Et si on parlait polar sur petit écran…. Saison 1 – Episode 1

Et si on parlait polar sur petit écran….

Et si on parlait polar sur petit écran….

Saison 1 – Episode 1

By Fanny Louise

Et si on parlait polar sur petit écran….

Car oui, on a beau être passionnée de littérature noire comme moi, on peut aussi être fan de séries et c’est mon cas depuis fort longtemps.

J’ai aimé très tôt les séries à la télé mais j’ai toujours trouvé barbant d’avoir à prendre rendez-vous avec ma télé une fois par semaine pour suivre les épisodes à jour et heure fixe. Du coup, j’ai commencé beaucoup de séries mais ne les ai pas toujours suivis assidument.

Alors ces dernières années autant vous dire que Netflix, OSC et autres Canal à la demande sont devenus mes meilleurs amis. Si mes goûts sont variés, je n’en demeure pas moins fan absolue des intrigues, enquêtes policières et autres complots. Les séries à l’eau de rose, très peu pour moi.

Je ne saurais que vous recommander des séries telles que The Shield, Peaky Blinders, Dexter, Braquo, Narcos, Game of Thrones ou encore Breaking Bad. Mais si je ne devais vous en recommander qu’une seule ce serait : ENGRENAGES.

Et oui une série française. Elles n’ont pas toujours bonne presse et à mon avis, à raison, car quand on dit « série policière française », on pense de suite à : Julie Lescaut, Navarro, Section de recherches et autres objets télévisuels insipides et dépourvus d’intérêt (cet avis n’engage que moi bien sûr). Tout du moins pour les gens qui aiment les séries crédibles, sans pathos, sans happy end sortie du chapeau et surtout bien réalisées. Alors oui, des efforts ont été fait ces dernières années avec Candice Renoir, Caïn, L’art du Crime, Chérif ou Alex Hugo. Et si j’ai plaisir à les regarder, il me manque quand même le côté « réaliste ». Vous savez, ce petit plus qu’on aime avoir, celui qui vous scotche sur place tant il vous émeut, bouleverse, terrifie…bref le truc qu’un bon bouquin vous fait ressentir : le frisson !! Et bien ce petit truc en plus, Engranges l’a et c’est peu de le dire…

Je viens de terminer cette série française en 10 jours seulement (j’ai un bon anti cernes, merci). Composée de 7 saisons de 7 à 12 épisodes (76 au total), de 52 minutes chacun environ, qui sont actuellement disponibles sur MyCanal.

Et que dire sinon que je viens de prendre une grosse claque devant cette série absolument fantastique. Vous n’êtes pas devant votre écran quand vous la regardez, vous êtes au cœur de l’action. Jamais une série ne m’avait autant fait me sentir proche de ses personnages. Seuls les livres m’ont fait cet effet-là habituellement.

Cette série est remarquable (OK je me répète) et j’ai envie de vous en parler, de vous donner toutes les bonnes raisons pour lesquelles vous devriez faire une pause de lecture pour plonger dans du très bon polar à la sauce télé. Vous ne le regretterez pas, je vous le garantis.

Engrenages c’est donc à ce jour 7 saisons. La particularité de cette série est de s’attacher pour chaque saison à suivre le déroulement d’une enquête fil rouge dont le dénouement abouti à l’épisode clôturant la saison. Parallèlement chaque épisode relate des enquêtes annexes, moins prenantes que l’enquête principale et résolues durant l’épisode.

Ce que j’ai aimé, c’est qu’Engrenages, contrairement aux autres séries, montre les rouages complets des affaires traitées. Bien souvent, on a des séries qui ne suivent que des policiers, que des gendarmes, que des juges ou que des avocats. Ici tous les corps touchant à la justice sont présents : du « simple » flic jusqu’au juge en passant par l’avocat, le procureur ou encore le juge d’instruction. J’ai beaucoup appris sur les différents rôles de chacun de ces intervenants en suivant cette série. Alors bien sûr, quelques raccourcis sont sûrement pris, mais avoir tous ces points de vus sur une enquête rend l’intrigue vraiment passionnante et on découvre à quel point le système judiciaire peut se gripper si l’un de ses protagonistes ne joue pas le jeu de sa fonction.

On suit donc divers personnages au fil des saisons, qui sont amenés à se croiser et interagir au gré des enquêtes sur lesquelles ils sont amenés à travailler.

La série se déroule à Paris et dans sa banlieue. Filmée de manière rythmée et dynamique, les effets de caméras sont un élément crucial au plaisir de regarder Engrenages : gros plans sur les visages fatigués, sur les corps meurtris, sur les émotions des protagonistes. Rien ne nous est épargné. C’est cru, c’est moche, c’est brut, c’est sale. On sort parfois secoué d’une saison tant les histoires qui sont montrées nous mènent sur des montagnes russes en terme d’émotions. Les thèmes abordés sont aussi variés que la prostitution, la maltraitance, la violence en banlieue, la délinquance en col blanc, le trafic d’êtres humains, le trafic de drogue du guetteur au plus haut responsable des filières d’importation, du blanchissement d’argent…. et j’en passe. Pas une seule saison ne ressemble à l’autre. Les auteurs ont su se renouveler d’une saison à l’autre et aucune lassitude ne se fait sentir.

Et cerise sur le gâteau, c’est remarquablement interprété par une brochette d’acteurs formidables. Que dire de Caroline Proust, qui joue le rôle de Laure Berthaud, chef de groupe, protectrice et d’une loyauté sans faille pour ses hommes, Philippe Duclos, qui incarne le juge François Roban, un acteur génial, qui donne une dimension profonde et complexe à son personnage de  juge d’instruction hors normes, Thierry Godard, « Gilou », Lieutenant Gilles Escoffier, personnage complexe de flic borderline mais profondément humain et épris de justice, Audrey Fleurot, qui joue l’avocate Joséphine Karlsson, qu’on aime autant qu’on la déteste.

Au fil des 7 saisons déjà produites, on suit bien sûr aussi la vie privée de ces personnages entièrement dédiés à leur métier. On perçoit les difficultés qu’ont ces femmes et ces hommes dévoués à la justice, à mener une vie personnelle équilibrée. Les affaires sur lesquelles ils sont amenés à travailler leur laissent des traces et ont du mal à les quitter bien trop souvent.

Je ne peux que vous encourager, vous qui aimez les polars réalistes à plonger tête baissée dans cette formidable série. Vous ne serez pas déçus.

Fanny Louise

37 réflexions sur “Et si on parlait polar sur petit écran…. Saison 1 – Episode 1

  1. Je double ce commentaire, désolée mais ça peut servir :
    pour certaines plateformes, les streaming sont disponibles gratuitement et sans inscriptions .. il faut rechercher avec le navigateur tout simplement
    il y a aussi des choses sur youtube

    Aimé par 1 personne

  2. Tout à fait d’accord, cette série est réalisée avec intelligence et de façon sérieuse. Pour moi Candice Renoir, non merci ! Shérif, idem. Sans parler des séries spéciales France 3 réalisées en collaboration avec les offices du tourisme locaux! Ce sont des moments télévisuels même pas à regarder un soir de disette ! Heureusement, il y a d’autres choix…

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s