CINQ LIVRES, CINQ CONTINENTS, le choix de Florence

CINQ LIVRES, CINQ CONTINENTS

CINQ LIVRES, CINQ CONTINENTS

J’ai demandé aux flingueuses de bien vouloir répondre à ce tag

Hello les filles,

J’ai un petit travail d’été pour vous.

Un peu comme vos tops 10 de fin d’année…

J’aimerai bien que vous me donniez, votre sélection : un livre un continent.

5 continents, 5 livres, européen, américains, asiatique, africain et océanien.

Et si vous voulez pousser plus loin, je veux bien aussi un livre sur l’Antarctique

CINQ LIVRES, CINQ CONTINENTS, le choix de Flo

 

5 livres – 5 continents

CINQ LIVRES, CINQ CONTINENTS, le choix de Flo

Océanie, Australie :

Douglas Kennedy « Cul-de-sac », réédité avec un nouveau titre « Piège nuptial ».

Un immense coup de coeur d’il y a plusieurs années pour ce roman improbable. Nick, un Américain désirant changer de vie débarque en Australie, se fait séduire et enlever par une jeune femme, Angie. Le voici retenu prisonnier par la belle et les habitants d’un trou paumé, en plein Bush.
Un roman noir, bien loin des reportages vantant les magnifiques paysages de ce pays si particulier !
Vous ne regarderez plus les kangourous de la même façon, c’est moi qui vous le dis.

 

Quand un voyage au paradis des grands espaces australiens vire au cauchemar le plus total. Un bijou d’humour noir et de suspense pour le premier roman de Douglas Kennedy, un ouvrage devenu culte et réédité dans une toute nouvelle traduction du roman Cul-de-sac.

Fasciné par une carte de l’Australie, Nick, un journaliste américain, décide de tout plaquer pour atterrir à Darwin.

Une nuit fatale, un accident avec un kangourou et sa rencontre avec la jeune et robuste Angie vont le mener au coeur du bush, au milieu de nulle part, au sein d’un clan d’allumés coupés du monde.

Pris au piège, Nick va devoir user de tous les moyens possibles pour échapper à ceux qui l’ont adopté à son corps très défendant. En jeu : sa survie, tant physique que mentale…

«Si vous voulez vraiment prendre conscience de votre insignifiance cosmique et existentielle, allez au coeur de l’Australie, vous en aurez la révélation immédiate et ça vous mettra K-O !»

 

Amérique :

Dennis Lehane : Shutter Island

Du grand, du magnifique Dennis Lehane.
Le polar avec un grand P. Bienvenue sur un îlot qui abrite un hôpital psychiatrique pénitentiaire. Fin des années 50, Teddy Daniels, marshal débarque du ferryavec son coéquipier pour enquêter sur la disparition d’une détenue. L’écriture est sublime, l’intrigue particulièrement bien menée. Une sacrée ambiance.
Un classique !

 

Nous sommes dans les années cinquante. Au large de boston, sur un îlot nommé Shutter Island se dresse un groupe de bâtiments à l’allure sinistre. C’est un hôpital psychiatrique dont les patients, tous gravement atteints, ont commis des meurtres.

Lorsque le ferry assurant la liaison avec le continent aborde ce jour-là, deux hommes en descendent : le Marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule. Ils sont venus à la demande des autorités de la prison-hôpital car l’une des patientes, Rachel Solando, manque à l’appel. Comment a-t-elle pu sortir d’une cellule fermée à clé de l’extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre incohérente d’une malade ou cryptogramme ? Au fur et à mesure que le temps passe, les deux policiers s’enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant, jusqu’au choc final de la vérité.

Avec Shutter Island, Dennis Lehane est au sommet de son art. Ce roman a été récompensé par le grand prix des lectrices de elle en 2004.

 

Afrique :

Sonja Delzongle (et oui, une Française, quoique Sonja, elle est de partout !!) : Dust

Un polar avec Hanah Baxter, un vrai bon page turner et surtout une immersion sensorielle en Afrique.
J’ai ressenti la chaleur, le vent, la poussière, j’ai vu les couleurs de la terre, observé, découvert des traditions, des croyances. Une réussite !

 

Quelque part en Afrique, la mort rôde…

  1. Dans un terrain vague de Nairobi, un gamin à vélo s’amuse à rouler dans une grande flaque sur le sable ocre. Du sang humain, répandu en forme de croix. Sans le savoir, le garçon vient de détruire une scène de crime, la première d’une longue série.

2012, à Nairobi. Une femme albinos est décapitée à la machette en pleine rue. Le tueur a emporté la tête, un bras aussi. Elle a été massacrée, comme beaucoup de ses semblables, parce que ses organes et son corps valent une vraie fortune sur le marché des talismans.

Appelée en renfort par le chef de la police kenyane, Hanah Baxter, profiteuse de renom, va s’emparer des deux enquêtes. Hanah connaît bien le Kenya, ce pays où l’envers du décor est violent, brûlant, déchiré entre ultramodernité et superstitions. Mais elle ne s’attend pas à ce qu’elle va découvrir ici. Les croix de sang et les massacres d’albinos vont l’emmener très loin dans les profondeurs du mal.

Europe :

Tina Seskis, « Partir’

Un roman qui se déroule à Londres, avant que le Royaume-uni ne quitte notre Europe économique !

Un thriller psychologique écrit avec maestria.
Emily Coleman quitte le domicile familial pour se réfugier à Londres. Elle parvient progressivement à trouver un logement, des amis, un emploi et semble porter un important sentiment de culpabilité …
À part conseiller de lire ce roman construit de main de maître, impossible d’en dire plus sans spoiler !
Un premier roman excellent ! Depuis, Tina Seskis a écrit « Six femmes », nettement moins intéressant, « The Honeymoon » en 2017, non disponible en France. Son 4ème roman « Home Truths » paraîtra en novembre 2019 (UK).

Un mari apparemment charmant. Un fils adorable. Une maison ravissante. Emily Coleman est une femme comblée. Pourtant, un beau matin, elle prend le train pour Londres, bien décidée à tout laisser derrière elle. C’est désormais sous l’identité de Catherine Brown qu’elle partage un appartement miteux avec des colocataires et occupe un travail sans avenir.

Elle n’aspire désormais qu’à une seconde chance. Mais qu’est-ce qui a pu la pousser à abandonner une vie qui semblait si parfaite ? Quel est ce secret qu’elle protège avec tant de force ?

 

Asie :

Rien du tout à proposer.
j’ai un désert asiatique, sans doute à  tort et accentué par les lectures des auteurs français que je découvre grâce aux salons et ils sont nombreux.
Ah si, j’ai lu Tokyo de Mo Hayder (elle est américaine) et je n’avais pas aimé  ou le dernier Minier à Hong Kong,  mais ce n’ai pas un coup de coeur.
Heureusement, Yeruldegger m’attend toujours dans ma PAL depuis de nombreuses années. 

22 réflexions sur “CINQ LIVRES, CINQ CONTINENTS, le choix de Florence

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s