Les larmes des cigognes, Lawren Schneider

Le livre : Les larmes des cigognes, Lawren Schneider.  Paru le 19 novembre 2017, Editions Black Tailor. 18 € ; 324 pages ; 24 x 15 cm

 

4ème de couverture :

TAMBOV, 1943

Louis n’arrivait pas à trouver le sommeil. Peut-être devenait-il fou. « Je crois que j’ai des visions, un peu comme Bernadette à Lourdes. C’est comme si j’étais rentré dans le corps de ce type ». Il a cogné une femme. De toutes ses forces.

GAMBSTETT, 1986

« Je m’appelle Christophe et j’aimerais vous confier mon secret ; je suis capable de voir des choses que vous ne voyez pas… Tout à démarré il y a quelques mois. Ma mère m’a serré dans ses bras. Un câlin de maman. J’ai posé ma mains sur sa nuque et… c’est comme si j’avais plongé dans son corps, comme si j’avais pu à travers ses yeux ».

Prisonnier dans le camp de Tambov, Louis Waechter est en proie à des visions terriblement réalistes. Quarante-trois ans plus tard, Christophe, son petit-fils confie à ses amis qu’il a le même don. Ce jour-là, il a ouvert une porte qui ne se refermera plus.

 

L’auteur : Musicien multi instrumentiste, étudiant en sciences, père de famille à 20 ans, vendeur de flûtes traversières, manager dans l’industrie du bâtiment, chef de tribu, amoureux investi, voyageur insatiable, entrepreneur, Lawren Schneider vit intensément. 2014, il décide de se poser. L’écriture arrive dans ma vie sans prévenir, comme une évidence, une passion maîtrisée, mais jouissive.
L’héritage de Lizie est son premier roman, un thriller, autoédité en juin 2015.Un an plus tard, sort  Le prix à payer, une nouvelle aventure de son héroïne, Lizie.  Les larmes des cigognes est un roman plus personnel, mais aussi plus dramatique et plus noir. Un thriller dont l’histoire tragique prendra sa source au sein du camp russe où ont été enfermés les « Malgré-Nous » alsaciens et mosellans durant la Deuxième Guerre mondiale.
Extrait :
« Un seul mot et tout était dit. Il n’y avait pas besoin d’en rajouter plus, le substantif suffisait à lui-même.
Incorporé de force, travaux forcés,  malnutrition, froid glacial, chiasse, punaises, poux, punitions, maladies, Kapos à la con, traîtres, macchabées entassés, envie de mourir, envie de vivre, besoin de prier, soupe infâmes, clairon maudit, coup de crosse.
Tambov. »

 

L’accroche de Miss Aline :

Les larmes des cigognes, Lawren Schneider

Que fais-tu Chris ? Pourquoi tu pointes une arme sur ton psy  pour lui   parler du printemps 1986 ? Tu as alors 17 ans et un don. Tu vis seul avec ta mère qui essaie de survivre à qui, à quoi ? Heureusement tu as ta bande de potes. De vrais amis à qui tu décides de révéler ton « secret ». Commence alors un enchaînement d’événements que tu ne parviendras pas à maîtriser.

Ces événements vont t’emmener chez ton grand-père paternel Louis. Un solitaire, un original. Pour toi il va ouvrir la boîte de ses souvenirs. Avec toi on va plonger dans la grande guerre, celle où Louis, alsacien,  va être incorporé de force dans l’armée allemande. Il va te raconter son don et également sa descente aux enfers. Tambov, camp aux confins de la Russie.  Les privations, les brimades, les maladies, la trahison,  la déshumanisation…

Lawren Schneider, auteur inconnu de moi il y a encore quelques mois, vient de me plonger dans l’Histoire.  Je découvre Tampov et un peu plus sur les « malgré eux » dont on ne parle finalement pas souvent.  Le pouvoir d’écrire de l’auteur te transporte dans chaque espace temps : 1986, 1943, aujourd’hui. Que se soit Christ ou Louis, leur histoire est vécut avec force et émotions. Rien n’est sur-joué dans l’écriture. C’est comme si tu voyais le film se dérouler sous tes yeux. Bien sur dans ce thriller-historique il y a une part de paranormale mais qui ne nuit pas au récit. Bien au contraire, elle appuie l’intrigue, elle l’a nourrit. Cette part de paranormal est le fil d’Ariane qui relie Louis à son petit fils.

Les larmes des cigognes c’est des questions qui ne te quittent pas : quel besoin de braquer un psy pour raconter son histoire ?  Qu’aurais-tu fais à la place untel ou untel ?  Tes choix te sont-ils imposés par la force des choses ?  Comment (sur)vivre après un tel vécut  (les camps) ? Etc.

Les larmes des cigognes c’est une grande leçon d’Histoire. On y dépeint également l’amitié, la loyauté, le sacrifie de soi.  Les larmes des cigognes c’est toute la palette des émotions qui te percute parfois de plein fouet : la surprise, l’empathie, l’horreur, l’espoir, les larmes.

Lawren Schneider et « ses » larmes sont pour moi une révélation. C’est une écriture simple et vraie. C’est une toile que tu regardes avec attention, qui te bouleverse par sa puissance. Un très grand merci Monsieur Schneider pour toutes ses émotions. Merci également pour votre disponibilité et votre gentillesse lors de notre rencontre à Mon’s Livre (Belgique).

 

2 réflexions sur “Les larmes des cigognes, Lawren Schneider

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s