Le feu d’artifice des Flingueuses, épisode 1

Le feu d’artifice des Flingueuses

Le feu d’artifice des Flingueuses, épisode 1

Hello mes polardeux,

En ce 14 juillet, les Flingueuses, à défaut de bal musette déballent leur musette.

Et c’est un feu d’artifice de bouquins qu’elles ont adorés en ce premier semestre 2019 qu’elles vous proposent ce matin et cet après-midi.

Alors prêt(e)s pour cette bibliographie coup de feu d’artifice du 14 juillet ?

Allez c’est parti !

 



Le feu d’artifice des Flingueuses épisode 1

Le coup de feu de Cécile

Les planificateurs de Kim Un Su

Derrière tous les assassinats qui ont marqué l’Histoire, il y a toujours eu des planificateurs. Ils se déplacent et agissent dans l’ombre des pouvoirs. En Corée du Sud, depuis l’époque de l’occupation japonaise, la bibliothèque des Chiens a été le trust le plus puissant de l’assassinat. Elle doit son nom étrange au fait que dans ce lieu personne ne lit, en dépit des quelque deux cent mille livres qui garnissent ses rayonnages. Enfant abandonné, Laesaeng a été adopté par père Raton-Laveur, le directeur de ladite bibliothèque. Après la démocratisation du pays, Hanja, autre fils adoptif de père Raton-Laveur et aîné de Laesaeng, fonde une entreprise de sécurité. Avec son diplôme de commerce et ses méthodes expéditives, Hanja gagne vite des parts de marché face à une bibliothèque vieillissante. La concurrence entre les deux entités mène inexorablement à la disparition de l’une d’entre elles…Ce roman crépusculaire nous donne à voir une brillante orchestration d’assassinats made in Korea.

Son avis :

Je viens de finir « Les planificateurs », le premier thriller de Kim Un-Su et j’ai retrouvé avec un très grand plaisir sa plume. Il ne s’agit plus ici de héros ou plutôt d’antihéros de l’ordinaire mais d’un tueur à gages Laeseng. Le sous-titre aurait pu être Manuel d’éducation d’un tueur à gages amoureux des livres et des armes blanches ! J’ai adoré voir sur-adoré. Une écriture fluide et intelligente, qui nous raconte des planifications de meurtres, des luttes de pouvoirs, des gueules de personnages, des bouquins et une Bibliothécaire qui louche! Une collection de personnages attachants à leur manière, une certaine poésie où on ne l’attend pas et un suspens jusqu’au bout qui nous emmène sur les secrets du combat au couteau. Que demander de plus?! Pas grand chose ! Une conclusion : La Corée m’a encore eue…mon seul regret ? Ne pas avoir la couverture originale qui a franchement plus de gueule que celle du poche comme les personnages de Kim Un-Su !

 

Le coup de feu d’Aline

Où es-tu Kamille ? de Gilles Debouverie

Parce qu’une disparition d’enfant est toujours une course contre la montre, les forces de police de la ville d’Arleux se mobilisent. Les lieutenants Maroun et Carpentier devront collaborer pour pouvoir espérer retrouver la petite Kamille. Il leur faudra plonger en eaux troubles et faire resurgir de vieilles affaires non résolues et de lourds secrets de famille.

Confrontés aux aspects les plus sombres de l’âme humaine, ils lutteront pour que le désespoir d’une mère ne se transforme as en folie, pour que la folie des hommes ne se transforme pas en acte.

Parce que le temps s’égrène, implacable, même si aujourd’hui les montres ne font plus tic-tac…

sa chronique :

C’est mon premier livre de Gilles Debouverie et je dois dire que je l’ai dévoré. Une écrite fluide, simple pour aborder le thème difficile de la disparition d’enfant et tout ce que cela peut induire de piste.

C’est délibérément que je vais  vous en dire le moins possible sur cette intrigue, sur les personnages, leurs interactions. Je veux que comme moi vous tombiez des nues et que vous vous disiez : non mais non, ce n’est pas possible.

A aucun moment on ne perd de vue qu’une enfant a disparue. Au contraire, Kamille est très présente dans son absence. Tel un Saint-Hubert on renifle les pistes que l’auteur nous met sous le nez, tous les rebondissements nous tiennent en alerte.

L’auteur joue avec nos nerfs, il te balade aux grés de son écriture. Jusqu’à la dernière page Gilles Debouverie nous distillera les indices avec parcimonie. Son intrigue est parfaitement maîtrisée. Tout est à sa place. Le suspense te tient jusqu’au bout. Le final est simplement insoupçonné.

J’ai trouvé dans « Où es tu Kamille ? » ce que je recherche dans mes lectures c’est-à-dire me prendre une claque. D’être surprise, de  ne rien voir venir. Quand le final est une apothéose que tu n’as pas repéré, je dis : bravo Monsieur l’auteur.

Un grand merci Monsieur Gilles Debouverie pour cet excellent moment livresque. Kamille est un de mes coups de cœur de l’année.

 

Le coup de feu de Sylvie 

Apocryphe de René Manzor

Jérusalem. An 30.
Un petit garçon regarde avec rage son père agoniser sur une croix.
Son nom est David de Nazareth,
et ceci est son histoire.

Une fresque épique, violente et émouvante, sur les traces d’un adolescent en quête de justice et de vérité.

Un thriller biblique à couper le souffle.

 

 

 

 

 

René Manzor m’a embarqué dans cette époque, cette épopée. Tout est décrit avec justesse les senteurs du marché, les odeurs de la ville. Certains passages sont marquants. Les personnages sont importants et intenses.
J’aime aussi son écriture simple.J’ai vraiment lu ce livre comme j’aurais regardé un film d’époque comme Spartacus ou les Dix commandements et là je retrouve la marque du scénariste ; faire de ce livre un film serait tout simplement génial !
Vous l’aurez compris j’ai adoré je pense que c’est mon coup de cœur 2019 !
Je vous en dit un peu plus dans quelques jours, promis

Le coup de feu de So

Luca de Franck Thilliez 

Partout, il y a la terreur.

Celle d’une jeune femme dans une chambre d’hôtel sordide, ventre loué à prix d’or pour couple en mal d’enfant, et qui s’évapore comme elle était arrivée.

Partout, il y a la terreur.

Celle d’un corps mutilé qui gît au fond d’une fosse creusée dans la forêt.

Partout, il y a la terreur.

Celle d’un homme qui connaît le jour et l’heure de sa mort.

Et puis il y a une lettre, comme un manifeste, et qui annonce le pire.

S’engage alors, pour l’équipe du commandant Sharko, une sinistre course contre la montre.

C’était écrit : l’enfer ne fait que commencer.

Son avis

Dans ce dernier opus, Franck Thilliez revient, au sommet de son art. Le Maestro maîtrise sa partition, c’est à se demander comment il fait pour nous emmener toujours plus loin, toujours plus haut, emportant son lecteur plus encore dans l’obscurité.
Dans son dernier roman de la saga Sharko/Hennebelle, nous avions quittés les héros et la bande de flics au bord du gouffre, aux portes du 36 quai des Orfèvres.
Deux ans plus tard, c’est avec un grand bonheur que nous retrouvons le couple phare, et bien d’autres encore, au Bastion.
Un coup de maître, glaçant, grisant, un roman qui vous remuera trippes, boyaux et cerveau,avec la finesse qu’on connait de l’auteur, Franck Thilliez nous surprend une fois encore, se surpassant sans cesse. A n’en pas douter, son plus grand roman

La suite de l’avis de So ICI

Le coup de feu d’Isabelle

La femme sans ombre, de Christine Féret-Fleury

Sa passion ? L’opéra. Son métier ? Tueuse à gages.

Elle n’a pas de nom. Se tient à distance de tout et d’abord d’elle-même. Restauratrice le jour, elle se transforme, la nuit, en machine à tuer.

Quand elle n’obéit pas aux ordres de ses commanditaires, elle court le monde, d’opéra en salle de concerts, pour écouter les œuvres de son compositeur fétiche, Richard Strauss.

Son prochain contrat ? Une cheffe d’orchestre à la célébrité naissante…

Elle s’appelle Hope Andriessen. D’origine rwandaise, elle a assisté au massacre d’une grande partie de sa famille. Depuis, la musique est son foyer et sa seule raison de vivre.

Après des années d’efforts acharnés, elle vient d’être nommée à la tête d’un grand orchestre ; juste avant Noël, elle dirigera un opéra de Strauss, La femme sans ombre.

Deux femmes que tout sépare, sauf leur passion pour la musique. Et le fait que la première va devoir tuer la seconde…

Sa chronique

D’habitude, quand tu commences un nouveau livre, tu as ta petite idée. Tu connais l’auteur, tu as lu une critique du roman, tu as été harponnée par quelques phrases glanées sur la 4e de couv. Grosso modo, tu sais à quoi t’attendre. Mais là, non. La femme sans ombre s’est glissée en silence sur ta PAL. Curieuse, tu commences ta lecture. Et là, quelque chose se passe. Les premiers mots captent ton attention, les premières phrases t’aiguillonnent. Le plaisir est immédiat et se prolongera bien après ta lecture. Comme un feu d’artifice qui s’imprime sur ta rétine. Tout te plaît chez cette femme sans ombre et ses héroïnes, silhouettes frayant dans le clair-obscur. L’intrigue est intéressante : elle dépeint la confrontation d’une tueuse à gages qui éprouve une véritable passion pour l’œuvre de Richard Strauss avec sa cible, une talentueuse cheffe d’orchestre d’origine rwandaise rescapée du génocide. La musique occupe une place centrale dans l’histoire. Elle se coule avec naturel dans le récit, l’enrichit et lui donne de la profondeur. Comment ne pas évoquer les autres thèmes du roman, abordés avec cœur, érudition et intelligence comme les violences faites aux femmes ou le massacre des Tutsi en 1994 ? Quant au style, il te rappelle une chose essentielle : ce que tu aimes, avant tout, dans la littérature, ce sont les éclairs de lucidité ressentis en lisant les mots justes qui décrivent des états, des émotions, des sensations que tu reconnais de façon intuitive, sans les avoir jamais formulés. Et une fois le livre refermé, après le bouquet final, tu réalises que tu t’identifies parfaitement à cette tueuse qui parle à la 2e personne du singulier.

 

Le coup de feu de Ge

Et le mal viendra – Camut, Hug

 

 

On vous a alertés sur la préciosité de l’eau, vous n’avez pas voulu voir. Alors on vous a assoiffés, et vous vous êtes entretués. Va-t-il falloir que l’on entasse six mille cadavres d’enfants devant vos portes pour que vous réagissiez enfin ?

 

 

 

 

 

 

Mon post-it :

Et le mal reviendra c’est un thriller, un roman d’aventure, un livre écrit pour nous divertir, mais c’est aussi un roman d’espionnage, de géopolitique, un thriller écologique.

C’est un regard sur notre société actuelle et celle de demain. C’est un livre où se côtoient réflexions et émotions. C’est une mécanique parfaite au scénario impeccable, où le lyrisme et l’épopée fleurtent avec un style concis et une écriture au scalpel.

 Un nouveau thriller politique haletant. Une épopée hallucinante tellement riche et complexes. Un thriller unique sur les dérives de notre société.

21 réflexions sur “Le feu d’artifice des Flingueuses, épisode 1

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s