Chasseurs d’esprit, Isabelle Bourdial

Le livre : Chasseurs d’esprit d’Isabelle Bourdial. Paru le 22 février 2016 aux éditions Lajouanie. 21€; (408 p.) ; 19 x 13 cm.

4e de couv. :

Chasseurs d’esprit

Un chercheur d’or, de retour du Venezuela, est kidnappé en plein coeur de l’Espagne. La Guardia civil interpelle un étranger qui semble ne pas comprendre le moindre mot de castillan. Le commissaire Fontanillas, chef de la brigade de police scientifique, est chargé de l’enquête. Avec sa jeune co-équipière, une criminologue experte en neuropsychologie, ils projettent de sonder le cerveau du suspect… Les résultats de 1 examen particulièrement novateur auquel ils soumettent leur cobaye vont les entraîner jusqu’au plus profond de la forêt amazonienne…

Progrès scientifiques incroyables mais vrais, rencontre houleuse avec les indiens Yanomami (peuple qui fut décrit comme le plus agressif du monde !), découverte de l’univers interlope des orpailleurs… rien ne manque à ce polar scientifique mais pas que…

L’auteur : L’auteur : Isabelle Bourdial est journaliste scientifique, rédactrice en chef des Cahiers de Science et Vie. Elle a publié de nombreux ouvrages scientifiques chez Nathan, Gallimard, Flammarion, Atlas et a dirigé la collection « Portail des sciences » publiée chez Larousse. Elle a aussi collaboré aux émissions de télévision E = M6 et Animalia, et aux docu-fictions Homo sapiens et Le Sacre de l’homme.

 

 

 

Extrait :
Quelques jours plus tôt à Salavila, Espagne.
– S’il vous plaît, n’entrez pas ! Attendez quelques minutes. C’est bientôt votre tour.
Et la señora Costa leur claque la porte au nez. Mettre à rafraîchir les bouquets de fleurs dans la baignoire, rassembler les cadeaux dans la chambre du fond, surveiller l’équipe de tournage… Maria Amparo Costa ne sait plus où donner de la tête. Sa vivacité, inhabituelle depuis son opération du cœur, réjouit ses proches. Mais n’est-ce pas aujourd’hui le grand jour ? Tout irait pour le mieux si elle n’était sans arrêt interrompue. Ce matin elle a pourtant pris la peine de fixer sur la porte un mot exhortant les invités à patienter dans la rue en attendant qu’on vienne les chercher un par un

Le commentaire de Fred :

Chasseurs d’esprit, Isabelle Bourdial

Le commissaire Marcos Fontanillas est à la tête d’une toute nouvelle équipe qui s’appuie sur les progrès des neurosciences. Il a recruté à cette fin Mila Ferrer, jeune neuropsychocriminologue de 25 ans.

Tout commence avec Tomas  Estéban, chercheur d’or, de retour du Venezuela, kidnappé en plein cœur de l’Espagne lors du mariage de sa cousine. Le commissaire de la brigade de la police scientifique est chargé de l’enquête, c’est l’occasion rêvée pour l’équipe de tester ses pratiques nouvellement acquises. Mila projette de sonder le cerveau du suspect, homme d’origine étrangère, portant une petite sacoche au cou et use de fléchettes empoisonnées.

L’occasion pour Isabelle Bourdial de nous transporter non seulement aux confins de l’Amazone vers un peuple d’indigène sauvage et violent, les Yanomami, mais aussi vers un voyage fascinant au cœur du cerveau humain. Ce roman est vraiment à classer dans la catégorie « Roman policier mais pas que…. ». C’est un polar et aussi un roman d’aventures. Le mot neurosciences peut effrayer, mais c’est justement ce qui en fait un livre original et intéressant. Quelques explications en quantité suffisante pour comprendre le métier de Mila qui est neuropsychocriminologue (on a vraiment envie d’en apprendre plus sur cette victime d’une maladie orpheline coincée dans un corps d’une adolescente de 14 ans ). Elle va mettre à profit ses connaissances pour sonder le cerveau du suspect. Puis l’équipe part au Venezuela à la rencontre d’un peuple violent et mystérieux les Yanomami.

C’est au milieu de ce peuple que les neurosciences prennent leur sens mais aussi montrer certaines dérives, failles. Elles doivent être correctement utilisées (LOI n°2011-814 du 7 juillet 2011 relative à la bioéthique-art. 45 : Les techniques d’imagerie cérébrale ne peuvent être employées qu’à des fins médicales ou de recherche scientifique, ou dans le cadre d’expertises judiciaires. Le consentement exprès de la personne doit être recueilli par écrit préalablement à la réalisation de l’examen, après qu’elle a été dûment informée de sa nature et de sa finalité. Le consentement mentionne la finalité de l’examen. Il est révocable sans forme et à tout moment.)

Se servir du cerveau humain d’un des membres d’une peuplade considérée comme l’une des plus sauvages au monde pour résoudre une enquête était un défi. Fabriquer un roman qui puise ses sources entre une nature hostile et les procédés qui agissent sur la mémoire était une difficulté, plus  la neuropsychologie, une dose d’ethnologie, un zeste de polar, un soupçon d’écologie, une pincée de faune et de flore amazonienne et vous avez une magnifique enquête, vraisemblable et intelligente.

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme, dit l’adage. Isabelle Bourdial le montre de mains de maître.

Un polar qui se glisse entre le roman d’aventures et les neurosciences. Le plus incroyable, c’est qu’il est parfaitement crédible.

Chasseurs d’esprit est un roman atypique dans un style hors du commun. Il m’a donné l’envie de relire le livre de Douglas Preston La cité perdue du Dieu Singe et la nouvelle Minority Report de Philip K. Dick.

10 réflexions sur “Chasseurs d’esprit, Isabelle Bourdial

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s