L’étoile du chien qui attend son repas  de Hwang Sok-yong

Le livre : L’étoile du chien qui attend son repas  de Hwang Sok-yong. Paru le 1er février 2018 aux éditions Serge Safran. Prix : 19,90 € ; (256 pages); 14,1×21 cm. Traduit du coréen par Jeong Eun-Jin et Jacques Batillot.

Poche paru le 17 janvier 2019 aux éditions Points. 7,00 € ; (240 pages); 10,9×16,9 cm.

4ème de couverture :

En Corée du Sud, dans les années soixante. Chun et son copain Inho abandonnent les cours pour vivre dans une grotte puis faire l’été une grande virée dans leur pays encore marqué par l’occupation japonaise et la guerre. De retour à Séoul, ils reprennent leurs études, forment un cénacle avec leur nouvel ami, le peintre Chang Mu, se retrouvent tous au café Mozart. Chun et Mia entament une relation amoureuse qui les entraîne vers l’île de Cheju. Mais Mu meurt de la tuberculose et Chun est arrêté pour avoir manifesté. En prison il rencontre « Lieutenant » avec qui il part travailler sur des chantiers et en mer. C’est alors qu’il découvre, par une belle nuit, l’« étoile du chien qui attend son repas », autrement dit Vénus. Enfin, après avoir voulu devenir moine et rescapé d’une tentative de suicide, il est appelé sous les drapeaux.
Ainsi ce beau périple initiatique à plusieurs voix, où s’entremêlent premières amitiés et amours, recherche spirituelle, aspiration à la liberté, se termine avec ironie par le départ pour le Viet Nam du principal narrateur, enrôlé pour cette guerre américaine qui n’est pas la sienne.

 

L’auteur : Hwang Sok-yong, né en 1943 en Mandchourie, traverse l’histoire contemporaine de la Corée tant par sa personnalité qu’à travers son œuvre. Sa lutte contre la dictature et sa volonté de faire un pas vers la Corée du Nord le mènent en exil d’abord, puis en prison. Chacune de ses publications nous fait découvrir une page de l’histoire de la Corée et une vision d’ensemble sur l’évolution de la société sud-coréenne par l’intermédiaire d’un récit palpitant. Il est auteur de L’Invité, Chim-chong, fille vendue, L’Ombre des armes, ainsi que de recueils de nouvelles tels que La Route de Sampo ou Les Terres étrangères
Extrait :
J’étais en train de me laisser engloutir dans les vastes bras de la montagne qui prenait et absorbait tout. La ville lointaine s’illuminait. Ternes et clignotant, des points dessinaient un espace comme autant d’étoiles. Leur lumière éclairait presque le ciel. Les hommes avaient trouvé bien commode de vivre en communauté. Cependant, ils ne devaient pas savoir qu’au milieu de cette immense nuit, ils vivaient encore plus à proximité les uns des autres qu’ils ne le croyaient. L’image d’une famille bavardant et riant sous un vif éclairage me vint à l’esprit. Le bruit des mitraillettes, l‘envol des fleurs de cerisier, le sang mouillant l’uniforme noir d’un élève, les rues criant de joie, la marée des citoyens qui avancent, le front innocent des jeunes fillse, tout cela s’était passé il y a longtemps. Même mélancolie avait quitté la rue. Du ciel sombre tombait une pluie fine, douce comme la peau duveteuse d’un nouveau-né

 

 

Les émotions de lecture de Cécile

L’étoile du chien qui attend son repas  de Hwang Sok-yong:

Mon exploration de la littérature coréenne se poursuit. J’ai l’obsession tenace et toujours en cause le centre culturel coréen à Paris! Effectivement seul responsable de ma soudaine addiction précédente, à la plume de Kim Un-Su, que j’ai découverte lors d’une rencontre au sein du centre ! Ils ont récidivé en me tentant avec un concours autour de l’œuvre de Hwang Sok-yong « L’étoile du chien qui attend son repas »

Vous dire que le titre, en lui-même, est un appel à découverte, ou oserai-je même dire qui a du chien, est bien en dessous de la vérité. Je ne pouvais pas passer à côté de ce livre. Une envie irrépressible de le découvrir m’a étreint à l’insu de mon plein gré et avec un titre.

Une seule phrase, avec une résonnance toute personnelle quant à mon fragile statut d’auteure, aurait pu, à elle seule, me faire adopter cet animal étoilé « C’est bien d’écrire des livres, mais c’est jeter tout son karma en pâture aux autres »

Mais il y a beaucoup plus… Tout d’abord, une découverte, l’implication de jeunes soldats coréens dans la guerre du Vietnam. Pour approfondir cet aspect, cependant, il me faudra lire d’autre opus de Hwang Sok-yong ce que je ne manquerai pas de faire. Dans celui-ci, il se penche sur la jeunesse de Chun avant son départ pour le Vietnam et celle de sa bande de copains.

Outre le climat politique après-guerre de Corée et les manifestations étudiantes fortement réprimées en toile de fond, il y a, dans cette jeunesse coréenne au début des années 60, de la beat generation. Hwang Sok-yong y retrace la difficulté finalement universelle de la jeunesse à travers le monde à vivre dans une société ultra-codifiée, et le désir de casser ses moules et de s’inventer un autre destin que celui d’un système politique et éducatif oppressif. L’une arrose ces aspirations au Soju pendant que l’autre s’oublie dans la Marie-Jeanne mais  les espoirs restent les mêmes.

Sous la plume de Hwang Sok-yong, les routes de Corée avec ces cinq jeunes hommes aux aspirations artistiques, politiques, amoureuses ou tout simplement de survie tiennent toutes leurs promesses ! Je ne sais pas vraiment si je soumettrai ma chronique à avis pour le concours. Je sais une seule chose que ce nouveau périple coréen et cette plume sont à rajouter à ma toute jeune et toute tenace attraction, mêlée parfois d’un franc étonnement, pour la culture coréenne.

14 réflexions sur “L’étoile du chien qui attend son repas  de Hwang Sok-yong

      • J’ai pu découvrir ‘Zombies, la descente aux enfers’ de Kim Jung-Hyuk. Et également un recueil de nouvelles un peu décalé que j’avais littéralement dévoré : ‘Histoires insolites de Corée’ avec Kwon Ji-Ye, Lee Jang-Wook, Cheon Un-Yeong, Kim Hyung-Uk, Kim Yi-Hwan et Yun Ko-Eun. Decrescenzo éditeurs est spécialisé dans ces auteurs coréens, peut-être se rapprocher d’eux ? Ils sont très sympas 😉

        Aimé par 2 personnes

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s