Assignée à résidence : L’interview bracelet électronique 11, Alexis Aubenque

Assignée à résidence : L’interview bracelet électronique 11, Alexis Aubenque

L’interview « bracelet électronique »,  vous connaissez maintenant, non ?

C’est une mesure d’aménagement de peine permettant de réaliser une interview de longue haleine sans obliger l’auteur à être incarcéré. Juste  » Assigné à résidence »

Contrairement à la GAV qui est bien délimitée dans le temps, l’interview bracelet électronique est plus « libre ». Elle peut se dérouler sur plusieurs jours.

Le onzième auteur ayant dû vivre son quotidien avec le bracelet électronique est…

Alexis Aubenque

Aline : Bonsoir @Alexis. Bonsoir @Danièle et bonsoir Geneviève

C’est ici que ce déroulera l’assignation à résidence d’Alexis.
Rendez vous demain à 10h
Bonne soirée à tous.
À demain..

Danièle : J’y serai … Bonne nuit !

Aline et Geneviève :👍

Geneviève : Ok, je vous laisse gérer, je serai sur une autre affaire, j’interrogerai de mon coté mes lecteurs sur leurs coups de coeur durant un nouveau Kawa littéraire. Alors bonne interview bracelet électronique à vous trois. Vous viendrez juste vous réveiller demain 😁

 

Mercredi 06:08


Geneviève : Bonjour mesdames les Flingueuses, Bonjour Alexis. Je vois qu’Aline et Danièle t’ont placé sous bracelet électronique. Aussi je te souhaite bonne chance pour ces futurs auditions. Je ne serai jamais très loin. Je surveillerai tout cela d’un œil attentif. Bonne Assignation à vous !

Miss Aline : Bonjour Ge.


Mercredi 09:48

Alexis Aubenque : Merci 🙂 surtout que je suis innocent, je n’ai rien fait de mal 😞 😁

Dany : Bonjour Alexis, bonjour mes dames …

Alexis : Bonjour 🙂

Miss Aline : Bonjour Alexis, Commence dont par nous parler de toi en quelques mots.

Alexis : Oulalal, vaste sujet ! On va faire au plu simple, je suis un écrivain de roman roman policier, je vis entre Paris et Montpellier, je suis avant toutes autres choses un passionné, quand j’aime c’est sans limite et inversement !

Miss Aline : Justement roman policier c’est pas tout à fait ce que tu nous offre avec « les filles » ? Tu sors un peu de ta zone de prédilection .

Alexis : Oui et non, en fait la fille de l’océan est quasiment un pur polar, mais pour la fille de la plage, j’avais besoin d’air frais, cela faisait dix ans que j’écrivais des histoires terribles sur notre société, et j’avais besoin de faire un break, un livre léger, solaire, avec des bons sentiments, qui mettait en exergue l’amitié, la compréhension, les liens du cœur et de sang, un livre feelgood, et en même temps, je n’ai pas pu m’empêcher d’y aller une intrigue policière, on ne se refait pas. C’est un roman à suspense, feelgood, Young adulte, romance… mais j’ai juste envie de dire que parfois il faut oublier les cases, et que j’ai juste écrit un roman qui me tenait à cœur 🙂

Dany : Je l’ai ressenti effectivement comme une pause, néanmoins au niveau du lieu pas de changement … la côte ouest des USA : un rêve ?

Miss Aline : c’est réussi en tout cas.

Alexis : 😍

Alexis : Daniele, Oui, j’ai toujours fantasmé sur la Californie, et oui, plus un rêve qu’un vrai désir, je sais bien que tout est loin d’être aussi parfait dans ce coin, mais ce projet des  » filles « , c’est justement un petit coin de rêve, où le monde ne serait pas aussi noir qu’il peut l’être, même si au final les deux histoires que je raconte dans chacun de ces romans sont terribles, surtout dans  la fille de l’océan, mais mon truc c’est de raconter les horreurs du monde, sans en rajouter, et en cherchant toujours la lumière là où il n’y a que des ténèbres.

Dany : même dans la micro société de la fille de la plage, bien que les jeunes soient tous (ou presque) nantis, on se dit que l’argent ne fait pas forcément le bonheur ! Il y a aussi dans ce « paradis » des marginaux et des « vieux » qui souffrent de la solitude

Alexis : Exactement, si j’étais cynique, je dirais que la vie n’est que souffrance, et que par de rares moments, nous touchons au bonheur, un truc rare et éphémère qui disparait aussi vite qu’il arrive. Après on s’illusionne, on essaye de ne pas y penser, de se dire que tout va bien, et on ferme les yeux, mais oui, dès qu’on les ouvre un peu trop, la vie nous renvoie tous les malheurs du monde, et la solitude est peut être le pire des maux de nos sociétés. Les gens sont seuls, n’ont plus confiance en personne, se sentent trahis par leurs proches, et en même temps, le problème est que beaucoup de gens ne savent que parler et ne pas écouter, ce qui évidemment les coupe des autres. C’est un peu l’histoire du parano qui insulte tout le monde et qui se demande pourquoi il est seul… heu, je dévie vachement du sujet là ? Non ?!

Dany : Non ça permet de comprendre où se place ton intérêt … les gens en fait !
Leurs relations entre eux plus que leur lien avec leur environnement ?
Comment construis-tu tes romans : d’abord les personnages ou une histoire ?

Alexis : C’est ça, mon truc ce ne sont pas les histoires à tiroirs à multiples rebondissements comme pouvait le faire Agatha Christie, l’énigme pour l’énigme. Moi, ce qu’il me plait c’est de parler des gens, et surtout de montrer que tout est relatif, la vérité des uns et aussi valable que celle des autres. Tout le mode est persuadé d’avoir raison, tout le monde poste son avis définitif sur tel ou tel sujet, sans jamais relativiser son point de vue. Car tout doit aller vite et plus personne ne prend le temps de faire long, d’expliquer, de poser le pour et le contre, thèse, antithèse, synthèse. Ce qui est pourtant la base de toute réflexion et avis sur un sujet donné. L’intérêt du roman, c’est qu’on prend son temps pour montrer toutes les facettes d’un sujet. J’adore prendre les sujets de sociétés comme base : racisme, homophobie, misogynie, harcèlement scolaire, adoption, GPA, peine de mort… et essayer de comprendre tous les avis, en donnant à chacun un point de vue qui se tient, car de mon point de vue c’est la seule façon de faire changer les mentalités, ne jamais braquer ceux qui sont différents de nous, toujours tendre la main à celui qui vous la refuse… Bon, ça c’est pour la théorie. Dans la vraie vie, je pardonne très difficilement ! C’est toute la problématique, des paroles sur les actes, deux choses fort différentes. Il est très facile de passer pour quelqu’un de bien en usant du bon vocabulaire et tellement plus dur de l’être dans les actes… oui, je m’égare encore un plus loin !!!

Dany : Justement tes personnages sont donc des outils de la démonstration … comment est-ce que tu les construis ? Des modèles dans la vie courante, des fantasmes ?

Alexis : Alors là, question très difficile dont je n’ai pas vraiment de réponse. En fait, quand je crée une série, je cherche avant tout des personnages que j’aurais adoré avoir comme ami, des gens qui vont me toucher, me faire rire, me faire pleurer et en qui je peux avoir confiance, qui ne vont pas me lâcher. Après j’aime les personnages avec toujours un petit grain de folie, avec leurs failles, mais ce sont toujours des personnes qui sont très solaires au fond d’elles-mêmes. Donc pour répondre précisément à ta question, pas de modèle de la vie courante, mais plus des amis fantasmés 🙂

Dany : Donc des amis fantasmés, un lieu de rêve et l’argent dans tout ça , tu t’en sers comme « argument » mais l’auteur, il en pense quoi ?

Alexis : La place de l’argent dans  » les filles « , et même dans certains de mes autres romans, est avant tout une question de décors, c’est à dire que personnellement, j’ai toujours adoré les grandes demeures, les grands jardins fleuris avec piscine, et quand j’écris j’ai besoin de m’évader dans des lieux où j’aurais adoré vivre ( du moins en fantasme ). Tu remarqueras qu’il y a énormément de manoir dans mes livres. J’adorerai vivre dans un manoir ! Mais si je parle aussi d’argent dans ma série des  » filles », c’est pour rappeler à chacun de nous, qu’évidemment, il ne fait en rien le bonheur, même s’il est de bon ton de se moquer de ce genre de position ( je parle évidement à partir du moment que l’on a suffisamment pour vivre) mais la recherche du « toujours plus d’argent » afin d’être heureux est totalement illusoire. La seule façon de trouver le bonheur est pour moi très simple, c’est d’être entouré de gens que l’on aime , c’est gratuit mais cela demande des efforts d’écoute et de compréhension et pardon… après , ce n’est que mon avis, et une Rolex, ça peut-etre sympa aussi !!!!!

Miss Aline : parlons un peu « technique » : quels sont tes rituels d’écriture ? Tu écris tous les jours à un moment précis ? au même endroit ? musique ou pas ? papier ou ordi ? etc

Alexis : Pas vraiment de rituel, j’écris tous les jours ou presque, et quand j’écris pas, je passe mon temps à réfléchir à des histoires. Pas une journée sans que je pense à mes romans en cours, c’est vraiment obsessionnel chez moi, je décroche très peu. J’écris toujours dans une maison, je veux dire je ne pourrais jamais écrire dans un bar ou dans un train comme le font certains de mes collègues. Après, c’est matin, midi et soir, selon l’inspiration du moment. Par contre c’est toujours en musique, là je vous écris en écoutant du Tangerine dream 🙂 Pas de papier, juste mes trois premiers romans, il y a bien longtemps… depuis c’est l’ordinateur à défaut d’une secrétaire à qui je pourrais tout dicter à voix haute !

Miss Aline : merci de partager ta musique…

Alexis : J’adore ce groupe 🙂

Miss Aline : un auteur nous a dit lors d’une itw : un bon auteur c’est un auteur qui souffre sinon il n’a rien à dire ? qu’en dis tu ?

Alexis : J’aurais envie de dire que vu que tout le monde souffre… je ne connais pas une personne qui ne souffre pas. En tout cas, je n’ai jamais rencontré des gens qui n’avaient pas de douleur au fond d’eux, qu’elles soient physiques ou psychiques. Après on peut répondre à la question par une autre question ? Pourquoi un auteur qui ne souffrirait pas ne serait pas un  » bon auteur  » ? La question derrière est de savoir si on peut parler du malheur du monde sans l’avoir connu soi-même, vaste sujet… Est-ce qu’on peut parler d’un viol sans avoir été violé ? Du racisme sans l’avoir subit, de la pauvreté en étant riche, de la générosité en étant radin ! je crois qu’il n’y a pas de règles. Pour moi un bon écrivain est un écrivain qui écrit un bon roman ( ça marche aussi avec  » très bon » et  » mauvais  » ! ) 🙂

Mais qu’est-ce qu’un bon roman ? là, j’en ai pour des heures… Car à la vérité, personne ne sait ce qu’est un bon roman. car les tous les romans sont bons pour certains, et mauvais pour d’autres. Questions de point de vue. Et un roman qui ferait « l’unanimité  » n’existe pas si ce n’est que d’un point de vue commercial ( ça marche très bien sur un bandeau !) car absolument aucun roman ne peut faire l’unanimité, un roman qui plairait à tout le monde, cela veut dire qu’il plairait autant aux extrémistes de tous bords qu’aux modérés… à part une soupe tiède, je crois pas à l’unanimité, et je vais dire, en fait, j’adore les livres qui créent la polémique qui justement ne font pas l’unanimité…
heu, j’ai fait un peu long !

Miss Aline et Geneviève : 😆

Miss Aline : autant de lecteur, autant de ressenti… que fais-tu de l’avis de ces même lecteurs ? Tu en tiens compte pour l’écriture de l’œuvre suivante ?

Alexis : Justement, comme tout est relatif, je ne tiens jamais compte de l’avis des lecteurs. En fait si, je  tiens compte que du seul avis du lecteur en qui j’ai une confiance absolu dans son « bon goût » : MOI ! Le truc est tout simple, je suis hyper exigeant avec moi-même, et j’écris juste des livres que j’aurai envie d’acheter en librairie, car je me suis toujours dit : « si jamais il ne marche pas et qu’il ne plaise à personne, et bien il y aura toujours quelqu’un de content d’avoir passé des mois à l’écrire : MOI !  » CQFD. Pour le coup, ce sont comme mes enfants, et je les adore tous, même avec leurs défauts qui pour moi n’en sont pas 🙂 Après je n’oblige personne à lire mes livres et je comprends tout à fait que certains les détestent ( en fait, non ça je les comprends pas ! 😂 )
oups, j’ai mis du temps, car j’ai pris un coup de téléphone !

Miss Aline : 😆

Alexis : mais il a pas fait mal ! 😁

Dany : 😆

Miss Aline : tu te définis comment : un conteur d’histoire ?

Alexis : Exactement, tu as tapé dans le mille 🙂 Lire un livre, c’est lire une autre vie par procuration, une autre histoire que la nôtre, qui va nous faire vivre des situations que nous n’aurons jamais à connaitre , des lieux que nous ne visiterons jamais, et c’est peut-être un moyen de garder son âme d’enfant, la part essentielle qui fait que tous les adultes ne sont pas des tordus !

Miss Aline : pour ce qui est du thriller ou du polar, qu’est ce que le lecteur vient y chercher ?

Alexis : Je pense qu’il y a plusieurs façons de lire un polar et un thriller. Certains vont y chercher une réflexion sur la Noirceur de nos sociétés et de ses maux, d’autres une plume acerbe et une poésie sombre qui enchante leur esprit, ou encore juste le petit plaisir de se faire peur :  » Bouuuh ! ». L’être humain est un animal plein de paradoxes : il tend à chercher la sérénité et le bonheur, mais il a toujours besoin de se faire peur. Pourquoi ? Je ne sais pas… se rassurer , se dire que notre vie est moins pire que celle de ces pauvres victimes coupées en morceaux violées et manipulées par d’autres êtres maléfiques… Il y a aussi ceux qui ne cherchent que l’énigme, comme un jeu de piste… enfin et surtout, je crois que le lecteur de polar et de thriller est un peu de toutes les catégories que je viens de citer 🙂
…mince, j’ai appuyé envoie sans corrigé du tout !!! au boulot les correctrices !!!!
j’adore faire pleins de fote d’orgeat, en fait je sui dyslexique des doigts !!!!

Miss Aline & Dany : 😆

Alexis : d’où mon rêve d’avoir une secrétaire !

Miss Aline : —- je veux bien étudier ta proposition de job-secrétaire…. lol ——

Alexis : 😆

Miss Aline : vois-tu quelque chose à ajouter sur cette itw que nous n’aurions pas abordé et qui te tiendrais à cœur ?

Alexis : Laquelle de vous deux, j’épouse ?  😂

Dany : 😆

Geneviève : Hahaha 😂


Alexis : Sans rire, j’ai adoré répondre à cette interview, et si personne n’aime mes réponses, sachez que moi je les adore !!! 😂

Miss Aline : Nous aussi on les adore…. on passe un bon moment.

Alexis : 😍

Miss Aline : quels sont tes projets pour l’avenir à court, moyen et long terme ?

Alexis : A court terme, je suis dans l’écriture de mon prochain roman pour l’été 2020, à moyen terme, : surprendre… et à long terme : devenir le maître du monde !

Dany et Geneviève : 👍

Dany : des salons en perspective ?

Alexis : Très peu de salons pour moi, le prochain est en novembre à Dunkerque, le festival du livre romantique organisé par les délicieux Maxime Gillio et Sophie Jomain 🙂 Puis rien d’autre avant 2020.

Dany : des projets ciné, TV ?

Alexis : Oui, mais ça c’est top secret… 😉

Dany : touché !!!

Alexis : mais pas coulé, j’espère !

Miss Aline : tu peux développer le top secret ?

Alexis : Non, trop superstitieux pour cela, mais en général, j’ai toujours réussi, ce que j’entreprenais, alors des nouvelles à moyen terme 😉

Miss Aline : vilain !

Alexis : mon second prénom 😜

Miss Aline : ça ne m’étonne pas ! lol

Dany : Faut pas être superstitieux, ça porte malheur !
Pour conclure peux-tu donner 3 bonnes raisons de lire tes livres pour quelqu’un(e) qui n’aurait pas encore osé ?

Alexis : première raison : Si vous avez aimé mon interview mes livres sont encore plu sympas ! ( si vous n’avez pas aimé, vous aller détester ! ) . Deuxième raison : J’ai douze enfants à charge. Troisième raison : je suis en bas de chez vous avec un flingue, alors c’est vous qui voyez !

Dany : Convainquant … je passe acheter le dernier tantôt !! Je me suis arrêtée à la plage !

Alexis : Hihihihi, alors bonne lecture et à très vite 😘 moi, je m’en vais déjeuner à la plage justement 😉

Dany : Merci Alexis pour cet échange et oui à très bientôt !

Alexis : 👍

 

Miss Aline : Merci beaucoup pour ce bon moment de partage. À très bientôt Alexis.

Geneviève : Encore un beau moment de partage et d’échange. Merci

@Alexis. Merci mesdames mes Flingueuses pour votre générosité.

Dany : 😍
Aline : De rien Ge le plaisir fut pour nous.

Geneviève : 😍 pour moi aussi de vous suivre en décalé !

Dany : 👍

Alexis : Merci Genevieve, merci les flingueuses, à très bientôt 😍
Aline, Dany et Geneviève : 😍

Geneviève : Et bien cette fois, c’est certain, notre auteur est totalement livre. Plus d’entrave, plus de bracelet électronique. Fin de cette assignation à résidence !

2 réflexions sur “Assignée à résidence : L’interview bracelet électronique 11, Alexis Aubenque

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s