Meurtres à Séville de Robert Wilson

Le livre : Meurtres à Séville de Robert Wilson. Traduit de l’américain par Viviane Mikhalkov. Paru le 10 novembre 2004 chez Robert Laffont dans la collection Best-Sellers, 23€50; (509 p.) ; 25 x 16 cm

Rééditer en poche chez Pocket le 12 octobre 2006. 9€40, (723 p.) ; 18 x 11 cm.

4e de couv :

Pour vaincre le tueur, l’inspecteur devra plonger en enfer. Un nouveau héros est né. Son nom : Javier Falcón

Dans les années 1960, à Tanger, Francisco Falcón a peint quatre nus à la sensualité étourdissante. Quand sa première femme, puis sa seconde, meurent, Falcón perd son génie.

À Séville, trente ans plus tard, deux personnes sont cruellement assassinées : ligotées devant la télévision, les paupières découpées, elles ont été contraintes de regarder un spectacle si terrible qu’elles en sont mortes. Qu’est-ce que le tueur leur a montré ? Quel est le lien entre les nus de Falcón et ces assassinats ?

L’inspecteur Javier, fils du peintre, est chargé de l’enquête. Il n’a qu’une seule piste : le Journal secret de son père. Peu à peu, les révélations diaboliques de Francisco Falcón éclairent les crimes sadiques de Séville. Mais Une autre personne a lu le Journal : le tueur. Et il est maintenant sur la piste de Javier

L’auteur : Né en 1957, Robert Wilson partage son temps entre l’Angleterre, l’Espagne et le Portugal. Robert Wilson est un écrivain, auteur de roman policier.
Pendant la Deuxième Guerre mondiale, son père était pilote de la Royal Air Force. Diplômé de l’Université d’Oxford, il a travaillé dans l’import-export en Afrique où il situe l’action de certains de ses romans noirs.
De retour en Europe, il amorce sa carrière littéraire avec la publication d’une série policière consacrée aux enquêtes de Bruce Medway, qui a pour cadre le Bénin, un héros qu’il abandonne en 1998. « Instruments of Darkness » (1995) est son premier thriller et le premier tome de la série.
Une deuxième série met en scène Javier Falcón dont les exploits se déroulent à Séville. « Meurtres à Séville » (The Blind Man of Seville), le premier tome, est publié en 2003.  » Les Damnés de Séville » (The Silent and the Damned, 2004), le deuxième tome, a obtenu le Gumshoe Awards – Best European Crime Novel 2006.
La série a été adaptée en 2012 par la télévision britannique sous le titre « Falcón », avec l’acteur néo-zélandais Marton Csokas dans le rôle-titre.
Robert Wilson a également signé des romans d’espionnage, notamment « La compagnie des ombres » (réédité sous le titre « La danse des espions ») (The Company of Strangers, 2001).
« Une mort à Lisbonne » (A Small Death in Lisbon, 1999) a obtenu le Gold Dagger Award en 1999, le plus fameux prix britannique couronnant un roman policier

 

Extrait :
 » Le stress se manifeste différemment selon les individus, Inspector Jefe, mais au fond, c’est la même chose. Lorsqu’il s’agit d’un stress léger, dû à un surcroît de travail conjugué à des petits problèmes domestiques, le corps émet souvent des signaux d’alarme. Les douleurs au genou ne sont pas rares. En cas de très grand stress, un mécanisme atavique identique déclenche chez l’individu une décharge d’adrénaline qui le pousse soit à attaquer, soit à fuir. On appelle ça : « la réaction de bagarre ou de fuite ». Nous ne vivons plus dans la forêt vierge, certes, mais notre jungle urbaine suscite parfois des réactions similaires. Un grand surmenage alors qu’on affronte dans sa vie personnelle une passe difficile, comme un deuil ou un divorce, peut occasionner une tension telle que l’afflux d’adrénaline ne s’arrête plus. Il y a alors élévation de la tension artérielle, perte de poids, manque d’appétit, accélération du processus cérébral, perte de sommeil. Le corps réagit comme si l’esprit était confronté à la peur. D’où la transpiration et un sentiment d’anxiété pouvant aller jusqu’à des attaques de panique, des trous de mémoire et un délire ruminant. Vous avez tous les symptômes d’un homme qui subit un grand stress, Inspector Jefe. »

 

Le post-it de Ge

En poste à Madrid depuis des années, l’inspecteur  Javier Falcon est muté à la criminelle à Séville. Se remettant mal de la rupture avec sa femme, Falcon frise la dépression nerveuse.

Falcon  maintenant, chef de la police criminel de Séville est confronté un crime atroce qui suscite chez lui un profond malaise .  L’affaire qu’il doit résoudre aujourd’hui va le mener au coeur de la folie. Paul Jiménez est retrouvé dans son appartement, ligoté, bâillonné, les paupières découpées. Un second assassinat de même nature ne lui laisse plus de doute sur son implication personnelle dans l’affaire .

Et les assassinats s’enchaînent… C’est dans le passé de son père peintre reconnu décédé depuis peu, qu’il va trouver la clé de ces meurtres .

L’enquête va l’entraîner de Séville à Tanger et le conduire à reconsidérer une histoire qui s’étend sur presque tout le 20e siècle.

L’évocation de périodes sombres , en particulier celle de la Seconde Guerre mondiale, est au cœur d’un roman qui ne néglige ni la psychologie des personnages, ni la restitution d’atmosphère très particulière , qu’il s’agisse de l’Andalousie plongé dans un climat d’hystérie ou de Tanger ville de toutes les corruption .

Un récit captivant

13 réflexions sur “Meurtres à Séville de Robert Wilson

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s