Meurtre sur Oléron de Line Dubief

Le livre : Meurtre sur Oléron de Line Dubief.  Paru le 2 mars 2017 aux Editions La Geste dans la Collection Le Geste noir..13.90€ ; (304 p.) ; 11 x 17.8 cm

4ème de couverture :

« Sur une petite plage de l’île d’Oléron, un jeune homme est retrouvé mort, à demi enseveli dans le sable. Raymond Eustache, commissaire de police de La Rochelle, est dépêché sur place.

Au rythme enivrant des effluves marins et des pineaux charentais, il arpente les marais salants sauvages et les vignobles de l’île. Au fil de ses rencontres, il s’imprègne de la vie insulaire. Alors que se profile la courte vie de la victime, les circonstances du meurtre se dessinent pour faire resurgir un passé implacable et douloureux. »

 

 

L’auteur :  Née en 1961 en région parisienne, alors qu’elle prépare son bac littéraire, Line Dubief choisit d’interrompre ses études pour voyager. De petits boulots en petits boulots, de contrées en continents, toujours passionnée de lecture, elle finit par s’installer en Franche-Comté. Elle y élève ses deux enfants et reprend le cours de sa formation.  Aujourd’hui, ingénieur d’études à l’université de Franche-Comté, elle partage sa vie entre son travail, ses enfants et petits-enfants, son ami, ses amis, son jardin et bien entendu les livres et, depuis plusieurs années, l’écriture. Meurtre sur Oléron, est son premier roman.

 

Extrait :
« Très vite arrivés sur la place de la Brée, ils descendent la route de la plage. Plusieurs véhicules de gendarmerie sont là. Le lieutenant Pierre Ravet arrête sa clio et en descend. Les techniciens prennent leur matériel dans le coffre et s’engagent vers la zone déjà protégée par un cordon de sécurité, suivis par le médecin légiste.
Le commissaire sort du véhicule et tranquillement s’imprègne des lieux. Il regarde le front de mer, les villas le long de la petite digue, les cyprès, la plage, le terrain de volley, le camion-bar…
Un homme tout en longueur mince, les cheveux coupés très courts, souriant s’avance au-devant d’eux. Ses bras pendent le long de son corps déjà voûté pour quelqu’un de son âge. Ses yeux plissés, comme pour éviter le soleil, entretiennent des rides prématurées qui s’étendent sur ses temps. Son teint légèrement buriné par une exposition régulière au soleil et au vent.
–        Je vous présente le gendarme Oscar Sonde, agent de police judiciaire. Il vous accompagnera sur cette affaire, annonce le lieutenant Pierre Ravet.
–        Enchanté Commissaire, répond le gendarme souriant.
–        Enchanté Gendarme, salue le commissaire en lui serrant la main. Emmenez-moi sur les lieux.
–        Suivez-moi. C’est vraiment macabre, prévient le gendarme.
–        Allons voir ça ! La scène a été photographiée ?
–        Oui, oui. Photographiée et filmée. La plage entière a été sécurisée et fermée à la population. Pour le reste, on vous a attendu. Nous n’avons touché à rien, répond le gendarme.
–        Parfait ! Beau travail Gendarme. »

 

Le petit billet de Fanny Louise :

Meurtre sur Oléron Line DUBIEF

Voilà une lecture qui m’a fait du bien. Un roman reposant, j’ai envie de dire. Reposant, car bien que l’intrigue soit rythmée et sans temps mort. Le style d’écriture appelle au calme. C’est écrit avec douceur, même dans la description du meurtre terrible dont l’histoire est ici racontée.

Car tout commence par un meurtre. Sordide. Dur et révoltant car il fauche un jeune homme promis à un bel avenir, au cœur de sa jeunesse. Un jeune homme sans histoire, sans ennemi connu et que tout le monde appréciait pour sa gentillesse, sa délicatesse et son professionnalisme dans tout ce qu’il entreprenait.

Pour dénouer cette affaire arrive sur l’île d’Oléron, un commissaire de La Rochelle, un brin taciturne, mais qui avec l’aide d’un gendarme local, va mener une enquête précise et appliquée pour trouver qui pouvait bien en vouloir à ce jeune homme sympathique au point de le tuer de manière aussi brutale.

L’auteur nous emmène sur différentes pistes, multiplie les suspects, les motivations du crime. Et finalement nous offre un dénouement surprenant et tragique.

Les personnages des enquêteurs sont attachants, complémentaires. Ils se taquinent sans cesse sur fond de rivalité Police Nationale/Gendarmerie, mais forment un duo parfait et efficace, où chacun trouve naturellement sa place dans une enquête où les pistes se multiplient au fil des pages. Ça fourmille de personnages secondaires aboutis et où chacun a son rôle à jouer. Rien n’est laissé au hasard.

Pour moi qui suis attachée à cette région et qui connait bien cette île, la lecture a été un plaisir continu, car Oléron est un personnage à part entière du roman. L’île y est dépeinte avec douceur et réalisme. On ressent très bien l’atmosphère insulaire dans les descriptions qui sont faites de ces lieux.

Quand je parlais de roman reposant, je parlais de cela : cette impression d’être hors du temps que l’on ressent lorsqu’on est sur une île. L’impression que tout va au ralenti. Pourtant le livre est rythmé, sans aucun temps mort. Chaque détail compte, chaque personnage a sa place dans l’intrigue.

Un livre parfait à lire en bord de mer pour se mettre dans l’ambiance du roman.

Je remercie les Editions Geste Noir pour ce très bon moment de lecture et cette jolie découverte d’une auteure que j’aurai plaisir à retrouver je l’espère.

17 réflexions sur “Meurtre sur Oléron de Line Dubief

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s