Le Sang d’Ossian d’Eric Bertrand

Le livre : Le Sang d’Ossian d’Eric Bertrand. Paru le 8 Novembre 2018 aux éditions Morvenn. 15€. (202 pages) ; 14 x 21 cm.

4ème de couverture :
Début de l’été. Série de meurtres dans des endroits reculés et sauvages des Highlands d’Ecosse. Flanqué de l’énigmatique « Dame de Dunvegan », l’inspecteur Mackintosh mène l’enquête…Tous ces crimes ont au moins quatre points communs : leur date (le jour du solstice), leur atroce mise en scène, la nationalité des victimes et leur relation à l’Histoire des Highlands … De la magique île de Skye aux rivages du Caithness et du Sutherland, et des montagnes de Glencoe aux rochers des îles Orcades, l’enquête tisse des liens étroits et entraîne le lecteur au fil d’un voyage saisissant au cours duquel la légende, l’Histoire et l’actualité se font écho.

L’auteur : Originaire de Metz (Lorraine), j’ai poursuivi mes études à Lyon, et j’ai passé un doctorat en Lettres et Civilisations (1993) avant de commencer une carrière dans l’enseignement.
Pendant mes années d’études, j’ai consacré une bonne partie de mon temps à voyager en train à travers l’Europe ; à l’occasion de ces voyages, j’ai accumulé des notes et des clichés (la photographie est l’une de mes passions !).
J’ai également effectué deux ans de stage dans les Highlands d’Écosse en qualité d’Assistant (Wick and Thurso High Schools, Caithness) et de Lecteur à l’Université d’Aberdeen. Cette dernière expérience m’a permis de collaborer avec un professeur de langue et culture gaélique.
La route, la poussière, le sable, mon premier livre (ALÉAS) fait le point sur ces années de voyages ; ce récit relate de façon romancée le tour des États-Unis réalisé, à la manière de Jack KEROUAC, en auto-stop.
J’enseigne en lycée tout en poursuivant mon travail d’écriture. Passionné de théâtre, toujours en collaboration avec un metteur en scène professionnel (depuis 2013 Camille Geoffroy, Compagnie « La Vie est ailleurs »), j’anime depuis de nombreuses années, un atelier de pratique théâtrale. Dans ce cadre, j’écris notamment des pièces inspirés d’auteurs moins scolaires, dont les thèmes touchent plus particulièrement les lycéens. Saint-Exupéry, Swift, Kérouac, Tennessee Williams, Orwell, Gainsbourg…
Parallèlement, ma réflexion littéraire et mon goût pour l’enseignement m’ont amené à publier chez ELLIPSES deux essais consacrés aux romans de Victor Hugo en exil.
J’ai également participé à un ouvrage collectif sur les personnages des romans hugoliens et rédigé des articles dans « les Cahiers pédagogiques ».
Dans le but de diversifier mon enseignement, j’ai suivi en 2005 une formation en FLE (Français Langue Etrangère) au CIREFE et à l’INSA de Rennes. Dans ce cadre, j’ai pu expérimenter auprès d’étudiants étrangers, un atelier de pratique théâtrale.
Après avoir enseigné dans divers établissements de Bretagne, j’enseigne à présent les Lettres Modernes dans un lycée de La Rochelle.

 

Extraits :
«Village de Helmasdale. Comment la jeune femme avait-elle trouvé la mort ? Qui était-elle ? Que faisait-elle au petit matin sur les falaises de Badbea ? Le corps disloqué n’avait pu être identifié, mais la mort remintait à l’aube.
La Police menait son enquête.
On avait vu l’inspecteur Mackintosh à Helmasdale.»

Les Lectures de Maud :

Une très belle promenade en Ecosse, le lecteur découvre des endroits merveilleux, des descriptions qui nous immerge de suite dans les lieux sublimes. L’ambiance est très bien décrite. Les légendes et histoires ancestrales embarquent le lecteur dans un autre temps, une autre vie. Les croyances et superstitions sont à l’honneur. Ces récits nous en apprennent beaucoup sur les lieux des scènes macabres à venir.

L’inspecteur Mackintosh va user de subterfuges afin de démêler ce sac de nœuds. Son histoire et son passé sont liés à ces lieux. Un personnage qui reste plutôt dans l’ombre et dans ses pensées. Que va-t-il se passer lorsqu’il va découvrir le pot aux roses ?

Une fin d’enquête que l’on devine, une conclusion évasive. Ce livre est plutôt à prendre comme un roman fantastique avec en toile de fond une polar, et non l’inverse.

Autant j’ai été happé par la partie récit des lieux, des mystères et l’Histoire des Highlands, je n’ai pas du tout convaincu par la partie enquête, mise en arrière-plan et qui ne tient qu’à un fil. Mais par contre j’ai été fasciné par le projet meurtrier en lui-même, de son plan, son recrutement, son déroulé, le timing…

Une plume efficace, fluide qui emporte le lecteur dans les profondeurs de l’Histoire, mettant en avant la culture et l’Histoire de l’Ecosse. Une lecture mitigée mais pour autant agréable, la découverte des Histoires de l’Ecosse, de leur passé Viking, m’a beaucoup plu.

Je remercie les éditions pour leur confiance

Version  lue : Numérique

Une réflexion sur “Le Sang d’Ossian d’Eric Bertrand

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s