Point zéro d’Antoine Tracqui

Le livre :Point zéro d’Antoine Tracqui. Paru le 23 mai 2013 chez Critic. 25€;  (877 p.) ; 20 x 14 cm.

4e de couv. :

réédité en poche le 14 janvier 2016 chez Pocket dans la collecion Pocket Thriller.11€50. (1148 p.) ; 18 x 11 cm

1938 Italie. Dans les rues de Palerme, un jeune fuyard tente d’échapper à la police secrète de Mussolini. Dans sa main, une mallette dont le contenu semble exciter bien des convoitises.

1944 États-Unis. Sur une route poussiéreuse du Middle West, trois hommes d’exception jettent les bases d’un projet qui pourrait bien changer l’issue de la guerre.

De nos jours. Caleb McKay, un ex-SAS reconverti dans les missions de sauvetage à risque maximal, est recruté par un milliardaire excentrique pour rejoindre un point bien précis du littoral Antarctique où, quelques jours auparavant, un satellite-espion a fait une incroyable découverte. Très loin de là, au fin fond de la Russie, un vieil homme interrompt prématurément sa partie de chasse pour se mettre lui aussi en route…

Du tréfonds du sous-sol africain aux pentes de l’Etna en passant par les côtes désolées du continent austral s’enclenche une course contre la montre à la recherche d’un des secrets les mieux gardés de l’Histoire.

L’auteur : Antoine Tracqui est médecin légiste, spécialiste en toxicologie et expert auprès des tribunaux. Si d’aventure vous mourez en Alsace – de préférence de façon violente -, il se fera une joie de disséquer votre cadavre… Passionné de littératures de l’imaginaire, de snowboard et de vieux whiskies, il a décidé de se lancer dans l’écriture d’un thriller historique, genre ordinairement monopolisé par les écrivains anglo-saxons – Clive Cussler et Dave Gibbins en ligne de mire.
Extrait du prologue :
 26 mars 1938 Coincé. Les mains du jeune homme se crispèrent sur la rambarde du Reggio di Calabria. Il venait de reconnaître, dans la foule anonyme amassée sur le pont-promenade du ferry, les visages des deux hommes qui l’avaient pisté le matin même dans les rues de Palerme. Il leur jeta un coup d’oeil à la dérobée. Il ne se trompait pas : mêmes vêtements à la fois vulgaires et prétentieux, même attitude arrogante et même regard scrutateur – tout dans leur apparence trahissait des porte-flingues de l’OVRA, la police politique de Mussolini. Pour l’heure, les deux types adossés à la timonerie arboraient un sourire satisfait et n’avaient pas l’air pressés de passer à l’action. L’équipée avait pourtant commencé sous des auspices favorables. Arrivé la veille par le bateau de Naples, il avait passé la nuit au Gran Hôtel Sole sur le port de Palerme. Tôt dans la matinée, il avait expédié à Carrelli le télégramme dont les termes lui avaient été dictés par son contact : Cher ami, J’ai pris la décision à laquelle tout me ramenait. N’y voyez aucune marque d’orgueil, mais je réalise pleinement les problèmes que ma disparition soudaine ne manquera pas de causer à vous-même comme à mes étudiants. Pour cela je vous demande de me pardonner, et plus encore pour avoir trahi la confiance, l’amitié fidèle et le soutien que vous m’avez témoignés ces derniers mois. Adressez mes pensées à tous nos bons collègues de l’Institut, et surtout à notre ami Sciuti. De vous tous je garderai un souvenir affectueux, au moins jusqu’à onze heures ce soir et peut-être au-delà… Malgré les recommandations qui lui avaient été faites, il avait également tenu à adresser un câble à son frère Luciano : Je n’ai qu’une prière : ne portez pas mon deuil. Et si malgré tout vous estimez devoir vous conformer à la tradition et arborer les marques de l’affliction, ne le faites pas plus de trois jours. Après cela, gardez mon souvenir dans votre coeur si vous le souhaitez, et accordez-moi votre pardon.
Le post-it de Ge

En 1938, à Palerme, un fuyard qui transporte une mallette très convoitée tente d’échapper à la police secrète de Mussolini. En 1944, aux Etats-Unis, trois hommes projettent de changer l’issue de la guerre. Au XXIe siècle, 2018, Caleb McKay, ex-SAS reconverti, est recruté par un milliardaire pour le rejoindre en Antarctique. Au même moment, en Russie, un vieil homme interrompt sa chasse.

Antoine Tracqui nous propose un techno-thriller historique où se mêle parfaitement histoire et anticipation. Un récit parfaitement documenter qui rend l’intrigue crédible.

L’intrigue de Point Zéro fait souvent référence à des connaissances scientifiques assez pointues. L’auteur a réussi a intégré ces éléments sans que l’action s’en ressente et surtout sans donner au lecteur l’impression d’avaler un traité de physique ou un manuel d’aéronautique…!

L’auteur avait aussi choisi, lors de sa sortie, de placer son récit dans un futur proche, 2018. Cette légère anticipation permet au scénario d’être encore plus vraisemblable.

Il dresse aussi une galerie de personnages très singulière avec en tête Popy Borghese, un mixe entre Lara Croft et Lisbeth Salander. Il y a aussi le héros, Caleb Mc kay, chevalier blanc, incorruptible et droit. Et puis il y a tous les autres, les brillants, les très sombres, les sans scrupules, sans foi ni loi , les fanatiques .Et enfin on retrouve des personnages réels, Mussolini, Einstein, Roosevelt…, qui viennent donnés une vérité historique à cette fiction.

Bien sur Point Zéro est aussi un roman d’aventure, avec toutes ses scènes d’actions, ses rebondissements en cascades, sa quête de l’impossible.

 Pour finir je dois avouer que généralement je ne suis pas fan de ce genre de littérature, mais….Antoine Tracqui a su me convaincre. Et surtout il a su me plaire. Son premier roman est digne des maîtres du genre, enfin ceux que j’ai lu, Michael Crichton ,Tom Clancy, Clive Cussler, Dave Gibbins,Douglas Preston & Lincoln Child ou encore  Robert Ludlum et James Rolling. Il a réveillé en moi la fan inconditionnelle de Jules Vernes que j’étais préadolescente. Ce premier roman est coup de maître. Et je suis impatiente de lire la suite. Car j’en suis sûre, il y aura une suite, voire des suites…..

22 réflexions sur “Point zéro d’Antoine Tracqui

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s