Seul en la demeure de Patricia Bertin

Le livre : Seul en la demeure, Patricia Bertin.  Paru le 10 mai 2019 aux Editions Lucien Souny,  dans la Collection Plumes noires.  7,50 € ; 279 pages ; 11 x 18 cm

4ème de couverture :

Assassinés en plein jour dans une imposante demeure à Sceaux…Cette affaire d’adultère fait grand bruit, d’autant qu’il s’agit d’Alice Dubourg, fille et épouse d’avocats fiscalistes de grand renom, et de François Villon, inspecteur de la brigade de répression du banditisme et le meilleur ami d’enfance de mari trompé. La Scientifique n’a relevé aucun indice. Le fils aîné du couple Dubourg, rentré inopinément chez lui, a découvert la scène. Retrouvé errant dans le RER, il a été hospitalisé en état de choc. La police piétine. Mais si l’enquête n’apprend rien sur l’assassin, elle éclaire de sa lumière crue le véritable visage des protagonistes. Les masques tombent tandis que la vie continue. Elisabeth Villon et Henri Dubourg doivent rebâtir un quotidien pour les quatre orphelins, qui n’ont plus qu’eux pour croire en l’avenir.

Aucun indice a priori, l’enquête avance lentement… Découvrez un polar psychologique bien mené qui révèle peu à peu la face cachée des différents personnages qui tentent difficilement de reconstruire un quotidien

L’auteur : Née en 1961, Patricia Bertin, à 40 ans, suit un cursus de Lettres Modernes et reprend ses travaux d’écriture mis entre parenthèse. Elle publie son premier roman polar au Manuscrit.com. Seul en la demeure est son sixième roman.
Extrait :
« Le corps allongé sur le sol ébauchait un mouvement de reptation. Des yeux grands ouverts le suppliaient il recula d’un pas, de deux pas, de trois pas. Il ne parvenait pas à échapper à la limace qui glissait dans son propre sang. La main tendue atteignit le bas de son pantalon. Il se dégagea d’un mouvement brusque. Avec une force terrible, la blessée releva la tête et murmura d’une voix si douce son appel au secours que l’assassin se glaça. Ce susurrement, résonnait comme une sirène, l’alerta du péril en la demeure. »

L’accroche de Miss Aline :

Seul en la demeure, Patricia Bertin

Une belle demeure, deux cadavres, deux familles ravagées. Un homme, une femme trahit par leurs conjoints respectifs. Des enfants secoués, en état de choc.

Une enquête qui piétine. Comment trouver une piste sans empreinte, sans ADN, sans témoin ? Rien, il n’y a rien sinon ces deux cadavres retrouvés nus dans une chambre.

Henri, avocat fiscaliste, va devoir faire front. Il a deux enfants dont un profondément choqué par la mort de sa mère.

Bien plus que l’enquête, l’auteur attire notre regard sur ceux qui restent. Comment vont-ils faire face pour survivre, pour avancer malgré tout. Le temps fera son œuvre, il le fait toujours ! Mais à quel prix pour un mari devenu veuf, des enfants devenus orphelins dans des conditions hors normes ? Sans aller jusqu’à un meurtre, est-il besoin d’avoir un coup dur pour regarder et décortiquer sa vie ? A quel moment Henri a-t-il  oublié qui il était, d’où il venait ? Comment Damien, qui a vu le corps de sa mère, vit-il avec ces images dans la tête ?

Dans un style fluide, l’auteur nous dirige vers un dénouement surprenant. Elle a pris soin de nous décortiquer les sentiments humains, les relations familiales, les relations professionnelles avec authenticités. L’individu dans toute sa complexité.

2 réflexions sur “Seul en la demeure de Patricia Bertin

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s