Le Tag de l’été, les réponses d’Aurélia

Tag de l’été

Petit jeu concours

 Hello mes polardeux,

il y a quelques jours je vous proposais ce tag.

Je vous proposais de répondre à ces 12 questions.

C’est chose faite grâce à Aurélia

Dont voici ses réponses 


Salut, salut !

C’est Aurélia du blog Ma Lecturothèque et voici mes réponses à tes questions pour le tag de l’été :

1/ L’été est là : un livre qui se déroule en été.

1/ -Je ne sais pas, je sèche,  j’avoue avoir fait ça au réveil ! Mais je me rattrape sur d’autres questions 😉

2/ C’est bientôt les vacances : un livre que tu veux absolument lire cet été.

2/ « Morwenna » de Jo Walton  😉

Morwenna Phelps, qui préfère qu’on l’appelle Mori, est placée par son père dans l’école privée d’Arlinghurst, où elle se remet du terrible accident qui l’a laissée handicapée et l’a privée à jamais de sa soeur jumelle, Morganna. Là, Mori pourrait dépérir, mais elle découvre le pouvoir des livres de science-fiction. Delany, Zelazny, Le Guin et Silverberg peuplent ses journées, la passionnent.

Un jour, elle reçoit une photo où sa silhouette a été brûlée… Que peut faire une adolescente de seize ans quand son pire ennemi, potentiellement mortel, est sa propre mère ? Elle peut chercher dans les livres le courage de combattre.

Ode à la différence, journal intime d’une adolescente qui parle aux fées, Morwenna est aussi une plongée inquiétante dans le folklore gallois. Ce roman touchant et bouleversant a été récompensé par les plus grands prix littéraires du genre : le prix Hugo, le prix Nebula et le British Fantasy Award.

 

3/ On l’attend depuis un an : un livre dont la couverture te fait penser à l’été.

3/ « La Sirène » de Kiera Cass

Une fille au lourd secret
Le garçon de ses rêves
Un océan les sépare

Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l’Océan en poussant les humains à la noyade. Son arme ? Une voix fatale pour qui a le malheur de l’entendre… et qui l’oblige à se faire passer pour muette lorsqu’elle séjourne sur la terre ferme.

Akinli, lui, est un séduisant jeune homme, qui incarne tout ce dont Kahlen a toujours rêvé.

Alors que leur amour naissant leur fait courir un grave danger, Kahlen est-elle prête à tout risquer pour Akinli ?

 

 

 

4/ Le beau soleil d’été : un livre jaune comme le soleil.

4/ « La tresse » de Laetitia Colombani

La tresse

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père.

Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est réservé et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

 

5/ Le beau ciel d’été : un livre bleu comme le ciel.

5/ « Hunger Games 3 » de Suzanne Collins

Dernier opus de la série.

Je m’appelle Katniss Everdeen. Je devrais être morte. Maintenant je vais mener la révolte.

Contre toute attente, Katniss a survécu une seconde fois aux Hunger Games. Mais le Capitole crie vengeance. Katniss doit payer les humiliations qu’elle lui a fait subir. Et le président Snow a été très clair : Katniss n’est pas la seule à risquer sa vie. Sa famille, ses amis et tous les anciens habitants du district Douze sont visés par la colère sanglante du pouvoir. Pour sauver les siens, Katniss doit redevenir le geai moqueur, le symbole de la rébellion. Quel que soit le prix à payer.

Katniss a survécu une seconde fois aux Hunger Games grâce à l’intervention d’un commando du district 13. Elle doit choisir entre se venger et chercher la source du mal qui ronge le pays.

 

 

6/ Les vacances de notre enfance : un roman que vous vous souvenez avoir lu pour la première fois durant vos vacances d’été.

6/ – « Le silence des agneaux » de Thomas Harris que j’ai découvert en 2017 grâce à ma petite sœur qui me l’avait prêté.

Il s’appelle Hannibal Lecter. Il est psychiatre. Emprisonné à vie pour une série de meurtres sanglants, il est la plus grande autorité du pays en matière de démence criminelle.

Pour comprendre les motivations secrètes d’un psychopathe surnommé Buffalo Bill qui terrifie l’Amérique, la police a besoin de ses intuitions.

Mais Lecter n’accepte de communiquer qu’avec Clarence, une jeune inspectrice tout juste sortie de l’université.

Si elle veut bien lui parler d’elle-même, de son enfance, de ses peurs intimes, peut-être l’aidera-t-il à trouver le tueur…

Ou le tueur à la trouver…

 

 

 

 

Également « 13 balles dans la peau » de David Wellington,

Selon les rapports officiels, tous les vampires sont morts. L’agent fédéral Arkeley s’est débarrassé du dernier dans les années 1980, à l’issue d’un combat qui a failli lui coûter la vie. Pourtant, lorsque Laura Caxton, de la police d’État, appelle des renforts en pleine nuit à la suite d’un contrôle de routine qui a mal tourné, le FBI décide de tirer Arkeley de sa retraite. Il est en effet le seul à savoir qu’un vampire a survécu : une femme, qui croupit dans un asile abandonné. Arkeley la soupçonne de manigancer le retour en force des damnés. Et comme Caxton va vite s’en rendre compte, il ne s’agit pas de créatures d’opérette, mais de véritables machines à tuer. Ces vampires-là sont des monstres, des vrais.

 

 

 

« Roller Girl » de Vanessa North, etc.

Récemment divorcée, Tina Durham tente de s’en sortir seule, mais sa carrière de coach sportive bat de l’aile, ses meilleurs amis sont pris dans leurs relations amoureuses, et son lave-linge vient d’inonder sa cuisine.
Plutôt que de pleurer dans son coin, elle fait appel à un plombier. C’est ainsi que Joanne “Joe Mama” Delario arrive à son secours. Joe est belle, drôle et douée pour réparer les choses. Elle remarque d’ailleurs quelque chose chez Tina et l’invite alors a venir au recrutement de l’équipe de roller derby qu’elle coache.

7/ On part à la plage : un livre qui se passe au bord de la mer.

7/ « La Sirène & la Licorne » d’Erin Mosta

La Licorne, c’est Lili, passionnée de cinéma et d’effets spéciaux.

La Sirène, c’est Cris, prête à tout risquer pour naviguer.

Toutes les deux cachent une blessure… Elles ont un été pour se reconstruire, se découvrir et s’aimer.

Lili, 17 ans, est passionnée d’effets spéciaux et de maquillage de cinéma. Harcelée sur Internet par ses camarades de classe, elle part se reposer à la mer chez sa tante. Cris aime la voile et la natation. Plus à l’aise sur l’océan qu’avec les gens, elle est en vacances dans la maison familiale au bord de l’océan. Tout les oppose, pourtant les deux adolescentes s’attirent.

Une comédie romantique qui bouscule les préjugés !

 

8/ On part à l’aventuuuure : un livre qui parle de voyage.

8/ « Les Opéras de l’espace » de Laurent Genefort

Les opéras de l’espace

Axelkahn est un ténor hors du commun, presque un dieu vivant. Ses interprétations des airs d’opéras les plus périlleux sont des instants volés à l’éternité. Tout cela grâce aux biopuces que lui ont implantées les mystérieux Yuweh. Jusqu’au jour où ces greffes tombent en panne, renvoyant Axelkahn à sa condition de simple mortel. Il ne lui reste plus qu’à tenter de retrouver un Yuweh, dont la légende raconte qu’il aurait disparu au coeur des Bulbes Griffith, gigantesque artefact spatial composé de stations reliées entre elles par des filins créant une inextricable toile d’araignée. Il forme donc une troupe de théâtre aussi hétéroclite qu’attachante et se lance en quête d’une hypothétique guérison.

De l’aventure, la description d’un monde hors du commun et… du théâtre ! Rarement space opera n’aura si bien porté son nom.

 

 

 

9/ La saison des glaces est lancée : un livre qui te fait l’effet rafraîchissant d’une bonne glace.

9/ « Qaanaaq » de Mø Malo

Adopté à l’âge de trois ans, Qaanaaq Adriensen n’a jamais remis les pieds sur sa terre natale, le Groenland. C’est à contrecoeur que l’inspecteur accepte d’aider la police locale, démunie devant ce qui s’annonce comme la plus grande affaire criminelle du pays : quatre ouvriers de plateformes pétrolières retrouvés le corps déchiqueté. Les blessures semblent caractéristiques d’une attaque d’ours polaire. Mais les ours crochètent-ils les portes ? Flanqué de l’inspecteur Apputiku, Qaanaaq va mener l’enquête. Et peut-être remonter ainsi jusqu’au secret de ses origines.

Dans le vaste pays blanc, l’esprit de Nanook se réveille. Le grand ours polaire, seigneur des lieux, protégera les siens. Jusqu’au bout.

 

 

 

 

10/ Les soirées se rallongent : un livre qui t’a tenu(e) éveillé(e) une bonne partie de la nuit.

10/ « Caresser le velours » de Sarah Waters,

Débauche de mélodies, de parfums et de costumes, Caresser le velours ressuscite, dans la meilleure tradition picaresque, les dernières années de l’Angleterre victorienne. A la fois érotique et historique, le récit met en scène les aventures de Nancy, une jeune vendeuse d’huîtres dans un petit port du Kent. Son sort bascule lorsqu’elle tombe amoureuse d’un chanteur de music-hall aux allures de dandy qui se révèle être… une femme. Quand l’élue décroche un rôle à Londres, Nancy la suit comme habilleuse. Bientôt la petite écaillère enfile, elle aussi, un pantalon, et le duo de faux hommes devient célèbre sur les scènes du West End…

Plongée dans l’Angleterre qui condamna Oscar Wilde, Caresser le velours nous offre une vision clandestine et fascinante de cette fin de siècle qui préluda à la Belle Epoque. Et en conteuse mi-libertine, mi-sentimentale, Sarah Waters renoue avec la littérature de tentation et de plaisir.

 

 

« La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert » de Joël Dicker,

À New York, au printemps 2008, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l’innocence de son ami Harry, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête.

Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ?

 

 

 

 

« Les amies d’Héloïse » de Hélène de Monferrand…

Les Amies d’Héloïse

En 1964, Claire et Héioïse achèvent leurs études secondaires. Leur amitié ne s’interrompt pas pour autant, et leurs lettres vont nous rendre témoins de leur vie.

À Vienne, Héioïse rencontre Erika, qui lui révèle l’amour homosexuel.

Bientôt d’autres femmes, jeunes ou moins jeunes, sages épouses ou amazones, apparaissent dans ce livre à plusieurs voix.

Si l’amour entre femmes, évoqué librement et simplement avec ses joies, ses drames, ses plaisirs, est le thème dominant de ces pages, c’est aussi le roman de l’amitié, des passions, de la liberté, de la vie comme elle va. Et du monde qui change, de la décolonisation aux lendemains de Mai 68.

Une chronique impertinente et brillante, pleine de personnages singulièrement attachants, couronnée en 1990 par le prix Goncourt du Premier Roman.

et plein d’autres encore !

11/ Les barbecues d’été : un livre qui t’a donné faim.

11/ « Space Battle Lunchtime » de Natalie Riess

 

Space Battle Lunchtime est un show culinaire ultra populaire diffusé jusqu’aux confins de l’univers et sa nouvelle saison est sur le point de commencer ! Quand l’un des chefs sélectionnés jette l’éponge à la dernière minute, une apprentie pâtissière terrienne, Peony, se voit offrir la chance de le remplacer et de concourir pour la notoriété, la gloire et un prix de 20 000 Solarbucks. Elle doit simplement impressionner les juges aliens et battre les cinq autres chefs sélectionnés (aussi des aliens !) : la mystérieuse Neptunia, le sournois Melonhead, l’intimidant Jacques, la féroce Owline, et le robuste Meatabax. Coincée entre des concurrents déloyaux et des ingrédients inconnus, Peony va devoir tout donner. Est-elle prête à surmonter le monde impitoyable de la cuisine intergalactique, ou s’est-elle surestimée ?

12/ BONUS : au moins un livre que tu as lu l’été dernier. 

12/ « [Angor] » de Franck Thilliez,

D’où vient ce cauchemar qui la hante depuis sa greffe du coeur ? Camille, gendarme à Villeneuve-d’Ascq, voit chaque nuit une femme enfermée l’appeler au secours. Un rêve aussi réel qu’un souvenir. Elle n’a dès lors plus qu’une obsession : retrouver l’identité de son donneur.

À une centaine de kilomètres de là, Sharko et Henebelle n’ont guère le temps de pouponner leurs jumeaux : une femme, victime d’une longue séquestration, les yeux presque blancs, dépourvus d’iris, a été découverte… sous un arbre.

Et leur enquête prend un tournant plus curieux encore lorsque Franck comprend qu’à chaque nouvelle piste, il est devancé par une jeune femme, gendarme dans le Nord…

 

 

 

« Amerigo » de Stefan Zweig,

Amerigo

L’Amérique, chacun le sait, aurait dû s’appeler Colombie. Amerigo Vespucci, qui lui donna son nom, n’avait en rien contribué à sa découverte, ni même revendiqué ce privilège.

Alors, pourquoi lui ?

Dans cet essai écrit en 1941 – au moment où il s’installe en Amérique -, Stefan Zweig reconstitue l’enchevêtrement des circonstances, des hasards, des malentendus qui sont à l’origine de cette étrange erreur.

Écrivain constamment soucieux d’élargir son horizon, il nous invite ici à voir le monde avec les yeux des hommes du XVe siècle, leurs connaissances, leurs incertitudes, leurs moeurs. Un an avant sa mort volontaire, il nous fait mesurer, aussi, incommensurable distance qui se creuse entre le vécu et la mémoire, entre les perceptions du présent et ce que les siècles futurs retiendront de nous…

« L’essentiel des gouines à suivre » d’Alison Bechdel,

La vie, les amours et les engagements de Mo, Loïs, Sydney, Sparrow, Ginger, Clarice et les autres

Elles sont étudiantes, libraires ou travailleuses sociales, tombent et retombent amoureuses, nouent et dénouent leurs amitiés, élèvent des enfants, changent de carrière ou affrontent leurs parents. Cela permet à Alison Bechdel de dresser un brillant portrait de tout un pan de la contre-culture américaine des années 80 jusqu’à nos jours. « L’essentiel des gouines à suivre » confronte l’ordinaire au spectaculaire, le trivial au profond, les routines du quotidien aux affaires de politiques étrangères ou aux théories sur le genre dans un roman graphique qui s’adresse à « tous les humanistes, de toute nature. »

Le génie de Bechdel tient dans ce qu’elle arrive à transmettre une riche palette d’émotions humaines en un seul et même temps. Elle insuffle le rire dans les drames universels… Bechdel a le don du détail.
Boston Globe

Riche, drôle, profond et impossible à lâcher.

etc.

Aurélia : Maintenant Geneviève, on veut tes réponses  🙃

Ge  : J’avais promis d’y répondre  Aurélia . L’article est paru le 29 juillet dernier.

Si tu l’as, si vous l’avez manqué, il est ICI le tag de l’été de Ge

Bonne lecture mes polardeux

12 réflexions sur “Le Tag de l’été, les réponses d’Aurélia

Répondre à Collectif Polar : chronique de nuit Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s