Le feu d’artifice des Flingueuses, épisode 2

Le feu d’artifice des Flingueuses

Hello mes polardeux,

En ce 14 juillet, les Flingueuses, à défaut de bal musette déballent leur musette.

Et c’est un feu d’artifice de bouquins qu’elles ont adorés en ce premier semestre 2019 qu’elles vous proposent ce matin et cet après-midi.

 

Alors prêt(e)s pour cette bibliographie coup de feu du 14 juillet ?

Allez c’est parti pour un second épisode

Le feu d’artifice des Flingueuses, épisode 2

Le coup de feu de mamie Danièle

J’irai tuer pour vous d’Henri Loevenbruck

1985, Paris est frappé par des attentats comme le pays en a rarement connu.

Dans ce contexte, Marc Masson, un déserteur parti à l’aventure en Amérique du Sud, est soudain rattrapé par la France. Recruté par la DGSE, il est officiellement agent externe mais, officieusement, il va devenir assassin pour le compte de l’État.

Alors que tous les Services sont mobilisés sur le dossier libanais, les avancées les plus sensibles sont parfois entre les mains d’une seule personne… Jusqu’à quel point ces serviteurs, qui endossent seuls la face obscure de la raison d’État, sont-ils prêts à se dévouer ? Et jusqu’à quel point la République est-elle prête à les défendre ?

Des terrains d’opérations jusqu’à l’Élysée, des cellules terroristes jusqu’aux bureaux de la DGSE, Henri Loevenbruck raconte un moment de l’histoire de France – qui résonne particulièrement aujourd’hui – dans un roman d’une tension à couper le souffle. Pour écrire ce livre, il a conduit de longs entretiens avec « Marc Masson » et recueilli le récit de sa vie hors norme.

Son avis :

Après Nous rêvions juste de liberté, les lecteurs attendaient le nouveau Loevenbruck. Certes, il a fallu patienter trois ans et demi, mais il est excusé car quand on voit la masse de travail de documentation qu’a dû demander ce thriller, on comprend que la gestation a été longue et semée d’embuches. La relation des sentiments et doutes de Marc, le personnage central inspiré d’un homme que l’auteur a côtoyé pour faire de sa vie un roman, est en soi un pari réussi. Il n’est sans doute pas aisé d’approcher les secrets d’Etat, mes méandres du renseignement et d’être fidèle à l’histoire, la petite et la grande. Nous en découvrons des choses qu’il est parfois plus confortable d’ignorer.  Tout ça n’en rend que plus précieux le résultat par ces 640 pages.

Soit un triangle, une pyramide si vous voulez, … au somment les politiques,  cyniques, qui ne pensent qu’à leur élection présidentielle, voire leur réélection, ils vont mener le jeu, la diplomatie qu’ils disent … Une sphère publique, dont on connaît les noms, soucieuse de l’image et de son avenir, dépendante de la haute finance qui tire les ficelles de la vente d’armes à l’international…

Entre le sommet et la base, les services secrets qui ont pour objectifs de démanteler les réseaux et commanditaires des attentats et des prises d’otages, parce que c’est leur job. Ils observent, analysent, préparent, choisissent les cibles, déploient la logistique nécessaire mais pas toujours suffisante…

Et enfin la base, niveau de l’exécution, qui ne doit pas se poser de questions sur le bien fondé des commandes à honorer, sans état d’âme ou presque.

La base, c’est bien le centre de ce thriller, l’auteur nous fait approcher le cheminement d’un obscur, la construction de sa personnalité, par son carnet qui ponctue le récit actuel. Les lecteurs comprennent alors pourquoi un petit aventurier devient barbouze sans scrupule, capable de mener de front ses deux identités.

L’action principale se situe au milieu des années 80, pendant une période d’attentats perpétrés à Paris, que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître … : les événements ont cependant une résonance particulière au vu de notre actualité récente. Nous allons assister au recrutement, à l’entrainement et aux actions de ce héros de l’ombre, attachant par ses questionnements et sa quête de bonheur. Au-delà des aventures qui, si elles n’étaient pas adaptées du réel, pourraient sembler improbables, la vie de Marc est donc tumultueuse et clandestine …

Il est peu aisé d’en dire d’avantage si ce n’est qu’il faut lire absolument ce dernier Loevenbruck, bien loin de l’ésotérisme et la fantasy auxquels il nous avait habitués dans ses premiers romans, plus proche de Nous rêvions juste de liberté par sa sensibilité et ses questionnements.

Rythmé et réaliste, précis et haletant, un style efficace, ce « témoignage » sera sans conteste un coup de cœur 2019 …

 

Le coup de feu de Florence

Trouble passager de David Coulon

son avis :

Victimes, c‘est le statut que l’on reconnaît à ceux qui ont subi une perte, un préjudice. Victime et bourreau … David Coulon nous démontre par cette histoire effroyable que l’on peut être l’un puis l’autre, l’un et l’autre, sans jugement de valeur, par une démonstration lucide, implacable qui ne nous rassure aucunement sur la noirceur humaine.
Voici un roman pour frissonner mais aussi pour méditer. Décidément, cet auteur est un très grand !

Le monde se divise en deux catégories : bourreau et victime. Tu es l’un et l’autre, l’un puis l’autre.

Rémi Hutchinson est écrivain, un livre qui a plus ou moins bien marché, depuis il tente d’écrire LE best-seller.

Pas facile lorsque l’on se remet de la disparition de sa fille…

Il met le doigt dans un engrenage et tombe dans un piège. Il est séquestré par une gamine victime d’un pédophile, et devenue bourreau. Bourreau qui l’accuse.

Pourquoi lui ? Pourquoi le prendre pour un tel monstre ?

Rémi est absorbé dans une spirale infernale, arrivera-t-il à s’en sortir ?

 

Le coup de feu de Maud

L’Irlandais de Maurice Gouiran

 

Coup de 💓💓💓et aussi un Coup de Poing
J’ai beaucoup aimé la mise en avant du « Street Art » comme moyen d’expression de revendications et non pas simplement comme du vandalisme urbain. Une enquête qui met à mal le duo de policiers, en effet plusieurs pistes s’offrent à eux ; soufflées par un supérieur borné, raciste, misogyne et qui aimerait boucler rapidement ce dossier qu’il sent devenir épineux… Surtout lorsque l’Ira devient une piste…
J’ai été totalement conquise par ma lecture, la plume de l’auteur avec un style direct et parfois fleuri nous entraîne au fil des pages. Mêlant habilement suspense et faits historiques, alternant le passé et le présent, à travers les expériences de Clovis, il met en lumière une partie de l’Histoire de l’Irlande que j’ignorais…
Il y a des lectures qui marquent, celle-ci restera sans doute très présente dans ma mémoire.

 

Lorsqu’on découvre le peintre Zach Nicholl, le crâne fracassé dans son atelier marseillais, son ami Clovis n’a qu’une pensée en tête : aider Emma, en charge de l’enquête, à retrouver l’assassin !

Zach s’était illustré dans le Street art avant de devenir bankable et de fuir Belfast vingt ans plus tôt. C’est donc en Irlande du Nord que Clovis va chercher ce qui se cache derrière ce crime.

Zach était l’un des artistes républicains auteurs des célèbres murais, ces peintures urbaines, outils de mémoire et de propagande.

Mais pourquoi avait-il quitté son pays juste au lendemain des accords de paix de 1998 ?

Ce sont des femmes, étonnantes et déterminées, toutes liées à Zach – Aileen, son épouse, Ghetusa, la veuve ad vitam aeternam de son frère, et Breena, combattante féministe au sein de l’IRA – qui donneront peut-être à Clovis les premiers indices…

« Maurice Gouiran offre à ses lecteurs un condensé de son savoir-faire de conteur d’histoires dans l’Histoire, de professionnel de la littérature noire. Passionnant de bout en bout ! » La Cause Littéraire.

 

 

Le coup de feu de Fanny

Dynamique du chaos de Ghislain Gilberti

Mon coup de cœur de ce premier semestre 2019 est un livre paru il y a quelques années mais que je n’ai découvert que récemment.
Dynamique du chaos de Ghislain Gilberti.
Bien sûr j’en avais beaucoup entendu parlé mais je n’avais pas franchi le pas tant ce que j’en avais lu et entendu m’avait faire craindre une histoire trop racoleuse… comme j’ai eu tort et comme je suis heureuse d’être passée au delà de mon préjugé.
Le déclic a été la rencontre avec l’auteur lors de SMEP 2019. J’ai eu un véritable coup de cœur pour l’homme avec qui l’échange a été franc, direct et amical. Le coup de cœur a ensuite été pour l’auteur dont j’ai décoré Dynamique du chaos en quelques heures à peine.
Une histoire moins trash que je ne pensais car profondément humaine et attachante. Un vrai et gros coup de cœur.

 

Gys, un jeune homme au passé agité, va jusqu’à l’impensable pour oublier sa séparation. Rapidement, il cède à l’ivresse nerveuse des transgressions aux côtés de ses trois amis de la « Génération Nada » : avec eux, il écumera bars et clubs de tous les excès, traquant le chaos qui lui permettra de mieux voir le monde. Il ignore qu’au loin, un train fou fonce déjà sur lui. Le monstre d’acier s’appelle Séverine.

Dynamique du Chaos fait l’effet d’un coup de tonnerre lors de sa mise en ligne sur Internet en 2007, avec plus de 100 000 téléchargements et un torrent de commentaires de lecteurs jetés à corps perdus dans cette aventure radicale. Aujourd’hui publié pour la première fois sans censure et en édition papier, ce texte sauvage raconte la chute libre d’un homme sur fond de drogues, de sexe, d’abus en tout genre et l’amour passionnel, irrationnel, d’un homme pour une femme.

Dans son art de la torsion, le virtuose Gilberti repousse les limites du soutenable par une obsession suprême inavouée : tenter de retrouver une forme originelle de pureté métaphysique et romanesque.

 

 

Le coup de feu d’ Eppy Fanny

Les démoniaques de Mattias Köping

Henri et Kimy. Deux êtres malmenés par la vie. 
Elle a perdu son enfance, sa virginité, sacrifiée pour le plaisir de tiers, à commencer par celui de son père. 
Lui a perdu sa raison de vivre.  
Et voilà que le destin, joueur, va les faire se rencontrer. Eux si différents vont s’épauler, s’apprécier.
Mais Kimy n’en oublie pas pour autant sa vengeance. Il faut qu’ils payent. Tous. Et ils sont nombreux ceux pour qui elle prépare l’addition.
 
Ce roman sombre et dur est juste remarquable. Il nous parle de ce qui ce passe aujourd’hui, en France, dans certaines ruralités qui n’ont rien a envier aux banlieues.
Des lieux où l’humain ne compte pas. Seul ce qu’il peut rapporter compte. Où les notables sont complices. D’un monde profondément pourri.
A ne pas mettre entre toutes les mains

C’est l’histoire d’une vengeance.
L’histoire d’une fille qui affronte une bête.
Son proxénète, son violeur.
Son père.

Drogues, meurtres, esclaves sexuelles, pédophilie. Au coeur d’un village qui borde l’autoroute, entre marécages lugubres et forêts profondes, un monstre se déploie.

Depuis la Souille, son repère situé au coeur de la forêt, l’Ours dirige son clan d’une poigne de fer et repousse chaque jour les frontières de son empire criminel.

Sa fille Kimy n’a qu’une obsession : attendre froidement l’heure de la vengeance. Car si personne ne se souvient de son visage, nul n’oubliera sa colère.

Dans un thriller à la densité paroxystique, Köping prend le lecteur à la gorge et connecte, page après page, les fils d’une bombe à retardement. Une onde de choc étourdissante qui fait figure d’événement dans la scène littéraire française.

 

Le coup de feu de notre Porte Flingue

De bonnes raisons de mourir de Morgan Audic

J’ai adoré ce bouquin, j’avais déjà beaucoup aimé le premier roman de Morgan Audic Trop de morts au pays des merveilles, qui avait été un de mes coup de coeur 2016.
Mais là quel coup de maître, Morgan Audic nous offre un roman policier parfait. A la fois roman noir, roman d’espionnage, cold case est un formidable thriller. De bonnes raisons de mourir, est la révélation de ce premier semestre 2019.
Je vous le disais, tout y est.
L’intensité de l’intrigue, le charisme des personnages, la véracité des thèmes exploités.
C’est parfait et parfaitement dosé. C’est formidablement maîtrisé. L’écologie, géopolitique, les enjeux économiques rien ne manque. Sans oublier cette guerre larvée au cœur de notre bonne vieille Europe.
Bien mieux qu’un bon documentaire sur ses sujets, ce titres se lit avec un tel plaisir, une telle intensité qu’on ne peut le lâcher
L’écriture et le style de notre auteur en font un magnifique thriller qu’on lit d’une traite malgré ces 420 pages.
C’est très cinématographie, ça s’imprime sur votre rétine et ça reste gravé dans votre cerveau.
Un putain de bouquin, un page turner certes mais qui restera longtemps dans nos esprits.
Surtout ne passez pas à coté.
Vous ne le regrettez pas, foi de porte flingue.

De bonnes raisons de mourir

Un cadavre atrocement mutilé suspendu à la façade d’un bâtiment.

Une ancienne ville soviétique envoûtante et terrifiante.

Deux enquêteurs, aux motivations divergentes, face à un tueur fou qui signe ses crimes d’une hirondelle empaillée.

Et l’ombre d’un double meurtre perpétré en 1986, la nuit où la centrale de Tchernobyl a explosé…

Morgan Audic signe un thriller époustouflant dans une Ukraine disloquée où se mêlent conflits armés, effondrement économique et revendications écologiques.

 

8 réflexions sur “Le feu d’artifice des Flingueuses, épisode 2

Répondre à Marie-Christine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s