Autopsie en huis clos : Arficices de Didier Fossey et Il y aura du sang sur la neige de Sébastien Lepetit

Aujourd’hui Didier Fossey (Artifices) et Sébastien Lepetit (Il y aura du sang sur la neige), deux potes , se prêtent au nouveau jeu des flingueuses … mieux qu’un huis clos, c’est deux Autopsie en huis clos croisées qu’on vous propose :
Dans un premier temps Sébastien va dire ce qu’il pense du dernier thriller de Didier puis on inverse les rôles !

Cette idée d’Autopsie en  huis clos est parti d’un commentaire de Didier Fossey qui a osé dire sur FB qu’il aimait les bouquins de Sébastien Lepetit… Bien lui en a pris car ce genre de propos peut être détourné par deux flingueuses et leur Cheffe au profit du Collectif ….

Il ne faut rien laisser passer de ses affinités dans notre monde de brutes !

Pris au mot nos auteurs ont joué le jeu.

Mais avant de démarrer nos » Autopsie en huis clos « notre porte flingue vous en dit un peu plus nos auteurs.

 

Didier Fossey est né le 11 décembre 1954. Son père est policier et lui inoculera le virus, car en plus d’écrire des polars, Didier Fossey fait partie de la grande maison.
De 1986 à 2000, il oeuvre au sein de la brigade anti-criminalité de nuit en groupe d’investigation, puis en 2001, il est affecté au groupe de recherches et d’investigations dans le 13e à Paris. Il y prend en charge le bureau de police administrative. Depuis quelques temps il jouit d’une retraite paisible qui nous l’espérons lui permettra de nous écrire plein de super polars.

Sébastien Lepetit est  né le 30 août 1969 à Loudéac. Auteur de romans à suspense, il aime mêler le mystère et l’Histoire, la personnalité des lieux et celle de ses personnages, pour conduire ses lecteurs dans un univers si proche d’eux qu’ils ne le voient pas toujours. Il recherche le calme des sentiers de montagne ou de forêt où il cueille les pensées et les sensations qui deviendront l’âme de ses romans. Ex administrateur territorial et directeur général adjoint en charge des solidarités au conseil départemental des Vosges il est  aujourd’hui  sous préfet de la Dordogne à Sarlat.


Allez, c’est parti  :

Les flingueuses et Sébastien parlent ensemble d’Artifice de Didier Fossey

Nom : Lepetit
Prénom : Sébastien
Profession : fonctionnaire d’Etat (cadre de la préfectorale) en activité
5 romans aussi et un héro récurrent
Le dernier Il y aura du sang sur la neige sorti le 10/12/2018

Miss Aline : Sébastien, une première impression générale : vous recommanderiez ce roman ?

MAR 00:11

Sébastien : J’ai adoré. Je lis les romans de Didier depuis que je le connais, donc depuis… pfiou… il était encore flic en activité. Et ce roman est fabuleux car il permet aux nouveaux lecteurs de rentrer dans une enquête comme Didier sait les écrire, avec plein de morceaux de vrai flic dedans. Et en même temps, le vieux lecteur que je suis retrouve comme dans un clin d’œil une vieille connaissance qui nous avait fait trembler dans un précédent roman.
Donc ma première impression est très très bonne. Que vous connaissiez ou non l’univers de Monsieur Didier Fossey, ce nouvel opus a tout pour vous plaire.

MAR 08:24

Dany : En ce qui me concerne c’était mon premier Fossey. J’ai aimé son rythme et le sujet. L’intrigue originale qui fait approcher un monde que l’on connait très mal … pas les flics mais les artificiers. Et toi Aline ?

Miss Aline : La même chose pour moi : découverte du monde artificier. Fort intéressant.

Dany : En plus la scène d’ouverture est particulière …

Miss Aline : La scène d’ouverture donne le ton.

Dany : En plus pour les méchants, périr par où ils ont fauté ça ravi la lectrice que je suis !
Sébastien et Aline, en quoi ce polar est « différent » pour vous ?
(Je ne suis pas mécontente de cette question parce que pour y répondre sans spoiler va falloir ramer !!!)

Miss Aline : Pour moi déjà par son univers artificier. Ensuite on connaît tout le monde dès le départ. Faut trouver les liens, les raisons qui peuvent les relier.

MER 00:08

Sébastien : Les polars de Didier Fossey sont différents par leur ton, l’immersion dans une équipe de policiers de tous les jours. Ce ne sont pas des héros, ni des super-flics, même si ce sont des flics supers. Ils sont humains, normaux, ils ont des soucis de tous les jours et leur quotidien est fait de routine et de stress.
Quant à ce roman, l’univers des artificiers nous permet de découvrir un monde inconnu et spectaculaire. Pour imaginer un tel mode opératoire, il faut être un peu tordu, n’avoir pas l’esprit très net. C’est ainsi que Didier réalise le tour de force de nous faire approcher de l’intérieur la folie meurtrière de ces personnages.
Avec Artifices, nous ne risquons pas le sentiment de déjà lu.

MER 06:39

Miss Aline : ce qui m’intrigue le plus c’est ce personnage dont on ne sait pas grand chose qui parle de son enfermement…

Sébastien : Ce personnage, Matthias, est justement celui qui offre au lecteur une double lecture. Il est intriguant si l’on découvre l’oeuvre de Didier avec Artifices ; il devient fascinant, presque vertigineux, quand on a lu ses autres romans.

Geneviève : 👍

 

Miss Aline : Artifices est ma découverte de Didier Fossey. 
Matthias a une forte influence sur autrui ainsi que sur lui-même. Ça en est dérangeant.

MER 09:41

Dany : Pour ma part, pour avoir lu Artifices à sa sortie j’avoue que ce qui me reste du roman c’est pas Matthias … je l’ai oublié ! mais plutôt le sentiment de culpabilité du lecteur. En effet on se dit souvent en parlant d’un personnage de fiction ; qu’aurais-je fait à sa place ? Ici c’est une culpabilité permanente que nous endossons car tous les jours on refuse de voir ce qui se passe à côté de chez nous … Et vous ?

MER 18:55

Miss Aline : Savoir et ne rien dire. Savoir et ne rien faire . Ce n’est malheureusement pas que de la fiction.

JEU 00:19

Sébastien : Sur cet aspect de l’histoire, c’est plutôt le passé caché remontant à la surface qui m’a marqué. J’ai toujours été fasciné par l’histoire, la grande et la petite, et les petites histoires dans la grande. L’idée que rien n’est définitivement enterré me plaît. Le passé revient toujours, inéluctablement, par un étrange concours de circonstances.

JEU 09:29

Dany : Si tu avais 3 adjectifs pour qualifier Artifices et ainsi donner envie de le lire, ça serait lesquels ?

JEU 21:47

Sébastien : Je dirais que ce roman est noir, effrayant, mais profondément humain.
Et j’ajouterais volontiers, remarquablement bien écrit, mais c’est un pléonasme que de dire cela d’un roman de Didier Fossey.

Dany : 👍

Dany : Merci Sébastien pour ces commentaires. Si Miss Aline n’a rien à ajouter, je pense qu’il va bientôt être temps de faire entrer l’auteur pour la confrontation …
du moins lui accorder un droit de réponse …
… Ils sont peut-être en train de regarder Kho Lanta …
Alors Didier, dès que tu es dispo, tu peux nous rejoindre … on a dit ce que l’on pensait de ton thriller, tu n’es peut-être pas d’accord … dis-nous tout !

Didier : Bonsoir, j’ai lu avec intérêt, au fil des jours, vos questions réponses.

Dany : et ???

Didier : Tout d’abord je tiens à vous remercier de l’intérêt que vous avez porté à Artifices .
J’essaie dans mes romans de faire en sorte que le lecteur se sente comme faisant partie de l’équipe.

Dany : Sébastien parle d’immersion, c’est tout à fait ça !
Il nous semblent tous familiers ces flics.

Didier : Oui cette réflexion de Sébastien m’a fait sourire et penser que j’avais réussi.
Je me suis inspiré pour les personnages de personnes rencontrées dans ma vie professionnelle.
Et même si on commence à lire du Fossey avec Artifices … on a envie de connaître leur histoire certes, mais cette découverte récente n’est pas handicapante.

Sébastien : C’est grâce à ça que les personnages sont si humains, si vrais !

Didier : Mes 4 romans peuvent effectivement se lire indépendamment. Il y a juste une évolution dans leur vie personnelle.
Salut Sébastien.

Sébastien : Salut Didier.

Didier : 👍

Sébastien : Ravi de te croiser grâce à nos deux bébés et à nos charmantes chroniqueuses.

Les flingueuses : 🤔😂😇

Didier : Moi également, je te remercie du temps consacré, je sais que le tien est précieux.

Sébastien : C’est un plaisir.

Didier : Très heureux de ton retour de lecture. Tes remarques et réflexions m’ont touché.

Sébastien : J’ai aimé Artifices, comme les précédents, et j’ai eu grand plaisir à retrouver le commandant Le Guen.
Et Mathias, même si le terme plaisir n’est peut-être pas le plus approprié.
À mon tour, je suis curieux de voir ton retour de lecteur, mais chut… Laissons à nos flingueuses le soin de mener cette partie-là de l’interrogatoire…

Didier : Il y a un moment que je voulais écrire un roman avec en toile de fonds les feux d’artifices. L’histoire de cette petite fille est arrivée à point nommé, car malheureusement c’est basé sur des faits réels. J’ai associé les deux et Mathias est revenu comme une évidence.
Oui laissons nos charmantes flingueurs, mener la danse.
Flingueuses pas flingueurs.

Sébastien : Je t’embrasse. À bientôt.

Didier : À bientôt Sébastien, passe une bonne soirée et prends garde à toi. Bises

 

Les flingueuses et Didier parle maintenant ensemble de Il y aura du sang sur la neige de Sébastien Lepetit

Nom : Fossey
Prénom : Didier
Profession : policier en retraite, « 18 ans en BAC de nuit dont 10 de trop »
5 romans à son actif dont un « embaumeur » et un héros récurrent.
Le dernier  Artifices  sorti le 18/06/2018

 

VEN 15:52

Dany : Bonjour les garçons … on vous avait laissé les clefs pour fermer hier en sortant. Merci d’avoir pris soin du matériel ! 
Alors Didier as-tu quelque chose à ajouter sur ce qui a été dit de ton roman ? Sinon on va faire sortir Sébastien quelques instants pour dire tout le mal que l’on pense de son petit dernier …

Didier : Bonjour, je n’ai rien à ajouter, selon la formule consacrée, je persiste et signe.

Dany : Donc on peut commencer par ton impression générale sur Il y aura du sang sur la neige de ton pote Sébastien  ! Alors ???

Didier : J’ai découvert Sébastien il y a quelques années déjà avec Merde à Vauban et l’Origine du Crime. C’est avec un grand plaisir que j’ai retrouvé le commissaire Morteau et le lieutenant Monceau. Cette fois ci Sébastien nous entraîne dans une enquête dans le milieu du sport et pas n’importe lequel, le ski de fond et la trans-jurassienne. Comme pour les précédents, les personnages sont haut en couleur, les paysages et atmosphères extrêmement bien décrites. L’intrigue est intéressante. Je l’ai lu en deux soirées, sans m’ennuyer un seul instant.

Dany : J’aime aussi l’épicurisme de Morteau, sa façon d’être et comme toi j’avais aimé Merde à Vauban (la faute à Léo si je l’ai lu celui-là). De plus comme je connais bien Lamoura l’hiver, tout comme notre Cheffe Geneviève d’ailleurs, j’ai retrouvé le cocon de ce microcosme. Les personnages secondaires sont bien à la hauteur de Morteau.

Didier : Oui Morteau l’épicurien, patient, réfléchi, associé à Monceau, fougueux et impétueux. J’aime beaucoup l’association des deux.

Dany : On découvre aussi la relation particulière qui l’unit à son père, bien fouillée et originale.

Didier : Oui je trouve dans cet opus que Sébastien s’est un peu plus penché sur la vie personnelle de Morteau. Ça donne un côté intimiste à ce roman.

Dany : avec une belle romance en bonus …

Didier : Ah oui, ça c’est super, Morteau amoureux, c’est chou.
J’aime bien les échanges qu’il a à ce sujet avec Flocon. Moment tendresse.

Sébastien : 😍 / Dany : 👍

VEN 19:29

👍Bonsoir
Pour ma part j’ai aimé ce roman.
Comme vous j’apprécie le personnage de Morteau.
En dehors de l’intrigue, on a des personnages à visage humain. On a envie de les rencontrer et de papoter avec eux.

SAM 10:31

Dany : Est-ce que vous pensez que le lieu est incontournable ? Que l’action ne pourrait pas se passer ailleurs ?

Sébastien : 👍

SAM 15:09

Didier : Le lieu n’est peut être pas incontournable mais il est bien choisi. Le ski de fond, la trans-jurassienne, une région méconnue sauf pour ses records de froid. Sébastien nous fait découvrir un endroit et un milieu méconnus.

Dany : Je trouve qu’il contribue à une ambiance, une certaine forme de « huis clos » en pleine nature, en étouffant les sons notamment … hors du temps et des bruits de la ville … à part quoi ! une autre dimension

Didier : Sébastien a une chouette plume pour décrire les atmosphères, on peut entendre la neige crisser sous les pas, on sent le froid qui pique, ce silence ouaté si particulier aux étendues enneigées.

Dany : Tout à fait et à part un trek dans la vallée de la mort je ne vois pas où l’on pourrait transposer ...

SAM 18:16

Didier : Monceau aurait moins froid.

Miss Aline : Que pensez-vous de l’intrigue en elle même ?
L’auriez vous construite différemment ?

Didier : L’intrigue appartient à Sébastien. Si j’avais eu l’idée de cette histoire j’aurais peut être fait la même chose ou différemment je ne sais pas. Telle qu’elle est construite je l’ai appréciée en tant que lecteur. J’ai assez vite deviné qui était le tueur et ses raisons mais ça n’a gêné en rien le reste de la lecture. J’étais intrigué de la façon dont Morteau et Monceau allaient la résoudre.

Miss Aline : Morteau me fait penser à Poirot : réfléchir, reconstituer le puzzle, étudier les personnalités..

Didier : C’est vrai qu’il y a des points communs.
Il fait marcher ses petites cellules grises.

Miss Aline : Et l’air de rien il avance dans son enquête. 
En plus de l’intrigue. On est entraîné par ce binômes d’enquêteurs. On veut en savoir plus sur eux.

Didier : Oui et ça marche bien, l’ancien patient, épicurien, un peu bougon, sage et le jeune cheval fou qu’il laisse partir au galop pour mieux le remettre au trot quand il faut. Ce binôme fonctionne parfaitement bien

Miss Aline : C’était mon premier roman de Sébastien. Je n’est pas été déçue. Bien au contraire. J’ai aimé l’intrigue et les personnages.

Didier : C’est mon troisième roman de Sébastien et c’était encore un vrai plaisir.

SAM 23:27

Dany : Les amis pour ce soir on arrête… une dernière petite confrontation demain et on se quittera au moins un petit moment. Bonne nuit. Merci de votre patience et de votre participation.

08:47

Dany : Bonjour les amis, comme prévu nous allons demander à Sébastien ce qu’il pense de nos ressentis …

Miss Aline : Bonjour à tous

Didier : Bonjour à tous, en direct de La Saussaye.

Dany : On est très fort à Collectif Polar … on a des envoyés spéciaux partout 😉

Miss Aline : Quelles nouvelles depuis Saussaye ?

Sébastien : Bonjour à tous. Je vous trouve très forts. Vous avez souligné de nombreux aspects de mes romans. Et j’avoue avoir rougi par moments en vous lisant.
Peut-être pourrais-je éclairer une des caractéristiques évoquées concernant les intrigues. Il y aura du sang sur la neige, comme ses grands frères Merde à Vauban et L’Origine du crime, est un whodunit (contraction de who have done it ?). Cela signifie que je m’engage à présenter tous les éléments de l’enquête au lecteur qui possède exactement les mêmes indices que le commissaire Morteau vers environ la moitié du livre. Dans un whodunit, l’auteur s’engage en quelque sorte à ne pas sortir de sa manche un élément caché à la dernière minute qui permet de comprendre toute l’intrigue. La lecture du roman est alors une course de vitesse où le lecteur tente de résoudre l’enquête avant le commissaire…
La grande spécialiste du genre, et peut-être son inventrice, était Agatha Christie, d’où peut-être la comparaison flatteuse que vous avez faite entre Morteau et Poirot.
Quant au style de narration, l’importance des lieux dans l’histoire ou encore la profondeur des personnages, même si je vénère l’immense Agatha dont j’ai lu plusieurs fois les 82 polars, je ressens une plus grande proximité avec le commissaire Laviolette de Pierre Magnan. Peut-être parce qu’il est très français, et très terrien, comme Bruno Morteau.

Dany : C’est très intéressant ce que tu nous dis là Sébastien. J’ignorais que « whodunit » était à ce point codifié, mais je sais qu’en tant que lectrice, j’apprécie particulièrement ces passages où il est fait « le résumé des chapitres précédents » et quand on ne nous présente pas un vilain petit canard inconnu auparavant pour boucler le dénouement …

Miss Aline : Je ne connaissais pas ce terme «  whodunit ».

11:24

Didier : Je ne connaissais pas ce terme non plus.
La Saussaye, temps couvert, 82 auteurs. Belle fréquentation.
Je me suis régalé avec Il y aura du sang sur la neige Sébastien, comme pour les deux premiers. La cerise sur le gâteau est le coup de cœur de Morteau. Très bon ça.

Dany : Bon du côté des flingueuses on peut dire qu’on adoube les deux thrillers n’est-ce pas Aline ?

Collectif Polar confirme que la neige peut faire bon ménage avec le feu (d’Artifice 😂😂)
Pour ma part j’ai bien envie de faire la connaissance des origines de Le Guenn pour l’un et du crime pour l’autre.
Merci à vous deux les auteurs, d’avoir joué le jeu et d’avoir accepté cette interview d’un autre type !


Miss Aline : Je suis tout à fait d’accord avec toi Danièle.

Didier : Merci à vous. Notre garde à vue est levée alors? 😂

Dany : On n’était pas en garde à vue … c’est une autre étape de votre martyre … une autre fois si tu en veux Didier !!!

Miss Aline : Merci à vous deux Sébastien et Didier pour cet échange.
Je ferais également plus ample connaissance avec vos autres titres.

Didier : C’était une audition libre alors. Merci à vous les flingueuses, merci Sébastien. Une bonne journée à vous tous.

Miss Aline : Au plaisir de vous rencontrer sur un salon ou autre. 
Merci à tous et bonne journée.

Dany : Merci Didier,  bonne dédicaces
Merci Sébastien,  bonne journée 
J’espère à bientôt !

 

Geneviève : Top tout ça messieurs dames.
Merci à nos deux auteurs.
Et parfait comme d’habitude    les super Flingueuses.

Miss Aline : Merci Genevieve 😊

Dany : Merci Cheffe

DIM 20:02

Sébastien : Merci à vous tous. L’échange fut fort agréable. C’est un peu comme un dessert ou comme Morteau devant une bouteille de vin jaune : on en reprendrait bien encore un peu.
Au plaisir. 😘

Geneviève : Attention on pourrait venir vous convoquer Messieurs.

😉

Mais pour l’heure fin de cette très belle autoptsie en Huit Clos.

Bravo encore à tous les 4.

 

Retrouvez les chronique jubilatoire de Danièle sur ses deux romans.

Ici Il y aura du sang sur la neige de Sébastien Lepetit

LA TRANSJURASSIENNE. Célèbre rendez-vous du ski de fond français. Tous les ans, plus de 3 500 skieurs se retrouvent sur les pistes du Haut-Jura pour braver le froid glacial, le vent et la fatigue, autour du même objectif : donner le meilleur de soi et franchir la ligne d’arrivée ! Le commissaire Morteau connaît bien cette compétition dont il suit chaque édition. Mais cette fois, l’événement lui réserve des surprises… Depuis quelque temps, l’organisation de la course reçoit des menaces de mort très sérieuses. Morteau, accompagné de son jeune collègue, Fabien Monceau, est appelé à se rendre sur place pour évaluer les risques. Mais lorsqu’un homme est retrouvé assassiné de plusieurs balles dans la tête en pleine montagne, la situation devient plus complexe que prévu. Jalousie personnelle, rivalité sportive ou jeu pervers ? Cette année, la neige pourrait bien prendre la couleur du sang…

Artifices de Didier Fossey

La nouvelle enquête du commandant Le Guenn au 36 quai des Orfèvres ! Avril 2013 – Hôpital psychiatrique de Cadillac.
Après trois années d’internement, un tueur en série est autorisé à quitter sa cellule, sous haute surveillance, pour des sorties régulières dans le parc…2 ans plus tard…Forêt de Rambouillet. Un corps est retrouvé ligoté à un arbre, sauvagement mutilé par des feux d’artifice. La violence du crime est sans précédent. L’enquête est confiée à Boris Le Guenn, commandant au 36 quai des Orfèvres. Une experte en explosifs vient l’épauler dans cette affaire. Tandis que d’autres meurtres se succèdent sur le même mode opératoire, un inconnu s’introduit au domicile du commandant Le Guenn et se met à le harceler par téléphone. Il semble en savoir long sur lui…Qui peut bien lui en vouloir ? Et si le passé de chacun était un premier indice… ?

5 réflexions sur “Autopsie en huis clos : Arficices de Didier Fossey et Il y aura du sang sur la neige de Sébastien Lepetit

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s