La dernière étape d’Alfred Azkabade

La dernière étape d’Alfred Azkabade par Ge notre Porte Flingue pour le bingo de l’été

Un livre  qui vous fait penser au vacances

Le livre :  La dernière étape d’Alfred Azkabade. Paru le 6 juin 2019 chez Hugo Poche dans la collection Hugo sport. 7€60.  (286 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

Le Tour de France ? Une hérésie pour Hugo Taquelin, jeune journaliste allergiques aux coureurs bariolés et aux hôtesses Cochonou. Mais quand, la veille du départ, le patron de la Grande Boucle est retrouvé la tête éclatée dans son bureau, Hugo n’a d’autre choix que d’intégrer la caravane pour suivre l’enquête. Pendant trois semaines, épaulé par un collègue déroutant et un père longtemps absent, il va devoir se fondre dans cet univers qui le dépasse. Mais c’est en acceptant de s’y perdre qu’il découvrira la face cachée du Tour, son organisation tentaculaire, ses légendes lumineuses, ses secrets inavouables. Et qu’étape après étape, il finira par approcher la vérité.

L’auteur :  Alfred Azkabade  est un pseudo d’un passionné de cyclisme.  Alfred Azkabade a très vite caressé le désir de devenir journaliste sportif. La vie étant pleine de surprises, il a finalement beaucoup écrit sur le foot, le tennis, le sexe, la politique et les people, mais jamais sur les petits gars bariolés qui gravissent le Mont Ventoux en danseuse. Un oubli aujourd’hui réparé.

 

Extrait :
La salle de presse était en ébullition, BFM TV venait de diffuser l’interview exclusive de Sébastien Lauden, qu’ils avaient décrochée un peu plus tôt. Extorquée plutôt, ils l’avaient chopé en pleine étape, dans sa voiture, il aurait dû refuser de répondre mais il n’avait sans doute pas trouver le courage. Le résultat n’était pas à son avantage. Il bafouillait, transpirait beaucoup, alors qu’il faisait encore frais sur les route du Tour, il n’avait rien à dire à part qu’il était innocent et qu’il ne comprenait pas d’où venait ces accusations.

Le post-it de Ge

La dernière étape d’Alfred Azkabade

Stupeur et tremblements sur le Tour de France. À la veille du départ, Benjamin Callaère, patron de la grande boucle, est salement assassiné dans son bureau. Qui l’a tué et pourquoi ?

C’est ce que va tenter de comprendre Hugo Taquelin, jeune journaliste au Progrès de Lyon, obligé de suivre la caravane pour suivre l’enquête. Perdu dans un milieu qu’il ne comprend pas et qu’il exècre . Il va devoir se fondre dans un drôle d’univers où se côtoient sportifs, journaleux, hôtesses affriolantes et suiveurs douteux. Un monde réglé au millimètre près, un tour de force logistique ou envieux, coups bas et luttes de pouvoir semblent pourtant permis. Un monde d’homme pour les hommes où sexisme, machisme et misogynie  règnent en maîtres

Aussi Hugo, épaulé par un collègue sévèrement alcoolique et un père trop absent pour cause de passion pour la grande boucle et le cyclisme professionnel en général , va ainsi découvrir la face cachée du Tour.

Il va vivre en marge de cette organisation gigantesque, colossale  et démesurée , ses secrets quelques fois honteux voire indignes de l’esprit sportif , ses incroyables légendes.

Et ici c’est  Alfred Azkabade  journaliste sportif de son état est passionné de cyclisme depuis qu’il a vu en 1986, Bernard Hinault passer à l’offensive dans la descente du col du Tourmalet,  attaquer dans les pentes du col d’Aspin. Et franchir en solitaire les cols d’Aspin et de Peyresourde qui met en scène tout  ce spectacle.

Et si Alfred Azkabade n’avait jamais écrit sur le Tour, aussi avec ce petit polar il se rattrape à merveille.

Il nous offre une intrigue prenante et rythmée. En effet l’enquête est mené au jour le jour et durant chacune des étapes de ce tour dessiné spécialement pour la circonstance.

Il faut aussi souligner l’originalité du récit qui nous amène à suivre sur les routes du Tour les trace d’un assassin qui se cache au milieu de la caravane et des suiveurs du tour ; au milieu des équipes et de la logistique titanesque de cet événement sportif annuel et mondial.

Nous sommes là dans un huis clos grandeur nature.

On peut aussi mettre en avant la qualité d’écriture de l’auteur. Il a su saisir et retranscrire l’atmosphère de la plus grande course au monde, il a su installer un suspense digne de cette manifestation. Il retrace parfaitement cette incroyable épopée, cette fresque moderne à la dramaturgie parfaitement rodée.

Il a su imaginer une grande boucle imaginaire aux étapes originales avec ses champions et ses célébrités du sport aux noms improbables conçus à partir de leur propres anagrammes.

Pour autant l’auteur ne se prend pas totalement au sérieux, il distille avec pas mal d’humour et de facéties quelques piques bien senti à tout ce cirque, à la mentalité  paternaliste et rétrograde de ses organisateurs  et à toutes les personnes qui tentent de profiter de ce grand barnum qu’est le tour de France.

Aussi, je l’avoue, j’ai aimé me doper avec ce polar bien ficelé et parfaitement documenté.

Et j’en profite pour remercier Maud qui m’a mise sur la piste de ce roman policier sans savoir que j’étais une passionnée presque inconditionnelle de cette fantaisie, de ce divertissement  dantesque qui nous ravit tous les ans à la même époque.

Bref vous l’aurez compris un parfait polar pour amateur de cyclisme mais pas que. Une belle échappée à ne pas manquer !

35 réflexions sur “La dernière étape d’Alfred Azkabade

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s