Ristretto de Bertrand Puard

Le livre : Ristretto de Bertrand Puard – Paru le 06/06/2019 aux  Fleuve éditions dans la collection Fleuve noir policier – 19.90 €  ; (384 pages) ; format  14 x 21 cm

 4ème de couverture :

Trois meurtres sont commis en trois endroits du monde et sans mobile apparent. Un seul dénominateur commun : sur les lieux du crime, on retrouve une cerise d’un café arabica extrêmement rare, et sur laquelle est dessinée une esperluette rouge sang.
Il y a quelques mois encore, Clara était déontologue à la Premium, un groupe influent dans la finance internationale. Depuis sa démission, elle vit avec son fils, retirée à la campagne. Jusqu’au jour où elle-même est destinataire de la funeste cerise de café.
Entre plantations de caféiers et salles des marchés, la jeune femme devra lutter pour sa survie, en affrontant tout autant ses propres démons que les forces sombres qui la traquent sans relâche.

 

L’auteur : Bertrand Puard, né à Paris le 07/11/1977, a travaillé dans la finance. Il est l’auteur de feuilletons radiophoniques et de romans parmi lesquels Musique de nuit, primé à Cognac en 2001, et Les Effacés, prix Cognac Jeunesse 2012.  Bertrand Puard est un romancier et scénariste français.
Il a utilisé les pseudonymes Ewan Blackshore, Brad Winter et Benjamine Bates.
Il entre comme lecteur aux Éditions du Masque, après avoir obtenu un magistère en finances, un D.E.S.S. de Banque et avoir exercé la profession de trader à Londres.
Il fait ses débuts d’écrivain en publiant une nouvelle Et la lumière fut (1998), qui sera saluée par la critique. Encouragé par Serge Brussolo, alors directeur littéraire au Masque, il fait paraître son premier roman, Musique de nuit (2001), qui obtient le Prix du roman policier du festival de Cognac 2001. Il obtient également en 2003 le prix du roman d’aventures pour La Petite Fille, le Coyote et la Mort.
Bertrand Puard a aussi publié une série de romans d’énigmes Les Mystères de la Tamise (2002-2004) sous le pseudonyme d’Ewan Blackshore. La Chose du marais, une de ses pièces radiophoniques, a été diffusée en 2004 sur France Culture. En 2012, il obtient le prix Cognac Jeunesse pour sa série Les Effacés.
Il anime également une émission radiophonique mensuelle sur IDFM98 « Pot-Bouille », consacrée à la littérature, au cinéma, à la musique et à l’art et dirige une collection chez Pascal Galodé Éditeurs, « Destins croisés », se proposant de faire revivre une rencontre fictive ou réelle dans l’adolescence de deux personnages célèbres.
Bertrand Puard est membre de la Société Littéraire des Amis d’Émile Zola. Il a participé au colloque « Zola au Panthéon » et a prononcé à cette occasion, dans l’enceinte même du monument, une communication sur la vie d’Émile Zola. Il est aussi membre de la Société des Amis de Marcel Proust et membre du jury du festival Polar de Cognac depuis 2015.

 

 Extraits :
« Il était six heures trente du matin, et le soleil s’était à présent levé sur la plantation de Thai Dương, située près de la ville de Dalat, au Viêtnam. Stéphane releva la tête et posa ses yeux sur les petits caféiers qui s’étendaient à perte de vue devant lui. Le vent ne soufflait pas ; la pluie, qui était tombée toute la nuit, chaude et épaisse, avait cessé. Les arbres étaient immobiles. Au loin, une falaise de terre ocre, large et haute, marquait la fin du domaine de son ami, le commencement d’un autre. »
« Ces six puissants ordinateurs, avec leurs excroissances monstrueuses, souris, claviers, casques, téléphones IP, sa quarantaine d’écrans LCD, cet atelier donc, animé par ces alchimistes modernes, capables, à plus de neuf mille kilomètres des caféiers du Brésil ou du Viêtnam, de transformer un kilo de café valant un euro à la sortie de la plantation en un café valant plus de cent cinquante euros au comptoir d’un troquet parisien. Une chaîne du gavage financier parfaitement contrôlée. »
« Cela n’avait plus rien à voir avec le négoce du café, de la cerise, ni même de l’infusion délicieuse que l’on pouvait en tirer. On utilisait le café comme support d’une sorte de jeu algorithmique planétaire. Le but était de vendre un contrat, pas même un contrat de papier mais de simples bits informatiques, à un prix plus élevé que celui auquel on l’avait acquis. Et conservé parfois quelques nanosecondes tout au plus. Michelle traitait le café comme, quelques mètres plus loin, sur d’autres serveurs, on utilisait le caoutchouc ou le bœuf. »

 

 

La chronique jubilatoire de Dany

Ristretto de Bertrand Puard

L’auteur nous invite à partager une immersion dans le monde de la finance où le café n’est rien moins que le deuxième marché mondial après le pétrole … c’est dire les enjeux qu’il représente.

Il s’agit d’un thriller et le traitement de l’intrigue est somme toute assez classique par son plan et ses protagonistes (un triangle amoureux, des bons pas vraiment bons, des méchants aux circonstances atténuantes, des politiques pas très nets qui affichent néanmoins la lutte contre l’évasion fiscale comme prioritaire, une aventure sur plusieurs continents pour laquelle  l’on ne tient pas compte de l’empreinte carbone pour les déplacements, un enfant en danger, de l’hémoglobine, des coups, des flammes, des explosions … )

Une jeune femme, Clara a échappé à une funeste fin en ratant son suicide après un licenciement abusif, alors qu’elle connaissait (presque) tous les rouages du quasi monopole du café. Elle a gardé dans son cerveau une balle qui a affecté ses capacités en la rendant hypermnésique et son ancien boss décide de faire appel à elle pour une mission particulière. Des traders, anciens compagnons de galères dorées, sont suicidés, disparus, en fuite … et des indices laissent à penser qu’il s’agit bien d’une série destinée à porter préjudice au monopole …une traque va entraîner Clara, flanquée d’un garde du corps, à la poursuite des « éperluettes » dispersées.

Quand la finance dirige le monde, elle met entre parenthèses la déontologie dont pourtant elle se réclame. C’est ce que le lecteur va constater au long de ces presque 400 pages haletantes, enrichies de l’expérience de l’auteur dans ce monde impitoyable.

Très bon moment de lecture pour les amateurs du genre.

Lu en version numérique :  epub 13.99 € 

 

3 réflexions sur “Ristretto de Bertrand Puard

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s