Le prince bâtard – Prélude  à L’assassin royal, Robin Hobb

La double journée Fantastique

En cette fin mai, on se fait plaisir, on vous propose non pas une journée fantastique mais 2 avec 4 livres lus et chroniqués par 4 flingueuses différentes.

C’est cadeau, c’est rien que pour vous.

Mais voilà c’est déjà la fin.

aussi nous clôturons nos 48 heures fantastique avec ce titre que nous propose Miss Aline


Le livre : La citadelle des ombres, Le prince bâtard : prélude à L’assassin royal de Robin Hobb . Traduit de l’anglais par Arnaud Mousnier-Lompré.Paru le 6 novembre 2013 chez Pygmalion dans la collection Fantasy. 15€90 ;  (149 p.) ; 22 x 15 cm
Réédité en poche le 7 janvier 2015 aux Editions J’ai lu Fantasy. 6,10 €  ; (152 p.) ; 18 x 12 cm

4ème de couverture :

Une lointaine légende raconte que le prince Pie, doué de Vif, fut destitué de son trône par une conjuration de nobles soucieux de préserver l’intégralité de la lignée de Loinvoyant. Derrière le mythe, cependant, se cache une vérité beaucoup plus complexe : fils bâtard de Prudence de Castelcerf, affublé de la robe pie du cheval de son père, élevé par une roturière, le prince vit son accession au pouvoir marquée par un écheveau d’intrigues politiques à l’origine des polémiques sur le Vif, qui changèrent à jamais le visage du royaume des Six-Duchés.

L’auteur : Robin Hobb, ou Megan Lindholm, de son vrai nom Margaret Astrid Lindholm Ogden, née le 5 mars 1952 à Berkeley en Californie. C’est à l’âge de dix ans que Margaret Astrid Lindholm Odgen quitte sa Californie natale pour s’installer avec sa famille en Alaska, expérience qui, plus que toute autre, fera d’elle un écrivain. S’illustrant d’abord sous le nom de Megan Lindholm dès 1971 avec la tétralogie de Ki et Vandien, l’incontournable Dernier magicien, Le peuple des rennes ou encore La nuit du prédateur (écrit en collaboration avec Steven Brust), elle adopte en 1992 le pseudonyme de Robin Hobb pour s’embarquer dans une aventure épique de grande envergure : les cycles de L’assassin royal et des Aventuriers de la mer, qui feront d’elle l’un des auteurs de fantasy les plus lus au monde. Elle vit aujourd’hui dans les environs de Seattle, où elle s’est lancée dans de nouvelles sagas d’une ambition rare : Le soldat chamane , Le Fou et l’Assassin ou encore la Cité des anciens
Au fil de nombreux livres, Robin Hobb a forgé un univers unique qui l’a imposée comme une figure incontournable de la fantasy mondiale. Dans ce court roman, elle lève le voile sur un chapitre essentiel de la constitution des Six-Duchés, longtemps avant la naissance de Fitz.

 

Extrait :
« Je vais donc reproduire ce texte en deux exemplaires reliés, comme il l’a fait pour sa chanson, dont je ferai deux paquets ; l’un ira dans une cachette connue de moi seule, l’autre là où, selon Cardinal, il demeurera sans doute dissimulé pendant des années : la bibliothèque de Castelcerf. Ainsi, la vérité restera celée des jours, des semaines, voire des décennies, mais elle finira par sortir. 

 

  La journée fantastique de Miss Aline :

Que peut nous révéler Robin Hobb dans ce prélude à L’assassin royal ? Peut-elle encore nous surprendre ?

Je découvre le journal de Félicité, servante de la Princesse Prudence Loinvoyant appelé à monter sur le trône des Six-Duchés. Félicité ne veut dire que la vérité. Commence alors le récit de vie du château de Castelcerf où il faut se battre pour une « bonne » place, celle qui assurera toit et pitance. Ce n’est que stratégie, complot, haine sous jacente.

Le vif, la magie des bêtes, est très présente dans ce court roman. On comprendra pourquoi dans les récits de L’assassin royal, ce don est caché, perçu comme une tare.

Quel prénom mal choisi, prudente, la reine servante ne l’a pas été. Forte tête, le sort va  s’acharner sur elle. Pas le temps de régner, elle s’éteint en laissant un fils. Le jeune prince Pie est élevé par Félicité. La vie n’est pas simple pour le prince bâtard. Va-t-il porter la couronne des Six-Duchés ? Sera-t-il un bon roi ?

Il y a longtemps que je  ne m’étais plongé dans la lignée de Loinvoyant. Dans ce prélude, Robin Hobb me replonge immédiatement dans cet univers fantasy. Son écriture est fluide, les personnages sont forts, marquants. Comme toujours l’auteur a su capter mon attention. Je suis surprise de cette fin mais pouvait-il y en avoir une autre ? Probablement pas. Cette lecture m’a donné envie de me replonger dans L’assassin royal et suivre la vie de Fitz Chevalerie, le bâtard du roi. En plus d’y chercher qui est vraiment Le Fou (mon personnage préféré), je serai attentive à toutes références concernant le Prince Pie. Les parchemins ont-ils été découverts par Fitz ?

Bonne lecture.

5 réflexions sur “Le prince bâtard – Prélude  à L’assassin royal, Robin Hobb

    • Marie-Christine c’est même plus que pas mal. On entre dans un monde à part.
      il est question de liguée, de filiation, de recherche d’identité, d’intrigue, de complot, de guerre intestine. on y parle également d’honneur, de parole donnée, de loyauté.
      Au regard du nombre de volume, on peut avoir peur mais Robin Hobb te happe dans ses mots, ses images, ses personnages mystérieux et attachant. Pour connaitre leur destin, tu dévores les pages, les chapitres, les volumes…
      Bonne lecture au pays de la fantaisy.

      Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s