Nathalie Hug à l’honneur # 15, septembre

Le quinzaine « Auteur à l’honneur » et neuvième de l’année 2018 est un auteur Français et plus précisément une auteure française.

C’est donc Nathalie Hug que j’ai choisi de mettre en avant ce mois-ci.

Mais avant de vous expliquer pourquoi c’est Nathalie Hug  qui poursuit cette nouvelle rubrique sur notre blog, je vous en rappelle le principe.

L’idée est que chaque mois, on se fasse découvrir un auteur qui nous tient à cœur. Étant tous des lecteurs d’horizons différents, cela permet aux uns et aux autres d’explorer d’autres univers qui nous tentent ! Pour participer, rien de plus simple :
  • une photo de l’auteur
  • une bref biographie de lui
  • Et enfin, deux ou trois livres que vous avez aimés et pourquoi !
Pour participer, vous n’avez plus qu’à me laisser un commentaire avec le lien vers votre article et je l’ajouterai au mien 🙂 Alors à vos claviers !

Ete du livre 2012 Nathalie Hug

Mais revenant à notre auteur à l’honneur

Pourquoi Nathalie

Tout d’abord parce que j’ai découvert Nathalie comme dans le duo quelle forme avec Jérôme Camut.  Et quand j’ai chroniqué leur premier roman en commun, Prédation, pour les Crimes de l’année, Nathalie a été la première a envoyé un petit mail pour me remercier pour cet avis publié.

Et la première fois ça marque !  Aujourd’hui avec les réseaux sociaux et notamment Facebook, c’est monnaie courante. C’est presque même le norme. D’ailleurs souvent on connait l’auteur avant même de l’avoir lu. Mais il y a 12 ans, tout cela n’avait pas cours !

Et puis un jour Nathalie m’a annoncé qu’elle se lançait dans l’écriture solo, et là m^me si ce n’était pas du polar, j’ai été pressée de la lire !

Et puis parce qu’avec Nathalie le feeling est vraiment passé, tout de suite dés notre première rencontre. C’était je ne souvient lors d’un salon du livre de Paris. En 2007 ne semble-t-il…

Nathalie Hug à l’honneur # 15, septembre

Courte biographie

Nathalie Hug, née à Nancy le 13 janvier 1970, est un écrivain mais aussi scénariste.

Après quinze ans passés dans l’industrie pharmaceutique, où elle exerce plusieurs fonctions, de la formation des réseaux de visiteurs médicaux à la direction régionnale, elle décide de se consacrer à sa première passion, l’écriture, auprès de son mari, Jérôme Camut, l’auteur de Malhorne. Depuis en 2004 elle rencontre Jérôme Camut

« Nous nous sommes rencontrés grâce à « Malhorne » justement. J’ai écrit à Jérôme. Il m’a répondu et nous avons beaucoup échangé puis nous nous sommes rencontrés et mis ensemble le 24/11/2004.
J’avais un boulot dans le secteur médical. Je voyageais beaucoup et Jérôme m’accompagnait lors de mes tournées, restant dans la voiture pour écrire ses romans. »

Ensemble ils publient, depuis 2006, des thrillers et des romans d’anticipation. Quand elle écrit seule, Nathalie Hug elle se tourne plutôt vers le roman contemporain ou historique. Son premier ouvrage en solo paraît en 2011.

Nathalie nous confiait :  «  C’est Jérôme qui m’a poussé à écrire. J’écrivais quelques poèmes et des nouvelles mais je pensais manquer d’imagination. Jérôme m’a encouragée et m’a proposé de m’aider. On a commencé par une nouvelle puis finalement un roman. En fait, comme base, Jérôme a ressorti un ancien roman que nous avons retravaillé et réécrit ensemble. Ce roman, c’est « Prédation ». »

Bibliographie 

« J’ai écrit trois romans seule, ce ne sont pas des polars d’ailleurs :
Le premier est un petit roman tout court plein de surprises, « L’enfant-Rien ».
Le deuxième est inspiré de mes origines maternelles allemandes, « La Demoiselle des Tic-Tac ».
Le troisième est sur les sages femmes en 1919, « 1, rue des Petits-Pas ». »

 

 L’enfant-Rien 

paru le 05 janvier 2011 chez Calmann-Levy

 

« Aussi loin que je me souvienne, je l’attendais assis, le menton sur les genoux, les bras autour des jambes et le dos appuyé contre la porte du placard. »

Petit garçon étrange, Adrien guette chaque semaine l’arrivée du père de sa demi-sœur, dans l’espoir de recueillir un regard, une parole ou un geste tendre. S’il rêve d’un papa, Adrien veut surtout percer le secret de sa naissance, secret qu’il croit enfermé dans une boîte rouge, cachée hors de sa portée. Le jour où sa mère se fait renverser par une voiture et se transforme en « tas-de-fraises-à-la-crème », la possibilité d’une vie différente s’ouvre à lui. Mais Adrien, l’enfant-rien, peut-il vraiment trouver sa place dans une famille qui n’est pas la sienne ?

 

 

 

 La Demoiselle des Tic-Tac

paru le 13 mars 2012 chez Calmann-Levy

 

La demoiselle des tic-tac

Rosy et sa mère ont quitté Ludwigshafen en 1937 pour vivre dans un village de Moselle. Or les Lorrains n’ont pas oublié l’annexion de 1871 et rares sont ceux qui leur tendent la main. Il est vrai que Mutti admire Hitler, méprise les curés, les juifs et les fonctionnaires, et que Mein Kampf est son livre de chevet… Pour la fillette, la vie n’est pas drôle tous les jours. Quand, en 1940, les armées hitlériennes s’emparent de la Moselle, leur sort s’améliore. Pas pour longtemps. À partir de 1944, alors que les Alliés pilonnent la région, Rosy et sa mère se terrent dans leur cave. Pour tenir, Rosy se raccroche à ses souvenirs, avec de maigres provisions et, pour toute compagnie, une petite poule et de drôles d’araignées aux pattes fines, que son oncle Edy surnommait les « tic-tac ».

Sobre et dense, le deuxième roman de Nathalie Hug pointe les ravages des mensonges des adultes sur le destin de leurs enfants. Claire Julliard, Le Nouvel Observateur.

 

1, rue des Petits-Pas

Paru le 05 février 2014 chez Calmann Levy

 

Lorraine, hiver 1918. Dans un village en ruine à quelques kilomètres du front, une communauté de rescapés s’organise pour que la vie continue. Louise, orpheline de 16 ans, est recueillie par une sage-femme qui va lui transmettre son savoir : accoucher, bien sûr, mais aussi soigner les maux courants et être l’oreille attentive de toutes les confidences.

Mais, dans cet endroit isolé du monde, les légendes nourrissent les peurs et la haine tient les hommes debout. Dans un univers où horreur et malveillance rivalisent avec solidarité et espoir, Louise tente de se construire.

Un magnifique roman d’apprentissage d’une sincérité et d’un réalisme bouleversants.

Ok mes polardeux, Natalie Hug seule n’écrit pas du polar mais ses bouquins sont des petits bijoux.

Alors ne bouder pas votre plaisir et jetez vous sur ces 3 pépites.

Et laissez vous tenter.

2 réflexions sur “Nathalie Hug à l’honneur # 15, septembre

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s