Autopsie en huis clos : Sinestra d’Armelle Carbonel

Autopsie en huis clos

Sinestra d’Armelle Carbonel

Au collectif Polar, on vous a initié à la double (voire triple) chronique.

Poussons le bouchon un peu plus loin…

Et si on chroniquait avec un auteur un livre d’un autre auteur ?

Une fois n’est pas coutume : Geneviève valide le projet.

Il nous faut un binôme de flingueuses ( Dany et Miss Aline)  et un auteur.

Pour cette quatrième édition d’Autopsie en huis clos

c’est Sabine Bolzan qui a répondu présente.

Après une discussion on est tous d’accord pour…. une autopsie en huis clos autour de

Sinestra d’Armelle Carbonel


Le livre : Sinestra d’Armelle Carbonel – Paru le 08 novembre 2018 aux éditions Ring dans la collection Ring Noir . 19.95 € ; ( 390 pages) ; 14x 22 cm

4ème de couverture :

Suisse 1942.

Le Val Sinestra, refuse isolé au cœur de la vallée des Grisons entouré de monumentales montagnes, accueille un convoi de réfugiés fuyant les horreurs de la guerre. Des mères brisées au bras de leur progéniture, des orphelins meurtris et atteints de désordres psychiques. Mais là où ils croyaient avoir trouvé la paix, les résidents vont réaliser que le Mal a franchi la frontière avec eux.

Surnommée la ‘nécromancière’, Armelle Carbonel est avec son style viscéral et son extrême maîtrise du suspense en huis clos, l’une des voix les plus captivantes du thriller contemporain. Récompensée à onze reprises, experte en manipulation et rebondissements, la nouvelle référence française du thriller psychologique entraîne le lecteur au coeur d’une véritable symphonie paranoïaque, dont l’intensité suscite une angoisse quasi inédite dans le monde du thriller.

L’auteur : Armelle Carbonel est une jeune auteure née en 1975 à Paris. C’est dès l’âge de huit ans qu’elle commence par écrire des poèmes, puis viendra roman fantastique et pièce de théâtre. Le thriller va suivre rapidement, exutoire de ses propres démons et blessures d’enfance. La Nécromancière était née…

 

 

Extraits :
« Il lui arrivait parfois d’entendre les cloisons craquer. Il observait alors la pression qu’exerçaient les murs pour se rapprocher. On les aurait crus sur le point de resserrer dans le but de compacter sa carcasse de gringalet entre quatre planches minuscules qui l’empêchaient de respirer »
« Chacune d’elles tentait indépendamment de donner un sens à l’inconcevable. Aucune d’elle ne quitterait cet enfer pour un autre. Pas sans mettre un nom sur le changement qui s’opérait à l’intérieur, dans la tristesse et la douleur. Personne pour leur expliquer la mue de l’enfance à la conscience adulte, cette membrane fragile rongée par l’acidité de la vie »
« Un centre expérimental conçu en plein chaos, un sous-sol rempli de bocaux exposés en guise de trophées. Des membres sciés, des cranes chauves désolidarisés de leurs corps minuscules. Des répliques macabres recouvertes par des poussières d’années. »



LUN 08:29


Miss Aline : Bonjour Mesdames.

Dany : Bonjour Sabine Bolzan. Bonjour Aline Gorczak.  
Bonjour Cheffe

Miss Aline et Ge👍


Ge : Bonjour mesdames


Dany : Sabine, je suis heureuse que tu aies accepté notre petit jeu… Tout ce qui figurera sur cette discussion sera retranscrit sur le blog.
Sabine,  tu m’as avoué récemment avoir été particulièrement touchée par le dernier roman de Armelle Carbonel, Sinestra … D’abord et globalement, pourquoi ?

Geneviève : 👍

Sabine : Bonjour à toutes
Je suis ravie de vous parler de Sinestra
J’ai été touchée par ce roman parce qu’Armelle A créé un univers bouleversant, dramatique, cupide.
Elle montre la cruauté et la bêtise des hommes, leur désir de possession et de devenir « le maître de l’univers ». D’avilir.  De déshonorer, de rabaisser.

Geneviève : 😍

Sabine : J’ai eu le bonheur de rencontrer Armelle pour la première fois au salon de Blaye en décembre 2018.
Puis pour la deuxième fois au salon des psychopathes ce mois ci.
C’est une personne tellement lumineuse et en complet décalage avec ce qu’elle écrit.
Son écriture, tout du moins dans Sinestra car je n’ai pas lu d’autres romans de l’auteure, est si sombre.

Dany : Que dire du lieu, l’ambiance induite par cette maison ? Penses-tu que l’action aurait pu se dérouler ailleurs ?

Sabine : Oui bien sûr que l’action aurait pu se produire n’importe où.
D’ailleurs je pense que ce qu’Armelle décrit a dû se produire dans une multitude d’endroits.
Mais Sinestra comme son nom l’indique est…SINISTRE.
Cette maison contribue au sentiment de malaise et de claustrophobie.

Dany : Est-ce que l’on peut dire que le lieu est un personnage du roman ?

Miss Aline : le lieu est « élevé » au rang de personnage dans ce roman. que pensez-vous de cette personnification ?

Dany : Il est même à certain moment narrateur …

Miss Aline : complètement.

Sabine : c’est un des points forts du roman.
Le lieu est à la fois destructeur et protecteur.

Dany : … mais encore …

Sabine : il vit et ressent ce qu’il passe autour de lui.
On dit que les maisons ont une âme…Val Sinestra le confirme.

Miss Aline : est-elle « mauvaise » par nature ou a-t-elle été pervertie par ses occupants ?

Sabine : parfois je me suis même demandé si ce n’était le Val Sinestra qui manipulait tout le monde et rendait fou. Un peu comme dans Psychose.
Tu vois Aline, j’étais plus ou moins en train de répondre à ta question, avant même que tu la pose, c’est amusant. Un peu des deux je dirai…

Miss Aline👍

Miss Aline : un lieu est le reflet de ses habitants. même si Val Sinestra est lugubre, ses occupants le sont encore plus. Ils ne sont pas pervertis par le lieu, ils sont arrivés avec leurs mauvaises intentions.

Sabine : L’âme d’une maison provient de ses habitants, ils lui donnent à la fois le bon et le mauvais d’eux-mêmes. Je me souviens lors d’un chantier déco (dans une vie lointaine quand j’étais décoratrice) avoir visiter un château pour y décorer des futures chambres.

Dany : et …

Sabine : J’étais avec une spécialiste en Feng Shui. Il y avait plusieurs étages dans cette demeure. Arrivée en haut de l’escalier, j’en ai aperçu un autre en bois. Je demande à la personne qui m’accompagne de venir avec moi. Elle me dit « où? ». Je lui réponds « eh bien à l’étage suivant ». « Quel étage? ».
En fait, elle ne voyait pas les escaliers supplémentaires. L’accès lui fut interdit. J’ai été la seule à pouvoir monter et ce que j’ai ressenti là haut m’angoisse encore dans mes rêves.

Miss Aline : c’est étrange pour ne pas dire effrayant.

Sabine : Puis lorsque nous avons regardé les photos il y avait comme des visages pâles, des âmes errantes nous a -t-on dit.
Donc oui, le lieu a une existence en lui-même mais en effet ce sont les personnes qui l’habitent qui lui donne son âme. En effet, les habitants de Val Sinestra ont fini par le pervertir. Mais…N’est-ce pas Val Sinestra qui leur a permis de donner libre cours à leurs actes horribles?

Dany : Et l’époque dans laquelle se déroule l’action … est-elle essentielle ?

Sabine : oui bien sûr. C’est une époque de tortures mais je pense que l’action aurait pu se dérouler à n’importe quel moment de notre histoire. L’homme est à la fois l’être le plus bienveillant qui soit que le pire des criminels.

Miss Aline : la noirceur a encore de (très) beaux jours devant elle.

Sabine : et à cette époque (mais je suis certaine qu’aujourd’hui continue de se passer la même chose) sous prétexte de faire des recherches sur le cerveau humain on pratiquait des actes de barbarie sur les hommes

Dany : et nos auteurs polardeux et psychopathes, des sources d’inspiration pour longtemps ...

Miss Aline : Dans Sinestra il est question de tortures physiques et psychologique. Pensez-vous que l’une puisse aller sans l’autre ?

Sabine : comme je répète souvent quand on me demande comment une personne comme moi a pu écrire l’Empreinte de la Chair, regardez les actus! Je n’invente rien…L’homme offre sur un plateau d’argent l’inspiration à l’auteur

Geneviève : 👍

Miss Aline : Je suis totalement d’accord Sabine.

Sabine : 👍

Dany : Dans Sinestra, la place des « mères » est tout à fait …atypique. Est-ce que tu y a été sensible ?

Miss Aline : 👍

Sabine : cela m’a bouleversée…Pour moi, une mère doit protéger les enfants. Pas juste ses enfants. Les enfants…Mais peut-on les blâmer quand on connait leur passé, les tortures subies ? Elles fuyaient l’horreur de la guerre, pensant trouver un abri, un refuge, la paix…Elles ont affronté le diable à l’état humain. Elles on été encore plus brisées

Dany : C’est tout de même assez rare, même dans la littérature noire, de voir de tels extrêmes … une artiste notre Armelle !

Sabine : tout à fait. Il fallait oser. Les tortures sur enfants, les viols, les violences, cette ambiance tortueuse à souhait, cette lutte pour la survie même si elle doit provoquer la mort des autres. L’être humain rendu à l’état d’animal, à l’état sauvage. A ses plus basiques instincts.

Dany : Le diable, l’état animal, l’état sauvage … tout un programme et pas que …

Sabine : non en effet. Mais pas que…parfois, j’ai eu l’impression qu’il n’y avait plus aucune humanité dans les êtres humains et parfois qu’il y en avait tant. Armelle joue avec nos nerfs et notre capacité à affronter l’horreur.

Miss Aline : l’homme n’est pas que corrompu par la société il a aussi un fond méchant par nature.

Sabine : Je dois avouer que j’ai parfois reposé le livre afin de pouvoir respirer profondément. Certaines scènes sont insoutenables. Et c’est là que réside tout le talent d’Armelle. Car, même si c’est insoutenable, on y revient quand même.
C’est un vrai débat. Est-ce que l’homme né corrompu ou est-il corrompu?
Armelle joue sur les deux tableaux. Certains sont nés mauvais d’autres le sont devenus pour survire

Miss Aline : la nature humaine est effectivement un vaste débat

LUN 17:31

Dany : Coucou Sabine  …
Que peut-on dire du rythme de cette « aventure » ?

Miss Aline : Pour moi il est plutôt lent . Dans le sens où l’auteure pose bien l’atmosphère oppressante du lieu et le mal caché des personnages.

Sabine : je n’aurais pas dit mieux qu’Aline. En effet, le rythme est lent et c’est ce qui permet de faire monter l’angoisse.

Dany : C’est assez rare pour un thriller… d’ailleurs horreur ou thriller ?

Sabine : Je pense que c’est un thriller. Il répond bien aux codes. Un peu dans le genre du Nom de la Rose d’Umberto Ecco. Il nous tient en haleine et fait monter pas à pas l’angoisse et la peur

Miss Aline : Beaucoup d’événement sont laissés à l’imagination du lecteur. L’auteur pose les prémices d’un acte, suggère. Le lecteur par son imaginaire fait le reste. Il créait ses propres angoisses . 
Quel personnage a le plus retenu ton attention ?

Sabine : Il y en a tant! Mais je pense surtout à Colette. On a envie de savoir qui elle est vraiment, qui est derrière cette main meurtrière. On a aussi envie de la rassurer parce que ce n’est qu’une enfant. Elle est vraiment l’archétype de l’enfant maltraité. Mais ce n’est que mon avis 😉

Dany : Je suis assez d’accord avec toi. Très mature pour son âge
La gente masculine n’est pas très épargnée par Armelle…

Miss Aline : Celui qui m’intrigue le plus c’est le petit vieux .

Dany : Sabine on va en rester là pour aujourd’hui… demain tu es empêchée … je te dis à mercredi
Bonne nuit les filles

Sabine : Oups pardon je préparais le repas
Oui à mercredi 
Bises à toutes 
Et belle soirée

Miss Aline : Bonne soirée à toutes et à mercredi.


MER 13:49

 

Dany : Coucou les filles ! On est mercredi ...

Miss Aline : Bonjour à toutes…

Geneviève : Hello les Flingueuses, coucou Sabine

Dany : Les flingueuses et leur Cheffe … l’auteure est en dédicace cet après-midi, elle revient en salle d’autopsie demain matin …
On remet Sinestra au frigo …

Geneviève : 👍

JEU 11:45

 

Sabine : Hello les flingueuses, dispo cet aprem à partir de 14H30 jusqu’à 16h puis de 17h à 18H

Dany : Bien reçu Doc Sabine
Si Aline peut cet après-midi OK . Je suis dispo à partir de 17h30 
Tu peux commencer à répondre à la question sur les personnages qu’on avait laissée en suspens. 
Bonne journée à toutes à ce soir !

Miss Aline : Je serais là.


JEU 15:11


Sabine : je pense qu je dois rebondir sur la réflexion d’Aline concernant le petit vieux…

Sabine : En effet, ce personnage est intrigant. Et l’est-il dans les deux sens du terme? On se pose nombre de questions à son sujet, se demandant sans cesse de quel côté il est. On doute souvent, beaucoup même. C’est un personnage magistral

Miss Aline : oui je me suis souvent demandée de quel côté il était et ce qu’il faisait réellement là. Il est à la fois partout et nulle part.

Sabine : Parfois on a l’impression qu’il agit de concert avec le Val Sinestra. D’ailleurs, le Val Sinestra est aussi ambigu. On n’arrive à vraiment à savoir s’il cherche à protéger ses habitants ou à les retenir prisonniers

Miss Aline : ou aussi, l’ambivalence fait que l’on ne peut pas les détester réellement, complètement.

Sabine : non, parce qu’on ne parvient pas à les cerner. Et je pense que le lecteur n’a pas non plus envie qu’ils soient complètement bons ou mauvais. L’ambiguïté de ces deux personnages contribue à l’ambiance de huis-clos

Miss Aline : je suis d’accord .
Parmi les enfants qui retient ton attention ?

Sabine : Colette forcément comme je l’ai dit plus haut. J’aime aussi ce personnage à cause de la terreur qu’elle déclenche. Parce qu’en fait on sent bien que derrière cette main, il y a un secret

Miss Aline : moi elle me dérange cet enfant. Hormis sa main, elle est étrange. plus que les autres.

Sabine : oui parce qu’elle traine un lourd secret. Elle est mystérieuse en fait. Mais c’est vrai qu’elle est flippante. C’est pour ça qu’elle retient mon attention.

Miss Aline : trouves-tu que ces enfants malgré la situation… gardent l’espoir en demain et en l’adulte ?

Sabine : non absolument pas. Ils régissent tous par instinct de survie.
Suis désolée mais je dois aller chercher ma fille à l’école. On reprend plus tard?

Miss Aline : Danièle  sera là après 17,30 h… à toute à l’heure.

Dany : Alors Sabine  et Aline, je suis tout à fait d’accord avec votre approche des personnages qui sont nombreux mais qu’on ne confond pas. Nous avons toutes les trois été touchées par cette aventure suisse.

Pour finir Sabine, pourrais-tu dire aux lectrices et lecteurs, quelles sont à ton sens les trois raisons principales de lire Sinestra ?

 

JEU 18:16

Sabine : D’abord pour Armelle, ensuite pour Armelle et pour finir pour Armelle. Toute blague mise à part, d’abord parce que ce roman s’inscrit dans une réalité effrayante. Une vérité, je ne sais pas même si j’ai de fortes présomptions que des événements de la sorte ont pu avoir lieu. Ensuite, parce que c’est un huis-clos remarquablement orchestré. Et pour finir, parce que ce roman extrêmement noir est 100% français et qu’il y a de quoi en être fier

Geneviève : 😍

Miss Aline : trois bonnes raisons en effet. Veux tu ajouter quelque chose avant de conclure ce huis clos sur Sinestra ?

Sabine : je n’avais encore rien lu d’Armelle Carbonel. Pour un premier essai, l’essai est concluant. Je suis séduite par sa plume et l’univers noir qu’elle dépeint avec brio. A lire absolument

Miss Aline : Merci beaucoup pour cette échange Sabine. Merci pour le temps que tu nous a consacré.
Au plaisir d’une  rencontre sur un salon.

Geneviève : Je peux rajouter quelque-chose ?

Miss Aline : bien sûr … je t’en prie Geneviève.

Geneviève : Et bien pour prolonger la dernière remarque de Sabine, je dirai que chaque livre d’Armelle est différent, si sur la couverture il n’y avait pas écrit son nom, je pense que je ne devinerais pas l’auteur de ces textes. 😉

Sabine : Tout à fait d’accord Geneviève

Miss Aline : tout est dit mesdames ?
Bonne soirée à chacune et encore merci à Sabine.

Sabine : C’était un vrai bonheur. Merci les flingueuses
On remet ça quand vous voulez
Bises

Geneviève : Merci à vous trois Mesdames  pour ces beaux échanges. 
Beau travail les flingueuses et chapeau à notre auteur pour tout ce qu’elle nous a donné. 
Je suis certaine que nos lecteurs et nos lectrices vont être ravis par ce ressenti de lecture.

Miss Aline : merci Geneviève

Sabine : Mais quand vous voulez pour recommencer 🤗❤

Geneviève : 😍

Dany : Merci mes dames complices de la prolifération des polars … bises à vous et à bientôt !

Geneviève : Oui à bientôt puisque l’on retrouve Armelle Carbonel à Saint Maur en Poche les 15 et 16 juin prochains

9 réflexions sur “Autopsie en huis clos : Sinestra d’Armelle Carbonel

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s