Polar entre deux mers, le retour de Dany

Polar entre deux mers,

le retour de Dany

Le samedi 11 mai 2019 – Acte III de l’ère des psychopathes

 

J’y étais et j’ai eu la joie de croiser pour la première fois dans la vraie vie ma consœur Eppy

et mon ami Nick Gardel avec qui j’échange depuis … bien longtemps ! On a pu parler de son petit dernier Laisse tomber – petit manuel de survie en milieu grabataire … tout un programme. Il nous balade dans cette « aventure alsacienne » et son héros n’est pas sans rappeler le « pauvre » Martin de ses débuts (cf. le cercle d’agréables compagnies) victime des coups du sort incongrus autant qu’improbables. 212 pages, je l’ai dit, de rigolades … mais où va-t-il chercher tout ça ! 212 pages truffées de surprises comme on aimerait en lire d’avantage dans ce monde de brutes, car en fin de compte, c’est bougrement bien écrit, même si au fond le sujet est grave !
Trop court Monsieur Gardel, même si certains personnages ne sont pas en état de servir une deuxième fois, on en redemande !

 

Une équipe de bénévoles autour d’un trio d’enfer s’affaire de bon matin pour accueillir au mieux les auteurs et leurs lecteurs, car Fargues-Saint-Hilaire est devenu le centre du monde pour 8 h d’affilée.

La librairie Lacoste de Mont-de-Marsan assure le déploiement de tonnes de papier…

———————————– lien avec le site de la librairie ——————

Mes premières fois :

Chris Loseus que j’ai découvert avec Le voyage de Madison un récit de road trip dérangeant … à la fois trop simple et trop complexe pour ne rien cacher de cette évidence pleine de surprises et de perversité, de la vérité. Mais quelle vérité ?

Ses projets … les parapluies noirs pour 2020, une intrigue qui se situera à Los Angeles, ce qui a permis à son auteur d’aller faire des repérages in situ récemment … ma foi il y a pire comme repérages. Il avoue avoir besoin de deux ingrédients pour commencer à écrire : un sujet de fond et une scène d’introduction

A ses côtés Fédéric Coudron avec qui je me suis trouvé plein de points communs et de connaissances ch’tis communes. Il m’a fortement conseillé son dernier La suerte de Matar avec ses deux héros Ortega et Ramon … Marie-Noelle au secours !!!!

Sandrine Destombes, nous t’avons gardé au collectif plusieurs jours, assignée à résidence, une formidable expérience d’échange sans rétention, suivi par ma lecture du Prieuré de Crest. Un simple contrôle routier et la vie d’une communauté matriarcale bascule … haletant. On en reparle très vite sur le blog du collectif, avec ton pote Nick qui va balancer !!

De l’autre côté un OVNI, Salvatore Minni, vous savez c’est lui qui fait flipper avec Claustrations : un véritable cauchemar à tiroirs où un twist peut en cacher un autre, ponctué par des annonces de programmes télé à références Hitchcockiennes. Ce Belge, descendant d’Italiens est toujours prêt à faire blagues et grimaces. Il sort en octobre un nouveau roman noir : Anamnèse.

 

Une première rencontre passionnante avec Sébastien Vidal … trois romans au compteur et … j’ai commencé par la fin Akowapa,  sans trop de dommage cependant pour la compréhension.  Un très bon moment de lecture qui donne envie de revenir à la source de cette trilogie …

Petit détour par une régionale de l’étape Simone Gélin, experte en manipulation. Elle a l’exigence de la précision et de la documentation. Elle nous avait fait revivre Bordeaux en 1968 avec une chronique qui évoquait également la vie des migrants à Calais. Son actualité c’est une réédition chez Cairn de son roman Le truc vert. Bien ancrée en Gironde comme vous le voyez !

Un fidèle psychopathe, Nicolas Feuz, l’un des deux Suisses de la journée, nous annonce une sortie pour le 22 août prochain L’ombre du renard qui se passe en Corse du Nord, du côté de Saint Florent – il avait commis Les bouches qui se passait à Bonifacio –

Quand j’ai demandé à Stanislas Petrowski si son dernier Ils étaient vingt et cent avait à voir avec Ravensbrück mon amour, il m’a assuré que non, même si « on ne change pas le fond historique, tout à été écrit pour ce nouveau roman qui devrait faire pleurer » et non pas de rire comme c’est le cas avec sa série des Réquiem.

 

Danielle Thiery, j’ai beaucoup aimé ton regard critique et finement documenté sur la BRI, histoire d’une unité d’élite, largement illustré par des faits qui ont rempli notre actualité pendant de longues périodes (Mesrine, le gang des potiches, …). Dans cet ouvrage tu « classifies » les différents types de crimes que la BRI et ses consœurs GIGN et RAID sont amenés à combattre pour notre sécurité.
Et son petit nouveau me direz-vous ? Un titre ambigu et un sujet délicat… Comme dans ses précédents romans, l’approche documentaire des investigations policières m’a ravie. Le ton est juste, sans emphase. Un roman bien ancré dans le présent 2.0.
Elle va nous consacrer du temps très prochainement sur le blog du collectif …

Mais c’est Michael Mention … celui qui change de style et d’univers à chaque roman. Après Power, mon coup de cœur 2018,  un récit hyper documenté, une immersion au cœur de la contestation de cette société qui aurait pu réaliser le rêve de fraternité mais qui a mené notre humanité mesquine à ce qu’elle est malheureusement encore aujourd’hui, c’est une aventure sidérante qu’il nous propose avec son Manhattan Chaos,  un moment inoubliable de lecture déroutante bourré de citations musicales et très visuel à la fois … c’est quoi la prochaine claque qu’il nous réserve ? Power sortira en format de poche en septembre, tandis que le bébé 2019 est directement édité en format de poche !

Jean-Luc Bizien, le plus Corse des bretons d’origine asiatique … notre dernier prévenu en Garde à Vue, nous promet 3 nouveautés sous réserve de trouver l’éditeur qui acceptera de l’accompagner pour nous offrir la lecture d’une suite de son cru 2018 Les veilleurs, un retour au jeu de rôles et … un polar actuel se passant en France. J’attends avec impatience, j’avais tellement aimé Crotales paru en 2018, quatrième volet de la vie de l’agent très spécial Coréen, laissé presque mort à la fin du berceau des ténèbres, à la hauteur de ce qui ne devait être qu’une trilogie, pour notre plus grand plaisir de lecteur.

Notre hyperactif Samuel Delage est heureux, Arcanes Médicis, beau succès de librairie,  est en cours d’adaptation pour la TV (service public). Chut pour le reste rien à en tirer, il est soumis à la confidentialité totale mais il confesse tout de même sa part active à l’écriture des scénarios.

Et notre rouquin, il fait quoi depuis qu’il est sorti de sa brume ? Du tourisme dans le désert et … un crochet à Fargues. Nicolas Lebel nous livre un secret de son écriture : il s’est inspiré de la tragédie grecque pour nous faire rire ! Oui le procédé d’introduction des sonneries de téléphone et des questions pour un champion est l’artifice bien nommé « deus ex machina » que wikipédia nous dit « destiné à provoquer opportunément une « happy end » sans aucune cohérence avec le récit. »

C’était ma minute culturelle …

Questionné sur la santé de Mehrlicht, l’auteur nous dit, gentiment et avec les formes, qu’il faudra lire le prochain épisode pour être fixé sur son sort !

Trois habitués maintenant, je sais que je n’arriverai pas à leur extirper de scoops … j’aurais au moins essayé …

Jacques Saussey … «  est-ce qu’ils vont adopter tes héros Daniel et Lise ?  – Attends donc octobre pour la publication de la suite de la saga ! »  Pour le moment il sort un Nestor Burma dans la toute nouvelle collection de French Pulp … pour le titre, toute ressemblance avec la profession du monsieur n’est peut-être pas fortuite …  RDV est pris pour le 23 mai donc ! Autre actualité pour les cinéphiles Principes mortels bientôt sur nos écrans.

René Manzor, toujours aussi mystérieux promet après son inoubliable Apocryphe, un thriller contemporain Il est encore dans sa période TV et va bientôt commencer son écriture annuelle …

Même exercice d’arrachage de scoops auprès de Niko Tackian … pas mieux, j’ai réussi à extorquer 4 mots clé : Tomar, canicule, Paris, piscine municipale … avec ça va falloir attendre janvier 2020 ! On n’aura donc moins froid que dans son Avalanche Hôtel qui marche plutôt bien avec une adaptation en série TV prochainement … pas réussi à lui faire cracher le casting ! Je ne pourrais pas tenter à Gradignan car il ne sera pas à Lire en Poche …

Tout à côté, un monstre d’humanisme, Henri Loevenbruck. On comprend qu’il ait attendu deux ans et demi avant de publier J’irai tuer pour vous, tant il est difficile de sortir de Nous rêvions tous de Liberté … pour le lecteur c’est une évidence, mais pour l’auteur, un vrai défi. Il était attendu et il a réussi à nous donner un récit rythmé et réaliste, précis et haletant, au style efficace, un témoignage, qui sera sans conteste un de mes coups de cœur 2019 … et que faut-il attendre pour la suite ? Une série dans le style polar révolutionnaire avec un premier tome en … octobre 2019. Merci beaucoup pour ces aventures par procuration Monsieur Loevenbruck.

Enfin le parrain de l’association des psychopathes, Marin Ledun après avoir publié cette année une nouvelle Aucune bête, vient de sortir La vie en Rose, suite de l’inoubliable Salut à toi ô mon frère où l’auteur en 2018, avait négocié un virage réussi dans un style humoristique et jubilatoire.

Les psychos avaient organisé plusieurs tables rondes, dont les vidéos seront mises en ligne par les organisatrices. Cependant j’ai glané quelques réflexions en assistant à celle consacrée à l’humour dans le polar.

Siégeaient dans le box des accusés Cicéron Angledroit, Nick Gardel  (notre nervi et collaborateur occasionnel du Collectif Polar) et Stanislas Petrowski. Leurs maîtres sont San Antonio, Audiard, René Fallet, Robert Lamoureux et Pierre Desproges. Ils apprécient Gaspard Proust et tout particulièrement Blanche Gardin qui ose avec subtilité ce que ses homologues masculins n’osent pas !

Cicéron avoue ne jamais avoir de plan et développer ses intrigues au fil de l’écriture, Nick part du titre et Stanislas d’un sujet de société duquel on a en principe pas le droit de rire.

Ce moment de détente a été bien sur émaillé de citations jubilatoires à souhait, un bien bon moment dans ce monde de brutes.

3 files d’attente impressionnantes ……….

Normal ils viennent de publier leurs tout derniers romans il y a quelques jours :

Surface d’Olivier Norek, une analogie entre un village submergé et un physique ravagé qui gardent leurs secrets et se protègent, avec toujours autant d’humanité et en éliminant néanmoins au passage ses potes Lebel, Favan et Saussey.

Vindicta de Cédric Sire, qui persiste dans le thriller et tant mieux.

Et juste le temps de faire une bise à sa compagne Seve et un salut (de loin) à Ghislain Gilberti qui vient de commettre le tome 2 de sa trilogie des Ombres : les anges de Babylone

Savourez donc les amis, vous méritez votre succès … je vous verrez une autre fois, je vous laisse à vos lectrices … et lecteurs (en moins grand nombre néanmoins)

Des filles au sourire d’ange, capables de vous dépecer au canif ………
Sandrine Roy qui quitte Lynwood Miller, Sabine Bolzan toute à son tome 1 de la trilogie Corinne Martel, ton premier bébé en format poche est juste sublime pour le texte et l’objet … tu m’as promis une actualité de rentrée plus que riche … et Céline Denjean avec sa Double amnésie, Dominique Faget je n’oublie pas tes Sanglots de pierre et j’attends de partie fouiller les sites libyens à tes côtés …

 

Des garçons pleins de mystères …

Nicolas Beuglet dont Le cri résonne encore dans ma tête, Gilles Caillot dont L’apparence de la chair m’avait fait grosse impression et Raphael Grangier que je dois découvrir absolument

Enfin mention particulière pour Mattias Köping, que j’ai torturé avec mon binôme Aline, au nom du Collectif Polar et qui m’a réservé tout de même un bon accueil et, alors que je lui prenais Les démoniaques s’est inquiété de ma capacité à endurer cette lecture … Merci beaucoup Mattias de prendre soin des personnes âgées  …

Pour certaines et certains que ne n’ai pas eu le temps d’approcher, mon petit doigt me dit que Eppy a dû les voir … à suivre avec elle donc !

Et sans oublier quelques blogueuses en vrai ………..

A l’année prochaine

Merci Nathalie Glévarec pour les photos que je t’ai piquées, ainsi qu’aux autres à qui je n’ai pas demandé l’autorisation …….. Christelle, Valérie et les autres …
Fargues 2019 c’est fini … les coupables ont été arrêtées !

3 réflexions sur “Polar entre deux mers, le retour de Dany

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s