Plateau de Franck Bouysse

Le livre : Plateau de Franck Bouysse  – Paru le 01 mars 2017 aux Livres de Poche- 7.60 € –  ((376 p.)  ;  11×18  cm

 4ème de couverture : Un couple de vieux paysans, Virgile et Judith, vit à Plateau, un hameau de Haute-Corrèze. En mal d’enfants, ils ont élevé leur neveu Georges dont les parents ont disparu dans un accident de voiture alors qu’il n’avait que 5 ans. Le jeune homme s’installe dans une caravane, en face de la maison de ses parents adoptifs, dans laquelle il accueille bientôt une jeune femme, nièce de Judith.

 

 

 

L’auteur : Franck Bouysse est un écrivain français, né à Brive-la-Gaillarde en 1955 auteur de romans policiers.
Après des études de biologie, il s’installe à Limoges pour enseigner. Professeur dans un lycée technique, il se lance en 2004 dans l’écriture avec la publication du roman, La paix du désespoir, dans lequel il s’attache déjà à la psychologie de ses personnages.
Il récidive quelques années plus tard, en 2007, avec son premier roman noir L’entomologiste qui est publié chez un éditeur limougeaud Lucien Souny.
Dès 2008, paraît Le Mystère H., chez Les Ardents Éditeurs, jeune maison d’éditions de Limoges. Avec ce titre, il entame une trilogie avec un « roman d’aventure qui revisite les grands mythes des romans noirs autour de la figure énigmatique du personnage de H. ». L’intrigue se situe à la fois dans les villes de Limoges et… à Londres, où se déroule plus précisément le second opus paru en mars 2010, Lhondres ou les ruelles sans étoiles.
En 2013, il déniche une maison en Corrèze, à quelques kilomètres des lieux de son enfance. Il achète la maison qu’il passera plus d’une année à restaurer. Un projet romanesque d’ampleur prend forme dans son esprit.
Grossir le ciel paraît en 2014 à La Manufacture de livres et, porté par les libraires, connaît un beau succès. La renommée de ce roman va grandissant : les prix littéraires s’accumulent, notamment le Prix Polar Michel-Lebrun 2015 et le Prix SNCF du polar 2017. Au total, près de 100 000 exemplaires seront vendus.
Suivront Plateau (2015), puis Glaise (2017), dont les succès confirment l’engouement des lecteurs et des professionnels pour cette œuvre singulière et puissante.
En 2019 il publie Né d’aucune femme à La Manufacture de livres.
Extraits :
« Depuis le bas de la route, le hameau a des allures de mesa incrustée dans le granit qui surplombe une lande tourbeuse où serpente un ruisseau. Quelques grands chênes épargnés étendent leurs branches démesurées en reposoirs pour toutes sortes d’oiseaux sédentaires ou nomades, de ceux qui daignent s’arrêter dans ce pays de rien, plumes relevées par le vent en col de manteau, s’abreuvant du spectacle de ce cirque humide cerclé de gradins forestiers portés par des reliefs à peine suffisants. Et, comme une flaque d’huile de roche, l’étang des Ores étale ses eaux noires tout au bout de la lande qui semble éteindre une mèche ocre faite de carex. »
« — J’en reviens toujours pas que t’aies atterri ici. Même avec tous les hasards du monde.
— Pourtant, c’est la vérité, j’en pouvais plus de la ville.
— J’imagine qu’elle a des bons côtés quand on sait s’y prendre.
Karl prit un ton grave :
— Là-bas, ton regard finit toujours par buter sur un mur, ici y a rien qui l’arrête.»
 
 

 

La chronique jubilatoire de Dany

Plateau de Franck Bouysse

 

Avec la poésie de son style atypique, Franck Bouysse nous emmène sur le plateau corrézien, soumis au climat changeant et rude, ce qui n’est pas sans affecter le caractère rugueux de ses habitants.

Un amour formidable unit Virgile et Judith, au bout de leur chemin et pourtant incapables de vivre l’un sans l’autre. Une belle leçon de fidélité sans faille qu’ils nous donnent ces deux-là !

Karl, l’intrus est arrivé il y a trois ans et s’est fait accepter par les habitants du hameau. Maintenant c’est à Cory de faire son entrée dans le microcosme du plateau et de bouleverser Georges. Et qui donc se profile derrière le fusil du chasseur ?

L’auteur prend tout son temps, pour notre plus grand plaisir, pour planter les décors et les personnages avec une précision que l’on a pu noter dans ces précédents romans Grossir le ciel ou Glaise. Le suspense se déroule calmement, à son rythme, sans être pour autant moins efficace car le lecteur trépigne dans ces paysages grandioses. Et les pièces du puzzle prennent petit à petit leur place … mêlant souvenirs et secrets d’enfance, les mêmes somme toute qu’à la ville mais moins anonymes car ici tout le monde connait tout le monde.

J’aime beaucoup cette plume et ce vocabulaire extrêmement riches et précis, à la fois apaisants et destructeurs, au service d’une histoire noire, bref un vrai talent de conteur !

 Lu en version numérique. 7€99

Extraits :
« Au moins, l’affaire ne durait jamais longtemps. Les coups, oui. Ces coups qui avaient définitivement fait exploser son édifice de femme. Ces coups répétés à l’infini au travers de son corps scarifié. Ultime souffrance, bien au-delà de la douleur physique. Parce qu’elle ne s’était jamais habituée aux coups, et encore moins aux mots qui la détruisaient plus encore. Trop faible, et pas de justicier pour lui venir en aide, parce que Dieu ne faisait jamais de visite à domicile. Pas chez elle.
Elle aurait pu s’enfuir, mais ne s’y était jamais résolue. Pas assez de force, persuadée qu’il la retrouverait. Où qu’elle aille. »
 « Elle laisse dériver des images sur le radeau démembré de sa mémoire. Le portrait de sa délivrance apparaît alors. Naturellement. Sans qu’elle ait à faire le moindre effort. Le visage craquelé de Virgile ressemble à un champ labouré plus profondément année après année. Virgile, qui lui a rappelé tout l’amour qu’elle a eu pour lui et dont il ne subsiste qu’une fidélité à un antique pacte qu’elle ne se souvient même pas avoir scellé. »
« — J’espère vraiment que tu vas en baver en crevant et que toutes les saloperies que t’as faites dans ta vie vont t’étouffer.
— Ce que tu veux pas comprendre, c’est que, dans la vie, y a ce qui nous arrive sans qu’on l’ait décidé, et, pour le reste, les hommes ont des choix à faire, sinon, tous autant qu’on est sur ce foutu Plateau, on crèverait dans le même lit. Si y en a qui s’en sortent mieux que les autres, c’est qu’ils savent attraper ce qui se présente sans faire la fine bouche. La morale et toutes ces conneries qu’on nous apprend à l’église, ça a jamais rendu les gens moins malheureux. La vie, mon pauvre Virgile. »

 

10 réflexions sur “Plateau de Franck Bouysse

    • « Né d’aucune femme » n’est pas du même univers que les romans précédents comme « Glaise » ou « Plateau » où l’auteur nous charme avec la nature tandis que dans « né d’aucune femme » il s’agit d’un milieu confiné.
      J’aime beaucoup ce qu’il écrit et oui … il faut lire les autres

      Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s