Papote d’auteur avec Mireille Calmel

Papote d’auteur avec Mireille Calmel

Mamie Danièle et Miss Aline étaient avec Mireille Calmel. A cette occasion nos flingueuses en ont profité pour papoter avec notre auteure autour de son dernier roman La prisonnière du diable

MERCREDI 10:00

Dany : Bonjour mes dames …
Bonjour Mireille, merci de partager ce moment avec nous.
Avant de parler de ton dernier roman, est-ce que tu peux te présenter rapidement aux lectrices et lecteurs ?

Miss Aline : Bonjour mesdames.

Geneviève : Bonjour les filles du gang, bonjour madame l’autrice. Je ne reste pas, mais vous suit du coin de l’œil.

Mireille : Bonjour Mesdames! 😃
Désolée pour le retard, mon poissonnier est bavard! Et comme moi aussi 😂

Miss Aline : Bonjour Mireille.

Dany : Pas de problème, tu es la bienvenue …

Mireille : Aïe… j’ai dévoilé un de mes défauts avant même de m’être présentée 😂

Miss Aline : c’est une qualité de reconnaître ses défauts 😉

Dany : Faire bon usage de la convivialité et de la communication n’est pas un défaut

Mireille : Alors, que dire… j’ai commencé à écrire à l’âge de 9 ans, entre les murs d’un service de soins palliatifs…
Pour ne pas mourir…
Et taratata! Je suis toujours là!!! Bon ce n’est pas aussi simple évidemment. La vérité c’est que j’ai eu la chance immense d’avoir une maman guérisseuse qui après m’avoir sauvée a sauvé des centaines de gens de par le monde. C’est elle aussi qui m’a encouragée à continuer d’écrire… vous voyez ma plus belle héroïne c’est elle et d’une certaine manière chacune de mes personnages lui rend hommage 😃

Dany : mais à 9 ans tu n’écrivais pas des romans historiques … alors quel a été ton parcours, ta quête ?

Mireille : Non mon premier roman je l’ai écrit à 11 ans c’était une histoire de naufrage avec des pirates 😃

Dany : un thriller déjà ?

Mireille : Ensuite j’ai écrit ce qu’aujourd’hui on appellerait une auto fiction pour évacuer ma souffrance.

Et ensuite je me suis installée à Blaye pas très loin du château d’un troubadour contemporain d’Aliénor d’Aquitaine et il est venu me chatouiller les oreilles ou les pieds 🤣🤣

Dany : tu avais dans l’idée de suivre cette voie, d’en faire ton activité « professionnelle » ?

Mireille : Oui j’ai toujours su que j’étais un écrivain. Le seul problème c’est que pendant des années j’étais seule à le savoir 😂

Mireille : Ben voilà Aliénor dans ta vie … tout un programme et plus tard toute une bibliographie …

Mireille : C’est ça! La voie du destin…

Dany : En classe tu montrais ton talent ?

Mireille : J’ai arrêté la « classe » traditionnelle au tout début de l’année de 4ème pour travailler par correspondance. En fait je n’ai retrouvé une vie normale qu’à 17 ans
Donc c’était compliqué… mais mes profs avaient tendance à rajouter en marge de mes dissertations «  on je vous demande pas un roman » jusqu’au jour où l’un d’entre eux a écrit: « À quand la version longue… » il a été l’un de mes premiers lecteurs du lit d’Aliénor

Dany : On rencontre souvent des profs inspirant … qui laissent des souvenirs indélébiles … 
Ce goût pour le moyen âge on l’a vu date du ton installation à Blaye et tu as pu partager ce goût avec tes camarades, ta famille ?

Miss Aline et Geneviève : 👍

Mireille : Avec ma mère oui
Et mon mari puis au fil des années avec mes enfants

Dany : A quel âge as-tu ressenti la « reconnaissance  » de ta « voie »? par ton entourage, par un éditeur ?

Mireille : Très tôt… dès que sont arrivés les premiers rêves récurrents… ceux qui me donnent le fil de mes livres…

Dany : Tu es devenue une référence pour Aliénor … est-ce que tu en as fini avec cette sacrée bonne femme ?

Mireille : Oui j’ai dit Adieu à Aliénor il le fallait..

En fait ça fonctionne toujours de la même manière… des images des noms des dates des lieux de plus en plus précis à chaque rêve jusqu’à ce que j’ai assez d’éléments pour vérifier sur le Net ou auprès des historiens avec lesquels je travaille

Miss Aline : comment et sur quels supports faites-vous vos recherches pour l’écriture d’un roman ?

Mireille : Je travaille sur archives avec l’aide des archivistes mais aussi des historiens. J’ai aussi aujourd’hui un énorme fonds de documentation acquis au cours de ces 20 dernières années.

Miss Aline : qu’est ce qui vous plait, vous attire dans le côté historique pour écrire vos livres ?

Mireille : L’abstraction du présent…

Miss Aline : vous pouvez développer ?

Mireille : J’ai écrit beaucoup de choses contemporaines des chansons des nouvelles du théâtre trois romans, c’est différent quand j’écris de l’historique. Comme je vous l’ai dit, je ne choisis pas mes histoires je ne les « fabrique » pas. Elles me sont inspirées par quelque chose que je n’explique pas car il faudrait accepter les règles du paranormal, or je suis épouvantablement cartésienne. C’est un peu comme si j’avais un décodeur type canal + dans la tête qui me permet de capter des éléments passés. Dès lors je ne contrôle plus rien… je regarde le film et ensuite une fois que j’ai tout vérifié, je le retranscris. Durant tout ce temps je suis déconnectée du réel, du présent. C’est à la fois terrifiant excitant et passionnant !

Dany : Tout de même tes rêveries historiques te permettent d’aborder des thèmes bien actuels et réalistes comme la place des femmes … et les femmes dans tes romans occupent une bien belle place …

Mireille : Oui à croire qu’elles ont été trop discrètes à leurs époques et qu’elles veulent se faire entendre aujourd’hui, ou alors qu’elles ont décidé de montrer à celles d’aujourd’hui, qu’il y a toujours une cause à défendre et à gagner!! 😉

Miss Aline : parlez-nous de La prisonnière du diable …

Mireille : La première image que j’ai eue de ce livre est celle d’une roue de pierre d’environ cinq mètres de diamètre.. une roue qui tourne depuis la nuit des temps et qui est gardée par une sororité. Lorsqu’elle s’arrête un nom une date et un lieu apparaissent sur sa tranche. Le nom de la personne qui doit mourir, exécutée. Pas pour ce qu’elle a fait, mais parce qu’à travers elle le diable peut se réincarner sur terre. Une vision terrifiante. Et puis presque aussitôt j’ai vu le village d’Utelle perché sur les hauteurs de Nice, cerné par les montagnes et surplombé par le sanctuaire de Notre Dame. J’ai vu s’éveiller Myriam auprès de ses deux enfants. Myriam cette jeune veuve, sur le point d’accoucher, devant trimer dur pour nourrir ses enfants pour sauver sa maison qu’on veut lui saisir. J’ai vu Hersande, l’herboristerie et ma supérieure du prieuré de Notre Dame… je l’ai vu blêmir en décachetant le message de la roue qu’une Egyptienne venait de lui remettre. Et j’ai essayé de dénouer les fils… de découvrir ce que tout cela cachait de vérité historique, de peur, de souffrance, d’attente, d’espoir… et ce que mes recherches m’ont permis de découvrir à dépassé le cadre de ce rêve récurrent… le diable est bel et bien venu à Utelle ce 21 juin 1494… pour nourrir ma plus machiavélique  des vengeances

Miss Aline : pensez-vous que le passé à un écho dans note présent (ou futur) ?

Dany : Tu nous parles du début de ton roman là … est-ce que ça veut dire que tu reçois de tes rêves des histoires qui commencent par le début … dans l’ordre du déroulement de l’action … et donc que tu ne connais pas la fin quand tu entames l’écriture ?
Ce sujet je le sens est bien vaste et il mériterait à lui seul une ITV sur la construction de tes romans … on peut voir ça dans une prochaine étape …
Allez je garde ce sujet pour une autre fois … je te laisse répondre à Aline  ….

Mireille : La réponse est oui Danièle… 😉
Et donc ma chère Aline, si l’on envisage sérieusement cette hypothèse dans ce cas précis cela signifie que la roue tourne quelque part, ainsi que l’affirment les légendes puisque son existence est mentionnée dans toutes les civilisations antiques… ce depuis l’époque sumérienne. Donc… la seule question qui me vient à l’esprit c’est : qui sera sa prochaine cible???

Dany : Cartésienne tu as dit ?

Miss Aline : si la roue tourne… l’histoire s’écrit sans cesse donc aucune évolution possible ?

Mireille : Je préfère croire que nous pouvons influer sur notre destin… et sur nous-mêmes. De manière à couper la route au mal, d’où qu’il vienne 😉

Dany : Merci de nous laisser l’espoir …
Revenons à ton roman … les personnages sont bien ancrés dans leur époque et je me pose la question du langage utilisé, comment fais-tu au niveau vocabulaire …?
Est-ce que tes rêves sont en VO ?

Mireille : Je suppose Danièle mais comme je comprends tout, je dois avoir un traducteur multifonctions 😂😂😂 Du coup j’avoue que je ne me suis jamais posée la question. Faudra que je vérifie la prochaine fois.. 😂
Quant au vocabulaire il vient tout seul quand j’écris…

Dany : Il n’empêche que l’exercice est ardu de rendre vivant un dialogue connoté moyenâgeux et compréhensible de nos jours …
Même dans les scènes les plus « chaudes » ...

Mireille : En toute franchise cela ne m’a jamais été difficile. Peut être parce que je ressens profondément chaque personnage, chaque scène, que je partage ses émotions, ses ressentis. J’ai l’impression que c’est moi qui parle au final, même si chaque personnage a sa propre « voix ».

Dany : Est-ce que tu penses que l’action centrale de la prisonnière du diable aurait pu se dérouler à une autre époque, dans un autre lieu ?

Mireille : Certainement. D’ailleurs j’imagine très bien une série TV qui prendrait la roue pour point de départ… un peu façon Timeless… des époques différentes, des lieux différents, des cibles et des exécuteurs nouveaux à chaque fois… avec mon roman pour première saison évidemment 😂😂😂

Miss Aline : comment se passe une séance d’écriture : toujours aux mêmes heures, dans un lieu précis, musique ou pas, etc ?

Mireille : Non pas de rituel je peux écrire 12/14h d’affilée avec de courtes pauses comme je peux ne pas écrire du tout, prise par mes obligations…Familiales… c’est doux d’être grand mère 😉 Et je n’ai pas besoin de musique j’entends celle des scènes que je raconte… bruit du vent , choc des épées, chants des moines etc… ce décor auditif  contribue à la vérité historique, à recréer l’atmosphère du lieu, de l’époque…

Miss Aline : l’écriture d’un roman vous prend combien de temps (entre l’idée, les recherches, l’écriture, la correction etc) ?

Mireille : En moyenne il me faut trois années de recherches pour être certaine d’avoir tout vérifié. L’écriture brute est plus facile entre deux et 3 mois. Après je relis, je corrige, seule, puis avec Gwaenaelle LEGOFF ma correctrice XO depuis 15 ans… et après bien entendu que mon éditeur ait lu de son côté… le fignolage du livre est un travail d’équipe. Je n’ai pas d’ego, ce qui me permet de peaufiner jusqu’à l’extrême pour finalement être là plus fidèle possible aux images et aux émotions que je reçois dans mes «  rêves ».
Enfin je relis à voix haute. Si ma musique est là et me ramène les mêmes émotions qu’en écrivant alors je sais que je livre est fini 😉

Dany : Comment peux-tu classifier ton roman … historique, fantastique, ésotérique, romance, gastronomique 😂

MERCREDI 15:47

Dany : Aline  … on a perdu notre auteure …

Miss Aline : Danièle,  oui j’ai vu ça….

Dany : je crois qu’elle ne veut pas entrer dans les cases !

Miss Aline : comme on la comprends …

Mireille : Non non je suis toujours là mais par intermittence… j’ai d’autres interview dans la journée.., donc…
Je dirai que mes romans sont difficilement classables

Dany : J’avais compris 😇

Mireille : C’est pour cette raison que j’ai signé chez XO et que les autres maisons d’éditions ont refusé le lit d’Aliénor à l’époque. Mes lecteurs appartiennent à tous les genres littéraires beaucoup viennent du thriller et du polar, d’autres de la fantaisie alors que mes romans n’exploitent pas ce genre mais les origines de la fantaisie puisque je vais à la source des légendes qui l’ont fait naître… d’autre ne lisent que du Feel Good ou de la romance, sans parler bien sûr des purs lecteurs de romans historiques…
Le mot qui revient le plus dans la bouche de ses lecteurs c’est: obsédant… je crois que je me contenterai donc de celui la 😉
…Et je vous retrouve d’ici une grosse demi heure 😃

Miss Aline : Pourriez vous me donner trois raisons pour lire votre livre La prisonnière du diable ?

MERCREDI 17:17

Mireille : Coucou mesdames

Miss Aline  ; Dany et Geneviève : 👍

Dany : Alors ces raisons pour lire ton livre … bonnes bien sûr !

Mireille : Il met l’accent sur ces femmes oubliées de l’histoire qui se battent au quotidien pour assurer leur survie.
Il est aussi émouvant que diaboliquement obsédant
Et vous le refermerez en vous demandant si la prochaine cible divine ce pourrait être vous…

Dany : Tu as de bons arguments madame l’auteure …
J’ajouterai qu’il s’agit bien d’un thriller, ancré à la fois dans son époque mais aussi qui fait réfléchir sur la nôtre. Qu’il n’est pas besoin d’avoir une culture de médiéviste pour l’apprécier et enfin qu’il donne envie d’en savoir plus sur les autres titres de l’auteure.

Mireille : Je valide 😂

Dany : Je pense qu’aller plus loin dans l’évocation de la Prisonnière du diable serait superflue et spoliant et que nous allons arrêter notre échange ici … Aline,  as-tu une dernière question ?

Miss Aline : Pour moi c’est ok. Juste dire merci à Mireille pour cet échange.

Dany : Merci de tout cœur Mireille d’avoir passé du temps avec nous et pour moi c’était un plaisir. J’espère qu’on pourra creuser ta pratique du métier d’écrivain lors d’une nouvelle ITV… Au plaisir de se croiser à nouveau !

Geneviève : 😍

Mireille : J’en serai ravie les filles! C’était un joli moment pour moi aussi!!! Je vous embrasse 😘

Dany : Tout pareil ! Bises

Miss Aline : Merci et bonne soirée à toutes. Bises

 

Geneviève : Merci Mesdames, quel bel entretiens vous nous offrez là ! J’espère que nos lecteurs et nos lectrices prendront autant de plaisir à vous lire que j’en ai eu à vous suivre. 😍

2 réflexions sur “Papote d’auteur avec Mireille Calmel

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s