Blackstone de Guillaume Richez

Aujourd’hui c’est double chronique.

On vous propose deux avis pour le prix d’une. Deux flingueuses ont lu le même livre et chacune leur tour elle vous délivrent leur avis. Et c’est Maud et Eppy Fanny qui s’y collent. Ce matin Maud s’est lancée, Eppy c’est maintenant

Allez c’est parti pour la Double Chronique de…:


Le livre :  de Guillaume Richez. Paru le 17 Mai 2017 aux éditions Fleur Sauvage. 22.00 euros. 552 pages. 22,5 x 4,1 x 14 cm

4ème de couverture :
Vous ne parvenez plus à détacher vos yeux de ces images diffusées en boucle sur toutes les chaînes de télévision, celles d’un bâtiment en ruine au-dessus duquel s’élève un long panache de fumée noire, ni de ces quatre caractères chinois en bas de l’écran, kǒng bù xí jī, « attentat terroriste »… Un Boeing 737 vient de s’écraser sur l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Pékin. Tel est le point de départ de Blackstone, un thriller paranoïaque sur fond de conflit entre deux superpuissances, les États-Unis et la République populaire de Chine. Confrontés au risque d’une nouvelle guerre froide, l’officier de la CIA Malone, l’agent spécial du FBI Rodriguez, la directrice du Service national clandestin Sanders et la sénatrice McGovern sont entraînés dans le tourbillon de l’Histoire en quête d’une vérité qui se dérobe sans cesse.

L’auteur : Vivant à La Penne sur Huveaune (06), Guillaume Richez a suivi des études de Lettres Modernes à Aix-en-Provence. Grand lecteur, il devient en 2011 membre du jury du 37ème Prix du Livre Inter présidé par Amin Maalouf. La même année, il est également juré du Prix du Meilleur polar des lecteurs de Points, sous la présidence d’Antonin Varenne. Le prix est décerné au romancier américain Pete Dexter pour son roman Cotton Point. En 2012 paraît chez  » J’ai Lu  » son premier roman, Opération Khéops, couronné du Prix WeLoveWords, un roman d’espionnage réservé à un public averti.
Extrait :
« 
Paxton attendit qu’elle quitte la terrasse pour s’approcher.
Elle avait laissé sur une table une coupe de champagne pleine, posée sur une serviette.
Paxton écarta la flûte, déplia la serviette et y lut un nombre – 126 – écrit au rouge à lèvres. Le numéro d’une chambre ou d’une suite de l’hôtel.
La serviette contenait une carte magnétique. La clé de la chambre.
Ingénieux, pensa Paxton en glissant la carte dans la poche de son pantalon. Il se dirigea ensuite vers les ascenseurs, d’une démarche ni trop lente, ni trop pressée. Ne jamais attirer l’attention, pas évident pour un Américain de type caucasien qui vivait en Chine. 

 

La Kronik d’Eppy Fanny

BLACKSTONE DE GUILLAUME RICHEZ – FLEUR SAUVAGE

En 1er lieu je tiens à préciser que la géopolitique n’est pas ma tasse de thé. Vraiment pas.

J’ai donc eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire. Cela ne retire rien à la qualité d’écriture qui est indéniable, de même que le travail de recherches énormes que Guillaume Richez a dû réaliser et qui rend son récit crédible et lui apporte la force nécessaire. Les personnages ont une vraie présence et Malone comme Rodriguez sont diablement attachants.

L’histoire :

Un avion s’écrase sur l’ambassade des Etats-Unis à Pékin. Accident ? Attentat ? Langley et la Maison Blanche sont en ébullition.

A Pékin depuis 2 ans, sous les ordres de Gordon Wade, le chef du Bureau Asie-Pacifique de la CIA, Jacques Malone, officier NOC (Non-official cover : officier clandestin) épie, grâce à une taupe, Qing Xiaotong, l’un des plus hauts responsables du tout puissant ministère de la Sureté de l’Etat. Son informatrice, la maîtresse attitrée de Qing, organise une rencontre avec un informaticien qui souhaite garder l’anonymat. Cet homme aurait en sa possession les preuves d’une opération visant les Etats-Unis. L’échange tourne mal, la NSA s’en mêle.

Un sacré bazar et une belle compétition de testostérone.

Extrait page 98 : « La mission Jack, reste concentré sur la mission. On traque les salopards qui ont crashé le 737 sur l’ambassade » – « Malone raccrocha. Oui, il avait bien compris le message. Pourquoi diable avait-il l’impression que Gordon Wade essayait de le baiser sur ce coup-là ? Dans quelle nouvelle combine trempait le chef du Bureau Asie-Pacifique ? »

Il faut dire que la loyauté de Gordon va toute à sa maîtresse du moment.

L’agent spécial Nina Rodrigues est envoyé à Pékin pour enquêter sur l’attentat. Nina qui a été l’un des meilleurs profileurs de l’unité des sciences du comportement avant que des soucis personnels ne la conduisent à se noyer dans l’alcool. Mais elle sait encore compter et la liste des victimes ne correspondait pas à celle des passagers. Il y a un survivant ! Hélas elle arrive trop tard. Le rescapé a été tué. Il gardera à tout jamais ses secrets.

En mer de chine le major Bennet a reçu l’ordre d’effectuer une attaque simulée au-dessus du groupe naval chinois qui se dirige vers Taiwan. Avec deux autres pilotes et leur F-22 Raptor ils passent en rase motte sur cible. Mais voilà que des intercepteurs chinois sont également dans les airs, les frôles et tire des missiles sur eux. Le Lieutenant Palazzo meurt sur le coup, Bennet est abattu et capturé. Un seul pilote rentrera indemne à la base. Bennet sera retenu prisonnier des chinois, malgré leurs démentis.

A l’ambassade des Etats-Unis, Malone fait la connaissance de Rodrigues. Ils se jaugent, s’observent et font équipe pour retrouver la taupe qui semble se cacher à l’ambassade

Malone découvrent avec effroi que les hommes qu’il a supprimés étaient comme lui de la CIA. Quelles informations Wade a-t-il encore gardé pour lui ?

Puis pour corser encore le récit, en plus de toutes ces tensions internationales, de la guerre inéluctable qui semble se dessiner dans un avenir proche, il y a ce tueur en série qui rôde à Pékin. Le tueur « 207 » qui massacre ses victimes. Rodriguez qui devrait rentrer à Amérique, accepte d’aider Qiao Daxing, vice-secrétaire du parti au sein du Gonganbu.

Puis Rodriguez et Qio sont convaincus qu’un lien existe entre le tueur en série et l’attentat.

Extrait page 248 : « Et les femmes ? Les femmes tu les hais et toute cette colère te rend fou. Tu ressasses sans arrêt le même fantasme morbide. La pression monte de plus en plus. Tu y penses sans cesse pendant des jours et des jours. Quand tu vois une femme qui te plait tu te dis que ce serait intéressant de lui ouvrir le ventre pour mettre ses tripes à l’air et puis de la sodomiser avec un fer à souder pendant qu’elle est en train de crever comme une chienne. »

Il est dangereux de poursuivre un tueur en série.

Aux Etats-Unis, la Directrice du Service national clandestin, Sanders, et la Sénatrice Mc Govern, malgré leur haine et leur méfiance, vont s’unir pour tenter de découvrir la vérité.

Une vérité fuyante et volatile. D’ailleurs où est la vérité dans tout ça ?

Bennet deviendra un héros national, un objectif, une mission. Wade aura son heure de gloire, tant rêvée, et Malone fera, une fois de plus le sale boulot et deviendra lui aussi un héros.

L’histoire que nous offre l’auteur se déroule en pleine campagne électorale.

Obama est sur la sellette et l’ombre de Trump plane déjà sur la Maison Blanche.

Les guerres de pouvoir et les manipulations vont bon train.

Encore plus que nous, pauvres lecteurs également manipulés, n’aurions pu l’imaginer.

6 réflexions sur “Blackstone de Guillaume Richez

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s