Le Collectionneur de Fiona Cummins 

le livre: Le Collectionneur de Fiona Cummins . Traduit de l’anglais par Jean Esch. Paru le 18 octobre 2018 aux éditions Slatkine et Cie. 20€90 ; 509 pages; format 16 x  23,2 cm.

 

4ème de couverture : Le collectionneur mène une double vie. Monsieur Tout-le-monde dans l’une, il est, dans l’autre, le gardien d’un musée secret qu’ont constitué son père et son grand-père avant lui, une collection d’ossements humains. Les collectionneurs cherchent toujours la rareté, l’objet unique. Et il y a à Londres deux enfants atteints d’une maladie génétique orpheline qui fait se dédoubler les cartilages puis pousser les os jusqu’à l’étouffement, la maladie de l’homme de pierre. Avec un style-cutter aussi efficace que glaçant, Fiona Cummins plonge dans l’âme du psychopathe. Les Anglais ont adoré.

 

L’auteur :Fiona Cummins est une ancienne journaliste du Daily Mirror, plusieurs fois récompensée, qui a interviewé de nombreuses célébrités, de Michael Jackson à George Clooney. Aujourd’hui journaliste indépendante, Fiona écrit pour des journaux et magazines nationaux ou pour des entreprises. Elle vit dans l’Essex avec sa famille. Le Collectionneur est son premier roman. Le livre a connu un grand succès en Angleterre, où ses droits ont été achetés pour la télévision.

 

 

 

Extrait : Dans la maison, les ombres s’intensifient. Seul dans le vestibule, il se délecte de la splendeur du squelette dans sa vitrine, subjugué par ses déformations, l’intrusion des os dans la cage thoracique, les ornements calcifiés sur la colonne vertébrale.  Un jeune garçon enfermé dans une prison de pierre. Pendant des années, il a traqué ce spécimen, le plus rare, parmi les morts et les vivants. Sans jamais cesser de chercher ni d’espérer. Et aujourd’hui, après tout ce temps, il en a découvert un autre.

 

 Chronique d’une flingueuse

L’avis de Sylvie K

L’histoire commence un vendredi à 15h21 elle prendra presque fin le mardi à 4h01. Dans ce laps de temps le collectionneur traque ses futures victimes. Il se repaît de les voir, de les imaginer dans son musée. Car chez lui de père en fils ils collectionnent mais lui il atteindra le summum ! Il a découvert un spécimen rare un autre garçon dans sa prison d’os qu’il rêve de voir exposé. Mais il doit attendre le bon moment ! Heureusement, il y a d’autres enfants, moins intéressants, mais qui lui procureront du plaisir aussi ; là c’est une petite fille. Ces enfants ont en commun une maladie osseuse et le collectionneur les cherchent, les traquent et les enlèvent. Mais c’est sans compter l’amour des parents pour leurs enfants et la ténacité d’Etta. C’est une flic dont le passé ressurgit à traver l’enquête et qui ne pouvant les sauver tous mettra jusqu’à sa vie en péril pour ceux-là.

Un page-turner rythmé par les chapitres où chaque jour et chaque heure sont décomptés dès les premières pages. On est happé, pris en empathie pour les enfants, leur famille, la flic. On suit le collectionneur dans sa quête et Bloody One devient aussi notre peur. La psychologie de chaque personnage tel qu’il soit est un élément fort, les émotions, l’amour filial, l’amour du couple, les états d’âmes de chacun tout est abordé. Tout est travaillé, découpé aussi limé que les os que le collectionneur aime à toucher ; c’est addictif.

Un premier roman très prometteur qui à mon avis aura une suite et là je dis oui car utiliser le thème de la maladie de pierre pour donner lieu à une intrigue n’était surement pas gagné.

8 réflexions sur “Le Collectionneur de Fiona Cummins 

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s