La GAV : @Samuel Delage sous le feu des flingueuses, 2e audition. 2/4

La GAV : @Samuel Delage sous le feu des flingueuses, 2e audition. 2/4

Début de la Garde à vue de monsieur

Samuel Delage

2e interrogatoire par Dany notre mamie flingueuse

La GAV, Garde à vue d’un auteur par Collectif polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Et durant ce temps nous lui posons une série de questions en batterie auxquelles il ou elle doit répondre instantanément. Nous ne lui laissons pas le temps de réfléchir à ses réponses. C’est un échange en live. Comme sur un plateau, sur un salon. C’est pas préparé,  ce que l’on recherche c’est la spontanéité. Et croyez moi au réveil ou en fin de journée, nos auteurs sont comme nous, soit pas bien réveillés soit crevés de leur journée. Et là nous les cueillons !

Nous recueillons leurs confidences.

Et c’est celles-ci que nous vous proposons en direct live. ( enfin presque juste en léger différé).

Nous allons vous proposer la retranscription de ces 4 interrogatoires sur 2 jours, 1 en matinée et un le soir entre ce matin et demain  après-midi

Allez place à la GAV de Samuel Delage


Lundi 14h

Dany : Alors il a arrosé ses bonsaïs le prévenu ?

Samuel : 😆 carrément douchés même !

Dany : point trop n’en faut … on y va ?

Samuel : Yeahhh 😉

Dany : Bonjour Samuel, je sais que nous sommes à l’heure de la sieste, cependant …dans un premier temps je souhaiterais revenir sur ta « jeune » carrière d’auteur, de romancier et ensuite parler de ta double voire triple vie …

Samuel : 😆

Dany : Tu viens de publier ton 5 ème roman, y en a-t-il un qui traîne encore dans un tiroir, qui n’a pas rencontré son éditeur et que tu affectionnes au point de te dire « un jour … »

Samuel : Pour le moment, tous mes manuscrits sont publiés 😉. Certains auteurs en ont sous la main, comme on conserve de bonnes bouteilles dans la cave… mais moi, j’ai vidé la cave 😉. Le prochain manuscrit est en chemin, 50% à ce jour d’ailleurs 😉il sera au programme 2020
Les publications au programme 2019 il va y en avoir tout de même… on pourra s’offrir un Delage en poche, le premier opus de la série avec mon duo Yvan Sauvage & Marion Evans… dans quelques jours –>

 https://www.monpoche.fr/annonce_code-salamandre_20_14_1_fr.html Code Salamandre


A présent, je devrais publié 1 roman tous les ans, grâce à ma dispo 100% pour l’écriture, roman et série TV.

Dany : C’est un bon rythme … 
Est-ce que tu es d’accord pour dire que le premier « l’étage le plus haut » est différent des suivants ?

Samuel : L’étage le plus haut, c’est en effet un roman très différent de tous les autres. Une première et très jeune expérience avec l’écriture. Il faut commencer un jour. Il s’agit d’une comédie, autour d’un sujet assez personnel. Un petit roman avec beaucoup d’émotions

Dany : Une comédie avec du noir et des larmes tout de même …Il m’a fait penser à l’écume des jours …

Samuel : En effet, une comédie avec un sujet qui nous touche évidemment, mais un message dans un gant de velours

Dany : et ensuite tu as changé « radicalement » de registre …

Samuel : J’ai été très ému pendant l’écriture de ce roman, et il faisait écho à une période délicate de mon existence.
Ensuite, c’est la mécanique du suspense qui l’a emporté.

Dany : L’idée de la série, du personnage récurrent est arrivée à quel moment ?

Samuel : Une fois encore, dans un moment très particulier pour moi. Je crois d’ailleurs que le rythme d’Arrêt Wagram est très révélateur de ce qui se passait pour moi.
Je me suis attaché à Yvan Sauvage, cet expert en art et commissaire priseur me fascine. Et, par certains aspects, il constitue une sorte de héros que j’aimerais être 😉
Des lecteurs, sans s’en apercevoir, m’ont parfois appelé Samuel Sauvage ou Yvan Delage…
amusant !

Dany : Yvan ? Son métier … c’est assez original dans un thriller. Justement tu gères une frustration ? Tu aurais aimé être un acteur dans le monde des objets d’art ?

Samuel : J’adore l’univers de l’art pour de très nombreuses raisons. Tout d’abord, c’est la créativité à l’état brut qui parle, sous toutes les formes possibles. C’est ce qui fait que l’homme est homme, avec ses émotions et sa capacité à les partager.

Dany : Et le commissaire-priseur peut aussi être le gardien des œuvres

Samuel : Très jeune j’ai visité de nombreux musées avec mes parents. Mais à l’époque, je ne décodais pas suffisamment toutes les créations. Je pense toutefois y avoir été sensibilisé. Et puis un jour tout cela m’a beaucoup plus parlé.

Dany :Tout comme j’ai lu aussi ta fascination pour le Château de Chambord …

Samuel : L’art contemporain est une forme exceptionnelle pour recevoir des émotions, et parler des œuvres avec les artistes c’est très enrichissant. On touche les émotions différemment.

Dany : Tu aurais pu aussi situer tes histoires au temps de la renaissance …

Samuel : Tout ce qui touche à l’histoire et aux capacités des hommes à construire me séduit énormément. Les châteaux, les pyramides…
Tous les sens et messages qui se logent dans les créations, historiques ou artistiques sont des mines d’or pour un curieux comme moi 😉

Dany : L’art un monde d’émotions à partager
Revenons à Yvan. Quand as-tu eu l’idée d’en faire un personnage récurrent ?

Samuel : Quand j’ai eu l’idée de Code Salamandre, il était évident qu’Yvan Sauvage serait du voyage.
Un copain qu’on ne laisse pas sur le bord du chemin pour un tel voyage.
Dès cet instant, on s’est donné d’autres RDV 😉

Dany : Mais était-il prévu qu’il survive à l’aventure ? C’est bien aussi un roman d’aventures

Samuel : Impossible pour moi de dissocier l’aventure de l’historique et du suspense. J’avais vraiment envie de lui donner une facette à la Indiana Jones, avec une touche de Tintin

Dany : Autrement dit quand tu entames l’écriture d’un thriller, est-ce que tu te dis je vais faire souffrir Yvan ou alors le personnage sert une histoire dont tu connais déjà la fin ?

Samuel : Code Salamandre est un roman d’aventure avec une touche thriller… et Cabale Pyramidion est une aventure avec une touche plus polar qui dénonce la politique égyptienne.
Quand je démarre un roman, je sais forcément que le personnage va prendre des coups. C’est nécessaire et bon de le mettre en difficulté.
Si je le faisais mourir dans un nouveau roman, ou Marion, je pense que pas mal de lecteurs m’en voudraient un peu 😉

Dany : Certes, c’est aussi le revers de la médaille, on sait forcément qu’il va s’en sortir …Et l’histoire, tu sais comment elle finit dès le début ?

Samuel : Et dans mes récits, je connais la fin dès que je commence l’écriture. Elle peut éventuellement subir un petit ajustement, mais rien de fondamental.
L’image de la fin est très présente dans mes récits.
Pour Code Salamandre, je l’avais même dessinée la fin. Sur un tableau de 2m de large, accroché au mur de la chambre
La fin d’un récit, c’est un peu comme un phare vers lequel je me dirige. Ça guide l’histoire.
Il y a le point de départ, très fort et marquant, l’événement déclencheur, puis la fin, le twist, double twist. Et entre les deux, les personnages me surprennent 😉

Même si je pose des jalons, il y a toujours des changements.

Dany : Tes romans sont très documentés, comment fais-tu tes repérages ? Es-tu allé visiter la tour Trump par exemple ?

Samuel : La partie documentation et recherche est un de mes grands plaisirs dans les romans. Pour Code Salamandre cela représente beaucoup de déplacements et de rencontres. Pour Arcanes Médicis j’ai été reçu pour un court séjour comme pensionnaire à la Villa Médicis.
Tout ces livres sont pour moi des moments de vie particuliers, d’excellents souvenirs, des rencontres et des visites inédites dans des conditions très privilégiées.
Quand j’ai pris l’avion pour Rome, et me rendre la Villa Médicis, j’étais dans la peau d’Yvan Sauvage.
Dans les souterrains, couvert de poussière, j’avais l’impression d’accompagner Yvan et Marion
Au sommet de la tour lanterne du château de Chambord, c’était un moment suspendu, entre mon récit de fiction et l’histoire avec un grand H. Une sorte de magie.
Certains doivent te prendre pour un doux rêveur ?

Dany : C’est effectivement un certain privilège que d’approcher tes sujets comme tu le fais. Les accès aux infos et aux experts sont-ils faciles ?

Samuel : Les experts sont enchantés de partager le fruit de leurs connaissances et passions… surtout quand une oreille avide de tout entendre de leur part se prête à eux.

Dany : Et pour le clonage … facile ?

Samuel : La sphère médicale est énorme, et les progrès sont incroyables d’année en année.
C’est véritablement la course à la découverte dans ce milieu.

Dany : Est-elle pour autant accessible à l’artiste ?

Samuel : Les enjeux financiers sont colossaux, et l’égo de certains chercheurs aussi.
Il est fascinant de voir que beaucoup de portes s’ouvrent pour les romanciers. Dans la mesure où le romancier se présente avec des intentions saines et louables.
Les marginaux ou trop excentriques sont moins bien lotis.

Dany : Comment conçois-tu le rôle de l’auteur ? Doit-il passer des messages, doit-il se contenter de l’imaginaire ?

Samuel : Je pense que chacun a sa propre vision du sujet. Tout est une question de moteur pour écrire. Pour ma part, j’aime donner du réel à la fiction et quelques coups de projecteurs sur des sujets sensibles, en ménageant différents points de vues. C’est une sorte de réflexion personnelle aussi pendant l’écriture.

Dany : Vigilance, vigilance …

Samuel : Un avis tranché sur un sujet est parfois audacieux, et puis il est toujours important de considérer des avis divergeants. Le questionnement est constructif.
J’aime aussi quand un personnage est capable de changer d’avis, de considérer la remise en question.

Dany : Difficile de parler de tes romans sans spolier … 
Est-ce que l’on reverra la « fille » et l’épouse d’Yvan un jour ? 
C’est mon côté chasseuse de scoop …

Samuel : Ah ah… pour le moment le duo Yvan Marion vogue sans satellites 😉.
J’ai différents projets pour eux. Le prochain se passera à la TV d’ailleurs
Quand au roman à venir, ce sera un one-shot sans mon duo 😉

Dany : Attends un peu pour parler TV … c’est tout à l’heure

Samuel : 😆

Dany : Tu m’as devancée … je voulais savoir où tu nous emmenais en 2020 !

Samuel : Ce qui est certain c’est qu’Yvan Sauvage et Marion Evans font partie de mon quotidien, presque comme des gens réels que je connais parfaitement.
Je pense à eux tous les jours. Parfois en lisant certains faits divers ou en visitant des musées ou expositions, je me demandent comment ils réagiraient.

Dany : Alors 2020 on va où ?

Samuel : 2020 dans un superbe endroit en France & Suisse…
Le lac Léman
les montagnes et les forêts

Dany : Ça devient d’un commun la Suisse chez les polardeux 😂😂😂

Samuel : J’ai été totalement séduit par le lac et son environnement depuis que j’y suis allé deux ans de suite.
Mais ce que j’apporte sera très différent de ce qui a été fait par d’autres auteurs.

Dany : Maintenant passons à Samuel « multitâche » … tu as cessé ta précédente activité professionnelle pour conforter ton activité de scénariste TV … Tu peux nous en dire plus ?

Samuel : L’écran, une véritable aventure. Une écriture très différente sur la forme sur le fond et surtout avec l’entourage.
Arcanes Médicis est en cours d’adaptation. Ajuster mes héros pour l’écran c’est une affaire incroyable.

Dany : Une autre approche de l’intrigue … c’est presque du Manzor dans le texte !
Pourquoi commencer par le tome 3 …

Samuel : Je suis scénariste sur ce projet. Et en effet, René Manzor connait parfaitement cet univers, nous en avons d’ailleurs pas mal discuté.

Dany : C’est ta première expérience TV ?

Samuel : J’ai également d’autres projets en cours, des créations de séries qui sont entre les mains de productions et chaines TV
Lesquelles … les quelles ?
les quels ?

Samuel : là, je dois rester discret. Je vais me faire taper sur les doigts sinon 😉

Dany : L’adaptation d’Arcanes Medicis … tu peux en parler ?

Samuel : Le processus audiovisuel est long en France, beaucoup plus que dans nos pays voisins. Il est aussi le fruit de rouages complexes avec de nombreux acteurs, production, réalisation, diffusion.

Dany : C’est aussi une chance de pouvoir être le scénariste … moins de risque de trahison.

Samuel : Ce que je peux dire pour Arcanes Médicis, c’est que l’adaptation sera importante. L’esprit du scénario sera fidèle à celui du livre, mais certains changements seront importants. Le format livre est toujours très différent de celui d’un film ou d’une série. Il faut donc opérer le texte, des coupures, des changements, bref, une adaptation.
Etre scénariste sur un de ses projets, c’est surtout une chance de goûter de nouveau à l’univers qui a porté le livre, mais il faut faire d’innombrables concessions que beaucoup d’auteurs ne seraient pas prêts à accepter 😉

Dany : Dis-moi, ça se passe tout de même à Rome ? 😂😂

Samuel : Oui, Villa Médicis, Rome à 100% 😉
Ce qui est fabuleux c’est que l’écriture de scénario c’est l’image l’image l’image… et ça, c’est passionnant. C’est aussi une grande difficulté car l’écriture doit être dépouillée de tout ce que le romancier à l’habitude de proposer.

Dany : Je te demandais si c’était ta première expérience TV ?

Samuel : Pour le moment, toutes mes contributions TV n’ont été que des projets et des écritures pas encore diffusées. Donc oui, Arcanes Médicis serait la première à atteindre l’objectif final 😉
De très nombreux projets sont « optionnés » comme on dit, mais parvenir à valider le développement (écriture scénario), puis valider la production (tournage), puis valider la diffusion (TV ou cinéma), ça ce sont des étapes plus complexes

Dany : L’image … tu disais ce matin que tu es très « visuel », tu dois être dans un milieu favorable
Un métier à temps plein !

Samuel : Clairement, certains ne font que du scénario et rêvent d’écrire des romans
D’autres font des romans et rêvent de scénarios.

Dany : Et toi quel est ton métier maintenant ? Quand on te pose la question tu réponds ...

Samuel : Chacun de ces métiers dispose de ses avantages et inconvénients. Avec le livre, on reste maître de son histoire, et le nom de l’auteur peu exister au moins un peu. Dans le milieu audiovisuel, le scénariste reste très peu visible… et parfois ce sont beaucoup d’écriture de scénarios, payés, mais jamais tournés ou diffusés.
Aujourd’hui, je me considère comme romancier & scénariste. Ce sont des écritures que je trouve complémentaires et qui répondent pleinement à la passion qui m’anime

L’énergie du scénario est grisante, même si des quantités de mains interviennent, c’est la richesse de cet univers, un travail collaboratif où rebondissent les idées. Et le roman, c’est plus intime et profond et personnel.

Dany : Ta série TV est prévue pour quand ?

Samuel : Pour le moment je ne peux pas évoquer de planning pour l’adaptation. Tout cela dépend de nombreux facteurs que je ne maîtrise pas.

Dany : Je demande ça parce que je n’ai toujours pas réussi à télécharger la version e-pub du dernier … ma liseuse fait des allergies !
J’ai encore de la marge pour t’acheter le papier en salon !

Samuel : 😆
Le dernier sera dispo sur Kobo et autres, en mars je pense

Dany : 👍

Samuel : A prix doux… comme c’est le cas actuellement

Dany et Geneviève : 👍

Dany : Et bien Samuel je crois que l’on a fait le tour de mes questions … du moins un certain nombre. Je n’ai plus qu’à te remercier de ta confiance et de ta disponibilité. 
Les flingueuses à l’oreillette ont peut-être a demander des précisions sur ce que l’on a évoqué ?

Samuel : 👍

Samuel : J’espère que j’aurai l’occasion de faire la bises aux flingueuses sur des salons à venir …
Il y aura « livre Paris » pour la sortie poche de Code Salamandre

Geneviève : Moi j’ai encore une session à venir alors je garde quelques questions.

Dany : On se voit à Fargues Samuel !

Samuel : 👍

Samuel : je serai à Saumur Livre et Vin et au printemps du livre aussi à Montaigu

Geneviève :  Samuel Peut-être te verrai-je à Livre Paris comme  chaque année j’ai envie de dire.

Samuel : 👍

Samuel : et surtout, j’espère vraiment avoir la chance de venir à Saint-Maur… pour une fois… en 10 ans… avec un poche, ce serait super. Il y a tellement de lecteurs qui me demandent
« Mon Poche » est un nouvel acteur poche, du sérieux, ce serait dommage de ne pas y être.

Geneviève : Je tâcherai de lâcher ton nom à nouveau

Samuel : Je croise les doigts alors 😉

Geneviève : Mais je ne décide pas

Samuel : Tous les potes y sont et surtout ça me fends le cœur de décevoir mes lecteurs chaque année.
J’agis avec énergie pour le monde du livre, ce serait cool.
Il y a d’autres RDV sinon, mais celui-ci est important pour les lecteurs poche.
C’est les éditeurs poches qui choisissent les auteurs, leurs auteurs présents….

Dany : Poche, il y a Gradignan (33 en octobre)

Samuel : 👍

Dany : Cheffe, je crois que les flingueuses attendent les prochaines auditions pour se manifester

Samuel : 👍

Geneviève : Et bien concluons cette deuxième audition.
Juste pour rappel c’est quand la 3e ?

Aline : Demain matin avec moi

Samuel : 👍

Aline : 8.30 h

Samuel 👍

Samuel : Elles savent me faire parler les flingueuses 😉



Aline : Ça peut être avant 8,30 h si ça vous arrange Samuel .

Samuel : 8h30 ce sera parfait 😉 (il faut me tutoyer, je suis qu’un p’tit bonhomme 😉 )

Aline : Ok pour 8.30

Samuel : Quand je vois les préparations culinaire d’Aline… un gourmand comme moi… Oh My God !
J’suis vraiment qu’un mec… on les mènent avec l’assiette…

Aline : Je dois retourner travailler. À demain .

Samuel : 👍

Geneviève : On sait du coup comment te torturer maintenant. Aline allume les fourneaux et qu’une bonne odeur de pâtisserie en sorte.

Samuel : 😍

Geneviève : Allez Danièle et Samuel, si vous n’y voyez pas d’inconvénients fin de cette audition.
Samuel : 👍 A demain !

Dany : D’accord Cheffe même si c’était un plaisir …
Bonne écriture l’auteur !!!!

Samuel : Je ne vois pas le temps passer avec vous… je suis vraiment un bavard. C’était écrit sur toutes les lignes de mes bulletins scolaires d’ailleurs… oups

Dany : 😍

Geneviève : D’autres révélations de ce type à nous faire Samuel ?
Profite avant que l’on t’enferme pour la fin d’après-midi et la nuit.
Non ?  Alors ce sera pour demain. 


15h30 fin du second interrogatoire.
À demain

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s