Derniers mètres jusqu’au cimetière de Antti Tuomainen

le livre : Derniers mètres jusqu’au cimetière de  Antti Tuomainen. Traduit du finnois par Alexandre André. Paru le 7 février 2019 chez Fleuve édition. 19€90. (312 p.) ; 21 x 14 cm

4e de couv :

À 37 ans, Jaakko a tout pour être heureux.

Jusqu’au jour où, lors d’une simple visite médicale, il apprend qu’il va bientôt mourir. La raison de ce triste verdict : quelqu’un l’empoisonne depuis longtemps à son insu.

Alors que cette annonce aurait suffi pour faire de cette journée la pire de sa vie, Jaakko n’est pas au bout de ses surprises.

En rentrant chez lui, il découvre sa femme sur la chaise longue du jardin en plein ébat avec le livreur de leur entreprise. Trop, c’est trop !

Jaakko décide d’utiliser les derniers jours qui lui restent pour enquêter lui-même sur son empoisonnement. Et nombreux sont ceux à avoir un mobile pour tuer celui qui est l’heureux propriétaire d’une société hautement rentable et spécialisée dans la culture d’un champignon : le matsutake. Une espèce particulière qui pousse en Finlande et dont les Japonais raffolent au point de l’acheter à des prix déraisonnables !

Le chemin de la vérité sera parsemé de morts, qui n’empêcheront pas Jaakko de garder en tête le plus important : c’est surtout dans les derniers mètres jusqu’au cimetière qu’il faut profiter de chaque instant.

 

L’auteur : Antti Tuomainen, né en 1971, est l’un des auteurs les plus lus en Finlande. Ses romans ont été traduits dans plus de 25 langues. Couronné « Le Roi d’Helsinki Noir » , il a gagné le coeur des lecteurs et des critiques avec ce dernier roman, à l’écriture rythmée sur un ton toujours caustique.

 

 

 

 

 

Extrait :
– J’ai de l’expérience. Avec les femmes. Je me suis marié pour la première fois à l’âge de 19 ans. Elle m’a quitté 5 ans plus tard. La suivante est partie après seulement 3 ans de mariage. et la dernière au bout d’1 an.
– Je suis désolé.
– Ce n’est rien, assure-t-il e, regardant amèrement devant lui.
rien ne se passe comme je l’avais imaginé. Je comptais lui parler de ma déception, mais pas directement ni dans le détail – je revois les fesses luisantes de Taina en train de claquer contre les hanches de jeune homme de Petri. Je sens que je dois consoler Olli. Il tourne cependant la tête et ajoute :
– Tu allais dire quelque chose ?
– Oui. Je soupçonne que … je soupçonne ma femme d’avoir quelqu’un.
Il inspire. Je dois assister à l’inspiration la plus longue de l’Histoire.
– Non, fait-il.
– Si, si.
– Tu en es sûr ?
La viande grasse de son hachis clapote, j’ai un goût de nausée dans la bouche. Je hoche la tête.
– Les femmes … reprend-il.
– On peut le résumer à ça.
Nous nous taisons un instant.
– Qu’est-ce que tu comptes faire ?
Sa question me surprend. Moi qui espérais trouver auprès de lui des réponses, je vois mes incertitudes croître, alors que l’idée même de se confier est de dissiper ses tourments.
– Je l’ignore. Je ne me suis jamais retrouvé dans une telle situation. Je ne sais pas quoi penser.
– C’est un coup dur. Quelqu’un trempe son biscuit dans la tasse où tu devrais boire.
– Je ne pensais pas que …
– Quelqu’un jalonne ton terrain, dame ta piste …
– En effet.
– Tu sais ce que je fais pour passer outre ?
Tu inventes d’autres métaphores ?
Je m’abstiens de donner mon avis et je secoue la tête.
– Je descends la barre.
– Pardon ?
– Je baisse le niveau, explique-t-il. Je suis moins exigeante avec la suivante. Si la précédente était d’une nature encore à peu près potable, j’en prends une un peu moins bien.
– Mais tu viens de me dire que tes unions ont été de plus en plus courtes. Je doute que ta combine fonctionne.
Il me regarde comme si je ne comprenais pas ce qu’il dit. A vrai dire, il me fixe comme si je ne comprenais rien à rien.
– Aucun plan n’est parfait.

Chronique d’une flingueuse : Les petits mots de Flo

Vous souvenez-vous d’un film sorti à la fin des années 80, « Mort à l’arrivée », avec Dennis Quaid et Meg Ryan ? L’histoire d’un prof d’université américain, écrivain d’un premier roman à succès qui débarque dans un commissariat pour porter plainte pour meurtre, car il vient de découvrir qu’il a été empoisonné et qu’il ne lui reste que quelques heures à vivre, qu’il va passer à enquêter à la recherche du coupable.

Et bien Antti Tuomainen reprend le sujet à la sauce nordique légèrement piquante !
Jaakko a 37 ans, une entreprise florissante, spécialisée dans la culture de champignons prisés par les Japonais. Mais il a aussi un nouveau concurrent qui pointe le bout de son nez avec des méthodes pas très honnêtes, une femme qui le trompe.
Bref, Jaakko va vite se retrouver dans une enquête pleine de rebondissements …
Une lecture agréable, avec quelques pointes d’humour caustique.
Pas un coup de coeur, mais un honnête roman !

16 réflexions sur “Derniers mètres jusqu’au cimetière de Antti Tuomainen

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s