Le syndrome Noah de Michael Fenris

La double journée Fantastique

En cette fin mai, on se fait plaisir, on vous propose non pas une journée fantastique mais 2 avec 4 livres lus et chroniqués par 4 flingueuses différentes.

C’est cadeau, c’est rien que pour vous.

Aussi…

Pour bien débuter nos 48 heures fantastique, c’est notre porte flingue qui vous propose ce livre et quel livre !


 Le syndrome Noah  de Michael Fenris. Paru le 10 novembre 2016 aux éditions Prima. 19€95  ; (404 p.) ; 23 x 15 cm.

4e de couv : Le syndrome Noah

Seul survivant dans un monde abandonné, sauriez-vous construire l’avenir au milieu du chaos ?

Rien ne prédestinait Noah Gibson, un simple New Yorkais issu de la middle class. à ce qui l’attend. Ce soir-là, alors qu’il farfouille dans sa cave, un sifflement suraigu enfle soudain et une onde de chaleur incandescente le traverse. Quand il reprend connaissance, les gens ont disparu. Dans les rues désertes ne restent que de petits tas de vêtements sur le sol.
Noah est seul au monde !

 

 

sl7zlxvkL’auteur : Michael Fendis, médecin de jour et écrivain la nuit, vit en région parisienne. Passionné de littérature américaine, l’auteur de Feuilles signe ici son deuxième roman.

 

 

 

 

Le post-it de Ge

Le syndrome Noah de Michael Fenris bandeau

Le syndrome Noah de Michael Fenris

Un roman mystérieux qui revisite brillamment le thème du Déluge.

Un seul survivant dans un monde abandonné…

Noah Gibson est un citoyen américain anonyme issu de la middle class. Heureux avec Suzanne qui partage sa vie, il mène une existence tranquille, dans une maison des quartiers populaires de New York, entre son métier de banquier et les petits dîners entre amis. Ce soir-là, Suzanne a décidé de faire un barbecue et Noah descend en maugréant dans la cave pour le chercher. Alors qu’il farfouille dans la pénombre, un sifflement suraigu enfle soudain et une onde de chaleur incandescente le traverse.
Quand Noah reprend connaissance, tout le monde a disparu. Là où se trouvaient les passants ne restent que leurs vêtements, tombés au sol en petits tas. Les voitures sont embouties moteur allumé, les télés continuent de brailler, mais il n’y a plus personne. Noah est seul au monde !
Paniqué, il refuse d’y croire et se barricade chez lui en attendant les secours. Pourtant il va falloir qu’il s’organise s’il veut survivre. Curieusement, les hommes se sont volatilisés mais des animaux sont encore vivants. Noah aurait-il un nom prédestiné ? Pourquoi lui et pas un autre ? Un monde tout nouveau l’attend…

Punaise un monde comme je le rêve, où l’homme serait rayé de la terre. Ce postulat de départ à tout pour me séduire, oh oui !

Michael Fenris m’avais déjà bluffée avec son autre roman Feuilles, j’avoue que là, il a fait encore plus fort. J’aime les récits post-apocalyptique et on sent bien que notre auteur lui aussi est fan de ce genre de fiction. Tiens cela me fait penser qu’il faudra à l’occasion d’une rencontre que je demande à l’auteur si ce bouquin n’est pas un hommage au genre. On pense ici au chef d’oeuvre du genre de Richard Matheson  Je suis une légende. Un homme seul survivant d’une catastrophe….

Aussi ici l’auteur va démonter comment cet homme seul va chercher à s’en sortir dans ce monde finalement devenu hostile. Comment il va essayer de ne pas sombrer, comment il lui faudra surmonter la solitude, comment il essaie simplement de continuer à espérer malgré ses erreurs. Car personne n’est préparer à vivre un tel bouleversement. Non personne.

Et puis, une fois que tout est en place, une fois que la routine devient trop réelle, notre héros finira par rechercher d’autres survivants. Et oui l’homme est un animal grégaire. Ne pouvant vivre seul. Et c’est là que notre auteur intervient. Et c’est là que l’histoire bascule.

Du roman d’aventure, nous passant à une fable mystique, une autre aventure mais intérieure celle-ci ou mythologie, philosophie et religion se mêle à l’histoire originelle.

Une nouvelle expérience inconnue.

Un tour de force.

C’est brillant, c’est intelligent, c’est surprenant.

Un twist inattendu qui donne une autre dimension à ce récit post-apocalyptique.

Un livre et un auteur à découvrir de toute urgence.

 

29 réflexions sur “Le syndrome Noah de Michael Fenris

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s