La Parole du Chacal de Clarence Pitz

Aujourd’hui c’est Papote de Flingueuse.

On retrouve Maud et Ophélie nos jumelles Flingueuses autour d’une lecture commune.


Le livre : La Parole du Chacal de Clarence Pitz. Paru le 15 août 2018 chez Le Lys Bleu. 20€20, (340 pages) ; 15 x 21 cm

Présentation de l’éditeur

« Partez à la découverte du Mali ! Rencontrez son célèbre peuple, les Dogons, et partagez leur vie durant trois semaines ! Célébrez avec eux le fameux Sigui, fête religieuse qui n’a lieu que tous les soixante ans ! Profitez d’un voyage unique et exclusif en petit groupe. Inscrivez-vous dès maintenant, les places sont limitées. Dogons 2027, l’expérience d’une vie. »Claire aurait dû suivre son intuition et renoncer à ce voyage. L’ombre fantomatique qu’elle a aperçue au milieu des tombes dogons dans un documentaire ne présageait rien de bon. Surtout qu’Armand, guide charismatique et anthropologue renommé, était resté curieusement évasif lorsqu’elle lui avait posé des questions sur ces caveaux. Armand dont le coup de volant a plongé leur camionnette dans un marigot. Tout ça pour éviter un foutu chacal ! Le village dans lequel ils ont échoué après cet accident est peuplé d’habitants craintifs et entouré d’une nature hostile. Un village isolé et désuet où le temps semble s’être arrêté. Un véritable tombeau à ciel ouvert dont il est impossible de sortir. Dire qu’elle a entraîné Sacha, son fils de dix ans, dans cet enfer? Et que, chaque nuit, un mystérieux visiteur vient déposer d’étranges objets près du garçon.

 L’auteur : Clarence Pitz est une auteure belge qui partage sa vie entre Bruxelles, la Savoie et la Touraine. Professeure d’Histoire de l’Art et d’Anthropologie, dévoreuse insatiable de thrillers et passionnée de voyages, elle se lance dans l’écriture en 2017 et entame une série de romans où elle mêle culture et suspense. La parole du chacal a fait partie des finalistes du concours VSD-RTL du meilleur thriller 2018.

 

 

 

Extrait :
« Captivée, elle caresse distraitement les cheveux fins de Sacha. Les danseurs évoluent à l’écran sous des angles divers. Certains sont filmés de très près, à tel point que l’on peut deviner le regard des hommes qui se cachent derrière les masques et leur donnent vie. On aperçoit ensuite un plan plus vaste, offrant une vue panoramique sur les danses folkloriques.

Le regard de Claire se promène du village au ciel bleu, des spectateurs aux danseurs, des maisons traditionnelles à la roche. Une multitude d’anfractuosités au sommet de la falaise vient titiller sa curiosité. Scrutant ces ouvertures, hypnotisée par les miracles de la nature, la jeune femme ne peut s’empêcher, face à cette érosion millénaire, de se rappeler que, en fin de compte, l’humanité n’est qu’un bref intermède sur l’échelle du temps.

Soudain, elle sursaute, cognant la tête Sacha qui s’était assoupi. Au milieu de la roche, dans un des interstices, elle a cru apercevoir une ombre étrange, une sorte de silhouette blanche au visage fantomatique. Une forme cadavérique à vous donner la chair de poule. La fugacité de l’apparition la laisse dans le doute. »

 

Papote de Flingueuse.

Maud et Ophélie nous parle de La Parole du Chacal de Clarence Pitz

Maud : Coucou Ophélie, alors toi aussi tu as lu La Parole du Chacal de Clarence Pitz?

Ophé Lit : Coucou Maud. Oui je l’ai lu et je dois bien dire que ce premier roman m’a bluffé.

Qu’en as-tu pensé?

Maud : Toi aussi, c’est super !!

Moi j’ai beaucoup l’histoire, l’intrigue et les personnages et leur évolution

et toi ?

Ophé Lit : : Pareil. J’ai aimé l’histoire, très originale. Les personnages sont bien construits et attachants.

J’ai ouïe dire que certains ne le qualifie pas de thriller. Qu’en penses-tu?

Maud : Oui ça pour être originale elle l’est 

Pour moi il rentre dans la case « thriller » dans le sens, des morts sans enquêtes de policiers

et toi ?

Ophé Lit : Pour moi aussi. D’autant que les morts ne surviennent pas que dans de banals accidents comme on pourrait le croire. Dans la mesure où il s’agit bien d’homicides, qu’il y a un vrai suspens avec une explication ensuite, pour moi c’est réellement un thriller. Un thriller différent mais il respecte les codes du genre tout en étant original.

Maud : Entièrement d’accord !!!

Ophé Lit : D’ailleurs j’aime beaucoup la manière dont Clarence définit elle-même ce roman: ethno-thriller

Maud : Justement j’ai apprécié de mélange dans l’intrigue entre accident et homicide.

Ophé Lit : Moi aussi

Maud : Marquée par la dimension malienne, la références aux différentes tribus, leurs rites et leurs coutumes

D’ailleurs les personnages évoluent aussi il y a l’avant et l’après accident

Ophé Lit : Concernant la dimension Malienne, je trouve ça très enrichissant et bien pensé. Clarence nous fait découvrir un pays mais surtout un peuple, les Dogons, avec leurs traditions et leurs croyances. ce côté ethnique m’a beaucoup plus. Concernant les personnages oui, il y a une réelle évolution après l’accident et tout un travail autour de la culpabilité qui est très intéressant.

Maud : Oui tout l’aspect culturel de ce livre est intéressant. J’adore ce mélange de stéréotypes de profils lors de voyage organisé. Puis les instincts vont se réveiller, la survie prime sur le reste, dans un premier temps

Ophé Lit : Oui tout à fait. Ce besoin de survie et les réactions des personnages sont vraiment bien abordés et ne souffrent pas d’à peu près. Les stéréotypes m’ont fait sourire, surtout la vieille aigrie 

Maud : Sans être lourds, ces personnages au profil et origine différentes vont se trouver confronter au même problème, c’est leur manière de le gérer qui va les différencier. Oui la vieille acariâtre et son mari toutou 

Après la survie la prise de conscience et vient comme tu le soulignes justement la culpabilité. Là encore la manière dont chacun va gérer la sienne, ca va du déni de responsabilité jusqu’à l’apitoiement

Ophé Lit : Tout à fait. Et c’est bien ce qui est bluffant sur ce premier roman. Pour une jeune auteur, Clarence a pensé à brosser les différents aspects de ses personnages en fonction de leurs caractères, les faisant évoluer et sans tomber dans la facilité. Elle aurait pu choisir un chemin unique mais non, elle décrit leur évolution de manière distincte et cet aboutissement est à noter.

Ophé Lit : Que penses-tu du style général, l’écriture?

Maud : Chacun évolue différemment oui c’est vrai en fonction de ses priorités et de ses ressentis. L’environnement hostile dans lequel ils échouent et la Nature sont pour moi également des personnages à part entière du livre

Ophé Lit : Tout à fait oui pour les paysages et la nature

Maud : J’ai trouvé l’écriture et le style fluide. Tout s’enchaîne très bien, le suspense est bien maintenu !! Un régal de lecture

L’impression que la Nature répond aux Hommes d’une certaine manière

Une forme de personnification

Ophé Lit : Pour le style et l’écriture effectivement c’est fluide, assez percutant aussi parfois. Ce que j’ai particulièrement apprécié c’est l’emploi d’un vocabulaire assez moderne et sans chichi. Je trouve que c’est assez ancré dans une certaine réalité notamment dans les dialogues. En fait par moment tu ne te dis pas « on ne parle pas comme ça dans la vraie vie ». Au contraire, j’ai eu tendance à oublier l’aspect littéraire parfois et à avoir eu le sentiment d’être une petite souris participant à des conversations. Je ne sais pas si je suis claire mais en gros, le vocabulaire utilisé permet de se projeter réellement dans le livre et au Mali.

Comme tu le notes effectivement il y a une personnification de la Nature qui fait écho aux Hommes. Et c’est aussi ce qui contribue justement à cette projection je pense.

Maud : Aucune fioriture, aucun superflu, juste l’histoire, les relations humaines, pas de superflu

Le style direct donne aussi un rythme au livre

Ophé Lit : Oui c’est ça.

Qu’as-tu pensé des passages où Sacha, le petit garçon de onze ans écrit dans son cahier? As-tu trouvé ses propos adapté à son âge?

Maud : Les croyances aussi, ce côté « exotique » avec une notion de ni trop et ni pas assez, nous dépayse

Ophé Lit : Complètement oui

Maud : N’ayant pas d’enfant difficile de répondre mais oui j’ai trouvé le discours de Sacha cohérent pour son âge

Ophé Lit : Moi aussi. Et comme tu le sais j’ai un fils du même âge. Il est évident qu’un enfant de cet âge ferait des fautes mais ces passages auraient-ils pu être un exact reflet des écrits d’un enfant de onze ans? Je ne le pense pas. Je pense que ça aurait perturbé certains lecteurs. Après c’est, je pense, difficile de faire l’unanimité sur ce point. En revanche je trouve le vocabulaire et le mode d’expression assez bien adapté.

Maud : Les discours ou pensées de Sacha sont simples et directs, factuels. Moi j’ai bien ressenti que c’était un enfant

Ophé Lit : Oui je te rejoins une fois encore.

Nous ne parlons que de choses positives. Y a-t-il des aspects négatifs que tu souhaites évoquer?

Maud : Je n’en ai pas eu… je l’avoue et toi ?

Ophé Lit : Moi oui mais qui n’est pas à attribuer à l’auteur. Autant le dessin sur la couverture est original, autant ce qu’en a fait la maison d’édition est assez moche. Je trouve ça dommage vu la qualité du roman.

Maud : Je l’ai trouvé à la fois intrigante et mystérieuse cette couverture

Ophé Lit : Le dessin oui, ou plutôt l’image en visuel. Par contre le reste non. je pense que les couvertures ont un rôle important. Elles attirent ou pas le lecteur. C’est essentiel qu’elles soient de qualité. mais comme tu le dis souvent Avisdemoiquinengagequemoi 

Maud : Je ne dis pas qu’elle est jolie mais qu’elle reflète la part de mystère, des traditions et croyances, présentes dans le livre

Ophé Lit : Ça oui nous sommes d’accord

Maud : Piqueuse de phrase, mille rires 

Globalement tu recommandes ?

Ophé Lit : Oui c’est un livre que je recommande et sans aucune hésitation! Un thriller original qui sort des sentiers battus, un style agréable. Tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment de lecture.

Oui je te pique tes phrases cultes ahahaha

Maud : Je pense pareil, je surveillerai les prochaines sorties de l’auteur !!!

Je vois ça je vais les déposer mes phrases cultes 

Avant de se quitter tu peux dire ce que tu lis ?

Ophé Lit : Moi de même! Et mon petit doigt me dit qu’on en entendra bientôt parler! 

Maud : Oui oui

Ophé Lit : Alors je viens de commencer Crow de Roy Braverman à paraître le 14 mars 2019 chez Hugo Thriller. Deuxième opus d’une trilogie dont le premier tome, Hunter est paru l’année dernière. Et toi?

Maud : Je viens de finir Par Deux Fois Tu mourras d’Eric Fouassier et je vais commencer Sois-toi même les autres sont déjà pris de David Zaoui 

Ophé Lit : Chouette! Un peu de bonne humeur dans tout ce noir Je te souhaite une belle lecture alors ma jumelle!

Maud : Merci, très bel après-midi à toi aussi !!!

Ophé Lit : Merci 

7 réflexions sur “La Parole du Chacal de Clarence Pitz

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s