Résultat concours IRRESPIRABLE avec Hugo Thriller


Salut mes polardeux

Il y a quelques semaines sur Collectif Polar nous vous proposions de gagner :

IRRESPIRABLE de Olivia Kiernan

Un partenariat Collectif Polar avec Hugo Thriller.

Le livre à gagner :

Irréversible :

Dublin. Le docteur Eleanor Costello, scientifique respectée, est retrouvée morte chez elle. Suicide ?

Implacable :

A peine remise des coups reçus lors de sa précédente affaire, la commissaire Frankie Sheehan se voit confier l’enquête. La disparition du mari d’Eleanor puis la découverte d’une deuxième et bientôt troisième victime lui prouvent qu’elle est en présence d’un tueur en série. Et que ce tueur aime jouer avec la mort.

Irrespirable :

Victimes consentantes, sites BDSM, « near death expériences », chambres de torture, meurtres filmés et ritualisés : jusqu’à sa confrontation finale avec le tueur, Frankie va s’immerger dans ce que l’âme humaine a de plus noir et de plus pervers.

Un noir absolu, malgré les tâches de bleu de Prusse, ce pigment utilisé par Chagall et que l’on retrouve sur les victimes comme une signature.

Les questions posées.

 

Quel pigment est retrouvé sur les victimes ?

En plus du Dark Net dans quel milieu l’équipe de Sheehan doit-elle enquêter ?

 

Plusieurs bonnes réponses on été données

1 : Du bleu de Prusse, pigment utilisé par Chagall.

2 : Le milieu SM et plus exactement  le BDSM  Le BDSM est un acronyme imbriqué faisant référence aux pratiques de bondage et de discipline, de domination et de soumission, de sadisme et de masochisme.

Après tirage au sort c’est LiLou qui remporte ce livre. 

Maintenant  Lilou, il faut me faire parvenir ton adresse à collectif.polar@gmail.com.  

Bravo à Lilou notre gagnante.

Et merci aux participantes.

 

A même la peau de Lisa Gardner


Le livre : A même la peau de Lisa Gardner. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Cécile Deniard. Paru le 2 janvier 2019 chez Albin Michel dans la collection Thriller.  22€90 ;  (445 p.) ; 23 x 16 cm

4e de couv : 

Deux meurtres spectaculaires sont perpétrés à Boston à six semaines d’intervalle. Dans les deux cas, les victimes sont des femmes seules, atrocement mutilées, à côté desquelles l’assassin a déposé une rose.

L’inspectrice D.D. Warren, chargée de l’enquête, décèle vite une similitude entre ces mises en scène macabres et une longue série de meurtres ayant défrayé la chronique à Boston quarante ans plus tôt et dont l’auteur, Harry Day, s’est suicidé depuis.

Seul recours pour D.D. Warren : se rapprocher des deux filles de Harry Day. Se pourrait-il qu’il y ait un lien entre les récents crimes et Shana et Adeline ? Pour le savoir, D.D. Warren va devoir se confronter à cette interrogation : peut-on échapper à son destin lorsqu’il est marqué du sceau de la mort ?

Une plongée stupéfiante au coeur d’un enfer familial : Lisa Gardner s’impose définitivement comme une virtuose du thriller psychologique.

L’auteur : Écrivain américain, Lisa Gardner est née en 1956, elle a grandi à Hillsboro, dans l’Oregon. Auteur de plusieurs thrillers, elle est considérée comme l’une des grandes dames du roman policier féminin. Elle a reçu le Grand Prix des lectrices de Elle en 2011 dans la catégorie Policier pour La Maison d’à côté. Elle publie également sous le pseudonyme d’Alicia Scott.

 

Extrait : 
« La douleur est une chance, expliquai-je posément. C’est le premier mécanisme de défense de votre organisme. Pour l’instant, vous êtes incapable de le voir. Vous en voulez à votre douleur. Soit vous l’engueulez, soit vous essayez de l’ignorer complètement. En réaction, elle rugit encore plus fort parce qu’elle a besoin d’attirer votre attention. Elle fait ce qu’elle est censée faire pour vous épargner d’autres blessures.

Chronique de Lecteur : La recommandation de Jean Luc

Avec ce dernier thriller, Lisa Gardner remet en scène l’un de ses personnages favoris, en l’occurrence D.D Warren. Je n’ai pas lu son avant dernier thriller, mais cela ne m’a pas du tout pénalisé pour suivre cette histoire à couper le souffle, l’auteur nous emmène dans un univers noir à souhait et une fois commencé, il est vraiment difficile d’en sortir.

Il y a quelques longueurs mais compte tenu de l’intrigue, on attends toujours de savoir qui est le serial killer, l’auteure nous emmène sur des fausses pistes et surtout il y a beaucoup de rebondissements. Un petit bémol, certaines tournures m’ont un peu gêné mais il s’agit d’un livre traduit de l’Américain.

J’ai été scotché par tous ces personnages, personnages principaux ou secondaires, ils ont tous de la profondeur. J’ai adoré le personnage de DD. Waren, celui de la psychiatre, mais entre autres, celui de la fille du sérial Killer. Je me suis attaché à ces personnages et je dois dire que certains passages m’ont retournés.

Là où Lisa Gardner fait très fort, elle parvient à embarquer le lecteur dans un roman et il m’a été quasiment impossible de ne pas avoir d’empathie pour tous ces personnages.

Il est aussi question de plusieurs thématiques. En filigrane, à  savoir quelle est la part d’inné  et d’acquis, mais aussi de l’amour fraternelle et de l’impact de l’hérédité. Dans cette histoire, Lisa Gardner choisi de matérialiser cette problématique  sous forme de maladie génétique, en l’occurrence l’analgésie congénitale.

Il  y a ausssi de la recherche dans plusieurs domaines, que ce soit dans le domaine carcéral ou bien dans le domaine policier, on reconnaît aussi une écriture féminine dans les aspirations ou besoin des personnages, cela rajoute de la crédibilité aux personnages féminins, mais en revanche les personnages masculins sont un peu absents…

J’ai vraiment été subjugué par cette histoire, c’est un superbe thriller avec beaucoup de suspens, je ne peux que recommander cette lecture.