CINQ LIVRES, CINQ CONTINENTS, le choix d’Isabelle B

CINQ LIVRES, CINQ CONTINENTS

J’ai demandé aux flingueuses de bien vouloir répondre à ce tag

Hello les filles,

J’ai un petit travail d’été pour vous.

Un peu comme vos tops 10 de fin d’année…

J’aimerai bien que vous me donniez, votre sélection : un livre un continent.

5 continents, 5 livres, européen, américains, asiatique, africain et océanien.

Et si vous voulez pousser plus loin, je veux bien aussi un livre sur l’Antarctique

CINQ LIVRES, CINQ CONTINENTS, le choix d’Isabelle B

 

Hello Geneviève,

Voici mon tour du monde en livres.

L’Amérique ayant deux sous-continents, elle a le droit à 2 livres, voilà, c’est comme ça.

Bisou


CINQ LIVRES, CINQ CONTINENTS, le choix d’Isabelle B

Océanie. Une fleur de tiare dans un whisky pur malt

Crois-le ! de Patrice Guirao, Ed. Au vent des îles.

 Le polar a bien le droit de prendre des vacances. Et tant qu’à faire, il a choisi le paradis. On ne va pas le lui reprocher ! Ce premier volume des enquêtes d’Al Dorsey, détective privé en Polynésie, titille les sens. Crois-le ! respecte scrupuleusement les règles du genre tout en vous offrant un festival de couleurs, de senteurs et de saveurs exotiques. Très récréatif…

 

Crois-le !
Al Dorsey
Le détective de Tahiti

Ça sent le monoï, la transpiration, le sel de la mer, le frangipanier enveloppé dans du papier gas-oil. Ça respire la gouaille d’un Eden d’aujourd’hui. Du pur jus de polar mitonné au poisson cru. Ça décoiffe les soutanes au paradis des bons pères. On marche sur le corail pilé sans savoir où on met les pieds ! Normal, c’est Al Dorsey qui nous y emmène. Al « The » Détective des tropiques, les photos de trois jeunes gens prétendument disparus sur un voilier, un cahier d’écolier, deux gourmettes, un louis d’or, un opinel, des dettes par-dessus la tête et une valise qui aurait dû rester là où elle était. Voilà avec quoi Al Dorsey va plonger bien malgré lui dans les secrets de personnages hors du commun et explorer les couloirs d’un passé extraordinaire qui refait surface et lui pète à la gueule comme une bulle de savon.

Ça décoiffe les soutanes au paradis des bons pères. On marche sur le corail pilé sans savoir où on met les pieds ! Normal, c’est Al Dorsey qui nous y emmène. Al « The » détective des tropiques.

 

Asie. Affaire de prédateurs

Animal, de Sandrine Collette, Ed. Denoël.

Dans tous les romans de l’auteure, la nature est un personnage à part entière. Cette fois, elle est décrite en creux, à peine esquissée, et pourtant elle n’a jamais été aussi présente. Elle trouve à s’exprimer au son des voix animales qui résonnent dans ces pages. La quête de Lior au Népal, partie à la rencontre de son passé, n’en est que plus envoûtante. Un récit grisant.

 

Humain, animal, pour survivre ils iront au bout d’eux-mêmes.

Un roman sauvage et puissant.

Dans l’obscurité dense de la forêt népalaise, Mara découvre deux très jeunes enfants ligotés à un arbre. Elle sait qu’elle ne devrait pas s’en mêler. Pourtant, elle les délivre, et fuit avec eux vers la grande ville où ils pourront se cacher.

Vingt ans plus tard, dans une autre forêt, au milieu des volcans du Kamtchatka, débarque un groupe de chasseurs. Parmi eux, Lior, une Française. Comment cette jeune femme peut-elle être aussi exaltée par la chasse, voilà un mystère que son mari, qui l’adore, n’a jamais résolu. Quand elle chasse, le regard de Lior tourne à l’étrange, son pas devient souple. Elle semble partie prenante de la nature, douée d’un flair affûté, dangereuse. Elle a quelque chose d’animal.

Cette fois, guidés par un vieil homme à la parole rare, Lior et les autres sont lancés sur les traces d’un ours. Un ours qui les a repérés, bien sûr. Et qui va entraîner Lior bien au-delà de ses limites, la forçant à affronter enfin la vérité sur elle-même.

 

 

Europe. Pas tout à fait un homme ?

Simple, de Julie Estève, Ed. Stock.

Le récit de vie d’un baoul, un idiot du village, qui vous amène, avec ses mots à lui, à sa vérité. Et vous révèle la noirceur ordinaire des hommes dans la lumière crue qui brasille le maquis corse. Entêtant comme la marjolaine sauvage, Simple n’est pas un livre que l’on referme facilement.

 

On ne l’appelle jamais Antoine Orsini dans ce village perché au coeur des montagnes corses mais le baoul, l’idiot du coin. À la marge, bizarre, farceur, sorcier, bouc émissaire, Antoine parle à sa chaise, lui raconte son histoire, celles des autres, et son lien ambigu avec Florence Biancarelli, une gamine de seize ans retrouvée morte au milieu des pins et des années 80.
Qui est coupable ?
On plonge à pic dans la poésie, le monde et la langue singulière d’un homme simple, jusqu’à la cruelle vérité…

 

 

 

 

 

Amérique latine. Aux sources de la légende

San Perdido, de David Zukerman, Ed. Calmann-Lévy.

Comment devient-on un héros ? Ce premier roman très abouti est à la fois une chronique sociale et une fable. Il raconte l’histoire incroyable de Yerbo Kwinton, humble défenseur du peuple d’une ville du Panama gangrénée par la corruption. Zukerman fait de vous le témoin privilégié de cette belle revanche, sans occulter la part de merveilleux qui entoure toute légende.

 

Qu’est-ce qu’un héros, sinon un homme

qui réalise un jour les rêves secrets

de tout un peuple ?
Un matin de printemps, dans la décharge à ciel ouvert  de San Perdido, petite ville côtière du Panama aussi  impitoyable que colorée, apparaît un enfant noir  aux yeux bleus. Un orphelin muet qui n’a pour seul talent  apparent qu’une force singulière dans les mains.

Il va pourtant survivre et devenir une légende. Venu de nulle  part, cet enfant mystérieux au regard magnétique endossera  le rôle de justicier silencieux au service des femmes  et des opprimés et deviendra le héros d’une population  jusque-là oubliée de Dieu.

 

 

Amérique du Nord. Première saison…

Les voix meurtries, de Cécile Pellault, Les éditions du Loir.

Comme vous, j’aime me faire surprendre par une histoire et me laisser entraîner là où je ne suis jamais allée. Double réussite pour ce thriller mené tambour battant dont chaque chapitre réserve son lot de rebondissements, comme les plot twist d’une série. Je n’en suis pas étonnée, connaissant les goûts de l’auteure en la matière ! Autre atout de cette fiction très (audio)visuelle, l’épaisseur des personnages. Même ceux qui tiennent un rôle secondaire prennent vie devant vos yeux. Attention, roman addictif…

 

Quand LiNa, star de la pop américaine, qui a perdu sa voix, rencontre Nicolas, un Français expatrié en Floride et papa d’un petit Jay, cela aurait pu être le happy end de leur histoire.

Pourtant, ce sera seulement le début d’une course contre la montre avec les ennuis : la réapparition de la femme de Nicolas, Cassandra et de son amant violent, les ambitions insatiables du producteur de LiNa qui ne souffrent aucune réponse négative de la star.

La disparition de Jay, la violence du milieu de LiNa ne feront que les faire sombrer un peu plus. Auront-ils la force de tout surmonter, de puiser la force dans leur relation ou les blessures, la prison, l’alcool, l’enlèvement du petit garçon seront-ils fatales à l’image d’une plage de Floride à laquelle ils tentent de s’accrocher?

Dans cette histoire haletante, nous suivons le destin contrarié d’une voix qui ne veut plus chanter, d’un père qui a peur de ne pas en être un, d’un enfant confronté à la cruauté et à l’inconstance du monde des adultes, et, celui de tout leur entourage qui va leur tendre la main comme leur enfoncer la tête dans un océan de douleur.

 

 

Afrique. Témoignage poème de l’indicible

Osez ça, de Joël Chatain, d’après le témoignage de Rosie Murekatete, auto-édition.

J’ai eu la chance de suivre la genèse de ce livre bouleversant. Joël, que je connais bien, a recueilli le témoignage d’une rescapée du génocide du Rwanda au cours d’entretiens qui se sont succédés durant près de 2 ans. Il a ensuite retranscrit ce témoignage oral de la façon la plus respectueuse possible, en respectant les mots, le rythme, les silences, les pauses de Rosie.  La charge émotionnelle de ce texte sobre et poignant, sa musicalité et sa simplicité me touchent profondément.

 

Rosy Murekatete est aujourd’hui française. Rosie a sauvé ses enfants lors du génocide au Rwanda, en 1994. Elle a perdu son mari et pratiquement toute sa belle-famille. Un travail d’écriture a permis d’établir son témoignage oral.

 

12 réflexions sur “CINQ LIVRES, CINQ CONTINENTS, le choix d’Isabelle B

  1. Je suis sans voix… je n’y croyais pas vraiment mais que tu aies choisi de mettre mes voix dans ta sélection entourée de telles plumes 😊😊😊 Merci Isabelle Bourdial 🥰🥰🥰 et ravie que mes mots et mes voix t’aient fait faire le voyage !!!

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s