Ces dames de Noir, Rebecca Greenberg, correctrice littéraire était avec Miss Aline et Mamie Danièle

Ces dames de Noir, Rebecca Greenberg,

correctrice littéraire

était avec Miss Aline et Mamie Danièle.

Miss Aline : Bonjour Rebecca, bonjour Danièle.

Rebecca Greenberg :Bonjour !

Miss Aline : on va donc ici disséquer la profession de Rebecca, qui a gentiment accepté de se prêter aux jeux des questions-réponses.
Danièle ne va pas tarder à nous rejoindre.

Rebecca : Oui oui pas de souci

Miss Aline : Rebecca peux te présenter en quelques mots ?

Rebecca : Comme je le dis toujours, je suis avant tout une mère au foyer, maman de famille nombreuse. 🙂  Mais je suis également auteure d’un premier roman (d’abord autoédité sur Amazon, puis publié chez City Editions), et correctrice littéraire pour les auteurs indépendants.
Je corrige les manuscrits avant leur publication.

 

Miss Aline : Comment en es-tu venu à exercer cette profession de correctrice, bêta lectrice ?

Dany : bonjour mesdames, quelques soucis de réseau … je suis repassée sur le cable Ethernet …. Vive le progrès et la fibre !

Miss Aline : bonjour Danièle.

Rebecca : Par passion. 🙂 En auto-éditant mon premier roman, j’ai découvert la grande famille des auteurs indépendants (notamment édités sur Amazon).
Bonjour Daniele, ravie de faire votre connaissance

Dany : moi de même !

Rebecca : J’ai donc découvert les auteurs indés… et je me suis rendue compte qu’il y avait aussi de nombreuses perles littéraires…
Ayant sympathisé via Facebook avec de nombreux auteurs, j’ai eu envie de lire leurs livres
Et c’est tout naturellement que certains m’ont proposé d’être leur bêta-lectrice
Ou bien… que j’en ai supplié certains de m’accepter comme telle… 😉. Je découvrais des merveilles!!!

Miss Aline :comment as-tu justifié de cette demande de bêta : bagage littéraire ou autre ?

Rebecca : C’est la passion de la littérature qui me motive avant tout et le fait de pouvoir entretenir une sorte de relation « privilégiée » avec les auteurs

Miss Aline : peux tu décortiquer pour nous ce travail à partir du moment ou tu reçois le tapuscrit.?

Rebecca : Une bêta-lectrice est là pour donner son ressenti, dire si le récit fonctionne ou pas, s’il y a des choses à changer…
Je sais que certaines se contentent de lire et de donner un avis global… Mais en ce qui me concerne, je ne sais pas faire les choses à moitié… Donc, je signalais les coquilles, je dénichais les incohérences ou les invraisemblances…
Je suggérais parfois de développer un certain point pour une meilleure compréhension ou bien de raccourcir des passages trop longs qui alourdissaient le texte
J’avais un peu peur, parfois, que l’auteur le prenne mal… Mais au contraire! J’ai été surprise de voir que l’auteur est vraiment heureux et volontiers ouvert à des changements positifs – visant à améliorer son texte

Miss Aline : concrètement comment tu travailles : tu lis une première fois, tu prends des notes (questions etc)…?

Rebecca : J’y viens… 🙂
C’est donc comme cela que j’ai commencé. En tant que bêta.

Mais au fond, je faisais déjà le travail d’une correctrice éditoriale (sans le savoir)!
De fil en aiguille, les auteurs se sont passé le mot. Ce métier marche beaucoup de bouche à oreille.
Alors voilà comment ça marche, concrètement :
Je reçois le manuscrit par mail, un document WORD.
Puis je le corrige en mode « SUIVI DE MODIFICATION », ce qui signifie que toutes les corrections restent apparentes sur le texte, afin que l’auteur puisse voir exactement en quoi je suis intervenue.
Je mets aussi des commentaires dans la marge.
Ensuite, je renvoie le document annoté à l’auteur qui va tout relire et valider (ou non) les corrections. Il pourra alors ajouter des éléments ou répondre à mes questions.

 

Dany : Il y a plusieurs registres sur lesquels vous intervenez et tous ne requièrent pas les mêmes technicités ?

Rebecca : Oui, peut-être, je ne sais pas. C’est comme cela que je travaille.
Je bosse aussi bien sur le fond que sur la forme.
C’est une vraie collaboration avec l’auteur, et c’est cela qui me plait.
Je n’ai fait aucune formation littéraire.

Dany : Est-ce que ça se fait par étape par exemple d’abord l’orthographe, puis la cohérence … par type d’approche ?

Rebecca : Non, perso, je fais tout en même temps, au fur et à mesure de ma lecture

Dany : il ne faut rien oublier !

Rebecca : 👍

Miss Aline : tout ce travail se fait sur combien de temps ? Tu relis plusieurs fois ?

Rebecca : Je lis une phrase, je corrige l’orthographe et je vois si la phrase fonctionne.
Il ne faut rien oublier, mais je marche au feeling… Si la phrase coule, c’est tout bon. Sinon, je change pour un mot plus adapté ou bien je suggère une autre formulation plus logique (à mon sens…)

 

Dany : Est-ce que vous retranscrivez le plan d’ensemble avec les interactions entre les personnages ?

Rebecca : Qu’entendez-vous par là ?

Dany : WORD c’est ce qui est visible avec ses commentaires mais avez-vous des outils synoptiques pour ne rien oublier à la fin des chapitres, des étapes du roman ?

Rebecca : Oui. A la fin de la correction, j’utilise le logiciel ANTIDOTE pour être sûre de ne rien oublier.
On n’est pas des robots, et même avec toute la meilleure attention du monde, certaines choses nous échappent. Mon roman, par exemple, a été relu par 3 correctrices pro et il y avait encore des coquilles…

Dany : Il vous arrive de toucher aux personnages ?

Rebecca : Oui. Il m’arrive de changer une réaction, par exemple.
Je ne touche pas vraiment au personnage lui-même… au contraire, j’essaye de rester le plus fidèle possible à ce que l’auteur a voulu en faire.
Je signale justement quand une réaction ne semble pas correspondre à son caractère ou sa personnalité, ou bien lorsque la réaction n’est pas crédible
ou non réaliste

Dany : C’est donc une véritable collaboration avec l’auteur … ils acceptent facilement qu’on touche à leurs bébés ?

Rebecca : 😍

Rebecca : Oui, c’est une vraie collaboration. Une relation de confiance

Oui, je n’ai jamais eu de problème avec les auteurs, car ils sentent que je le fais POUR EUX, pour leur bébé.
Mon but n’est pas de m’approprier le texte, mais uniquement de le sublimer
Les auteurs le sentent. Il faut savoir lire entre les lignes, saisir l’intention de l’auteur à travers son texte
Souvent, l’auteur me dit : « Ah! c’est exactement ça que je voulais dire…! »

Miss Aline : un roman en bêta demande combien d’heures de travail ?

Rebecca : Ah ça… le temps…
Une lecture bêta ne demande pas du tout le même temps de travail qu’une correction.
En bêta, on lit sans analyser chaque phrase.
On relève juste les choses qui nous font tiquer, ou les coquilles qui sautent aux yeux.
Et on donne un avis global, en donnant éventuellement quelques conseils de développement ou de révision. Mais ça s’arrête là.

Dany : c’est une lecture appliquée …

Rebecca : En correction, par contre… Il faut se placer devant son écran (parfois, les yeux trinquent) et vérifier chaque phrase et chaque mot.
Il ne faut surtout pas se laisser « porter » par le récit.
C’est le plus dur!

Dany : 👍

Rebecca : Rester tout le temps concentré pour ne rien laisser passer.
Perso, je ne compte pas les heures…😅
Bon disons que je corrige 40 000 à 50 000 mots en une semaine.
Je me fais rémunérer au nombre de mots du manuscrit reçu, c’est plus simple pour tout le monde.

Il faut donc compter 3 semaines pour un livre d’environ 300 pages (une fois imprimé)
Heu… 😅

Dany : Est-ce qu’il faut nécessairement connaître le sujet, le champ d’investigation de l’auteur, pour faire une bonne correctrice ?

Rebecca : Non. J’ai corrigé de tout, des policiers, des SF, des fantastiques, des thrillers. Parfois, je découvrais complètement un sujet.
Au contraire, le texte doit se suffire à lui-même, être clair pour n’importe quel lecteur, accessible à tout le monde.
Si ça ne l’est pas, je le signale pour que l’auteur éclaircisse son propos.
Le but est justement de rendre la lecture la plus fluide et la plus agréable possible.

Dany : C’est sans doute plus difficile de « corriger » une série avec un héro récurrent … il faut connaître son passé pour vérifier la cohérence ?

Rebecca : Ah oui, pour cela, c’est possible en effet.
S’il s’agit d’une série ou d’un tome 2 ou plus, je demande à l’auteur s’il est nécessaire d’avoir lu les précédents.
Parfois, en effet, c’est mieux. 
Et parfois, l’auteur préfère que je découvre pour voir si justement ça fonctionnera pour n’importe quel lecteur

Dany : Donc ça demande de votre part une documentation supplémentaire de même que pour les romans historiques je suppose

Rebecca : Non, aucune documentation
Par contre, si j’ai un doute sur un point, je consulte automatiquement internet durant ma correction
Par exemple, j’ai corrigé un roman policier qui parlait de l’urbex…
Je ne connaissais pas du tout
Je suis allée voir ça sur le net
Il s’agit de l’exploration des lieux abandonnés (châteaux et autres)
C’est une activité « illicite », car les explorateurs entrent sur des zones privées, mais c’est « toléré » car ils ne touchent à rien

Miss Aline : merci pour l’info 😉

Rebecca : 👍

Rebecca : Ils prennent juste des photos et publient leurs clichés sur les réseaux
pratique de plus en plus visible sur FB
Oui, et je trouve cela passionnant

—————-Dany : Aline il faut lire Sylvain Forge————-
—————-
Miss Aline : c’est noté Danièle ——————–

Rebecca : C’est une forme d’art, car le photographe essaye au mieux de retranscrire les émotions que suscitent ces lieux abandonnés. Cela m’émeut..de vrais artistes !
Ancien château, hôpital psychiatrique, etc… autant de lieux qui ont des « vies » à raconter.
Bref

Miss Aline : est-il déjà arrivé que tu refuses des manuscrits ?

Rebecca : Au début non. Mais je m’en suis mordu les doigts…
Enfin si. J’ai toujours dit que je refusais les livres érotiques … pas ma came du tout…
Et puis les romances, bon, c’est pas mon genre préféré non plus
Je préviens à l’avance

Dany : Vous vous êtes spécialisée dans un genre ?

Rebecca : Non. Je lis de tout. Mais j’ai une préférence pour les romans fantastiques et les thrillers.

Mais j’aime découvrir les policiers, SF et autres.
Juste pour finir de répondre à votre question… Oui, maintenant je peux refuser un manuscrit… Soit parce que le genre ne me plait pas, soit parce que j’ai peur de la qualité du texte. C’est dur à dire, mais chez les indés, il y a du bon… et du moins bon.
Je ne veux pas devoir réécrire tout le roman.
Ce n’est pas mon rôle.
Et je ne peux pas laisser un texte mal écrit.
Donc, j’ai pris l’habitude de travailler avec les auteurs que je connais, ou bien ceux ayant déjà publié et dont je peux me faire un avis du style.
Pour les autres, je leur dis simplement que je suis déjà prise pour cette période… car je n’aime pas faire de la peine
Ceci dit, j’ai VRAIMENT un planning overbooké… lol.

Et je refuse des manuscrits faute de temps. Dans ce cas, je redirige l’auteur vers une autre correctrice de confiance

Dany : Vous arrive-t-il de lire pour le plaisir, en achetant un bouquin pour vous toute seule sous la couette sans ordi … ?

Rebecca : Oh ouiiiiiii!!!!!!! Je ne peux pas m’en passer.
C’est une drogue! lol.

Et je peux lire en mode « détente » totale.
Il me faut toujours un bouquin en cours 🙂

Dany : En vous laissant porter par l’histoire et non le style ?

Miss Aline : le dernier roman lu sous la couette ?

Rebecca : PERDITION d’Alexis Arend. En plein dedans
Avant, c’était le dernier de Luca Tahtieazym (mon mentor dans le monde de l’auto édition)

Miss Aline : une suggestion d’un auteur a découvrir ?

Rebecca : Il y en a tellement!!!!!
Luca, bien sûr
Eric Costa, Alexis Arend

Miss Aline : Eric Costa lu … j’ai adoré. j’attends la suite.

Rebecca : 😍

Rebecca : Brian Merrant, Matthieu Biasotto (auteur de ma sublime couverture!)
Je suis en pleine correction de The Prison Experiment, tome 2
Un bonheur ! 🙂

Miss Aline : arrête tout de suite de ma narguer ! lol. je l’attends  avec impatience

Rebecca : 😆

Rebecca : Ah oui: Tristan Marco! Découvert récemment. Un incroyable talent!
J’ai adoré: L’étrange cohérence du sablier
Excellent premier roman

Dany : Biassoto … je confirme

Rebecca : 👍

 

Miss Aline : heureusement que j’ai dis « UNE suggestion ». lol

Rebecca : lol. Impossible de se limiter.  Il y a tellement de bons auteurs qui méritent d’être lus!!

Miss Aline : Sans entrer dans les détails, peux tu nous dire sil l’on peut vivre de ce métier ?

Rebecca : Eh bien… si l’on ne fait que ça de la journée, oui, peut-être.
Mais pas en pratiquant les mêmes prix que moi… mdr.
Je sais que beaucoup prennent plus cher.
C’est moi qui suis en dessous de la norme, je pense.

Miss Aline : tu travailles pour des indépendants. Pourquoi pas pour une ME ?

NDLR : ME = Maisons d’Editions

Rebecca : Parce que je n’ai pas besoin de cela pour vivre…
Mon mari gagne l’essentiel du budget familial. Si je devais en vivre, je serais obligée de monter mes prix. Il faudrait pouvoir corriger deux livres par mois minimum.
C’est à dire bosser quasi non stop.
Et avec la pression des dates.
Moi, je ne prends qu’un livre par mois, et j’ai déjà la pression… lol

Miss Aline : la qualité à la quantité ?

Rebecca : J’ai choisi de travailler avec les indépendants pour plusieurs raisons :
– D’abord pour le contact perso avec l’auteur, la fameuse collaboration
– Et ensuite, parce qu’en ME, on est sous-payés (encore pire que ce que je fais!)
– Et puis, il faut être pistonnée
Non, ça ne m’intéresse pas. Je préfère bosser directement avec les auteurs sur leurs projets

Miss Aline : je comprends

Rebecca : Oui, je préfère la qualité à la quantité. C’est clair
Et puis je le fais aussi par « solidarité »… Pour montrer qu’on peut aussi publier des livres de qualité en auto édition.
En ME, le même travail est fait. Un manuscrit passe toujours par des corrections de ce genre.

Miss Aline : y-a-t-il quelque chose que tu veuilles dire sur le métier de correctrice-bêta qui te tienne à cœur et que nous n’avons pas évoqué ici ?

Rebecca : Mmmm, non je crois qu’on a dit le principal. Il faut que ce soit une vraie passion. Sinon, ce n’est pas la peine…

Miss Aline : Je pense que nous avons fait le tour de la question. nous allons te remercier du temps que tu nous a consacré.

Rebecca : Bah, c’est moi qui vous remercie!!

Miss Aline : tu peux nous mettre quelques liens vers ton site, blog etc et quelques photos pour illustrer notre itw ?

Dany : Merci beaucoup

Rebecca : Ok, avec plaisir
C’est gentil

Miss Aline : Plaisir partagé Rebecca.

Rebecca : Si d’autres questions vous viennent, n’hésitez pas

Miss Aline : Avec plaisir

Dany : Belle découverte d’une activité méconnue quand on a le produit fini entre les mains…

Rebecca : 😍

Rebecca : Comme je te l’ai dit, Aline, je pourrais en parler pendant des heures… lol

Ah, j’ai oublié de te dire aussi… Je fais les mises en page des manuscrits que je corrige
Je fournis aux auteurs deux fichiers prêts à télécharger sur Amazon, un pour le livre numérique et un pour la version papier
Les deux mises en page sont différentes

J’habite à l’étranger!!!!!

C’est aussi ça l’avantage de ce métier, tu peux travailler de n’importe où!
oui et tu me donnes des idées !

Miss Aline : c’est juste l’idée de pouvoir exercer son job partout où tu es Danièle ?

Rebecca : 😍

Rebecca : Mais toutes les correctrices ne le font pas, ce n’est pas une obligation… juste un « plus »

Miss Aline : 👍

Rebecca : Là encore, parce que je ne sais pas faire les choses à moitié lol
J’aime aller jusqu’au bout d’un projet
Souvent, j’accompagne aussi l’auteur dans la publication de son ouvrage, surtout en cas de premier roman

Miss Aline : on sent bien que tu es habitée par ton job et c’est tout à ton honneur.

Rebecca : 😍

Rebecca : Je suis passée par là, je sais ce que c’est…
Quand j’ai débarqué dans l’auto édition, Luca et Matthieu m’ont BEAUCOUP aidée. Ils m’ont tout appris
Alors je le fais à mon tour pour d’autres
Je trouve cela normal

Miss Aline : je comprends parfaitement ta façon de voir et de faire les choses.

Rebecca : 😍

Rebecca : C’est une chaîne d’amitié 🙂
C’est ça la belle famille des indés 🙂
Je ne pense pas que l’on trouve cela en maison d’édition. Il y a parfois de la concurrence… Je n’ai jamais ressenti cela chez les indés
En plus, étant aussi éditée en ME, je peux comparer les deux systèmes…

Bref, on en parlera si jamais tu veux faire une autre interview sur le sujet… 😉
Hâte de lire ton article!!!

Miss Aline : je note ce prochain sujet d’article.

Rebecca : 👍


 Miss Aline  Peux -tu nous donner les liens pour te trouver ?

Rebecca : 👍Ici le lien facebook vers mon profil :

Mon blog Là 

et enfin le Lien FB vers ma page « Correctrice »
Voilà voilà..🙂

Aline : Merci pour cet entretien

Rebecca  : Bonne soirée!!! Et merci à vous deux!

Dany : Merci et belle soirée mesdames. Cheffe tu peux conclure

 

Geneviève : Merci Mesdames les flingueuses de nous faire découvrir ce métier à travers le témoignage de Rebecca Greenberg. J’ai appris énormément de chose grâce à vous 3.

8 réflexions sur “Ces dames de Noir, Rebecca Greenberg, correctrice littéraire était avec Miss Aline et Mamie Danièle

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s