Et si, pour une fois, on leur donnait la parole ? (14)

Et si, pour une fois, on leur donnait la parole ? (14)

ET SI ON LEUR DONNAIT LA PAROLE ?

Bonjour, bienvenue entre ces lignes. Ravi de vous recevoir ici. En guise d’introduction, vous voulez bien vous présenter ?

Salut ! Je sais pas si je suis content ou juste ennuyé par cette Interview… Quel mot pompeux. Et puis je vois pas qui me parle, c’est gênant. Mon nom, c’est Adriel Sutton. Je suis canadien mais je bosse à Los Angeles. Mon boulot ? Mais qu’est-ce que ça peut bien te faire ? Pompier ? Marin d’eau douce ? T’entends ça, Irma ? Il se fout de ma gueule, là, le petit gonze… Il nous a jamais lu ? OK, OK… c’est pour ceux qui ne me connaissent pas. Je comprends mieux. Alors… On va dire «reporter». Enfin… disons que je gère la technique. Le matériel. Les prises de vue et les prises électriques. Tout ça. Avec Irma. Oui, oui, pour une chaîne de télé, Chanel Twelve, et notre émission, c’est « Au delà de l’au-delà », « Beyond After-Life » pour les anglophones…

Bien sûr, que c’est sérieux, du moment que tu crois aux anges, aux farfadets, aux fantômes et aux polteirgests, c’est tout ce qu’il y a de plus sérieux… Mais, ma foi, si tu crois à tout ça, pour moi, t’es juste un putain de taré ou de naïf avec tout le respect que je te dois.

Je vois que vous n’avez pas votre langue dans la poche. Cela fait partie de votre caractère ?

J’ai mauvais caractère, si ça t’avait échappé. Irma dit que je suis un gros nounours tout mou à l’intérieur. Je suis pas méchant. J’aime les gens, malgré une propension à leur gueuler dessus… mais je leur dis pas trop souvent parce que je n’aime pas qu’on profite de moi. Je suis ouvert d’esprit et je suis fidèle en amitié. J’aime le whisky et les jolies femmes, bien que je sois célibataire et pas macho pour deux sous. Je suis assez l’homme idéal, en fait… Non, j’ai jamais couché avec Irma (qui rigole ?) ! Elle confirme.

C’est votre créateur qui vous définit ainsi. Il a mis longtemps à vous concevoir ?

Alors là, ça fait bientôt cinq ans que je squatte. Je m’y sens pas mal. Et puis on rigole bien avec Irma et tous les autres… Des fois, on a un peu peur, on se serre les uns contre les autres, mais en règle général c’est tranquille et c’est pas long parce que le temps s’arrête…

J’aime les gens, malgré une propension à leur gueuler dessus…

C’est une femme, vous êtes un homme, vous pensez qu’elle a tout de même mis des parts d’elle dans votre personnalité ?

Probablement. Elle m’a filé sa mauvaise humeur, ses coups de gueule, ses doutes… et son humour ! Par contre je suis nettement plus musclée qu’elle… Et plus beau aussi. Et plus séducteur… Franchement, je sais pas où elle est allée me chercher. Un mystère. Mais c’est ce qui pouvait lui arriver de mieux. Sans me vanter. Irma, arrête de rire, tu crois qu’on t’entend pas ?

Côté action, elle ne vous épargne pas. Elle est encore aux commandes. Ce n’est pas un peu compliqué comme situation ?

Rien du tout ! Que dalle ! C’est moi qui décide. Je fais ce que je veux avec mes cheveux (même si je suis chauve) et elle suit. Elle a intérêt parce que sinon je la largue vite fait et elle comprend plus rien ! Ces auteurs séniles, je vous jure… une plaie… Enfin bon, elle m’a rendu triste quand même dans la Baie des Morts… j’ai failli en mourir de désespoir… Elle s’est bien rattrapé avec Marieta, un bouquin plus tard. Heureusement.

Vous disiez que le temps s’arrête entre deux aventures. Vous faites quoi alors ?

Je fais comme tout le monde : je voyage, je drague, je fais du sport, je visite un peu les réseaux sociaux (j’ai mon compte facebook) … Je vais voir mes filles à Halifax. Que dire de plus ? C’est comme entre deux émissions : la vie bête et méchante. Je gère mes traumatismes.

J’ai pourtant l’impression que cette vie « d’entre deux » ne vous convient pas. Vous avez un message à faire passer à votre auteur ?

Pourquoi t’avances pas plus vite, bourrique ? J’ai des démangeaisons partout !! Il sort quand ce troisième opus de la série ? Je vais me scléroser avant que d’être mort… Ah pour faire du suspense, t’es bonne, ma grande… Championne du monde !

Le mot de la fin vous revient, monsieur Sutton.

N’ayez pas peur, je ne mords pas ! Hey, toi, là qui me lis… tu vas forcément m’aimer dans la Baie des Morts et encore plus dans Orisha Song… faut venir, gars, demoiselle… Je vous attends.

7 réflexions sur “Et si, pour une fois, on leur donnait la parole ? (14)

  1. Sur presque 80 interviews de personnages réalisés, j’ai pu constater que ceux-ci avaient toujours énormément à dire. Certains auteurs veulent garder la main, d’autres subissent. Certains personnages sont rancuniers, d’autres reconnaissants. En tout cas, tous se livrent différemment, parfois en s’abandonnant, parfois en criant leur désir d’exister.

    Aimé par 2 personnes

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s