, je ne sais plus où donner de la tête. Un réel plaisir de pouvoir voir en vrai les auteurs, leurs parler etc..  Des souvenirs impérissables pour moi.

 

GVL : Peux-tu nous faire partager une anecdote ?

Moi, qui suit d une timidité maladive, j’ai interrompu une conversation que Gérard Colard avait avec une autre personne pendant le SMEP 2017 pour lui parler de mon association et du projet du salon. Quel culot, j’ai eu. Mais après, je tremblais comme une feuille avec des sueurs, limite de tomber dans les pommes.

 

 GVL : Attention, question piège…. Comment définis-tu les littératures policières ?

 Joker, j’ai le droit ?

Pour moi, c’est de la littérature comme n’importe quel autre livre.

 

 GVL : Attention tu n’a droit qu’à un joker

  

2e partie :

 

GVL : Je le disais en introduction tu organises un salon du polar qui aura lieu le 30 septembre prochain !  Un vrai premier salon. Raconte-nous cette aventure en quelques phrases.

A force d écumer les salons, je me suis dis, pourquoi ne pas en faire un ! Aussi simple que ça !

  

GVL : Comment t’est venue l’idée ?

 Ça me titillait depuis un moment, et à voir tous les lecteurs avec le sourire aux lèvres et les auteurs aussi accueillants.  Cela est devenu pour moi, un rêve et deviendra le 30 septembre une réalité.

 

Comment tu as concrétisé cette idée ?

En envoyant un sms à toute l’équipe du livr échange.  Et qui m ont suivi les yeux fermés.

  

GVL : Quelles ont été tes soutiens ?

L’équipe du livr echange. Et des ami(e)s

 GVL : As-tu monté une assos ?

Oui, suite à mon accident de travail, je me suis remise à lire énormément, mais cela représente un gros budget. J’ai pensé à échanger des livres pour l idée de créer une association à germer dans ma tête.  Puis est né le livr échange.  Je l’avoue, cela n’a pas été facile. Mais, maintenant l’association existe depuis 3 ans

Et fonctionne du tonnerre.

 

GVL :  Comment fonctionne-t-elle

Combien de membres ?

Le principe est simple, on vient avec un livre et on repart avec un autre.  On possède plus de 9000 livres en tout genre. Tout est gratuit, on peut garder le livre s’il vous plaît ou le ramener, aucune contrainte. Aujourd’hui, nous avons plus de 100 personnes qui viennent au Livr’échange . Nous sommes 7 au bureau.

 

Qui y fait quoi ?

 Pour le bureau, il y a Nordine qui est président adjoint, Gilbert, le trésorier et Florence trésorière adjointe, Anne, secrétaire et Christophe secrétaire adjoint, et Stéphanie qui s occupait de la page Facebook mais elle vient de déménager.  Et enfin Isabelle et Anthony son fils qui viennent de nous rejoindre. Une belle équipe.

Nous avons 2 permanences par semaine, le lundi soir de 18h30 à 20h et le samedi matin de 10h30 à 12h.  On fait aussi des soirées à thèmes *halloween, Noel) où tout le monde est déguisé et Gilbert raconte des contes aux enfants et aux grands, dégustation de bonbons etc   

 

GVL : J’aimerai bien que tu me parles plus de Livr échange

Comment est née cette assos ? Qu’elle est son but ? Où, quand, comment, qui pourquoi ?

 ND : Ok. Si tu veux tu peux dire que je suis une mamie avec 4 petits-enfants. Quand l’idée à germer dans ma tête, je proposé ce projet au conseil municipal, bon je n’ai pas trouvé beaucoup de monde qui la trouvée bonne, j’ai eu le droit à ça ne marchera jamais, les gens ne lisent plus, c’est voué à l’échec. …. J’ai tenue tête et 5 personnes ont crus en ce projet. La mairie m à quand même fournit gracieusement un local à l’ancienne mairie. Pourquoi cela ne marcherait pas ? puisque que tout est gratuit et que l’idée c’est de mettre la littérature en tout genre à la portée de tous ! Pour être franche la 1ère année a été très très dure, quasiment personne ne venait, le principe d’échanger un livre contre un autre avait du mal à passer. Les peu de personnes qui venait nous demander c’est combien l’adhésion ? Mais c’est gratuit, rien même pas l’obligation de ramener le livre, pas de délai pour le lire ! Et à force d’expliquer par des articles dans les journaux, et le bouche à oreilles, depuis 2 ans, le nombre de personnes augmente à chaque permanence, cette année une classe de l’école maternelle de Longperrier est venue visiter le local, et quel moment intense de voir les sourires sur ces petites frimousses quand ils ont vu le coin enfant dédié simplement pour eux où ils peuvent feuilleter assis sur des chaises à leur hauteur, et surtout sans interdiction de parler à voix basse… Cette salle est comme la caverne d’Ali baba, les meubles sont dépareillés, c’est rangé plus ou moins, on doit fouiller partout pour trouver son bonheur ! Ça s’adresse à tout le monde du bébé au personnes âgées ! De 300 livres à nos débuts on est passé à plus de 9000 livres, du roman à l’eau de Rose, au policier, thriller, classique, cuisine, géographie, enfant, bd, encyclopédie etc… On a aussi un partenariat avec Women Africa à qui on donne des livres pour ouvrir des bibliothèques en Afrique. Et aussi nous donnons des livres aux bibliothèques des prisons. Pour les permanences, il y en a une le lundi de 18h30 à 20h et le samedi de 10h30 à midi. Les permanences sont vraiment géniales, on échange sur nos lectures, on nous demande des conseils. C’est très enrichissant pour tout le monde. Enfin pour finir, le livr’échange est fait pour tout le monde !!! Et pendant le salon les visiteurs désireux de faire un tour au Livr’échange pourront le faire car la salle des archers est collée au Livr’échange

Il y a une page Sang pour sang ou bien ?

*Pas de page Sang pour sang thriller mais un événement créé sur la page du livr échange et sur mon blog parole de Nadine.

  

GVL :  Pourquoi ce nom pour ton salon « sang pour sang » ? Comment il a été choisi ?

 Et bien, il y a toujours du sang dans les thrillers donc un jeu de mot, au lieu de 100% mettre sang pour sang. Donc cela était une évidence pour nous que c était le bon titre. Je l’ai proposé à l’équipe et bingo

  

GVL : Dis-moi Nadine, un salon c’est un sacré investissement en temps et en énergie, comment prépare-t-on un tel événement ?

Oui, c’est un sacré boulot ! On y travaille depuis bientôt 1 an. C’est un investissement de tous les jours ; de chaque instant. Un pas après l autre.  Pour des novices je pense que l’on s en sort très bien.

 

GVL :  Parles moi des partenariats, des sponsors.

Le 1er partenariat est avec Cultura de Claye Souilly. Qui n’a pas hésité une seconde.

Le 2ème c est avec l agglomération de la commune de Roissy en France.(subvention)

  

GVL :  Comment on réunit les sous ?

Avec une cagnotte sur leechi, une demande de subvention à la CARF.  A faire des brocantes pour vendre des doubles de l’association, des pliages, des bijoux. De faire des ateliers pliages dans des bibliothèques et médiathèques.

 

GVL :  Les auteurs, comment on fait pour les convaincre ?

 C’est le plus facile, tu envoies un message pour les inviter et qu ils allaient être chouchouter et ils ont tous répondus présents.

Ils sont formidables, n’est- pas ?

 

 GVL :  Combien d’auteurs justement ?

27 auteurs.  Tu veux des noms ?

 

Cicéron Angledroit

Chris Simon

Sacha Erbel

Luc Doyelle

Cécile Pellault

Isabelle Piraux

Cédric Blondelot

Tony Perraut

Mickael Fenris

Sandrine Destombes

Sylvain Pavlowski

Arnaud Codeville

Sébastien Fritsch

Lise Delukas

Manuel Benetreau

Nil Borny

Olivier Kourilsky alias docteur K

Madeleine Petitpantalon

Christophe Dubourg

Lou Vernet

Jean-baptiste Ferrero

Corrine Martel

Antoine Blocier

Nick Gardel

Sébastien Theveny

Laurence Tournay

Ludovic Zedole Metzker

 

GVL : Il a t-il un thème pour ce salon ?

Oui, le thriller, mais pas que….

 

GVL : Quel est le programme exactement ?

 Ouverture des portes à 10h.

Café, thés, viennoiserie, jus d’orange etc…

A partir de 14h, un atelier pliage de livre, vous fera découvrir cet art. Une exposition de pliages, de bijoux fait par Isabelle et moi.

16h dégustation d un gros gâteau et du champagne.

Et fermeture à 18h.

  

GVL : Et l’intendance, le logement, la restauration, les bonbons, les fleurs… ?

Au début, on est partis pour faire un salon sur 2 jours mais trop contraignant, trouver hôtel, avoir plus de subvention, alors on c est dit pour commencer 1 jour c’est gérable ! Il y aura des bonbons par kilos, des macarons, des petits gâteaux en tout genre.

Du café, du thé etc.   Mais pas de fleurs.

Les Affiches sont faites, fleurs imprimés, tee-shirt avec l’affiche imprimés, marque pages imprimés.  Pub faite mais on commence tenu.  Décoration prête.

 

GVL :  Bref je veux tout savoir de ce salon et sur son organisation ! Es-tu certaine de n’avoir rien oublié à m’avouer ?

  • Rien oublier du moins je l espère. C’est une course contre la montre. Tu me mets un doute maintenant, mince !

GVL : Peux-tu nous faire partager une anecdote sur la préparation de ce 1e salon ?

 J’ai pas d’anecdote, désolé

Ou alors voici ce qui pourrait être une anecdote. Depuis que l’on travaille sur ce salon du livre, il m’arrive assez souvent de me réveiller en pleine nuit pour noter une idée, des questions … Comme savoir si les auteurs ont une allergies alimentaire, si j’ai bien toutes les décorations nécessaires, il y aura-t-il assez de boissons, gâteaux, bonbons etc. . Vous voyez un peu le genre, mon cerveau fonctionne 24h sur 24h.

  

GVL : Et pour finir dernières questions !

Tes livres et polars préférés du moment ?

 Le murs du temps de Ludovic Zedole Metzker

Dualité de Sébastien Jullian

Duplicata de Franco Mannara

Le serpent aux mille coupures de Doa

Croyances de sang de Sylvain Pavlowski

 Ce mois -ci je n’ai pas lu beaucoup de polar.

  

 GVL : Un coup de coup de cœur (mais pas un bouquin) et un coup de gueule à lancer. Je t’écoute !

Là je sèche !

ll y a des petites choses qui m’énerve, m horripile c’est l’injustice , les personnes qui se permettent de juger les autres, l’indifférence aussi m’exaspère. Ce qui me fais plaisir, c’est de voir de plus en plus de personnes qui s’investissent dans des associations ou pas pour aider les personnes en difficulté, suite à des événements climatiques ou et à la pauvreté qui s’installe de plus en plus dans notre pays et ailleurs. J’aime les personnes avec un cœur grand comme le monde, et je hais les personnes étriquées dans leurs têtes !

 

GVL : Quelque chose à rajouter ?

non

 

GVL : Certaine ? C’est ton dernier mot ?

Oui, oui c’est mon dernier mot.

GVL : Peux-tu nous communiquer les coordonnées du salon

 

Adresse : salle des archers, rue de maincourt 77230 longperrier

Tel et mail : 06 89 81 66 69

Livrechangelongp@gmail.com

Page Facebook : livr échange

mon blog , Parole de Nadine

Bon, j’utilise mon téléphone pour tout faire . J’envoie ça a part avec les

GVL : Je te remercie Nadine pour ces petites confidences et à très vite sur le salon.

Allez tous à Longperrier le dimanche 30 septembre.

7 réflexions sur “Ces dames du noir : quand Ge, notre porte flingue papote avec Nadine Doyelle

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s