Heimaey – Ian Manook

Le dernier Ian Manook sort aujourd’hui aussi pour l’occasion deux Flingueuses nous offrent la primeur de leur avis sur Heimaey. Et nous emmènent faire un tour en Islande

Alors pour vous voici le retour ou plutôt le Off de Oph

Et dans l’après midi c’est Jean Paul qui vous livrera son ressenti

Allez c’est parti pour une nouvelle « Double Chronique »


Le livre: Heimaey de Ian Manook. Sorti le 26 septembre 2018 aux Editions Albin Michel. 22 euros; 464 pages; format 15,5 x 3,2 x 22,5 cm.

 

4ème de couverture:
Quand Jacques Soulniz embarque sa fille Rebecca à la découverte de l’Islande, c’est pour renouer avec elle, pas avec son passé de routard. Mais dès leur arrivée à l’aéroport de Keflavik, la trop belle mécanique des retrouvailles s’enraye. Mots anonymes sur le pare-brise de leur voiture, étrange présence d’un homme dans leur sillage, et ce vieux coupé SAAB qui les file à travers déserts de cendre et champs de lave… jusqu’à la disparition de Rebecca. Il devient dès lors impossible pour Soulniz de ne pas plonger dans ses souvenirs, lorsque, en juin 1973, il débarquait avec une bande de copains sur l’île d’Heimaey, terre de feu au milieu de l’océan.
Un trip initiatique trop vite enterré, des passions oubliées qui déchaînent des rancœurs inattendues, et un flic passionné de folklore islandais aux prises avec la mafia lituanienne.
L’auteur:  Ian Manook (de son vrai nom Patrick Manoukian) est un journaliste, éditeur et écrivain. Grand voyageur dès l’âge de 16 ans, il parcourt les États-Unis et le Canada pendant 2 ans. Sous le pseudonyme de Ian Manook, il écrit Yeruldelgger (2013), un polar qui se passent en Mongolie et qui remporte le Prix SNCF du polar 2014, puis Les temps sauvages et enfin La mort nomade, suite des aventures de l’inspecteur Yeruldegger, (2015). Il nous régalera par la suite avec Mato Grosso en 2017.
En mai 2018 il signe Hunter sous le pseudonyme de Roy Braverman chez Hugo Thriller.
Il revient à son style de prédilection avec Heimaey en ce mois de septembre 2018, chez Albin Michel.
Ian Manook est membre de la Ligue de l’Imaginaire.
Extrait:
« Te voilà dans un pays où les routes contournent certains rochers parce que les elfes du Peuple Caché y vivent peut-être et où on découvre encore de nouvelles cascades, et dans le même temps on y chasse la baleine avec des harpons explosifs dont la charge perce l’animal pour y enfoncer un tripode qui se déploie dans son corps et le ferre à mort. Comme quoi on peut aimer quelque chose d’odieux et de généreux à la fois. »

Le OFF de OPH

Heimaey – Ian Manook

C’est en voyage que m’a transporté Ian Manook avec son dernier roman Heimaey. Un voyage dans l’Islande des légendes et des croyances, dans l’Islande aux mille et un visages, des pentes volcaniques aux landes d’herbes fraîches, des villages de pêcheurs aux pistes caillouteuses, dans l’Islande dont le feu brûle sous la glace…

Très vite, dès les premières pages, je me suis sentie happée sur cette île fascinante, où la terre et la mer font jeu égal dans la vie des habitants, et que Ian décrit avec poésie:

« Le magma noir en décor à d’improbables tropiques. Un écrin calciné pour une eau lumineuse, d’un vert laiteux de jade sous un ciel d’acier brossé. Tout autour la laideur fascinante de la lave à l’odeur de pierre brûlée et, au milieu, l’attirance hypnotique d’une eu de céramique courue d’un duvet de vapeur. »

Les descriptions des lieux sont magistrales, au point d’en avoir eu parfois le souffle coupé et d’être transportée sur l’île au travers des yeux des personnages.

Il parle de la terre et de la mer comme un homme amoureux, avec tendresse ou avec fougue, mais toujours avec la force des images qu’il utilise:

« La mer est une maîtresse trompeuse qui prend les hommes et les bateaux par le ventre, même les plus solides, et les engloutit. Les autres marins du monde disent que le vent sème la tempête, mais les Islandais le savent: c’est du gouffre de la mer que surgit la tempête. De ses entrailles. Du fond vengeur que leurs chaluts raclent et pillent. Les tempêtes sont des vengeances. Des sursauts de bête qu’on assassine. »

« Les tempêtes sont des vengeances »… La vengeance… Thème en fil rouge de ce roman. Quand Soulniz se rend en Islande avec sa fille, c’est pour se rapprocher de cette enfant avec laquelle il n’avait plus aucun contact. C’est pour lui faire découvrir ces lieux où il est devenu adulte, ces lieux qui l’ont fasciné. Ce qu’il ne sait pas, c’est que dans ce passé adulé, la vengeance gronde.

Outre ce sentiment qui ronge quiconque le ressent, Ian Manook nous raconte la crise financière en Islande et son impact sur la population, y compris ceux que l’on aurait pu penser être protégés. Il évoque cette terre de légendes mais aussi de coutumes; la quasi absence d’homicides, comme dans beaucoup de pays nordiques, l’ouverture aux autres si différente de ce que l’on connait en France. Il nous parle de l’addiction aux réseaux sociaux pour les habitants de cette île coupée du reste du monde. Il décrit le paradoxe entre la beauté de l’île, ses coutumes ancestrales et l’hyper exploitation de ses ressources naturelles ainsi que la barbarie de la pêche intensive. Enfin il nous parle des relations pères/filles qui peuvent être parfois difficiles mais aussi du sentiment de culpabilité quand, dans la mort, nous sommes celui qui reste. Tant de sujets qui sont développés, fouillés, argumentés et illustrés, démontrant ainsi à quel point Ian connait ce pays qui semble lui être cher.

Sur la construction du roman et des chapitres, j’ai retrouvé avec plaisir la « manook touch » , un titre suivi des derniers mots du chapitre. Un style original que j’avais beaucoup aimé en découvrant Yeruldelgger.

Enfin, je ne pouvais clore cette chronique sans vous parler d’un personnage: Simonis. Je ne vous dirais pas qui il est, ni son rôle dans l’intrigue pour ne pas gâcher votre découverte, toutefois, il m’aura souvent fait sourire… parce que si Simonis est lituanien, sa façon de s’exprimer en usant et abusant de proverbes, m’a laissé de lui l’image d’un Maître Yoda moderne, même si, in fine, il est loin d’en avoir la sagesse.

Heimay n’est pas un coup de cœur pour l’intrigue, qui bien que prenante et bien construite n’est pas, pour moi, la force de ce roman. Mon coup de cœur, parce qu’il existe bel et bien, va à la plume remarquable de Patrick, à cette capacité qu’il a de nous faire voyager sans quitter notre canapé, à cet amour qu’il glisse dans ses mots, à la poésie qu’il distille entre ses lignes.

NDLR : Et pour en savoir plus vous pouvez vous rendre ICI

10 réflexions sur “Heimaey – Ian Manook

      • Je suis encore au début. C’est assez curieux comme impressions qui sont les mêmes que celles que j’ai ressenties avec Yeruldelgger. J’avais eu du mal avec le début, le temps de s’imprégner de ce que l’auteur détaille autant. Après, j’ai vraiment adoré et appris tant de choses supplémentaires sur ce peuple que la Chine veut sédentariser à tout prix. Quel crime ! C’est un autre sujet, mais il écrit ce livre aussi pour mettre bien haut et en avant cette culture que j’aime beaucoup et auquel il rend un si bel hommage. Je suis fan de la culture originelle de ce peuple, et de l’écriture dans ce livre là de Ian Manook. Alors j’attends, la suite avec impatience. Lorsque je suis à Blaye, je suis fort occupée à des tas de choses ménagères, chercher des trucs et astuces et cie. Pour le moment, c’est la mise en place des personnages, les liens entre tout ce petit monde n’est pas encore très clair pour moi en tout cas. 🙂 J’ai vu beaucoup de documentaire sur l’Islande et c’est bien restitué quant à ses descriptions. Et j’ai quelques citations déjà sous le coude. 😉 Bises à toi.

        J'aime

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s